Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 08h43 - shev2 : Et je vous trouve dur avec Tuchel sur ce match. On lui reprochait à raison son milieu peu inspiré... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 08h15 - Westham : Coty Week 7 Résultats 1. Parangon, Gallardo 243. manuFoU, Easy 235. DLB 216. Obit ure, SGOR 208.... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 06h00 - rockitrOM : Je n'ai vu que les 15 dernières minutes, oui ça avait l'air bien laborieux, mais gagner à... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 05h28 - Gouffran direct : MLB/World Series.La fin du match 4 Dodgers-Rays est éblouissante!Du délire total.9ème manche.7-6... >>


Au tour du ballon ovale

24/10/2020 à 23h50 - Label Deschamps : Peu importe, d'ici deux ou trois ans on va revenir aux duels Angleterre-France pour le gain du... >>


Foot et politique

24/10/2020 à 23h33 - theviking : Il me semble que dans les hôpitaux, c'est ouvert au public (tu peux donc prier pour le... >>


Observatoire du journalisme sportif

24/10/2020 à 23h25 - dugamaniac : Vincent ? Vincent Labrune ? >>


En Vert et contre tout

24/10/2020 à 22h18 - Danishos Dynamitos : J’espère vraiment que notre karma va s’inverser lors d’un prochain match (si possible Lyon... >>


Gerland à la détente

24/10/2020 à 20h46 - shev2 : Surtout que Diomandé a fait des apparitions convaincantes et n'avait pas mérité son remplacement... >>


Manette football club

24/10/2020 à 20h19 - le Bleu : Si on part par là avec ce genre de critère, on peut citer la totalité des jeux d'action-aventure... >>


CdF Omnisport

24/10/2020 à 17h59 - 2Bal 2Nainggolan : Oui, une belle étape même rabotée !Une bonne pression sur les épaules des deux gamins demain... >>


En rouge et noir !

24/10/2020 à 16h18 - nima : Ça fait plusieurs matchs que la maîtrise collective est assez bonne mais reste trop stérile. Je... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

24/10/2020 à 15h40 - Tonton Danijel : Tout, tout, tout, vous saurez tout sur Yazici... >>


L'empire d'essence

24/10/2020 à 15h04 - poiuyt : Bon, Run...On l’attend ton analyse sur l’état de la piste portugaise après ce delay! >>


Marinette et ses copines

24/10/2020 à 14h20 - CHR$ : Contre l'Autriche, l'une des deux séries suivantes au moins prendra fin : * Pauline Peyraud-Magnin... >>


Bréviaire

24/10/2020 à 14h10 - Tonton Danijel : Les conneries? Je pense que je les aurais arrêtées..."OL : Coupet détruit Aulas et Garcia,... >>


Dans le haut du panier

24/10/2020 à 12h41 - Label Deschamps : Je pense que beaucoup de joueurs tiennent aux JO et poussent dans le sens d'une fin de saison qui... >>


Etoiles et toiles

24/10/2020 à 12h30 - Vas-y Mako! : lyes23/10/2020 à 22h36Tu parles de The Spy ou de Borat 2.0 ?...The spy. L’idée me plaisait,... >>


Et PAF, dans la lucarne !

Nous sommes des enfants de Tele Santana.

Le déjeuner sur Hleb

29/09/2020 à 15h30

Tu pourrais aussi citer la partouze à bord d’un bateau, Liv Tyler ou le mec qui meurt dans les toilettes.

Cush

29/09/2020 à 15h55

lyes
aujourd'hui à 15h07
J'ai revu les deux saisons de la série récemment, plutôt envoûté et bien accroché... jusqu'à la révélation du meurtrier de Laura Palmer.
La série continue sur quelques épisodes d'intrigues parallèles complètement forcées et c'est pas facile d'aller au bout.
---

Révélation qui avait été imposée à Lynch par la production, ce qu'il n'a paraît-il toujours pas digéré. J'ai zappé moi aussi pas mal d'épisodes de la fin de la saison 2 à cause de toutes ces lourdeurs. Lynch n'a plus vraiment la main, la série s'auto-caricature et le visionnage devient pénible c'est vrai. Disons que la saison 3 rattrape tout ça.

Lapostat

29/09/2020 à 16h37

Le fait qu'on lui ait imposé la révélation du meurtrier pourrait même être le sujet de la Saison 3.
Vous aviez parlé de Twin peaks à une époque où j'avais vu une vidéo explicative. J'avais tenté un résumé, sans avoir eu le temps de le finir.
Le voici inachevé (c'est peu long, mais beaucoup moins que la vidéo!).

