Infos des cahiers


Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 18h09 - beltramaxi : Deux blessés pour changer. Sinon Junior commence à retrouver ses jambes. >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 18h00 - Balthazar : Si ce sont des textes littéraires que tu recherches, il y aurait la pièce de théâtre... >>


Messages de service

aujourd'hui à 17h55 - Mata a ri : Ça y est, l'effondrement a eu lieu. >>


Marinette et ses copines

aujourd'hui à 17h49 - CHR$ : Mais surtout le PSG est en train de caler avec 5 points dans les quatre derniers matchs. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h49 - Toni fils brillant : Yep. Emmanuel Macron, il n'y a aucun doute.D'ailleurs, les derniers baromètres montrent la... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 17h44 - le petit prince : Nom d'un manala (haut-rhinois powa), y'a donc personne pour une bière de mi-temps ? >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 17h40 - Redalert : Et ça marche ? Ça fait combien de temps que tu n'as pas eu envie de tuer un Chilien ? >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 17h37 - CHR$ : Il y a un truc dans l'eau dans la région ou c'est simplement la culture locale ? >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 17h33 - Redalert : Il y a au moins une dernière séance dimanche prochain à 10h45.C'était génial, je le conseille... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 17h22 - le Bleu : Va-t-on assister à la création d'une "amicale des équipes qui ont eu la chance de connaître El... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 17h17 - dugamaniac : Et papier sur les progrès (notamment offensifs) d'Otavio illustrés par des stats. Qui pour la... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 17h03 - Rolfes Reus : Ethique Estacaujourd'hui à 11h39C'était même crève-cœur de mettre des zeros à quelques unes... >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 16h11 - Christ en Gourcuff : Victoire ecrasante 1-0 face au Stade Pontivy qui nous permet d’atteindre les 32eme de la coupe... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 12h19 - gurney : Oui voilà, c'est exactement ça. C'est assez spécial Traoré parce qu'il a beau de sortir par les... >>


Santiago Bernabeu

aujourd'hui à 09h39 - O Gordinho : Tandis que Cristiano Ronaldo a joué 115% des matches possibles.Stupéfiant. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 04h58 - Lucho Gonzealaise : C'est ce qu'on appelle une bonne grosse branlée. >>


Le fil prono

aujourd'hui à 01h35 - Josip R.O.G. : Ma foi... >>


CdF Omnisport

06/12/2019 à 23h23 - 2Bal 2Nainggolan : À la même époque, l'année dernière, Fourcade avait de très mauvais temps de ski, c'est le tir... >>


Café : "Au petit Marseillais"

Il n'a pas perdu son titre de forum historique : c'est celui de l'Olympique de Marseille

Taiwo Rit du Complot

16/11/2019 à 02h19

@Biocentrix

Oui j'avais tout lu et trouve ça très intéressant. Et ca m'avait donne pas mal d'espoir alors qu'au depart j'avais un peu l'impression (fausse) d'un Mourinho qui ne gagne pas.
Mais j'aime bien Benedetto, que ce soit sur Omfourm ou Twitter.

Biocentrix

16/11/2019 à 13h57

Le nouvel Objectif Match se concentre sur la mutation de Mandanda vers un style plus "volant". Intéressant.

Flo Riant Sans Son

16/11/2019 à 14h38

Tu m'enlèves les mots du clavier, je viens juste de le finir. En effet, c'est intéressant et on découvre (je?) le jeune Simon N. Gardien de 16ans qui a signé son premier contrat pro.

Sinon, visiblement Kamara a fait une toile avec les espoirs. Ça commence à en faire pour lui qui veut se fixer en central...

SocRaïtes

16/11/2019 à 19h57

Merci pour l'aide au béotien d'OM Forum !

Biocentrix

18/11/2019 à 15h02

Contenu visuel

Payet avait annoncé la couleur du rendez-vous.

Pressing haut et cadrage des porteurs : comme contre Paris (puis Lille), AVB mise sur l’offensive en bloc médian-haut. Il opte ici pour le 4-1-4-1 en phase défensive, ce qui veut simplement dire que sans ballon, les deux ailiers de notre 4-3-3 descendent pour gérer la montée des latéraux adverses. Pourquoi ? Pour mieux gérer la profondeur, notre faiblesse, exploitée par Paris et spécialité de Lyon ; pour bloquer Garcia qui en sortant JRAdelaïde, seul joueur pourtant capable de transpercer nos lignes, confirmera sa volonté tactique d’attaquer par les ailes (coté Traoré surtout) ; pour permettre une supériorité numérique de solutions de passes lors des transitions offensives. AVB montre qu’on peut rester dogmatique (verticalité haute) tout en s’adaptant légèrement à l’adversaire (bloquer les ailes lyonnaises).

