Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Coupe de la Ligue

aujourd'hui à 17h12 - djay-Guevara : Moi, j'ai toujours le sentiment d'avoir (re-)perdu mon pucelage apres 17 ans d'abstinence avec une... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 17h11 - Panda : cavaniball corpseaujourd'hui à 17h02Je veux bien accepter cette explication, mais pour le bien de... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h04 - olerouge : Toujours pour NMSEt sur le plan des transports, là encore beaucoup de choses se font par chez moi... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 16h44 - Gilles et jeune : @Le génie se meurt ? Ah mais l'mage ritaujourd'hui à 09h57Quand ces enfants ne sont pas... >>


Manette football club

aujourd'hui à 16h39 - cri soi gueule : Un concept qui me plait beaucoup mais as encore testé, c'est le nintendo lab, j'ai vu sur la... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 16h17 - A la gloire de Coco Michel : ***foot à Rennes***Si y a des Rennais désireux de tâter de la gonfle, on joue vendredi soir... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h13 - Mallardeaufraiche : Pourquoi faire ? Y'a Di Maria, Icardi et... Chouppo Motting ! >>


Manger (autre chose que) la feuille

aujourd'hui à 15h57 - theviking : Oui, quel gaspillage ! >>


L'empire d'essence

aujourd'hui à 15h33 - Roy compte tout et Alain paie rien : C'est marrant, quand j'achète des saucisses de Francfort, je dit que j'achète des "Bryan Herta"... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 15h14 - Run : Z'avez peut etre raison, je vois surement ca plus moche que ca n'est, influence par ce que j'ai vu... >>


Santiago Bernabeu

aujourd'hui à 14h41 - Nos meilleures Sané : non ça doit parler de Sylvinho une fois qu'il se sera fait virer... remplacé par Genesio, qui tel... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 14h02 - J'ai remis tout l'allant : J'ai pourtant bien ressenti de la chaleur au début de 'La nuit nous appartient'.Blague à part,... >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 14h00 - Mik Mortsllak : Sinon le premier but brestois à Bordeaux est vraiment magnifique, avec ses 4 dernières passes en... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 13h59 - M.Meuble : C'est pas mal ce petit essai Georgien. Ca tape vraiment dur a chaque impact sur ce match. >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 12h25 - Zouma Zouma Zouma Yeah : Hier, je regarde la première mi-temps avant de partir chez mes beaux-parents. Sans être confiant,... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 12h18 - Hydresec : En mettre quatre à Sainté (qu'on n'avait jamais battu depuis le retour en L1) après en avoir... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 11h50 - Wallemme Six Yeah : Tetsuo Shimaaujourd'hui à 10h13Surtout qu'il n'a pas le droit de parler ! S'il y a bien UN truc... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 11h48 - Hydresec : Si le long terme inclut la soirée de demain, je suis totalement d'accord. >>


Paris est magique

Ou tragique, c'est selon.

Yul rit cramé

19/08/2019 à 18h51

Quand tu dis que ça a de l'intérêt de suivre la L1, tu parles pour un supporter parisien j'imagine ?
Non parce que pour les kikonjoux, la course au titre n'a plus d'intérêt, il ne nous reste plus qu'à suivre notre club dans la course aux places d'honneur, ou au maintien. Ce qui est une grosse perte d'intérêt.

Quant au probleme du niveau du championnat, on l'entend depuis longtemps, même de la part des dirigeants parisiens, mais c'est trop facile. Bien des clubs ont réussi avec des championnats pas plus relevés que la L1, et on pourrait dire l'inverse avec la premier league qui est trop relevée et épuise les équipes participantes.

Le seul probleme que cela engendre vraiment est psychologique, puisque le seul intérêt de la saison du PSG se joue sur ces matchs aller-retour.
Et cela augmente d'une année sur l'autre avec les échecs précédents.
Jusqu'ici, vos joueurs se sont fait écraser par la pression. Rien de plus.

beltramaxi

19/08/2019 à 18h55

Gilles et jeune
aujourd'hui à 18h24
Peut-être allez-vous un peu vite en conclusions ? On peut pas attendre encore qqes matchs avant de tirer des conclusions hâtives ?
------------
C'est sûr, après on est quand même sur une très sale série qui se poursuit finalement, bien que coupée par la trêve estivale. Moi ce qui ne me plaît pas dans cette défaite précoce c'est que le crédit de Tuchel est encore plus entamé auprès de Léo (et on sait que Léo n'est pas du genre à attendre), et qu'en plus je trouve son attitude étrange.

