Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Etoiles et toiles

aujourd'hui à 07h37 - Sens de la dérision : Gouffran directaujourd'hui à 05h06Moi aussi je dis La guerre des étoiles, Dark Vador, Yan Solo,... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 06h49 - Di Meco : Joie de KanuHaaland masséKaka où t'es ? >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 06h24 - Hyoga : Résultats / qualité de jeu n’est pas une séparation stricte, ils sont évidemment liés.De... >>


Manette football club

aujourd'hui à 01h15 - Jah fête et aime dorer Anne : Premier boss du DLC : y'en a qui vieillissent mal. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 01h01 - Tricky : Hey!The Beard, Russ, Christian Wood et l’inénarrable Boogie (très content pour lui au passage)... >>


Le fil éclectique

23/11/2020 à 23h24 - kelly : Peut-être l'entrée où tu as branché ta platine est-elle morte. Ça arrive parfois. Tu l'as... >>


Toujours Bleus

23/11/2020 à 23h02 - manuFoU : France 98 - j’avais oublié qu’il y avait une grosse main paraguayenne à moins de 10mn de la... >>


Le fil dont vous êtes le héros

23/11/2020 à 23h00 - Balthazar : Salut Raspou, je manque de temps pour te répondre en 6000 mots comme j'aimerais le faire, alors... >>


Manger (autre chose que) la feuille

23/11/2020 à 22h56 - Mevatlav Ekraspeck : [Bojolpif]Bon alors j'ai goûté.Je ne vais pas dire que c'est pas bon, je vais dire que je n'ai... >>


Foot et politique

23/11/2020 à 22h42 - Sens de la dérision : Je crois qu'on se rejoint sur cette évolution naturelle même si l'on s'oppose dans ce que l'on... >>


CDF sound system

23/11/2020 à 22h29 - theviking : très bon Add N to X !! ça fait longtemps que j'ai pas écouté cet album. >>


Utopie et football

23/11/2020 à 22h13 - leo : L'amour Durixaujourd'hui à 22h07Dans la catégorie club du siècle, Al Ahly est en tête avec 60%... >>


Au tour du ballon ovale

23/11/2020 à 21h14 - Maniche Nails : OLpethaujourd'hui à 13h39Jalibert il a un gros défaut, il a le look------Pas d'accord. C'était... >>


Marinette et ses copines

23/11/2020 à 21h12 - CHR$ : Mais de toute façon, on va écraser l'Autriche : Clara Matéo vient d'être appelée. Bon j'ai dû... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

23/11/2020 à 20h19 - serge le disait : Figurez vous Duga qu'il va quitter la cité pour s'installer avec Mme Savanier dans un ptit... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

23/11/2020 à 18h26 - Mevatlav Ekraspeck : Remise = reprise, I presume?Et bien dans ce marasme global il y a un jean-foutre de Grenelle qui a... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

23/11/2020 à 18h00 - Pier Feuil Scifo : Utaka Souleyaujourd'hui à 13h45Tout à fait.D'ailleurs, respect éternel à Medvedev ne n'avoir... >>


Festival de CAN

23/11/2020 à 17h56 - Utaka Souley : C'est d'un autre niveau que Sarko et son discours de Dakar (et non, Macron n'est pas mon idole). >>


Histoire Football Club

Dis, cédéfiste érudit, raconte-moi une histoire...

dugamaniac

01/11/2020 à 16h32

Totti a eu son fil dédié à une époque je crois.

Jolie histoire dans l'équipe mag d'une jeune footballeuse plongée dans le coma dont le réveil a été provoqué par un message enregistré par son idole. En l'entendant son rythme cardiaque s'est accéléré, entraînant un processus de réveil qui fut total quelques jours plus tard.

