Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Le fil prono

aujourd'hui à 14h03 - Isabey a les yeux bleus : [Recensement Cyclisme]A l'heure où nos ches actifs financiers pédalent en Afrique, recensons-nous... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 13h54 - Seven Giggs of Rhye : Effectivement, ce fût dur à regarder. La première mi-temps a été un long chemin de croix,... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 13h54 - maDoudou Makhosa-Cisse : Sur l'aspect mental et la fragilité du succès, tu as l'exemple tout récent de Tarje Bien (le... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 13h54 - Sens de la dérision : John Six-Voeux-Berkaujourd'hui à 13h17Bref, il y a des choses intéressantes dans parcoursup ; et... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 13h18 - liquido : Pour Sama est effectivement bouleversant et transpire le politique dans chacune de ses scènes. >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 13h10 - O Gordinho : Le billet de France culture qui ne dure que deux minutes résume assez bien tous les reproches que... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 12h24 - leo : tikkoaujourd'hui à 11h59---C'est exactement ça, merci. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 12h12 - gurney : Andersen manque un peu de tout en ce moment. Il a d'ailleurs refait une passe plein axe mal... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 11h31 - Marius T : Une planche à rebond, assez large pour fermer le couloir en phase défensive.Je crois Benedetto... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h44 - De Gaulle Volant : Oup-là ! Mécano !"Ben Yedder dépanne un automobiliste" (maxifoot.fr) >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 10h32 - Christ en Gourcuff : Bon et bien finalement c'est un deplacement à Pau qu'on évite. Entre les ours, la neige et les... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 10h22 - Joswiak bat le SCO : Sagnol, Gourvennec, Sousa, finalement qu'ont-ils fait avant Bordeaux et qu'ont-ils fait apres si ce... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 10h06 - KL : Ahah Boghossian ! A l’écouter hier il y avait aussi toujours faute pour Lorient et jamais pour... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 09h50 - Espinas : C'est plutôt une bonne nouvelle pour le Racing, toute rencontre qui ne se dispute pas à l'Arena... >>


Les enfants de la bulle

aujourd'hui à 09h42 - CHR$ : Je pensais que le sarcasme était plus apparent dans mon message (mais à la relecture en fait... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 09h08 - inamoto : L'essentiel est acquis, mais ça n'a pas été simple comme tu dis... le moins que l'on puisse dire... >>


Stades ultimes

19/01/2020 à 23h46 - Hyoga : Lego sort un modèle d'Old Trafford, dans la série "creator... >>


Tout en haut du Nou Camp

19/01/2020 à 23h30 - patrice : Espinas - 22h38Un des échos est que Valverde était très souple sur les libérations... >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

OLpeth

18/11/2019 à 10h40

Roger Cénisse
aujourd'hui à 09h47
Le bingo OLPeth : médiacratie coché. Je note qu'il manque quand même quelques autres termes pour avoir la grille validée.

*smiley*
----------------

Qu'est-ce que tu veux, la répétition des événements oblige à la répétition du constat... Au bout d'un an c'est complètement démoralisant.

Toni fils brillant

18/11/2019 à 10h51

@Olpeth

"Ce pouvoir veut de la confrontation, de la violence et du pourrissement pour discréditer ses opposants. Il crée les conditions favorables à l'éclatement de la violence, et la médiacratie suit, en bonne pute à audimat, occultant les revendications au profit des violences"

---

Si je peux me permettre deux remarques.

La confrontation et la violence, c'est comme l'amour, il faut être au moins deux.

