Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 00h33 - Toni fils brillant : "Le cas du logement est éclairant : si la collectivité sollicite des entreprises publiques pour... >>


Messages de service

aujourd'hui à 00h20 - Le Meilleur est le Pires : Macron dégage, la 5e République touche à sa fin, la Coupe du Monde a finalement pu être... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 00h17 - Loul : Il y aura peut-être du Knicks bashing pour le renvoi de Fiz qui est très apprécié des médias... >>


Santiago Bernabeu

aujourd'hui à 00h15 - theviking : Et Marca faisait un article récemment (vendredi ?)sur l'extraordinaire "disponibilité" de... >>


Observatoire du journalisme sportif

06/12/2019 à 23h31 - leo : Mik Mortsllakaujourd'hui à 22h43Avec le duo Ménes-Paganelli au micro lors du match suivant, c'est... >>


Gerland à la détente

06/12/2019 à 23h23 - Pier Feuil Scifo : Pour cause de grève des transports je n'ai pas pu voir Mass Hysteria ce soir, du coup j'ai vu en... >>


CdF Omnisport

06/12/2019 à 23h23 - 2Bal 2Nainggolan : À la même époque, l'année dernière, Fourcade avait de très mauvais temps de ski, c'est le tir... >>


Le fil prono

06/12/2019 à 22h56 - Josip R.O.G. : Ç'est truqué.Le book est vendu. >>


Scapulaire conditionné

06/12/2019 à 22h49 - Yul rit cramé : Tout à fait, ce n'est pas infaillible, et il faut un minimum de résultats pour accompagner un bon... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

06/12/2019 à 22h32 - Yul rit cramé : Dites donc les crocos, au lieu de mordre vos adversaires, vous pourriez me répondre ?J'ai comme un... >>


Qui veut gagner des quignons ?

06/12/2019 à 22h21 - Rolfes Reus : Désolé pour la pause... je doute que vous trouviez le dernier buteur donc voilà :Dortmund -... >>


Noir, Jaune, Foot

06/12/2019 à 21h44 - liquido : Pas du foot mais de la Belgique, et beaucoup de courageThe Champion Who Picked a Date to Die... >>


Paris est magique

06/12/2019 à 21h09 - lunatic XV : Espoir de rien du tout, on est à fond là et très contents d’y être... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

06/12/2019 à 19h41 - le petit prince : Yo les kneckes, je serai au derby de la saucisse demain. >>


Et PAF, dans la lucarne !

06/12/2019 à 19h40 - betomar : L'effondrement: beaucoup aimé, notamment les derniers, surtout "l'ile" et "le Hameau" - déjà... >>


O TéFéCé

06/12/2019 à 19h31 - betomar : C'est officiel: je suis inquiet. Les 2 volontaires susceptibles d'être plus mauvais que nous... >>


Sondages idiots

06/12/2019 à 18h17 - Lucho Gonzealaise : Ronaldinho Gaucho à Grenoble >>


Les enfants de la bulle

06/12/2019 à 17h02 - Lescure : @Dan LédanPas mieux la mienne à 5 ans en train de hurler Hey ho Lego, j'étais aux anges, idem... >>


Festival de CAN

La Coupe d'Afrique des Nations: fans d'Okocha, d'El Karkouri, de Kanouté ou d'Eto'o, lâchez-vous!

Ivan de la peine

15/11/2019 à 23h12

Merci pour toutes ces explications suppdebastille !

suppdebastille

19/11/2019 à 18h05

Interview bien pessimiste de la situation au Sahel (éducation, démographie, terrorisme)

http://www.rfi.fr/afrique/20191118-sahel-causes-enjeux-desastre-annonce




LYon Indomptable

21/11/2019 à 06h05

Mais très bonne interview.

rivaldo maccione

21/11/2019 à 23h03

Bonjour,
Mardi dernier j'ai eu l'occasion d'assister au match opposant la Mauritanie à la République Centrafricaine à Nouakchott.
Je me risque à l'exercice du compte rendu, soyez tolérant!
(surement un pavé, je ne me rends pas compte)