/// spoilers saison 3 de Twin Peaks.

La vidéo. https://youtu.be/7AYnF5hOhuM
Ca dure plus de 4 heures, je ne vous conseille pas forcément de la regarder, je vais essayer d'évoquer ce qui m'a parlé. (Au cas où vous décidiez de regarder, son imitation de Lynch est marrante la première fois, puis de plus en plus irritante, jusqu'à l'overdose quand le texte est long : il suffit de couper le son, puisque le texte est à l'écran.)

Le gars est un peu spécial, semble imbu, passe parfois à côté ou surinterprète. Cependant, il amène des points très intéressants. (Je ne vais me focaliser que là dessus, il faudrait avoir beaucoup de temps à perdre pour se pencher sur la multitude d'erreurs contenue dans ces 4 heures.))

Je vais néanmoins commencer par le contredire : non, ce qu'il apporte ne va pas à l'encontre de Lynch, ne va pas à l'encontre du développement intuitif, et ne gâche pas une éventuelle interprétation personnelle. C'est un paramètre que je retrouve souvent par ailleurs : une vision clarifiée n'entrave pas le potentiel de l'imagination/interprétation personnelle, au contraire. Ca ouvre plus que ça ferme/conclu.
D'autant plus que ça nous ouvre sur la relation Lynch / spectateur de Twin Peaks - que nous sommes.
D'une certaine manière il y a un loup dans son raisonnement. De croire qu'il "résout" montre qu'il n'a quelque part pas vraiment intégré le principe fondamental. Il sera probablement moins catégorique en vieillissant. Mais il explique effectivement beaucoup de choses essentielles pour la Saison 3.

(Je souhaitais rester concis. J’ai échoué. Pourtant, je n'évoque de quelques bouts.)
Il y a en quelque sorte deux propositions en une, qui interagissent. A l'envers : 2/ le cheminement de production/diffusion a impacté l'histoire même, va devenir l'histoire. 1/ dès le départ, Twin Peaks était une "allégorie" de la télévision.

En gros, les éléments sont : violence consommable (un meurtre résolu par épisode), esprit du temps anxiogène (le vent, l'ambiance), télévision en général (le trip "sitcomesque", "soap operaesque" (qui semble parfois bien bidon) n'est pas un pastiche, c'est l'objet même. Le sujet principal, ce n'est pas un meurtre, mais la télévision.

L'événement qui va tout chambouler est le fait qu'on le contraigne à dévoiler l'identité du tueur lors de la saison 2. C'est quelque chose qu'il n'a jamais digéré, et va devenir le sujet de l'épisode final de la saison 2 (qu'il a réalisé alors qu'il avait quitté la production après l'épisode de révélation), et de la saison 3.
C'est en effet profondément absurde : le principe de départ était justement d'aller à l'encontre du meurtre résolu.
On le verra par la suite, "la résolution" est Judy. Ca, je le savais déjà. Le jeu de mot chinois, le "on ne parlera pas de Judy" etc. Ce qu'apporte le gars (qui était déjà perçu, donc gros bémol sur sa façon de présenter certains éléments comme provenant de son analyse), c'est qu’à partir de la saison 2, ce sujet de la résolution n'est plus un sujet faisant partie de la construction dans le sens "nous ne résoudrons volontairement pas", mais "j'ai été contraint de résoudre, et cela a tué mon oeuvre".
Dale Cooper représenterait le spectateur. Dans l'épisode final de la saison 2, il devient possédé par Bob, car les spectateurs ont contribué à la contrainte de résolution.

Ensuite, il y a la parenthèse du film prequel. Le gars le présente comme si Lynch avait accepté de revenir sur cette oeuvre avec bonne volonté, en explorant l'avant et le personnage (dans l'optique : la victime n'est pas consommable, elle est digne d'intérêt). La réception du film ayant été mauvaise, les gens demandant toujours absurdement des explications, des révélations, a contribué à ce que nous voyons dans la saison 3.
Le spectateur est représenté de deux façons. MrC possédé par Bob, dans le même état d'esprit que le final de la saison 2. Dougie - le bon Cooper n'existe plus. / Cooper représentant la curiosité du spectateur, dans la Saison 3, Lynch enverrait un "ils n'ont rien compris, voilà ce qu'ils auront". Au fil des épisodes de la Saison 3, j'ai vraiment eu l'impression à de multiples reprises que Lynch nous faisait un gros doigt d'honneur avec Dougie. Dans la vision apportée par le gars, ça fait sens. Il n'a pas digéré ni la résolution de la Saison2 ni la réception du film, qui montrait que bien que si les gens réclamaient une suite, ils n'avaient toujours pas compris (et au contraire, voulaient connaitre la suite dans un état d'esprit opposé au propos de départ).

