Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 19h41 - Mevatlav Ekraspeck : Il intéresse du monde? >>


Paris est magique

aujourd'hui à 19h36 - Edji : Et pourquoi pas ?Encore une fois, pour un média local, il faut chaque jour réalimenter la... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 19h35 - Mevatlav Ekraspeck : Étant en mal de rugby débilisant après avoir vu une equipe de France jouer un peu à ce jeu... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 19h12 - L'avis des Hauts : Hakan Sukur >>


Lost horizons

aujourd'hui à 19h10 - Mevatlav Ekraspeck : Corsicabus sera un de tes amis... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 18h58 - Gouff : @JMV : 1ère partie de classement.@liquido : tu les trouveras sûrement à la même période voire... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 18h36 - Lionel Joserien : C'était en effet le cas il y a encore 5 ans, mais la saison dernière le PPV n'était plus dispo... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 18h18 - Jeune Mavuba Vaincu : Personne, pourquoi? Quel est le but de cette question? >>


Bréviaire

aujourd'hui à 17h34 - Save Our Sport : Open arms ArenaFoot-L1-Monaco- Ben Yedder: "Tout faire pour retrouver l'Europe" (lequipe.fr) >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 16h46 - Lucho Gonzealaise : Apparemment les Lakers souhaiteraient plutôt signer un jeune pivot. C'est con, ils l'ont tradé... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 16h03 - Roger Cénisse : On sera vite fixés puisque l'autorité de la concurrence vient de donner son FV.Closing de la... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 15h56 - JauneLierre : mr.suaudeauaujourd'hui à 02h34Jeudi :[...]1. PondOk on est arrivés tôt mais là, vu... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 15h53 - Balthazar : Ayeeeew ready ?aujourd'hui à 15h22Je profite de cette langueur sentant fort la fin de l'été pour... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 15h11 - L'amour Durix : Pour que les Allemands passent encore par la Belgique ? >>


Le Calcio, du foot qui te botte

aujourd'hui à 14h22 - et alors : Ca va être une attraction, Ribéry à la Fiorentina mais il faut voir comment Montella va bricoler... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 14h16 - Croco : Le coup de ne pas signer la lettre de démission me fait toujours un peu marrer car le... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 14h04 - Bof : Merci pour le CR SGoR.Moi aussi j'ai toujours pris soin de donner de jolis numéros à mes... >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 13h34 - AKK, rends tes sets : [LYON]Dimanche 25 août - 10h00 - Plaine des Jeux de Gerland :- Zénon- balashov22- Cris CoOL-... >>


Histoire Football Club

Dis, cédéfiste érudit, raconte-moi une histoire...

liquido

08/06/2010 à 22h00

et *c'est*, tiens, navré.

