Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @tleplat: Cet inquiétant "entraîneur étranger" https://t.co/Vfk5rKaBrV via @Eurosport_FR

Publication de la thèse "Analyse statistique de tous les types d’objets utilisables par des enfants pour jouer au f… https://t.co/6y09urhryr

RT @RemiBelot: Apparemment l'écharpe de foot serait devenue un accessoire de mode (en attendant le bonnet). https://t.co/aq7ALudv8g

Les Cahiers sur Twitter

Jorge Valdano : "Cristiano est l’ego le plus rentable de l’histoire du football." (Onda Cero, 10/12) 


Luis Fernandez : "Le CFC c’est les abréviations de: C comme Connaissances, F comme Footballistiques, C comme Catastrophiques. Emery c’est trois Coupes d’Europe et eux comme d’autres ont la mémoire courte." (Twitter, 10/12)


Maurizio Sarri : "Je pensais mourir avant de voir un match Naples-Juventus avec des maillots noirs et jaunes (...) Cela fait mal, comme cela doit faire mal à tous ceux qui ont grandi avec les vignettes Panini et qui sont attachés aux couleurs de leur club. Cela me rend profondément triste." (01/12)

 


Gianni Infantino : "S'il y avait un problème de dopage dans le football, on le saurait." (AFP, 01/12) 


Pascal Dupraz : "Je vois quelques insultes qui descendent des tribunes. S’il le faut, je vais aller au casse-pipe, je vais aller dans les tribunes." (29/11) 


Cheick Diabaté : "Passez le message: si quelqu'un veut venir ici, du moment que je ne suis pas parti, n'importe quel Français peut se mettre dans la tête qu'il peut venir chez son frère, je peux l'accueillir sans problème." (France Football, 29/11)). 


Pierre Menès (à propos d'Élise Lucet): "Parfois, j’ai un peu honte de faire le même métier qu’elle." (C8, 23/11)


Patrick M'Boma (répondant à "La consigne d'entraîneur que vous n'avez jamais comprise?): "J'en ai plus d'une. Elles sont toutes signées Luis Fernandez. On ne comprenait pas toujours ce qu'il disait (…) Quand quelqu'un le faisait répéter, il s'énervait et criait: 'Quoi? Je ne sais pas parler français?'."  (L'Équipe, 26/11)


Claudio Ranieri : "Si Raymond Domenech parle de théâtre, je peux l'écouter. S'il parle de football, jamais!" (23/11) 


Karim Benzema : "Je suis dans le meilleur club du monde, je suis un très grand joueur. Après, celui qui n'est pas content, c'est son problème." (21/11)


Nicolas de Tavernost : "Ce n’est pas possible que des investisseurs se retrouvent à la merci de décisions à la 93e minute, d’un coup franc qui n’existe pas, d’un corner qu’il y avait." (19/11)


Cristiano Ronaldo : "Je veux sept enfants et autant de Ballons d'Or." (L'Équipe, 17/11)


Zlatan Ibrahimovic (après la qualification de la Suède): "We are Zweden." (Twitter, 13/11)


Christophe Dugarry : "Neymar doit comprendre que le Français est jaloux et n'aime pas la réussite." (SFR Sports, 13/11)


Me Hervé Lehman, avocat d'Edinson Cavani (à propos des sociétés maltaises de son client): "Ce n’est pas parce que je vais au bois de Boulogne que j’y vais pour voir des prostituées." (lemonde.fr, 08/11) 


Jacques Delanoë : "N’en déplaise à ceux qui fantasmaient sur les Chinois, le Stade rennais restera bien breton." (07/11) 


José Mourinho : "J’adorerais reprendre une équipe qui aurait été entraînée par moi-même les cinq années précédentes." (L'Équipe, 04/11) 


Gabi : "Aujourd’hui, je dirais que c’est de la merde. Mais la Ligue Europa m’a beaucoup apporté, donc si nous devons la jouer, nous irons pour la gagner." (beIn Sports, 02/11)


Karim Benzema : "Dans Fifa 2018 ils m’ont fait tout pourri, j’ai pas compris. J’ai 86 dans le jeu, mais manette en main, j’ai l’impression d’être un 53." (Les Inrocks, 01/11)


Jacques Vendroux : "En ce moment toutes les affaires avec Jérôme Valcke et Nasser Al-Khelaïfi ça me casse les couilles." (L'Équipe Mag, 28/10) 


Jacques Vendroux : "Ça me gonfle [de parler tactique]. Le téléspectateur ou l’auditeur n’en a rien à faire. Il veut qu’on lui dise comment vont jouer Paris ou Marseille, dans quel état d’esprit il sont. Savoir si les deux latéraux vont monter ou non, c’est révolu. Ils veulent du croustillant." (L'Équipe Mag, 28/10) 


Jacques Vendroux : "Jérôme [Valcke] est un copain! Tu ne peux pas tout avoir dans la vie. Tu as beaucoup d’information en ayant des rapports privilégiés. C’est très dur de se situer. J’ai eu des rapports privilégiés avec Tapie et plein de scoop grâce à lui, plein grâce à Platini, la génération 84, à Laurent Blanc etc. Tout ça grâce au copinage”. (L'Équipe Mag, 28/10) 


Pierre Ménès : "Philippe Vecchi est parti. Je lui ai parlé avant hier. Je suis très triste." (Twitter, 25/10) 


Rabah Madjer (nouveau sélectionneur de l'Algérie) : "Mon vrai diplôme c’est mon vécu. Allez voir sur YouTube mes exploits !" (19/10) 


Pierre Ménès : "Le journalisme d’aujourd’hui, c’est tout pour le buzz, c’est un petit peu fatigant." (Médias & Sports, 16/10) 


Rudi Garcia : "Ce qui est bien, avec du marquage individuel sur les coups de pied arrêtés, c'est qu'on sait qui est le fautif." (15/10) 


Bruno Génésio : "Je vais citer un grand entraîneur, Guardiola. Il dit que parfois il ne sait pas pourquoi il met un joueur plutôt qu'un autre." (11/10) 


Jean-Michel Aulas : "C'est le principe de Twitter, on fait tous du café du commerce. Je suis un technicien et un utilisateur averti de Twitter (…) Twitter est fait pour cela: se mettre à la même hauteur que tout le monde. Quand je réponds sèchement à un supporter, il est quand même heureux de discuter avec moi. (…) La démocratie est sur Twitter et j'ai un peu la relation des présidents espagnols avec les socios. Quand je bloque un Twittos, il me supplie de le débloquer." (eurosport.fr, 09/10) 


Gordon Strachan (sélectionneur de l'Écosse) : "Génétiquement, nous sommes moins bien dotés que les autres. Nous sommes les plus petits des qualifications avec les Espagnols. Du coup, j'ai tenté de mettre des grands mais notre adversaire a marqué deux buts sur coups de pied arrêtés." (lequipe.fr, 07/10) 


José Anigo : "Et Zubizarreta aujourd'hui, il a un emploi fictif? Parce qu’il paraît que Garcia refuse les joueurs qu’il propose..." (So Foot, 02/10) 


Le sondage idiot

Neymar, dont le domicile attire de plus en plus de curieux, va être contraint de déménager. Quelle pourrait être sa nouvelle adresse?

Boulevard Ney
Sur les Grands boulevards, pour lui rappeler Metz et Angers
En Seineymarne
Aux Tuileries, pour recevoir les briques de Kurzawa
Place de la Bourse
Dans la maison de Lucas, que celui-ci va bientôt libérer
Place de Catalogne
À Courbevoie, pour faire l'amour à La Défense