Ensuite, sur ce forum, beaucoup d'intervenants choisissent délibérément de parler plutôt islam ou violences policières. C'est un choix de sujet clivant que vous faites en toute liberté. Aucun média ne vous y force.

beltramaxi

18/11/2019 à 10h55

@Josip

https://www.facebook.com/streetmedics21/videos/545346932698831/

OLpeth

18/11/2019 à 11h00

J'ai bien compris Toni que pour toi le sujet central est la lutte contre le dérèglement climatique et l'indispensable bifurcation de notre société si nous voulons éviter une catastrophe pour l'humanité. Tu en parles bien, le débat était intéressant, et comme je n'ai rien à y ajouter (je suis à la fois d'accord sur ton constat factuel et celui de classico sur l’impossibilité politique - pour le moment - de se mettre en ordre de marche), je ne me saisis pas du sujet.
De mon côté je suis très inquiet de la transformation de notre république en pays libéral autoritaire, qui se sert de la police comme une milice privée pour imposer ses réformes et étouffer les idées divergentes.

Et je trouve bien légère ta saille "La confrontation et la violence, c'est comme l'amour, il faut être au moins deux." Je ne mettrai jamais sur le même plan la violence de l'oppresseur et celle de l'opprimé qui se défend.

Toni fils brillant

18/11/2019 à 11h08

Tu noteras qu'un pays ne peut pas être libéral et autoritaire, c'est antinomique. Il faut donc trouver un autre terme. Oligarchie peut convenir, je pense. Mais à force d'appeler libéral ce qui ne l'est pas, vous allez finir par vous priver vous-mêmes de libertés fondamentales.

Tu as raison, les violences ne peuvent pas être mises sur le même plan. Mais les violences nourrissent les violences. Et je trouve que l'instrumentalisation par certains irresponsables politiques + l'effet de bulle cognitive lié aux réseaux sociaux fabrique une vision un peu déformée des contextes qui ne sert ni l'apaisement, ni les progrès sociaux. Il ne sert que l'agenda politique d'un courant politique devenu minoritaire à gauche, mais dont la force de propagande reste élevée.

El Mata Mord

18/11/2019 à 11h11

@Toni

Tu veux dire comme dans le cas de "l'agression" (je ne trouve pas de terme adapté) subie par A.Corbière samedi ?

Toni fils brillant

18/11/2019 à 11h38

Je veux dire qu'il est naturel pour la France Insoumise de chercher la confrontation et la violence plutôt que le débat démocratique. Après je veux pas avoir l'air de distribuer bon et mauvais point. ils ont peut-être raison sur la stratégie, qui sait.

OLpeth

18/11/2019 à 11h47

Toni fils brillant
aujourd'hui à 11h38
Je veux dire qu'il est naturel pour la France Insoumise de chercher la confrontation et la violence plutôt que le débat démocratique. Après je veux pas avoir l'air de distribuer bon et mauvais point. ils ont peut-être raison sur la stratégie, qui sait.
--------------------

Alors tu te trompes complètement puisque la stratégie de LFI c'est la non-violence, et que ses représentants répètent à tue-tête sur tous les plateaux qu'ils sont contre la violence. L'explication est que si tu veux un mouvement de masse avec les classes populaires, les gens qui défilent en famille, etc., il faut un cadre sans violence. l'utilisation de la violence in fine t'isole et est contre-productive. Seule la force du nombre permettra de se passer de violence. Je trouve ça à la fois cohérent et bisounours, parce qu'en face ils se privent pas de taper dans le tas. Mais j'ai pas la solution magique.

suppdebastille

18/11/2019 à 11h48

"Toni fils brillant

aujourd'hui à 11h38

Je veux dire qu'il est naturel pour la France Insoumise de chercher la confrontation et la violence plutôt que le débat démocratique."


En quoi c'est naturel?
FI est un parti officiel se présentant aux élections, présent au Parlement et non un groupuscule caché.

Flo Riant Sans Son

18/11/2019 à 12h21

Je ne vois quel rapport de causalité il y a entre la FI et les violences policières sur le terrain. Il ne s'agit pas de confrontation sur le plan politique (puisque les violences sont présentes quelque soit la manifestation), mais plus globalement de questionner les méthodes des forces de l'ordre. Et plus que jamais, pour moi: Crs=je cours...