suppdebastille

08/06/2010 à 22h12

Comme j'ai du temps devant moi, je vais pouvoir répondre plus longuement à Liquido. Tout d'abord, j'avais commencé avec cela « Sinon c'est vrai que je trouve un peu triste (même si c'est sympa) tous ces petits bus d'Abidjan ("les gbaka") aux couleurs du Barça et que dans les maquis on refait tous les matches de LDC et pas ceux de l'ASEC. »  qui était un commentaire à cet article http://goo.gl/5j99 Quand je dis triste, le mot est un peu fort, j'ai le tort de l'employer souvent, on est bien d'acord qu'il y a des choses bien plus tristes si on parle de la Côte d'Ivoire: corruption de l'administration, racket, chômage important, absence de démocratie, pauvreté, pays grosso modo coupé en 2 entre Gbagbo au Sud et les ex-rebelles au Nord. A côté de cela, que les jeunes ivoiriens soient passionnés par les grands clubs européens n'est pas bien grave. Je suis d'ailleurs très content de parler de foot, je me fais charrier avec le PSG autant qu'ici. Comme je disais, à Cherbourg, je ne suis jamais allé à Cherbourg ça doit être à peu près pareil. Si on parle un peu de mondialisation, comme je le disais il y a un truc que je n'aime vraiment pas c'est quand on a l'impression que tous les endroits du monde se ressemblent, j'aime beaucoup les pays d'Afrique que je connais car justement ce n'est pas le cas, le mode de vie, la culture locale, la musique, etc... sont différents de l'Europe. Ca ne veut pas dire que j'aime une Afrique de carte postale, j'aime voir les pays africains se développer tout en gardant leurs spécificités, le Bénin est un bon exemple de pays où les infrastructures se développent tout en gardant sa culture. Le gars qui te parlait des tours d'Abidjan, j'aurai eu exactement la même réaction que toi, le problème de ce quartier Le plateau est plutôt sa mocheté globalement à l'exception de la sublime mosquée. C'est une question de goût.  Maintenant je vais répondre plus directement à ton post: Liquido : "Pour une large part, les clubs Brits suscitent autant d'engouement parce qu'y jouent des expatriés africains.  Drogba aujourd'hui, Joel Tiehi hier et Youssouf Fofana avant-hier. Et il est intéressant de constater ce que les deux derniers sont devenus. Tiehi est devenu une figure des Jeunes Patriotes, Fofana a investi dans l'immobilier à Treichville: l'un et l'autre ont réussi. Mieux, ils ont converti le capital accumulé ailleurs en activités on ne peut plus autochtones. " Supp : "Sur le suivi de leurs compatriotes en Europe, oui on est bien d'accord et c'est une fierté légitime, je ne conteste pas cela. Je ne savais pas ce que faisaient Fofana et Tiehi, je suis content de l'apprendre, il y a malheureusement beaucoup d'exemple inverses de footballeurs qui reviennent surtout au pays de temps à autre pour faroter et qui entretiennent largement le mythe "en Europe on devient riche ou on est un loser" Liquido : "sans doute auras-tu entendu l'expression "partir se chercher"  Supp : "Oui, je connais, c'est un plaisir d'entendre et de comprendre (enfin j 'essaye le plus possible) le nouchi " Liquido : "qui fait que des gamins quittent la brousse pour bosser dans l'atelier de couture d'un oncle qu'ils connaissent à peine, celle qui fait qu'on retrouve des types dans les trains d'atterrissage des avions en partance pour l'Europe, celle qui fait aussi qu'on s'engage dans des milices lorsque la situation politique nationale se débine. » Supp: "Euh oui, tout cela est malheureusement le cas mais je ne vois plus bien le rapport avec le sujet, ou alors si, le rapport est qu'une partie de la population ne rêve que d'Europe que ce soit par le foot ou autre chose. Pour le coup, c'est bien regrettable qu'une partie de la jeunesse du pays ne pense qu'à partir. Je ne juge pas des cas individuellement mais de la situation globale." Liquido : "Cette figure-là est beaucoup plus commune que tu ne l'imagines et n'a pas forcement grand-chose à voir avec la mondialisation qui excite ta bien-pensance de gauche." Supp : "Cette attaque personnelle est plus que limite, ça pourrait d'ailleurs être assez drôle car plusieurs voyages en Afrique m'ont plûtot déboboïsé (si tenté qu'il y eut un risque que je sois atteint par ce virus)."

suppdebastille

08/06/2010 à 22h13

Ah ben je vois que tu m'as répondu pendant le moment où je tapais mon texte ;-)

suppdebastille

08/06/2010 à 22h15

Pour l'attiéké, j ai un peu abusé , c'est vraiment pas ce que je préfère. Par contre poulet ou poisson braisé, je suis très client tout comme le foutou.