Mais pas de panique, j'aime bien la vieille tradition des 10 matches pour faire un premier point (prépa digérée, milieu reconstruit, cas Neymar réglé), s'il tient jusque là.

Samba

19/08/2019 à 19h10

Je suis plutôt d'accord avec l'analyse selon laquelle Tuchel utilise la L1 comme un laboratoire en attendant les matchs compliqués de LDC. Pour moi c'est l'explication la plus simple au délire tactique d'hier soir qui semblait inadéquat face à l'adversaire.

J'ai fait pas mal de matchs au Parc la saison dernière et je me prenais bien la tête à essayer de comprendre les positionnements des joueurs, les systèmes asymétriques mis en place etc.

Contre Liverpool, Naples et Manchester ça a quand même donné des résultats. L'élimination au Parc est très frustrante parce que j'aurais bien aimé voir ce que cela aurait donné par la suite. Malheureusement la sortie des les 1/8e a fait plonger le groupe et il n'a pas su remotiver ses troupes.

Gazier

19/08/2019 à 19h34

Quand Tuchel parle du voyage en Chine pour expliquer que ses joueurs sont plus fatigués que le renés, ça n'émeut personne ?
Vous avez bien joué contre Rennes en Chine, non ?

la menace Chantôme

19/08/2019 à 19h38

Classico
aujourd'hui à 18h27
La réponse des entraîneurs précédents était diamétralement opposée parce qu'ils n'avaient pas les profils à disposition pour faire les malins, ni la légitimité qu'avait Tuchel pour le faire dès son arrivée au vu des lacunes de l'effectif.

Et aussi parce qu'on n'était pas si loin du but, à l'époque. Y avait pas forcément de quoi remettre toutes les certitudes en cause.

Tricky

19/08/2019 à 19h42

Easy Sider
aujourd'hui à 13h56
Silva, Verratti, Marquinhos, Di Maria, c'est du très très haut niveau. En Ligue 1. Dès qu'on est face à de vrais gros, au delà du Miracle Barça au Parc début 2017, ils coincent autant que les autres.
————
Étant attaché au FC Metz, je connais assez mal le football, mais tout de même, je suis assez avec Classico sur le coup.

Marquinhos est un défenseur central assez exceptionnel qui aurait sa place dans n’importe lequel des demi finalistes de ces dernières années, Verratti est un bijou absolu, sérieusement, et Di Maria n’est pas un parangon de régularité, mais il a fait assez régulièrement des matches incroyables au moment où ça compte vraiment (à Paris et ailleurs).

(Thiago Silva, je suis moins enthousiaste).

En revanche, il me semble Sunil y a eu régulièrement des carences fatales à certains postes.

Mais bon, c’est pas simple comme position, comme pour le Bayern, le Sheriff Tiraspol ou The New Saints. Tu sais que de toute manière tu vas très probablement remporter ta ligue domestique et sortir des poules, donc ta saison se joue sur deux ou quatre matches avec des marges d’erreur infimes.

Yul rit cramé

19/08/2019 à 19h52

Ta conclusion illustre ce que je disais.
Par contre, pour Verratti, j'ai un doute, il a un potentiel fou, mais ne me paraît pas paré pour porter une équipe ou top niveau.
Il n'est pas assez stable pour cela selon moi.
Il lui faut au moins un Thiago Motta pour le couvrir et/ou le canaliser.

PCarnehan

19/08/2019 à 20h37

Gazier
aujourd'hui à 19h34

Quand Tuchel parle du voyage en Chine pour expliquer que ses joueurs sont plus fatigués que le renés, ça n'émeut personne ?
Vous avez bien joué contre Rennes en Chine, non ?
-------

Je pense qu'en évoquant ce problème d'arythmie circadienne, il voulait signifier que nous avons trainé nos guêtres durant dix jours chez Xi Jinping, alors que les Rennais ne sont arrivés que la veille du match pour en repartir le soir même. Préservant ainsi leur condition physiologique des effets du jetlag.

Mais, comme toi, je suis dubitatif. J'hésite entre le prendre vraiment sérieux, ou éclater de rire devant l'excuse la plus bidon de la décennie.