 

Mevatlav Ekraspeck

18/11/2019 à 12h27

Allez, une parenthèse éducation à quelques jours de la clôture des inscriptions au bac :

https://tinyurl.com/uuqpxpe

(Oui, je sais, la source... pardon aux familles, etc...)

La justice condamne donc l'éducation nationale à appliquer une loi qu'elle s'est auto-infligée, la sachant inapplicable. Je ne sais pas si cette décision fait jurisprudence ou pas, mais nous voilà contraint d'aller au bout de l'absurde.

L'article du code de l'éducation, le voici :
https://tinyurl.com/rvgfxdg
Pondu en 2015 sous Hollande, c'est l'exemple même de la décision prise en dépit du bon sens.
Comment peut-on promettre à un redoublant de réintégrer un établissement quand vous savez très bien qu'il n'y aura pas de place pour lui l'an prochain si vos cohortes de premières sont déjà saturées?

Peu importe, les fédés de parents, les syndicats lycéens et les syndicats tout court applaudirent .

Les effets pervers de cette fausse bonne idée, les établissements les prennent de plein fouet aujourd'hui, mais c'est un détail.

Les premières victimes ce sont les lycéens.

Bien sûr qu'ils ont une part de responsabilité dans l'échec au bac, mais il y a autour de ces gamins un système d'une rare hypocrisie.

Déjà, deux mois avant l'épreuve, les bahuts ont une petite idée des élèves à risques, ceux qui on de fortes chances de se planter. Que fait-on pour préparer un éventuel échec et ou année n+1? Rien. Faudrait surtout pas aller démoraliser ces chers bambins avec nos visions pessimistes, et une surprise est toujours possible.

Donc on laisse le petit aller se prendre le mur, tranquillou, avant de passer à la deuxième étape : s'en débarrasser. Un échec au bac, c'est pas bon pour les stats. Moins on a de boulets à traîner, plus les pourcentages sont élevés. Alors, surtout ne pas dire au pépère que ça va être compliqué de le reprendre l'an prochain, parce que vu les montants, les futures terminales seront à 36, donc saturées.

Début juillet le verdict tombe : il est bon pour une deuxième tentative. C'est là que, tout contrit, le chef ou le CPE en charge du dossier explique que bon, OK il y a la loi, mais bon en pratique ça va pas être possible et qu'il va te falloir faire la tournée des bahuts pour espérer décrocher une place avec ton dossier dég... compliqué.

Une fois la porte fermée, on entend un petit claquement de main suivi d'un "bon débarras" du meilleur effet. En voilà un de moins qui pourrira les chiffres d'absentéisme et de performance l'an prochain.

Evidemment, les redoublants personne n'en veut, donc les dossiers remontent aux inspections académiques qui seront en charge de placer les petits au gré des chiffres des places vacantes déclarés (soutirés de force serait le terme exact) par les lycées.

Et c'est là qu'entre une logique fabuleuse, la même que celle des proposition de reclassement après licenciement.

"Alors Monsieur Chose, j'ai une bonne nouvelle : je vous ai trouvé une place au lycée Marcel Duchmol de Bétonville, ils vous attendent. Comment ça c'est à une heure et demi de transport aller simple de chez vous? Mais on s'en fout mon bon monsieur, d'une part vous n'aviez qu'à avoir votre bac et d'autre part si vous en voulez pas, il y en a dix qui sont près à égorger leurs soeurs et leur épagneul pour obtenir ce précieux sésame. Bonne journée, avec les compliments de l'administration".

Et voilà comment on en vient à retourner la situation en blâmant ces idiots de recalés du bac qui refusent les places qu'on leur donne et qui ont le culot de chouiner quand ils n'ont pas de lycée au bout de deux mois.

Alors attention, cette année, ça va être encore plus subtil.

Ami lecteur, si tu as un gosse qui passe le bac cette année, cesse ici toute activité et va t'occuper de son cas. Si ta marmaille se plante cette année, autant te dire que tu vas vers de folles aventures qui vont te rendre dingo.