liquido

09/06/2010 à 03h55

Supp: "Euh oui, tout cela est malheureusement le cas mais je ne vois plus bien le rapport avec le sujet, ou alors si, le rapport est qu'une partie de la population ne rêve que d'Europe que ce soit par le foot ou autre chose. Pour le coup, c'est bien regrettable qu'une partie de la jeunesse du pays ne pense qu'à partir. Je ne juge pas des cas individuellement mais de la situation globale." --- Juste là-dessus. J'insistais sur la mobilité géographique en générale telle qu'elle se pratique par exemple en CI. Les mecs bougent de partout, tout le temps: à l'intérieur des frontières nationales, d'un pays africain à l'autre (l'Afrique est la principale destination des migrants africains, n'en déplaise à Hortefeux), à l'affût d'opportunités. Entreprennent pour certains des aventures délirantes à travers le désert. L'Europe n'est qu'une destination parmi d'autres. Et ne représente pas nécessairement le bout du chemin, ni un reniement quelconque. C'est un moment d'une trajectoire personnelle pleine de bifurcations (voir le bluffant Bronx-Barbes d'Éliane de Latour). Je ne sais pas en l'occurrence ce que signifie "juger la situation globale" lorsque chacun est sommé de compter avant tout sur lui-même pour se débrouiller.

suppdebastille

09/06/2010 à 09h42

+1 sur l'immigration/émigration intra-africaine qui représente des flux très importants, c'est effectivement assez peu connu en Europe. La CI a d'ailleurs été un très fort pays d'immigration dans les années 70/80 vu qu'il réussissait très bien économiquement, c 'est aujourd'hui un des problèmes pour constituer les listes électorales avec la forte population d'origine burkinabe dans le Nord, tu confirmes? "Je ne sais pas en l'occurrence ce que signifie "juger la situation globale" lorsque chacun est sommé de compter avant tout sur lui-même pour se débrouiller." Je veux dire par là qu'individuellement, je ne juge personne, j'en ferais peut être autant mais au final, ça pose quand même un problème sérieux qu'une part importante de la jeunesse ne souhaite que partir (même si ça m'a nettement moins frappé en CI qu'au Cameroun ).

Edji

09/06/2010 à 11h18

suppdebastille mercredi 9 juin 2010 - 09:42 Je veux dire par là qu'individuellement, je ne juge personne, j'en ferais peut être autant mais au final, ça pose quand même un problème sérieux qu'une part importante de la jeunesse ne souhaite que partir (même si ça m'a nettement moins frappé en CI qu'au Cameroun ). --- La diaspora grecque confirme.

liquido

09/06/2010 à 15h40

suppdebastille mercredi 9 juin 2010 - 09:42 +1 sur l'immigration/émigration intra-africaine qui représente des flux très importants, c'est effectivement assez peu connu en Europe. La CI a d'ailleurs été un très fort pays d'immigration dans les années 70/80 vu qu'il réussissait très bien économiquement, c 'est aujourd'hui un des problèmes pour constituer les listes électorales avec la forte population d'origine burkinabe dans le Nord, tu confirmes? --- Effectivement, immigration massive en CI lors du "boum du cacao", moteur de ce qu'on a appelé le "miracle ivoirien". Houphouet n'était pas un grand panafricaniste comme N'Krumah. Mais il a bien vu l'avantage qu'il y avait à tirer économiquement et politiquement de l'arrivée d'une main-d'œuvre quasi-gratos dans les plantations du sud, largement contrôlées par les planteurs de son ethnie baoulé. Il a ouvert en grand les portes de la CI, aux Burkinabes voisins mais aussi aux Ivoiriens du nord. Les planteurs baoulé ont repoussé toujours plus loin le "front pionnier" vers le sud-ouest, défrichant la foret et exploitant les surfaces neuves avec les bras burkinabé et nordistes sur-exploités. Les propriétaires coutumiers autochtones des zones défrichées (bété notamment, l'ethnie de Gbagbo) ont cédé presque gracieusement leurs droits fonciers à l'époque. En très gros, ils profitaient du deal dans la mesure où leurs enfants pouvaient aller à étudier à Abidjan et espérer devenir fonctionnaires ou employés. Sauf qu'à la fin des 70s, le truc se grippe: les prix du cacao s'effondrent, la dette explose, Banque Mondiale et FMI conditionnent leur aide financière à la suppression du secteur public et des milliers d'emploi qui vont avec. Les bases économiques du fragile compromis social entre nord, sud-ouest et Baoulés se délitent jusqu'à l'aplatissement total, après la mort d'Houphouet en 93. Politiciens de tout bord décident alors de s'adonner joyeusement à l'ethnicisation du débat public, pour espérer sortir leur épingle du jeu, Bédié le premier avec son ignoble rhétorique de l'ivoirité - oubliant au passage que sa propre ethnie baoulé vient du Ghana voisin.