Tricky

19/08/2019 à 20h44

En fait, je pense que mon argument est : sachant que l’exfiltration de Neymar est assez peu réalisable, et que du coup tout ça va rentrer dans le rang, est ce qu’il n’est pas un peu tôt pour s’énerver ?

(Je dis ça aussi parce qu’à part City, je continue à penser qu’aucune équipe en Europe ne vous est inaccessible, cette année plus que d’autres)

ParisHilton

19/08/2019 à 22h09

Tricky
aujourd'hui à 20h44
En fait, je pense que mon argument est : sachant que l’exfiltration de Neymar est assez peu réalisable, et que du coup tout ça va rentrer dans le rang, est ce qu’il n’est pas un peu tôt pour s’énerver ?
----
Il est probablement trop tôt pour s'énerver mais j'ai un gros doute sur l'état d'esprit de Neymar s'il reste avec nous.


(Je dis ça aussi parce qu’à part City, je continue à penser qu’aucune équipe en Europe ne vous est inaccessible, cette année plus que d’autres)
---
Alors c'est gentil mais je pense qu'on est actuellement largement en dessous des tops équipes européennes. Très loin même. Quand je vois les derniers matchs de Tottenham ou de l' Atletico Madrid par exemple. Je me dis qu'on est loin mais très loin. Il y a du boulot, Neymar ou pas.

 

Gilles et jeune

19/08/2019 à 22h17

@Classico
En plus de cette difficulté structurelle, le PSG se traîne, depuis la remontada (et peut-être avant), un genre de malédiction un peu surnaturelle qui doit forcément peser sur les psychologies et faire trembler les jambes aux pires moments. Ce n'est pas de la superstition, c'est de la dynamique de groupe.
----------
Pour tenter d'aller un peu plus loin, et finalement approfondir ma question sur "l'autorité" et le "manque de couilles" (sic).
Peut-être que la dynamique institutionnelle propre au PSG de ces dernères années est de nature à couper les ressorts permettant de réunir les conditions de réussite en LDC. Le problème ne serait donc pas celui de l'entraineur, des couilles, de la testostéronne, mais un problème plus profond d'institution dont la remontada n'est qu'un symptôme.
Je ne récuse pas l'explication du besoin de concurrence au quotidien : ça fait 2 entraineurs qui mettent en avant cette explication dans les médias. Eymerie et Tuchel.
Cependant, Ancelotti et Blanc, avec des équipes plus stables, ont fait de meilleurs résultats en LCD. Et Blanc défendait l'idée d'amener qqes éléments qui bonifient l'équipe titulaire, pas d'une concurrence. Ou encore le Real gagne la LDC avec un noyau dur : aux moments cruciaux, on s'en fout de la concurrence.
Le problème est donc plus complexe, au croisement de plusieurs facteurs. Je tente qqes explications du café du commerce (ie à partir de la lecture de l'Equipe si je raccourcie ;)
D'abord, on peut admettre un déficit de qualité individuelle sur certains postes, avec la mauvaise gestion du recrutement et du renouvellement de l'équipe depuis le départ de Léonardo et les difficultés du FPF.
--> déficit qui entraine un déficit de qualité dans l'équipe. Blanc avait Maxwell et Aurier à un bon niveau, il avait Matuidi et Motta, ainsi que Lucas et l'autre Argentin en remplaçant... Il avait Ibra comme leader d'équipe.