Germain s’épuisant aux replis défensifs à ce poste qui n’est pas le sien et Radonjic ne sachant dribbler que lui-même, qui de mieux que le créateur Lopez pour construire sur les ailes, principe de maximalisation territoriale d’AVB ? Mettre Lopez en meneur excentré sur notre aile préférentielle, jouant plus haut comme je le préconise depuis plusieurs semaines, est aussi une sacrée preuve de confiance : plus technique, moins percutant, pour comme l’expliquait AVB « être plus proche de Dario et chercher cet espace entre les lignes qu'ils ont bien trouvé sur ce match où Max est extraordinaire ». Les consignes de l’ailier droit étaient de fermer l’espace coté Cornet et de presser Aouar.
Déchargeant l’inconstant Sanson de la construction, Lopez, ayant pluss de liberté en étant sur l’aile (moins pressée), a effectivement su trouver Benedetto dans les espaces intérieurs.

Des sorties de balles plus longues (mais des ailes les plus techniques possibles pour compenser) forment ici la base de notre jeu, direct et en transitions rapides, avec une ou deux touches. Pariant sur les premiers et seconds ballons (notamment en duels aériens, domaine où performe l’OM), AVB mise sur sa variante plus gegenpress pour étirer la défense lyonnaise. En effet, depuis Porto, quand l’adversaire presse ou cadre trop sur les relances courtes, AVB utilise son plan B : la relance en profondeur du gardien et des centraux vers les ailiers (le bloc-équipe, resserré, étant alors chargé d’être présent à la retombée et surtout sur les seconds ballons).

J’ai trouvé la ligne défensive aussi haute que d’habitude malgré la supériorité lyonnaise en possession. En revanche, la présence compensatoire d’un Kamara plus bas (travail volumineux et intelligent) permet a Sarr de jouer assez haut en moyenne, défendant cette fois moins que les autres : certaines de nos transitions défensives voient ainsi l’OM jouer avec seulement 3 défenseurs (2 quand Amavi monte).
Au milieu du terrain, Kamara marque individuellement JRAdelaïde lorsque ce dernier est dos au jeu, pour l’empêcher de pivoter. Lopez et surtout Rongier, par leur cadrage agressif, ont fait déjoué les lyonnais, incapables de trouver Aouar notamment (29 ballons touchés en 57 minutes).
———————

Dubois simule tellement longtemps que l’arbitre ne peut décemment sanctionner Benedetto. Magique.
Encore un premier but assez chanceux, sur coup de pied arrêté. La règle voulant qu’une main le long du corps touchée après un premier contrôle n’est pas sifflée, la main de Sanson n’est pas sanctionnable (elle ne donne pas de « possession avantageuse » à l’OM, ne créer aucune occasion puisque réceptionnée par Mendes).

Grosses occaz à la 36e (percée de Sanson qui prend ensuite la mauvaise décision) et à la 37e (A.Lopes capte la tête de Dario pour M.Lopez), lancées par des passes d’un Dimitri méritant, qui marque une minute plus tard sur une séquence d’anthologie. Amavi aspire moins Payet sur ce match, qui défend donc davantage de manière volontaire : interceptant le ballon dans notre camp par un tacle, Payet envoie une longue pré-passeD de l’extérieur à Lopez — qui, multipliant par sa vision les appels dans les trous lyonnais, lui renvoie décisivement.

A partir du premier but au moins, l’excellent duo Rongier-Lopez ne cesse encore de combiner, même en permutant ou en triangles avec Sarr.

Sanson, qui joue encore trop perso, existe peu en première période, pleine de déchet technique. Rendez-nous Imbula.

Pénalty probable pour les rhônalpins. Le FC excuses découvre l’injustice.

Non content de sortir son joueur le plus dangereux, Garcia tente étrangement d’utiliser Aouar et Mendes en milieux défensifs pendant 45 minutes. Il ne s’y prendrait pas autrement s’il voulait nous faire gagner.

Chargé de couvrir DujeCC monté un peu trop tôt à l’interception (Sanson étant à l’origine du décalage spatial), Alvaro laisse Dembélé transpercer et se voit contraint à la faute tactique. Un des joueurs les moins disciplinés d’Europe, Alvaro G donne un but et prend un rouge mérité (son jaune était déjà limite) mais n’a pas été dribblé du match.

Lyon, en surchauffe, ne nous pose aucune difficulté en seconde période à l’exception des coup-francs. Harcelés, craignants de perdre le ballon au profit du pilonnage marseillais, les lyonnais ne font montre d’aucune volonté, jouant en retrait même à 11 contre 10 malgré une baisse d'intensité dans notre pressing.