liquido

11/06/2010 à 08h57

Même chose que l'autre jour mais avec les abstracts. Politique africaine n° 118 - Juin 2010 le Dossier Les terrains politiques du football Coordonné par Susann Baller et Martha Saavedra, avec les contributions de Gary Baines, Gary Armstrong et James Rosbrook-Thompson, Éliane de Latour, Abdramane Kamaté et Richard Banégas, Désiré Manirakiza, Michael G. Schatzberg. Événement planétaire, la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud est célébrée comme une alternative à l'afropessimisme, faisant entrer le continent de plain-pied dans la modernité d'une sphère médiatique globalisée. Au Cap, à Durban ou Port Elizabeth, on s'interroge néanmoins sur les retombées de cet événement qui fait la fierté du pays mais reproduit aussi ses profondes inégalités. Par-delà ce nouvel afro-optimisme sportif et ses contrepoints comptables, ce dossier aborde les relations complexes entre ballon rond et politique sur le continent comme autant d'indicateurs des transformations à l'oeuvre dans les sociétés africaines contemporaines et dans leur rapport au reste du monde. Miroir grossissant du pouvoir postcolonial et de ses contradictions, support des grands récits nationalistes, le football nourrit aussi les tensions ethnorégionales. Espace d'encadrement social et politique des jeunes, il peut devenir le lieu de leur émancipation. Analysant aussi bien l'économie pol itique des clubs professionnels, les migrations internationales des joueurs africains que les pratiques quotidiennes du sport amateur, en Afrique du Sud, au Cameroun, en Ouganda ou en Côte d'Ivoire, ce volume esquisse de nouvelles hypothèses sur la politique du football, qui permettent de repenser les liens entre les pratiques locales, nationales et transnationales de ce jeu mondialement populaire. Sommaire le Dossier Les terrains politiques du football Introduction La politique du football en Afrique : mobilisations et trajectoires Susann Baller et Martha Saavedra Jouer selon les règles de la FIFA : politique et héritage de la Coupe du monde de football 2010 à Port Elizabeth Gary Baines Port Elizabeth a été la première ville sud-africaine à achever la construction d'un nouveau stade en vue de la Coupe du monde 2010. Les autorités métropolitaines, soutenues par le secteur privé, espèrent que cet événement spectaculaire changera le statut de la ville et la transformera en « ville gagnante ». Toutefois, en répondant aux exigences de la Fifa, elles se sont engagées dans une voie périlleuse. Le coût exponentiel du stade a contribué à la compression du budget de la métropole, entravant du même coup ses capacités de fourniture de services de première nécessité aux habitants. Les objectifs de développement de long terme se voient ainsi sacrifiés au nom de l'amélioration de l'image de la ville. L'héritage de la Coupe du monde risque finalement de s'avérer inégalitaire sur le plan économique et délicat à gérer sur le plan politique. Les pionniers de la franchise de football : l'Ajax Amsterdam au Cap Gary Armstrong et James Rosbrook-Thompson L'accord de franchise conclu entre l'Ajax Amsterdam (AA) et l'Ajax Cape Town (ACT) soulève d'importantes questions sur la valeur du travail, les transferts de jeunes joueurs, les échanges et le développement. Les matériaux de deux séjours effectués à l'Académie de l'ACT sont analysés ici à partir des notions de dépendance et de néocolonialisme. La franchise de l'ACT est ainsi replacée dans un paysage plus global, qui invite à interroger la nature même de l'accord et à explorer ses implications pour le développement du football en Afrique. Joueurs mondiaux, clubs locaux. Le football d'Afrique en Asie Éliane de Latour Cet article propose un parcours à travers la circulation marchande des joueurs dans une aire internationale du football peu explorée, située entre l'Afrique et l'Asie. Mal placés dans les classements Fifa (Fédération internationale de football association), certains pays d'Asie ont développé une politique d'acquisition de joueurs étrangers pour