Boutique

boutique

Infos des cahiers


Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @PaladarNegroWeb: #Maradona Looks 👉 https://t.co/YCI6EpppRE https://t.co/MzlY2S1Gfa

OM, un été d’interrogations et de promesses - https://t.co/M5RHGuxH4x Par @Ba_Zenga https://t.co/xmq4QUfguZ

RT @Minoskovic: Leipzig-Salzbourg : un drôle de match en questions #RedBull #RBLRBS #EuropaLeague https://t.co/iRo5oJpoQA

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)

Drame du naming

"Le Spartak de Gigot a eu chaud à Krasnodar." (lequipe.fr)

Faire cercle autour de lui

"Tite (Brésil) : 'Neymar mérite des éloges pour son comportement'." (lequipe.fr)

Avoir le foot dans le sang

"Caillot : 'Que du bonheur !'" (lequipe.fr)

Dib throat

"Un jeune U17 du Burundi auteur d'un véritable tacle à la gorge." (ledauphine.com)

Antonin Marteau

"Antonin Panenka : 'Il fallait être soit un génie, soit un imbécile'." (lequipe.fr)

Le forum

Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 01h28 - et alors : Ne vous inquiétez pas, CHRS et "habituel troll", ça va ensemble. (Sérieusement, soit tu apprends... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h30 - Nos meilleures Sané : Roger Cénisse21/09/2018 à 19h57Juste, sur l'immigration, dans ma branche (informatique) les 3/4... >>


Parties de campagne, bières, et football...

aujourd'hui à 00h27 - contact : Et s'il y a des Pringels? >>


Les Princes de Louis II

aujourd'hui à 00h24 - cocobeloeil : Rhooo..Je parle juste d'un top pinard additionné d'un zeste de limonade faite maison.Rien de bien... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h14 - PCarnehan : Disais-je à CHR$. >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h12 - impoli gone : Pas encore tout à fait puisqu'il y a saisine du TAS. >>


Scapulaire conditionné

21/09/2018 à 23h26 - cocobeloeil : Oui, d'accord sans 2D avec toi. Infiniment.Quand on aura retrouvé le Sabaly performant et... >>


Manette football club

21/09/2018 à 22h23 - le Bleu : Deux infos :-Sony a annoncé une Playstation mini (enfin, "Classic") pour Noel, avec 21 jeux dont... >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

21/09/2018 à 22h18 - Vas-y Mako! : La débauche d'efforts des Nimois est impressionnante.Mais il risque d'y avoir de la casse... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

21/09/2018 à 22h17 - El Mata Mord : Qu’est ce qui bouge le cul des andalouses ?C’est Zemmour ! >>


Latitude corsitude

21/09/2018 à 22h04 - CELTIC BHOY : Ce pragmatisme pourrait s'appliquer à situation politique ! >>


Qui veut gagner des quignons ?

21/09/2018 à 21h34 - Utaka Souley : Clap, clap, clap. >>


CdF Omnisport

21/09/2018 à 21h17 - JL13 : N'oubliez pas de signer la pétition du CNOSF ....."Le sport compte" ! >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

21/09/2018 à 21h17 - Breizhilien : Ça y est, fini de série. >>


Merlus, Tango et Friture

21/09/2018 à 21h11 - Breizhilien : Si tu t'es créé une alerte Google avec les mots "Fabien Robert", il n'est peut être pas trop... >>


La L1, saison 2018/2019

21/09/2018 à 20h27 - Portnaouac : Comme promis, voici donc le coty actualisé d'Olivier :1,8016 - Paris Saint-Germain3,6667 -... >>


Paris est magique

21/09/2018 à 20h26 - JeanLoupGarou : Il peut dépanner en 6 ? >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

21/09/2018 à 19h58 - Matu-Verratti-Vieira-Touré-Clément-Cearà : C'est un coup a ce que Bjorn Borg et Boris Becker sortent de leurs retraites ca. >>


Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

OLpeth

17/04/2018 à 14h25

La dette de la SNCF : qui, comment, pourquoi, quelles sont ses réseaux ? Un chouette article de Bastamag qui tord le cou à bien des conneries balancées par le gouvernement et qui propose quelques pistes.

https://tinyurl.com/y9xkkrmy

Metzallica

17/04/2018 à 14h36

Henri Désiré Landreau
aujourd'hui à 14h07

Auparavant, nous avions une armée de chauffeurs de taxis qui appartenaient à la classe moyenne, voire classe moyenne+. Il y avait donc une répartition relativement homogène des gains issus de cette activité entre tous ces chauffeurs.