Totti santo subito?

valdo

15/11/2020 à 15h36

Histoire personnelle et amateur

C’était un après-midi d’août, les années 1980 essayaient de percer. Il était un peu trop tôt et nous restions indemnes de ce temps qui glissait plus surement que l’avenir.
Nous étions dans un champ, tous les 6. C’est ce que ma mémoire a retenu mais peut-être se mélange t’elle les pinceaux.
C’était les vacances et j’étais bien jeune. Quand je dis tous les 6 c’était bien sur Marc, Jf, Anne toute petite et moi, accompagnés par nos parents.
Je revois le champ légèrement bosselé et je le devine sur une ile. Peut-être était-ce cette année ou cherchant un camping à Oléron et perdant espoir devant les panneaux « complet » affichés à l’entrée de chaque, nous fûmes abordés par un gars du coin, un petit malin, qui nous proposa son champ qu’il avait nommé « camping à la ferme » sous prétexte qu’un abreuvoir y figurait et qu’il y avait la place pour poser caravanes et canadiennes. Si la Haute Marne avait pu convenir à mes parents, ce bout de terre ferait l’affaire. Entre gens du terroir on entend le même chant d’oiseaux.
Le prix pour une semaine devait correspondre à l’équivalent d’une demi-seconde dans les campings 2 à 3 étoiles où nous entrevoyions piscine et jeux à profusion.
En homme de la terre, l’autochtone avait-il reconnu en mon père un compère, un homme simple aux besoins élémentaires ? Je ne saurais le dire. Ou bien c’est l’agriculteur qu’il voyait en lui que mes géniteurs ont adopté sans faille. Du corporatisme de base, daté certes mais du corporatisme toujours.
L’apparence rustique, valeur sure et authentique, la délivrance de trouver un lieu ainsi que plein d’autres préoccupations parentales que nous ignorions à l’époque, firent que nous avons suivi le bonhomme à travers les méandres de l’île.
Nous avons eu le droit, face à nos mines renfrognées de jeunes enfants s’apercevant que la modernité et le luxe allaient encore nous échapper, à un rappel de leurs conditions de vie au même âge, les foins, les travaux quotidiens, peut-être même la mandarine à noël… nous avions bien de la chance. Ils avaient raison.
Un transistor, le plein air, de quoi courir, un ballon et la mer pas trop loin, mes souvenirs sont heureux.
C’était un après-midi et nous, les trois garçons, jouions au foot sur un terrain imaginaire et des buts faits d’habits.
Il ne manquait rien pourtant qu’elle que soit la configuration, 3 pour faire un match quand on a si peu d’écart c’est bancal. Inégal.
Je ne sais plus qui a eu l’idée, qui a demandé mais nous avons sollicité notre père pour équilibrer les équipes. Nous avions 10, 11 et 13 ans et pour la 1ère fois nous demandions à notre père de participer.
Il n’avait pas de patates à éplucher, de salades à laver et Pierre Bellemare avait fini de conter ses histoires étranges et fascinantes. Il a dit oui.
J’étais déjà le plus petit (c’est un point qui n’a pas évolué) et nous avons fait équipe tous les deux face à mes frères.
Jf avait l’aisance et la finesse, Marc la force et la robustesse. Moi j’avais un merveilleux défi devant les yeux. Jamais nous ne l’avions vu jouer ni se passionner pour ce sport. Pas de coupe du monde 1978 à la télé, juste 10 minutes de la finale grâce à un de leurs amis hollandais.
Le foot c’était un passe-temps pour nous trois depuis 2 ans et je ne pensais pas à l’époque que cela remplirait autant ma vie. Avec le recul, cette activité était pour eux un moyen d’être tranquille, de nous laisser entre nous, de s’occuper d’eux.
Le sport, la culture, ils n’avaient rien contre. Encore fallait-il que tout reste en proportion raisonnable et surtout n’empiète pas sur la réussite, qu’elle soit scolaire ou professionnelle.
De notre côté, nous rêvions d’excès, d’exploits et des héros que d’autres nous contaient. La télévision ne quittait pas la chambre des parents et il était difficile de s’y incruster sans se faire voir, surtout quand il dormait dedans.
Nous citions des noms et notre admiration enveloppait les plus grands, les anciens mythiques, les nouveaux qui s’affirment, les français qui percent. Il nous fallait du muscle, de la sueur et des heures de souffrance. Plutôt Emil Zatopek que Pietro Mennea. Je rêvais de défi inaccessible aux autres, d’ascension des plus grands sommets, de traverser du désert, de la montée de l’Alpes d’Huez en vélo. Je rêvais, plein d’espoir d’être quelqu’un d’autre.
Au milieu de tout cela, le foot n’était qu’un divertissement agréable, facile. Nous étions français et ce sport ne représentait pas d’enjeu, encore moins d’espoir. Nous étions nuls et amenés à le rester. Notre connaissance du foot se limitait à Pelé, Garrincha, Fontaine. Le monde d’avant.