Lynch fait la Saison 3, demandée par le public. La meilleure représentation est la scène de fornication (pour éviter que cette page soit censurée) entre Dale et Diane dans l'épisode final. Dans la théorie du gars, Diane est "Twin Peaks". On ne la voit jamais dans la série. Dans la saison 3, la Diane qu'on voit est un "doppelgänger". Parce que ce que nous voyons n'est pas Twin Peaks, n'est plus Twin Peaks depuis la résolution en Saison 2. D'une certaine manière, cette contrainte de la résolution est ressentie comme un "viol" de la part de Lynch, et dans l'histoire, le Dale possédé par Bob a violé Diane. Lors de cette scène si particulière où elle lui cache le visage, c'est Twin Peaks, qui est en relation avec les spectateurs à nouveau. Ils l'ont violée auparavant, et toute la puissance de cette scène devient le rapport entre la série et les spectateurs, je trouve ça génial de s'en rendre compte. A de nombreux endroits, il y a toute la douleur de Lynch par rapport à ce qui a été fait à son oeuvre. Cette nouvelle façon de voir amène un /filtre /je n'arrive pas à trouver de terme. Quelqu'un de blessé. La chanson de Eddie Vedder (et les autres chansons de la saison 3) évoque cette relation.

Les spectateurs veulent le retour de Twin Peaks, mais Twin Peaks a été dénaturé par la contrainte de résolution. Twin Peaks ne pourra jamais revenir. On le retrouve de mille manières. Pour rester sur Diane, Naido est la vraie Diane, elle a une autre apparence (car ce n'est plus Twin Peaks).

/spoil fin.
Le pénultième épisode, où le super héros un peu grotesque tue Bob : la résolution à deux balles que veulent les spectateurs, avec Dale en surimpression "we live inside a dream".
Dans l'épisode final, Laura est devenue quelqu'un d'autre, n'a jamais habité la maison. Le meurtre n'a pas eu lieu.

L'épisode 8 devient un peu plus clair.
Le moment de la bombe, naissance du mal, apparait au moment d'une résolution. A ce moment, on était tous à bloc (lors de la diffusion d'un épisode par semaine), en recherche de résolution, et enfin, l'histoire avance, MrC est tué. La frustration rencontrait enfin ce qu'elle cherchait, et crac, les hommes noirs viennent le ressusciter : pour le gars : l'envie des spectateurs engendre le fait que le mal ne meure jamais. Puis crac, plan-séquence de plusieurs minutes à l'intérieur d'une bombe. / Il enchaine sur l'origine de cette envie, on en arrive à l'origine, et à la créature qui entre dans les gens par les ondes radio / télé.

Ca n'explique évidemment pas tout, mais apporte un éclairage intéressant.


Danishos Dynamitos

29/09/2020 à 16h51

syle
aujourd'hui à 15h25
----------

La série toute nulle qui avance à deux de tension, avec des gus qui ont disparu avant le début de la série (c'est dire si on s'en fout) et une secte grotesque digne de celles de cocoricocoboy ?
Incomparable.

_____________________

Pardon mais non: la disparition c'est la première séquence de la série.
Inoubliable d'ailleurs.

syle

29/09/2020 à 17h21

Mon post était de toute façon du pur troll.
Je n'ai pas tenu plus de 4 épisodes de The Leftovers (et encore, j'ai essayé de m'accrocher).
Tout, absolument tout m'a déplu.
Ce sont des choses qui arrivent, mais s'il y en a tant qui ont aimé, c'est bien qu'il y a quelque-chose que je ne m'autorise donc absolument pas à juger.
Mon post en forme de jugement à l'emporte-pièce était visait juste à remettre une pièce dans la machine du running-gag...

Danishos Dynamitos

29/09/2020 à 17h40

Tu peux troller sans être inexact, je ne t'en voudrai pas. Même si j'ai tendance à tirer à vue sur ceux qui n'aiment pas The Leftovers (c'est la limite de ma tolérance, à moi, noble babos)
Faut être précis même dans le troll boudiou

Cush

30/09/2020 à 23h30

Lapostat
29/09/2020 à 16h37

Intéressant tout ça. J'ai un regardé un tout petit bout de la vidéo. On a le sentiment qu'il surinterprète parfois mais il se base beaucoup sur des interviews et analyses de Lynch et certaines remarques font mouche je trouve. Tout ce qu'il dit sur l'aversion de Lynch pour le type de récit policier qui s'est généralisé avec l'explosion de la production audiovisuelle, où les tueries s'enchaînent et se banalisent, et le fait que Twin Peaks va exactement à l'encontre de ça en décrivant uniquement l'impact d'un meurtre sur la communauté, c'est très bien vu.