Ensuite, je l'ai déjà exposé en juin ou juillet, Paris n'a plus de colonne vertébrale qui tient un projet sportif depuis le départ du duo Léonardo / Ancelotti. Pour le dire autrement : il n'y a plus d'institution sportive au PSG depuis 5 ou 6 ans. Il y a une institution marketing et de gestion tenue par Blanc, mais pas de pendant sportif. Et Antero n'a pas apporté ça, il a tenté de constitué une institution dans la gestion financière du recrutement, pas dans la gestion sportive (ou insuffisamment, ou sans les moyens).
Ca veut dire quoi ne pas avoir d'institution sportive, et ça voudrait dire quoi d'en avoir une ?
Pour qu'une institution soit, il faut que les sujets qui y travaillent trouvent matière, dans son projet, ses valeurs, son organisation, le fonctionnement de ses groupes, à s'y projeter, à s'y identifier, à trouver le goût d'inscrire son activité - et donc ses projets propres - dans la réalisation des buts de l'institution. Ce faisant, en acceptant cet assujettissement, le sujet acceptent de renoncer en contre partie à certaines de ses pulsions individuelles, mais y gagnent une inscription dans qqche de plus grand que lui qui étaiera son narcissisme et son identité.
Une institution est, non pas quand elle se décrète, mais quand les membres qui la constituent en intériorise suffisamment de ses valeurs, son projet, son organisation pour y trouver place suffisamment satisfaisante pour vouloir y contribuer à la réalisation de ses buts.
Une institution est quand ses membres la porte donc.
On peut avoir deux lecture l'institution PSG. Soit d'une absence d'institution sportive, soit de l'existence d'une institution (de projets, valeurs, organisation, dynamique intériorisées et entretenues) mais avec trop de contradictions pour réaliser le projet visé. Mon propos est qu'il y a bien une institution, mais à changer.
De ce qu'on en lit, on peut en déduire que l'institution sportive PSG Qatari est, depuis le départ de Léonardo et Ancelotti, marquée par deux pulsions qui s'accommodent mal avec la création d'une institution sportive stable et partageable positivement, car elles instituent des fonctionnements contre-productifs par rapport au but visé.
- D'abord, celle d'une pulsion de toute puissance : celle du tout, tout de suite, plus haut que les autres. On a de l'argent, on veut la LDC. On veut des résultats tout de suite. On est prêt à acheter très chers les joueurs que l'on veut. La contre partie de ce pouvoir est la violence de la réaction en cas de frustration ou inadaptation : on coupe les têtes des joueurs qui ne vont pas, on dégage les entraineurs qui font pas l'affaire, on pique des colères quand on n'a pas ce qu'on veut. Au risque de casser la dynamique.
- Puis, celle d'une forme de gouvernance de type paranoïaque qui va avec ce type d'exercice du pouvoir. Comme on fantasme qu'on peut tout acheter, aucune valeur positive ne peut être véhiculée et intériorisée autre que celle de la fidélité à l'argent et à son maître. Le fonctionnement institué est donc sans doute un fonctionnement de fidélité au maître, et de défiance, donc de mise en rivalité et en surveillance entre les différents serviteurs, et de déchainement des pulsions de chaque serviteur, seulement contre-carré par la peur du maître.
On devine ou lit des traces dans le fonctionnement de l'équipe et les résultats sportifs de ce type d'étayage : primauté des pulsions individuelles sur l'étayage au projet institutionnel, et une certaine peur de mal faire assorti d'une perte de moyens aux moments les plus critiques, cad aux moments où tous les enjeux sont concentrés.
Qu'ont apporté Léonardo et Ancelotti au départ ? Un projet sportif dans la durée, un chemin, une manière de s'y prendre. Une mise en cohérence, un aligneemnt du projet, des valeurs, de l'organisation et de la dynamique des groupes : ils avaient pour projet d'inscrire un cadre institutionnel dans lequel les projets individuels pouvaient s'inscrire, et les personnes renoncer à leurs pulsions. Vis-à-vis de NAK, ils ont mis en avant la primauté des moyens, du cadre, comme conditions d'obtention des résultats. La LDC ne s'achète pas. On réunit les ingrédients. C'était d'ailleurs le discours d'Eymery. Mais...
Mais, suite à leur départ, c'est tout ce cadre, permettant une intériorisation des exigences que supposait le résultat LDC par tous (sportifs et personnels autres que sportifs) qui a été mis à mal. L'amateurisme de NAK, pensant pouvoir diriger sans diriger, en gardant le lien avec les joueurs, l'absence de recrutement de DS puis des fantoches en conflits, les conflits entre communiquants ... montrent que la Qatar et NAK ont négligé - par méconnaisance sans doute - cette dimension fondamentale du fonctionnement d'une institution.