--
Je suis en Mauritanie depuis quelques semaines maintenant et il se trouve qu’une de mes premières rencontres, par l’intermédiaire d’un ami commun, est le président d’un club de foot de première division. Mon nouvel ami, Souleymane de son prénom, a donc ses entrées dans bien des endroits dans le pays, et bien sûr pour tout ce qui est touche au football. Après m’avoir convié une première fois à assister à un match de championnat (où le spectacle fut surtout dans la tribune officielle en compagnie de nombreux présidents se chambrant entre eux et se chamaillant sur les question d’arbitre et d’arbitrage plutôt que dans les tribunes vides ou sur le terrain avec un match de faible qualité), me voici invité pour un match de l’équipe nationale pour les qualifications de la CAN 2021. Deux options, je l’accompagne seul en loge officielle ou avec la famille en tribune. Ne me voyant pas privé rivaldinho du plaisir d’aller au stade et préférant les tribunes, nous irons donc avec madame maccione, rivaldinho et Souleymane dans les gradins. Les Mouratibounes reçoivent les fauves de la République Centrafricaine. L’affiche ne fait pas rêver mais le point ramené par les mauritaniens de leur déplacement au Maroc lors de la 1ere journée (grâce à un match héroïque du gardien Namori pour sa première titularisation alors que l’équipe n’a pas vu le jour) a déclenché un bel engouement autour du match. Depuis quelques années le football mauritanien est en plein développement et l’équipe nationale de plus en plus populaire. Cet article l’expliquera bien mieux que moi (https://tinyurl.com/tra4bkh) mais, grosso modo : arrivée de quelques investisseurs, professionnalisation du championnat, création d’une académie pour les jeunes, rénovation du stade, construction d’une plus grande enceinte (terminée mais pas encore inaugurée), etc. Les résultats suivent avec la première qualification pour une phase finale de la CAN en 2019 et première participation également au CHAN (la CAN des joueurs locaux) avec à la tête des deux sélections depuis 2014, Corentin Martins. Autre illustration des progrès accomplis, dernièrement le club de Nouadhibou s’est qualifié pour la phase de poule de la coupe de la confédération, une première pour un club mauritanien.
Notre ami m’explique que pour le moment certains membres de la fédération préfèrent encore l’ambiance chaude du petit stade plein à coup sûr. Le nouveau stade sera probablement inauguré pour la réception du Maroc qui attirera surement les foules. En attendant, nous prenons donc place au sein du stade Cheickha Boïdiya de Nouakchott, petite enceinte de 8000 sièges rouges et verts à ciel ouvert dotée d’une pelouse synthétique. Le match est annoncé à guichet fermé et il y aussi beaucoup de monde dans les rues voisines. L’ambiance d’avant match est chaleureuse et plutôt familiale. Même si question parité on peut mieux faire, je ne m’attendais pas à y voir autant de femmes, à la satisfaction de Mme qui avait peur de se sentir à l’étroit. Maillots et casquettes aux couleurs nationales sont de sorties, mais aussi beaucoup d’hommes habillés en drâa, la tenue traditionnelle des Maures.
Les joueurs s’échauffent et le stade est déjà plein, y compris d’une petite centaine de centrafricains, probablement issus de la communauté présente dans le pays. Mon cœur de sympathisant du Stade Brestois et de supporter des Girondins frétille à la vue de Corentin Martins au bord du terrain et de Cédric Yambéré à l’échauffement. Et je suis surpris de constater que l’ivoirien Zahoui (il dirigeait les éléphants pendant mes années ivoiriennes) est à la tête de la sélection centrafricaine. Vient le moment des hymnes avec une sono beaucoup trop forte pour apprécier la version du public. Le « kop » mauritanien nous gratifie d’un petit tifo bien exécuté représentant le drapeau national. Rivaldinho s’agace de l’absence de fumigènes. Souleymane le rassure, « quand on marquera ». La confiance est là ! Je demande à voir pour les fumis quand même…
Fin des hymnes et, le temps de l’échange des fanions, un drapeau géant de la Palestine est déployé. Nous sommes bien en république islamique. Le match peut commencer. La Mauritanie, en maillot vert, se présente en 4-4-2 « Elie Baup » et la Centrafrique, en maillot bleu, en 4-4-2 également mais je n’ai pas compris l’organisation de leur milieu. Précisons qu’ils doivent composer sans Kondogbia, la star de l’équipe. Sans flocage et n’ayant rien entendu de la présentation des équipes, Il sera difficile de faire un joueur par joueur ! Le début du match n’est pas très dynamique mais les mauritaniens sont appliqués et occupent le camp des fauves de l’Oubangui. Le fait que le public s’enflamme à chaque contrôle réussi après une transversale est surement une démonstration de ce que devait être le niveau il n’y a pas si longtemps. Au bout de 25 minutes de jeu, sur la première véritable occasion du match, la Mauritanie ouvre le score par le milieu de terrain de (la réserve de) Valladolid El Hacen qui reprend un centre précis d’Houssen, arrière gauche évoluant à Louhans-Cuiseaux, après une belle remontée de balle collective. Il n'en fallait pas moins pour chauffer l’ambiance. Et comme promis, il y a donc des fumigènes. Le petit est en joie. Dans l’euphorie, un voisin de siège lui offre sa vuvuzela en plastique. Mes oreilles souffriront une bonne partie du match. Les locaux tentent d’emballer le match de façon brouillonne mais finissent par réussir à l’enflammer sérieusement durant les 5 dernières minutes de la première mi-temps avec notamment deux tirs sur les poteaux. La mi-temps est sifflée sur le dernier poteau laissant notre ami et nos voisins hurler leur frustration de ne pas voir un penalty accordé pour une faute soi-disant évidente. Au 5eme rang des tribunes, à 50 mètres de l’action, pas besoin de la VAR pour être convaincu du contraire !
Mi-temps, distribution de cacahuètes, de bouteille d’eau, de pop-corn et même de thé. Le tout gratuitement, même si il n’y en a pas assez pour tout le monde. Nouveau don pour le fiston, un drapeau. C’est moins bruyant qu’une vuvuzela. J’apprécie au moins autant que la bouteille d’eau fraîche. L’occasion aussi d’échanger avec les voisins plus calmement. Quand le vieux moustachu devant nous est capable de citer les équipes nationales contre lesquelles la Mauritanie a gagné, tu dis qu’effectivement on part de loin. Il n’y en a pas beaucoup.
Le match reprend, les centrafricains reviennent avec les mêmes intentions de jeu, c’est-à-dire aucune mais avec un surplus de nervosité. Zahoui se chauffe quasiment tête contre tête avec l’arbitre et s’embrouille avec un de ses joueurs à tel point que d’autres joueurs doivent les séparer. Il ne se passe pas grand-chose sur le terrain. La blessure du 10 mauritanien vers la 70eme désorganise un peu l’équipe. Cela profite aux bleus qui remettent le pied sur le ballon mais ne se procurent qu’une seule occasion, certes énorme, ou l’attaquant se retrouve absolument seul avec largement le temps de contrôler mais préfère tenter la volée. Hors cadre et gros frisson dans le stade.
Les vert laissent le ballon aux fauves, qui ne savent pas trop bien quoi en faire, et procèdent par contre. Le public pousse voyant bien que les joueurs fatiguent, surement les efforts consentis face au Maroc il y a trois jours. A la 90eme, une situation de contre à quatre contre un se présente. Guidileye (passé par l’Estac, Brest et Nancy, aujourd’hui en Turquie) conduit la balle et, plutôt que d’écarter sur un de ses coéquipiers, tente un lobe de 35m sur le gardien avancé. Heureusement qu’il le met ! Evidemment, le stade exulte! C’est assez marrant, parce que de ce que j’ai vu jusqu’à présent, les mauritaniens sont plutôt posés et Nouakchott n’est pas une ville qui se caractérise par son bouillonnement. Alors voir quelques fumigènes et des mecs pénétrant sur le terrain, c’est surprenant ! La suite c’est 5 minutes de joie, de cris, d’accolades et de temps réglementaire. Rivaldinho pose son drapeau pour reprendre le vuvuzela. Fin du match, l’ambiance monte alors encore d’un cran ! Les joueurs n’ont pas le temps de rentrer au vestiaire que toute une tribune se retrouve sur le terrain, c’est un peu la cohue mais rien de bien méchant, les autres spectateurs restant fêter à leur place. Au bout d’une dizaine de minutes, les policiers ont indiqué la direction dans laquelle courir.
On reste encore un peu profiter de l’ambiance, le stade ne se vide toujours pas. Souleymane nous invite à le suivre. On marche vite, on sert quelques poignée de main et hop surprise nous voilà dans les vestiaires avec les joueurs et le staff. Je ne cache pas mon plaisir de pouvoir discuter dans un coin du vestiaire quelques minutes avec Corentin Martins avant de partir. En sortant du vestiaire (comme dans un stade de district quand, tu sors des vestiaires directement sur le parking et dans la rue), il y a foule pour attendre les joueurs. Le bus qui vient les récupérer n’arrive pas à approcher de la porte du vestiaire. Il lui reste 100m et j’imagine que cela va être long.
Tout au long du retour, ce n’est que klaxons et drapeaux qui s’agitent dans les rues. Tout ça pour une victoire 2-0 contre la République Centrafricaine lors d’une deuxième journée de qualification. Vivement le match contre le Maroc !