Pour moi cette idée de renverser les codes de la narration se retrouve aussi dans la façon qu'a Lynch de présenter et développer ses personnages, dans Twin Peaks et ailleurs. Il part souvent d'archétypes, de représentations éculées (le cowboy, la pin-up, le plouc, la brute...) qui inondent les films et les séries. Il pousse ces clichés à leur paroxysme en demandant aux acteurs d'en faire des tonnes et d'avoir un jeu très peu naturel, en utilisant l'éclairage aussi avec des couleurs criardes qui renforcent l'impression de mauvais soap opéra.

On a d'abord le sentiment d'être devant un spectacle grotesque et je pense que beaucoup de spectateurs se limitent à cette lecture en y voyant seulement du second degré, la caricature d'un certain type de récit. Mais si ce n'était que ça ce ne serait pas très intéressant. En filmant d'une manière aussi appuyée des comédiens qui surjouent autant, en étirant la durée des plans aussi ou en se focalisant sur des détails qui pourraient paraître insignifiant, il donne à voir des choses inattendues chez ses personnages, des failles qui les humanisent. Un bon exemple de ça dans la saison 3 est le personnage de Candy, ou l'apparition de Wally Brando: hilarants tous les deux, mais si on observe attentivement ils révèlent une extraordinaire empathie pour Candy, un besoin maladif de reconnaissance pour Wally... Lynch n'est jamais cynique, il aime profondément ses personnages.

Comme tu dis tout ça ne constitue qu'une grille de lecture parmi d'autres de la série. Il faudrait parler aussi de l'esthétique, de la vision très sombre que ses choix de plasticien donnent de la société actuelle. J'ai eu l'impression dans la saison 3, plus peut-être que dans n'importe quelle autre oeuvre de Lynch, de me balader dans des tableaux, en alternant principalement entre Francis Bacon pour les corps lacérés et déformés et Edward Hopper. Le dernier épisode en particulier, on passe par Gas, par Nighthawks, et on retrouve dans cet épisode (presque) débarrassé du fantastique et de l'emphase, tout le vide, la banalité et la mélancolie du paysage urbain américain qui inondent les tableaux de Hopper. La platitude extrême de ce réel culmine dans la scène finale (à tel point que c'est la vraie propriétaire actuelle de la maison qui joue dans la scène!), et pourtant...

syle

01/10/2020 à 09h23

Intéressant, tout ça.
Ca me donne envie de revoir la série (saisons 1 et 2) puis de m'attaquer à la troisième, alors qu'au premier visionnage, il y a quelques années, j'avais accroché sans plus.
J'avais regardé jusqu'au bout, mais sans que ça déchaîne en moi une passion furieuse. Vu la renommée de la série, je me suis toujours dit que j'étais passé à côté de quelque-chose (et probablement même à côté de l'essentiel).
Bon, et pour la femme à la bûche, quelqu'un a une explication ?

Cush

02/10/2020 à 11h35

Elle distille quelques clés de lecture mais pour moi le plaisir vient surtout du petit rituel au-delà de ce qu'elle dit. Cette cheminée, cette bûche, cet intérieur bois, ces paroles énigmatiques et ces notes de synthé sont la meilleure façon de s'immerger dans l'atmosphère de la série. Sur mes dvd j'ai une option qui permet de commencer l'épisode directement en zappant cette intro et ça ne me viendrait même pas à l'esprit de l'utiliser.

rockitrOM

05/10/2020 à 18h58

[True detective]
Je viens de finir la saison 1 (oui, j'ai jamais été trop en avance). C'est vraiment classe, et je veux continuer. J'ai cru comprendre que la saison 2 est ratée, et que les saisons sont indépendantes entre elles. Je passe donc à la saison 3 directement ou alors je rate des trucs (scénario lié ? saison pas si ratée, autre?).

 

coach_mimi

05/10/2020 à 19h10

Ha mais tu raterais plein de trucs si tu faisais l'impasse. Après, c'est peut être pas sur que ce soit des trucs que tu veuilles voir (genre Vince Vaughn qui surjoue)