Changement de stratégie avec l’exclusion. Passant en 4-4-1, AVB décide de mettre Payet en pointe et Sanson en ailier gauche à la 66e (poste que je lui préconise depuis octobre), mais surtout de faire tourner la possession sur les ailes camp adverse plutôt que de s'épuiser à défendre en reculant. Malgré l’infériorité numérique, l’OM a su conserver le ballon sur le coté grâce à Lopez, omniprésent en moitié lyonnaise (il reçoit 42 des 60 passes dans les 30 mètres adverses après notre exclusion). Lopez et Rongier, qui se projettent entre les lignes, sont titulaires tout le match pour garder la maîtrise du ballon, en allant chercher haut pour temporiser verticalement.
———————

AVB exige un gros volume de nos ailiers et surtout de Kamara.

Rongier, le nouveau Verratti, gratte des ballons, va récupérer haut, joue constamment vers l’avant. Une nouvelle fois, il réfléchit plus vite que Sanson. La rapidité de prise d’information et surtout d’exécution du futur capitaine est telle que les autres peinent à suivre son rythme.

Le milieu Rongier-Sanson de ce soir est toujours moins volumineux que le milieu Lopez-Rongier contre Strasbourg. Il est même moins liant que celui du milieu Rongier-Sanson face à Lille Lille. Heat maps disponibles.

Comme face à Nice et face à Strasbourg où il jouait 10, Lopez, profil de type associatif, arrive davantage à trouver Dario que Sanson (et Rongier). Créant des décalages et perforant, il réussit encore à protéger le ballon dans les petits espaces. D’après les heat maps, nous n’avons jamais autant joué sur l’aile droite que durant ce match. Leader.

Sanson fait enfin briller son coffre mais toujours pas sur la largeur.

Un grand bravo à monsieur Gautier qui a su oublier notre passif et ne pas céder au chantage lyonnais, misant sur un laxisme propice au rythme du spectacle.

Marseille 1,34 xG — Lyon 1,10 xG.
En adjusted goals, l’OM gagne 2,1 à 1,1.

Victoire contre Nice, Monaco, Saint-Etienne, Lille et Lyon sur la phase aller, sans compter les nuls contre Rennes et Montpellier.
Sans Thauvin et avec Payet/Alvaro absent un mois.


Biocentrix

18/11/2019 à 15h02

Contenu factuel

Sur ses 42 passes, Lopez en effectue 33 dans la moitié adverse. Verticalité.
Sur ces 33 passes, 37% sont vers l’avant (le chiffre monte à 60% avant l’exclusion).

Sur ses 16 passes, Sanson en effectue 13 dans la moitié adverse, mais seulement 5 ne sont pas latérales/en retrait.

Sur ses 52 passes, Rongier en effectue 30 dans la moitié adverse.
Sur ces 30 passes, 21 sont en avant (70%).

Rongier effectue 4 passes dangereuses, Lopez 3 passes dangereuses, Sanson 2 passes dangereuses.
Une passe dangereuse est grossièrement une passe verticale arrivant dans les 20-30 mètres adverses (« zone 14 » comprise) et provenant de l’extérieur de cette aire.

Dans le camp adverse, Lopez effectue 2 passes en profondeur, 1 passe lobée, 2 centres ; Rongier 3 passes en profondeur ; Sanson 2 centres.
———————————

Rongier touche 63 ballons, Lopez 51, Sanson 47.
Lopez réussit 95% de ses 42 passes (1 key pass, une passeD), Sanson 88% de ses maigres 16 passes (2 key pass), Rongier 81% de ses 52 passes.

Payet effectue 3 transversales, 3 centres et 2 passes en profondeur. Il récupère 4 ballons en première mi temps, record de cette période. Il atteint au final 92% de passes réussies, 3 occasions créées (record du match) et 5 centres (record du match). Payet a également le plus taclé de la première période.

Lopez, qui récupère 4 ballons, est le meilleur du match en terme de progression balle au pied.
Il est également le meilleur du match en xGchain, stat qui mesure la probabilité de xG par possession individuelle (en gros, ça veut dire que sur ce match Lopez est celui susceptible par ses passes de créer le plus d’occasions de buts).

Benedetto glisse au moins trois fois dans la surface adverse…

Sanson possède 2,4% des ballons marseillais (record négatif derrière Dario), Lopez plus du double, Rongier 6,5% (record du match).

Sanson intercepte 2 ballons et rate 50% de ses tacles. Il perd 11 duels et 7 ballons, records du match… On comprend pourquoi c’est seulement la 3e fois de l’année que Sanson termine un match (quand Lopez joue, c’est 88 minutes par match ; Sanson 72).

Rongier tire 2 fois (2 fois bloqués). Les 30 dernières minutes de Rongier, dans une équipe réduite à 10, le voient courir a presque 30 Km/h en moyenne. Il effectue les deux pré-key pass pour Sanson.