Cela faisait un moment que je n’étais pas rentré d’un stade aussi joyeux! Et vu l’état d’excitation du drôle en arrivant à la maison, difficile de savoir qui était le plus ravi entre rivaldo et rivaldinho. Les deux surement ! Vraiment, c’était un chouette moment de football !

Giresse au bout de mes rêves

21/11/2019 à 23h26

Merci Rivaldo pour ce retour, ça donne envie de vivre une expérience similaire

suppdebastille

22/11/2019 à 08h43

Merci pour ce récit , je n'ai pas bien compris qui est ce "Élie Baup", surnom d'un joueur centrafricain ou c'est toi qui amicalement a surnommé Zahoui ainsi ?

suppdebastille

22/11/2019 à 08h46

Ah tiens la Can 2021 pourrait changer de date.
Elle est maintenant en concurrence avec la coupe du monde des clubs et accessoirement il pleut pas mal au Cameroun plus on avance en juillet.

Maniche Nails

22/11/2019 à 09h27

@supp ça n'est pas juste le surnom amical du 4-4-2? (D'autant que ça parle ici du système mis en place par Martins)

rivaldo maccione

22/11/2019 à 09h53

Maniche Nails
aujourd'hui à 09h27

Tout juste, le 4-4-2 avec les milieux offensifs excentrés.

(et désolé pour la mise en page du récit et les fotes d'ortaugrafes qui se balladent)

liquido

22/11/2019 à 10h16

Merci rivaldo !

 

dugamaniac

22/11/2019 à 11h14

Merci effectivement.
Bon petit ultra rivaldinho, va falloir nous le ramener au virage sud bordelais