élever le niveau national en vue des grandes compétitions internationales. Des pays africains, auxquels s'ajoute le Brésil, comptent parmi les plus gros pourvoyeurs de joueurs. L'Asie offre à certains d'entre eux une alternative à l'Occident, souvent inaccessible (sauf pour le très haut niveau). L'analyse de ces nouvelles polarités Sud/Sud permet de porter un regard oblique sur le sport le plus médiatisé de notre époque et de sortir ainsi des hiérarchies mondiales toutes faites qui font du Nord la mesure de toute chose et de l'Afrique un continent en perpétuel asservissement. Football, clivages identitaires et conflit politique en Côte d'Ivoire Abdramane Kamaté et Richard Banégas La demi-finale de la Coupe d'Europe de football 2009 a suscité à Abidjan une forte tension entre les supporters de Didier Drogba, l'attaquant de Chelsea, et ceux de Yaya Touré, le défenseur du FC Barcelone. Réactivant les clivages entre ressortissants du Sud et du Nord, ce match cristallisait les tensions identitaires qui sont au c¦ur du conflit ivoirien. Partant de cet événement, l'article montre comment le football est devenu un espace où s'affrontent des conceptions divergentes de la nation et de la citoyenneté. Soutenant aussi un autre récit, celui de l'unité et de la souveraineté nationales, le ballon rond constitue un levier de la politique intérieure et extérieure du pays qui donne à voir les modalités complexes de la « réconciliation » post- Ouagadougou. Football amateur au Cameroun : entre clientélisme politique et échanges mutuels Désiré Manirakiza Le football amateur au Cameroun se décline sous la forme des championnats de vacances et de tournois « deux-zéro ». Différentes de par leur localisation, leur fréquence et leurs règles, ces pratiques footballistiques renseignent sur les usages politiques et sociaux de ce sport extrêmement populaire. S'ils sont des lieux de promotion personnelle et partisane du personnel politique, ils sont également des moyens d'encadrement de la jeunesse par les « élites ». Les jeunes n'en sont cependant pas pour autant manipulés sur les terrains de foot : ils y apprennent les règles de l'échange politique et y entrevoient diverses modalités d'accomplissement social. Les complexités de la « démocratie » : la Fédération ougandaise de football en tant que « polity » Michael G. Schatzberg À partir de l'étude de la chute politique de Denis Obua, président de longue date de la Fédération ougandaise de football association (Fufa), et à travers un examen du microcosme footballistique, cet article s'intéresse à la relation complexe entre l'État, des organisations apparemment non politiques comme la Fufa, et des institutions internationales. Il défend l'idée selon laquelle la Fufa appartient à un type d'organisation qui ne s'intègre dans aucune des deux catégories générales de l'analyse politique contemporaine - l'État et la société civile. Faisant appel à une terminologie plus ancienne, il soutient que la Fufa est une polity. N'appartenant entièrement ni à l'État ni à la société civile, elle (tout comme d'autres polities telles les chefferies, les royaumes, les sociétés religieuses) s'inscrit dans une position qui brouille les frontières analytiques usuelles. De telles polities sont susceptibles de contribuer à une forme spécifique de pluralisme dans la production politique de la vie quotidienne.

Toni Turek

02/09/2010 à 16h29

Ca a sa place ici : ==== Charterhouse11 mardi 31 août 2010 - 12:25 Last survivor of first World Cup final dies BUENOS AIRES - Francisco Varallo, remaining survivor of the first World Cup final in 1930, has died at the age of 100, Argentine media reported on Monday. Suite ici: http://bit.ly/d3ghTN ==== Mangeur Vasqué mercredi 1 septembre 2010 - 22:30 Franciso Varallo avait fait le one-on-one (face à face) de Four Four Two en mai dernier, super interview (ses commentaires sur le Uruguay-Brésil de 1930 sont à lire) : http://tinyurl.com/28dvvo9

 

Tricky

02/09/2010 à 22h30

Bon, ça me fait penser, du F&S croustillant en magasin, Lee ?