Lopez et Rongier effectuent 1 key pass chacun, Sanson 2.

La saison dernière Maxime Lopez avait le 4ème temps de possession par match et la 3ème distance parcourue par match. Cette saison il a aussi le 4ème meilleur % de progression vers l’avant.

L’OM n’avait pas battu Lyon depuis 5 ans.

A la première minute, Dario loupe un tir à 9% de chance de pénétrer les cages, notre meilleure occasion du match (hors-buts de Payet).
La meilleure occaz (hors-but de Dembelé) de Lyon est la frappe de Terrier à la 89e, premier ballon touché par les lyonnais dans notre surface depuis l’exclusion.

Sanson perd 13 ballons, Sarr perd 14 ballons, Amavi perd 19 ballons.

Payet 5 tirs, 3 key pass, 2 buts. 100% de passes réussies moitié adverse. Que des records.
D’après les xG, le deuxième but de Payet n’avait que 9% de chances d’être inscrit au moment de la frappe. Réalisme.

A l’issue de ce match, Marseille devient le premier club de l’histoire de la L1 à dépasser les 4000 buts.
L’OM de Villas-Boas n’a perdu aucun match cette saison en ayant mené au score. Le portugais n’a perdu que 22% de ses 14 matchs en blanc et bleu.

Marseille tire 13 fois, Lyon 11.

Sarr, présent à l’interception, et aussi le second passeur le plus prolifique du match.

Sur leurs 21 tentatives, les marseillais réussissent 16 passes dans les half-spaces (77%) dont 4 dans la surface (et la passeD de Lopez).

Lopez premier passeur décisif (3 en 10 titularisations) de l’équipe suite à ce match. Soit autant que lors de ses 32 derniers matchs. Explosion.
Si Lopez poursuit sur sa lancée, il devrait rapidement dépasser sa moyenne des key passes par match (et de passesD) de la saison dernière. Au dessus de la moyenne de l’équipe, à 1.95 contre 1.03, il se place second derrière Payet.
A titre de comparaison, puisque ce débat semble désormais inévitable, la meilleure moyenne de Sanson par rapport à l’équipe est de tirer 1,64 fois par match (mais ne cadrant que 2 fois en 13 tirs, sur 12 matchs).
La pire perf de la saison de Lopez sont ses occasions de buts, tandis que celle de Sanson sont ses occasions de construction (xGBuildUp).

L’OM gagne la bataille du pressing avec 10,22 de PPDA (résultat encore plus salé que contre Lille si Alvaro était resté).

L’OM est 13e défense de L1 selon les xG against : nos adversaires ratent 1,9 occasions nettes par match. Merci Steve ?

A l’aube de la 14e journée, l’OM a 29% de probabilité de se qualifier pour la LdC selon les pronostics de FiveThirtyEight (derrière Lyon a 33% et devant Lille à 25%).


BONUS : Rongier couvre toujours pluss de largeur que Sanson
http://image.noelshack.com/fichiers/2019/47/1/1574083123-capture-d-ecran-2019-11-15-a-00-31-49.png

rockitrOM

18/11/2019 à 17h30

Merci pour ces messages.

Nicordio

18/11/2019 à 17h39

Très intéressant contenu visuel, bravo.
Pour le recueil de stats, c’est pas ma tasse de thé donc, mais merci pour le boulot

AKK, rends tes sets

18/11/2019 à 18h15

Les 30 dernières minutes de Rongier, dans une équipe réduite à 10, le voient courir a presque 30 Km/h en moyenne
----

*rires dans la salle*

Il y a une petite erreur ici, sachant que des joueurs comme Coman, Mbappé, Meunier, Ribéry, etc. courent entre 30 et 36 km/h, en sprint.

Sinon, super travail, c'est toujours intéressant.

Flo Riant Sans Son

18/11/2019 à 19h27

Merci pour ses deux posts forts intéressants. Je me perds un peu sur le versant statistiques, mais c'est quand même bien!

Malgré ces limites actuelles, et que tu illustres. je persiste à penser qu'on encore des choses à tirer de Sanson. Sur la dernière demi-heure, je le trouve précieux dans son activité, et sans pertes de balle notables (au contraire de Rongier qui en perd deux dangereuses).

 

Johnny Ringo

18/11/2019 à 20h31

Les posts de Biocentrix, ça me rappelle le film "Le Stratège", celui avec Brad Pitt, general manager d'une équipe de baseball, qui embauche un statisticien - vous vous rappelez ce film ?
Si l'OM embauche Biocentrix, qu'on recrute sur leurs stats cachées des bras cassés des 4 coins du championnat, et qu'on est champions de quelque chose, promis, je me remets à aimer le foot.
En plus, ça ferait de lui l'exact contraire de Bio Hazard, et ça c'est marrant.