Aujourd'hui, avec la révolution numérique, quelques acteurs, à savoir le ComEx d'Uber capte une immense masses monétaires pendant que les chauffeurs sont désormais des sous qualifiés sous-prolétarisés guidés par GoogleMap et ayant un permis de conduire.


Une autre façon de voir les choses est que le taxi, qui était réservé aux classes supérieures par ses prix rédhibitoires, est désormais utilisable par tous, augmentant la mobilité globale.
Et surtout, les mecs a qui on refusait des jobs peuvent maintenant se faire un peu de blé pour ensuite partir sur autre chose.
Maintenant, Uber s'en met plein les fouilles, oui, mais c'est un autre problème.

Easy Sider

17/04/2018 à 14h36

Henri,

Tout à fait d'accord avec toi, sauf sur la force de conviction d'Hamon t'imagines bien! :)

Pour revenir sur la mise en place d'un revenu universel, le problème principal est que la réaction primaire de ceux qui n'en auraient pas besoin a été de s'insurger sur le fric qu'on allait donner aux assistés et à se demander combien ça allait leur coûter en impôts.

Le dispositif était assez flou, mais les arguments de fond refusant de prendre en compte cette réalité du travail n'étaient pas là dessus. Il y a une grande partie de l'électorat qui n'est pas près de vouloir faire preuve de plus de solidarité.

D'ailleurs, Macron l'a très bien expliqué l'autre soir: "je suis pas là pour mettre de la morale, les mécanismes d'optimisation fiscale sont légaux. Dont acte".

Pour la volonté politique, on repassera...

Easy Sider

17/04/2018 à 14h40

Metzallica,

A Paris, les prix d'Uber sont pas beaucoup plus bas que ceux des taxis (en tout cas pour rentrer en proche banlieue).

Par contre, et contrairement aux taxis, les chauffeurs Uber ne refusent pas de te ramener à Saint Denis.

Schnouf

17/04/2018 à 14h41

Il me semble que la révolution à l'oeuvre est très sous estimée. L'automatisation via la dématérialisation me parait l'équivalent de l'invention de la machine à vapeur. Ce n'est pas "juste" une nouvelle révolution industrielle mais un changement de paradigme. La plupart des métiers existants sont d'ors et déjà techniquement automatisables, informaticiens compris. Je suis d'accord avec khwezy, cela ne se reglerera pas par de la formation. Je serais bien incapable de citer un gisement d'emplois importants non "menacés" (je mets des guillemets parce que bon potentiellement on parle de libérer une part important de l'humanité du travail). Ce ne se fera pas du jour au lendemain, de la même façon que les usines n'ont pas remplacé les ateliers artisanaux du jour au lendemain mais c'est devenu techniquement possible. Ce que je trouve inquiétant c'est que ce changement de paradigme qui va de facto transformer la société dans son ensemble n’est appréhendé et donc pensé que par des techniciens. Leur voix est indispensable au débat mais elle ne peut pas être la seule. Les seuls à se préoccuper et à penser la transformation de notre société sont les Sandar Pichai, Zuckerberg et leurs équipes (la tentative d'Hamon est saluable mais m'a pas paru très parcellaire) Ils sont ravis d'être les seuls, ça leur permet de se goinfrer tranquillement et surtout de faire les choix de société pour nous. Cependant, espérer redistribuer les richesses sans comprendre, penser et proposer ce changement de société me parait illusoire.

Dan Lédan

17/04/2018 à 14h42

Easy Sider
aujourd'hui à 14h36
Henri,

Il y a une grande partie de l'électorat qui n'est pas près de vouloir faire preuve de plus de solidarité.
------

Et y a une grande partie de cette grande partie qui serait bien d'accord pour faire preuve de moins de solidarité....