La victoire était une simple option et le meilleur moyen de s’affirmer face à mes frères. Le plus jeune excelle quand il arrive à vaincre ses ainés. Un évènement tellement rare que je suis en droit de me demander si il a existé. Heureusement depuis j’ai insisté.
Et si tout ceci n’est pas exact, cela n’en reste pas moins le souvenir que j’en ai.

Voir jouer mon père à mes côtés était une grande fierté mais je n’étais pas certain que footballistiquement parlant ce soit un atout. Malgré tout, il apparaissait évident pour nous tous que c’était un évènement et qu’il convenait d’en être digne.

Dès l’engagement, il a avancé avec la balle, tout droit, sans que Jf ou Marc puisse l’arrêter et il a mis un boulet de canon (on dirait une mine aujourd’hui, ce qui montre bien le caractère guerrier de la chose) au milieu du but. Un tir d’une puissance que je n’avais jamais vu. Un tir, un but, le goal étant occupé à voler ailleurs. Puis un 2ème sur le même mode. Je regardais ébahi, souriant.
Je voyais bien la solidité du paternel, sa stature mais un ballon ne pouvait pas aller si vite et surtout les miens ne pouvait pas être aussi lents. Pour casser le rythme, jouer un peu, je me souviens avoir dit : Papa, il faut faire des passes ! Ce qu’il fit.
Le match s’est poursuivi et nous avons gagné de justesse. Notre tactique rudimentaire avait permis à l’équipe adverse de s’engouffrer dans nos failles mais trop tardivement. Eux aussi avaient été surpris de ce début de match, de ce buteur qu’il ne soupçonnait pas.
Puis, il est reparti à ses occupations, à ses loisirs me laissant débriefer avec mes deux frères cette rencontre unique. Les raisons de ce succès ne m’étaient pas conférées. J’avais gagné car il était trop fort, trop puissant. Cela me convenait parfaitement.

Nous avons dû le solliciter mille fois à nouveau mais je n’ai pas souvenir qu’il soit revenu jouer. Le caractère unique de ce moment était sans doute préférable.

C’était un après-midi d’août où j’ai joué au foot avec mon père.

dugamaniac

15/11/2020 à 17h26

Joli, simple et bien raconté. Merci.

.

L'amour Durix

15/11/2020 à 17h36

Heureux sois-tu, valdo.
Cela te fait déjà un match de plus que moi avec le paternel. Quant aux frères que je n'ai jamais eus...
Et pourtant le mien aimait le foot. Follement. Mais il m'a plutôt imaginé en tennisman, peut-être parce que le président du foot du coin était un patron doublé d'un con (ce qui n'est pas systématique non plus, reconnaissons-le).
En plus, le camping du Lot où nous passions quelques semaines d'été chaque année n'était jamais complet, mais jamais vraiment plat non plus.
Merci en tout cas d'avoir si joliment partagé ce souvenir.

 

dugamaniac

22/11/2020 à 16h41

Liverpool - Milan 2005

Match légendaire.
Et une partie de la légende réside dans ce You'll Never walk Alone qui a retenti dans le stade à la mi-temps alors que Liverpool perdait 3-0.
Mais en regardant et surtout écoutant la vidéo du moment, je découvre un élément nouveau. C'est que l'hymne retentit dans la sono du stade!
Y a le mec de la sono qui a (ré)chauffait le kop defait! Le mec, ou la fille d'ailleurs, de la sono a participé à la légende !
D'ailleurs j'en aurais pas été très content si j'étais supporter milanais après coup.

Je sais pas si mon interprétation du moment est juste :

https://youtu.be/FEEbbXtmI30