Réforme du bac oblige, les règles d'obtention du bousin changent. Comment va t'on faire pour, par exemple, garder les notes de 2020 pour postuler à l'examen de 2021? Quelles équivalences? Comment faire pour ces redoublants qui n'auront pas pu faire leurs E3C ( https://tinyurl.com/w59zsce pour rappel )?

Trois questions aussi fondamentales que restées sans réponses claires à ce jour.

Et, pour en revenir au sujet initial, la réforme du bac a eu un effet pas inintéressant : les effectifs en première générale ont augmenté. Maintenant qu'on peut se soulager de quelque matière avec laquelle on est fâché pour choisir trois spés (puis deux) qui nous plaisent, les vannes ont été ouvertes. Finies les matières bloquantes pour postuler à une S, une ES ou une L.

Et c'est une très bonne chose, je pense, que de se concentrer sur ce qu'on aime faire pour construire son avenir.

Sauf que les premières débordent, que les terminales seront donc elles aussi saturées, et que ceux qui vont planter le bac cette année :
- n'auront pas de place pour l'an prochain
- ne connaissant aucune des modalités d'évaluations non définies à 10 mois de l'échéance.

Les tribunaux administratifs peuvent donc se préparer à un afflux de cas en juillet prochain, maintenant que la mode est lancée.

A moins que l'administration centrale ne décide de l'ouverture massive de classe l'an prochain, ce qui, au vu du contexte actuel est très improbable, on va vers une génération sacrifiée, qui aura dans sa poche une décision de justice favorable, un article du code de l'éducation pour lui, mais aucune chance de faire valoir son droit.

Alors, en 2015, il y a bien un ou deux cons (dont ma pomme) qui avaient crié à l'incongruité, au clientélisme et à la schizophrénie, mais on nous avait alors répondu qu'ils étaient rien que des salopards élitistes qui faisaient rien qu'à taper sur les élèves en difficulté.

La FCPE, partie prenante dans cette affaire, à en tout cas beau jeu d'accompagner ces pauvres gamins dans un calvaire qu'elle a elle même organisé. Vous me direz, ça légitime leur existence et leur utilité, mais on va encore dire que je suis aigri.

Les solutions que je propose pour éviter tout ce dont je viens de parler dans le pavé ci-dessous?

- Arrêter d'inscrire n'importe qui au bac, et travailler ou faciliter l'orientation en cours d'année via des passerelles entre les voies générales, technologiques et professionnelles. Quand on voit que le bac ne sera pas obtenu, on arrête l'acharnement et on bifurque. Travail d'accompagnement, d'information et d'orientation qui évitera bien des drames et des soucis d'estime de soi. Echouer au bac quand 85% des autres réussissent, c'est violent.

- Dégager autant que faire se peut du temps dans les Dotations Horaires Globales (en gros le temps qu'on donne aux profs devant les élèves) pour focaliser sur ces enfants qui rament, en repensant l'accompagnement personnalisé et en multipliant les autorisations à expérimenter pour les lycées. Laissons les bahuts faire, personne d'autre ne connaît mieux les cas d'élèves qu'eux. Les dispositifs se doivent d'être locaux.

- Informer les lycéens dès le début de l'année, sortir des tabous et des non dits pour clairement leur donner la règle du jeu. Savoir dès septembre ce que les responsables légaux ou les élèves majeurs voudront en cas d'échec, afin de donner en haut lieu des données qui permettront aux administratifs de s'organiser en terme d'accueil pour la rentrée d'après.

Quoi qu'il en soit, bon courage à ces gamins qui, déjà en grande difficulté, se font ballader et poirotent depuis des semaines. Bon courage à ces mômes pour les deux à trois heures de bus et de RER, bonne chance pour ne pas définitivement lâcher l'école.

Et avec mes excuses au non de ma paroisse pour toute l'hypocrisie qui doit régner autour de leur situation depuis qu'ils sont en première...

Des fois, j'ai honte...