Du côté sportif, que peut-il résulter d'un tel fonctionnement institutionnel ? Chaque joueur gère son projet personnel (coucou Verrati, coucou aussi les jeunes joueurs dont les agents doivent gérer la carrière des jeunes joueurs sans interlocuteurs pour l'institution), sa com' personnelle (coucou Mbappe, Kimpbembe, etc.), ses opérations marketing personnel (coucou Neymar), son investissements personnels sur le terrain (coucou Rabiot).
Ainsi, le club, l'équipe ne constituent pas, ou insuffisamment, des étayages intériorisés par les joueurs pour, dans les moments où il faut s'appuyer dessus pour passer les épreuves les plus difficiles, on sache compter dessus, et compter sur les autres.
Ainsi, une dynamique collective où chacun est à sa place dans un projet collectif et sait ce qu'il doit faire (ex. le sacrifice d'Etoo avec l'Inter contre le Barça, ex. France 98 ou 2018) va mal avec un tel type de fonctionnement. Car ce n’est pas dans les moments les plus tendus où l’on peut s’inventer un fonctionnement collectif solide. Les fondations doivent avoir été posées auparavant.
De même, quand toute l’institution est orientée vers la réalisation d’un objectif extrêmement difficile et inatteignable, avec un grand risque de décharge en cas de non atteinte, ça produit un double effet i) de dévalorisation du quotidien, du chemin pour atteindre l’objectif (l’entrainement, la L1) , ii) de paralysie face à l’épreuve (peur de l’échec et de ses conséquences. En gros, en filigranne, ce qui signifie le projet qatarien au PSG, c’est qu’en dehors de la LDC, rien n’a de valeurs. En dépréciant la L1 (rappelez vous le discours de Léo en 2013 disant que l’équipe était taillée pour la LDC), tu favorises une intériorisation par les joueurs de déprécier la L1, et donc de déprécier ton quotidien.
Ainsi, Blanc a souffert de ce manque d'institution contenante des projets individuels, avec déjà des ratés : dans la sphère médicale, dans la gestion des (cf. Rabiot, Verrati), dans les recrutements (anticipation, etc.), dans le rappel au cadre (gestion Aurier), dans les passes droits pour certains joueurs (Sylva), etc.
On peut faire l’hypothèse qu’il avait néanmoins un leader sportif qui tenait un fonctionnement sportif au niveau du terrain : Ibra. De ce que l'on en sait, Ibra, et sans doute Motta, tenaient la dynamique de groupe. Problème, ils étaient svt blessés ou déficiants au matchs clefs. Autre problème : sans l’inscription de leur fonctionnement une institution les dépassant, même Ibra a fini par manger le PSG. Ca ne pouvait pas être le cas avec un tandem Léo / Ancelotti dans lequel chaque place était bien délimité.
Tuchel an 1 a tenté d'incarner, côté sportif, un projet à lui tout seul, capable de mobiliser un projet collectif, malgré le reste de l'institution (Antero, médecins, communicants, etc.). Problème. La remontada, comme symptôme dans ce groupe d’une peur de l’échec d’un groupe trop limité, a semble-t-il cassé les fondations sur lesquelles il parvenait à mobiliser tout le monde. Elle a semble-t-il cassé l’effet d’une illusion groupale après laquelle les mouvements pulsionnels individuels ont refaits jours très forts : le clan des brésiliens et le projet Neymar, la gestion de carrière des jeunes, etc. Les projets individuels ont pris le pas, les pulsions se sont déchainées et… il semble que tant que l’épisode Neymar n’est pas clot, ça laisse des traces.
A ce titre, le départ d’Alves peut se lire comme une volonté de ne pas entretenir un clivage Neymar contre les jeunes. Le départ de certains jeunes (dont Nsoki) peut se lire aussi comme une difficulté à les insrire dans un projet plus grand. Le recrutement de joueurs pro, de devoir, peut se lire comme la volonté de calmer cette dynamique pulsionnelle, lui donner des contre effets.
Reste la question : est-ce que Tuchel est capable d’instaurer une dynamique avec ce groupe, une fois passé l’illusion groupale ? Est-il capable d’articuler son fonctionnement dans celui que veut poser Léo ? Rappelez-vous qd il est arrivé Léo, son discours sur le manque d eprofessionnalisme de la L1 et des joueurs français.
Pour conclure ce poste un peu décousu (écrit en plusieurs fois, pas le temps de tout reprendre, pardonnez moi), on voit comment le projet Qatarien, dès sa fondation (dont Léo a participé malgré tout en dépréciant la L1) a de nombreux ingrédients qui empêchent d’instituer un fonctionnement valorisant la L1 et le fonctionnement d’équipe plutôt que la seule LDC et les intérêts individuels. A ce titre, la gestion Neymar post-MU est exemplaire de ces manques.
Pour moi, Neymar n’a pas tous les tords : ct au PSG de donner un cadre pour qu’il s’y inscrive sereinement. Il reste à donner.