Jean Luc Etourdi

17/04/2018 à 14h47

Luis Caroll
aujourd'hui à 13h54

Une fois de plus, Classico, ce que tu dis est vrai, mais date à peu près des débuts de l'agriculture (à la très grande louche).
Au moins ne les envoie-t-on quasiment plus se faire embrocher pour conquérir le pays du seigneur voisin.

___________________

En effet. Et quand ils s'embrochent entre eux, ça n'indigne pas grand monde sauf dans un registre "voyez ces pauvres types aux confins de l'humanité civilisée".

Il y a peu, j'ai revu grâce au canal Youtube de l'INA une série de reportages (période 78-86) sur les émeutes de banlieue. J'ai presque ressenti de l'exotisme, l'impression qu'ils n'étaient pas diffusés dans des JT français, tant le traitement médiatique diffère d'aujourd'hui.

Tout d'abord il y avait une focalisation sur la médiocrité de l'habitat, la promiscuité, l'insalubrité. Le message était : logique que les gens vrillent quand ils vivent dans des porcheries surpeuplées. Parmi les responsables évoqués : les offices HLM via leurs pratiques commerciales et la répartition aussi arbitraire qu'inconséquente des locataires. Autre responsable désigné : l'Etat, dont les politiques étaient incapables de fournir du travail en quantité suffisante et donc des salaires convenables (j'insiste sur ce point : des salaires décents et équilibrés). De nos jours, on blâme les mecs de ne pas trouver du travail pourtant plus rare, quand ça arrive c'est souvent sous-payé et on estime ça formidable, et on n'attend même plus de l'Etat une politique volontariste pour influer sur l'ordre économique établi facteur de misère (au contraire même, on le présente comme un élément sur lequel nul n'a de prise et qu'on doit accompagner au mieux). Dernier point : l'Islam n'est pas désigné, mais les incompatibilités culturelles sont mentionnées et le white flight s'est produit durant une période aussi brève (1975-80) que violemment ressentie par ceux restés en banlieue.

Bref un traitement empreint de bonne foi et équilibré, où personne n'est épargné, et j'ai trouvé stupéfiant ce basculement du discours médiatique en l'espace d'une génération. Je me garde cependant de conclure que ce traitement était adossé à la vision de la banlieue par l'opinion publique. A l'époque les chaînes de télé appartenaient à l'Etat, donc dégagées des contraintes commerciales et la compétition pour l'audience qu'elles induisent. Ptêt qu'au fond une majorité des citoyens étaient déjà des individualistes mesquins, et que l'évolution du discours médiatique procède d'une nécessité commerciale (adaptation aux attentes de la clientèle).

Henri Désiré Landreau

17/04/2018 à 14h49

Metzallica
aujourd'hui à 14h36

Comme dit Easy, les prix sont pas beaucoup moins chers, c'est surtout le service qui est bien meilleur. Et si je dis que la révolution numérique contribue à dualiser, c'est parce qu'avant, pour être taxi, il fallait passer un examen poussé où tu devais démontrer une connaissance de la géographie parisienne (et on ne parlera pas de celui de Londres, infernal de ce point de vue là). Les chauffeurs avaient donc une forme de qualification. Aujourd'hui, avec un permis et un GPS, n'importe qui peut être chauffeur, ce qui signifie que le métier se prolétarisera de lui-même.

Pour la seconde partie de ton message, oui, bien sûr que si c'est réfléchi, aller faire du Uber n'est pas forcément un mauvais plan. J'étais d'accord avec Macron quand il disait pendant la campagne que c'était un peu un réflexe d'urbain inséré de se moquer de cette forme de travail.

Maintenant, j'aimerais savoir si tu es beaucoup en contact avec la population des quartiers modestes car tu me sembles un peu angélique dans ton approche. J'ai une proche professeur de Français dans un lycée de Sevran. C'est terrible, elle voit des jeunes qui ont raté leur bac s'engager dans du Uber car "c'est magique, on gagne de l'argent". On est typiquement sur une dérive du système. De même, en 2015, Uber a réduit ses prix de 20% unilatéralement à Paris. Ce sont les chauffeurs qui ont absorbé cette baisse. Ils sont une variable d'ajustement pour la boîte qui est elle, est fortement rentable.

Easy Sider
aujourd'hui à 14h36

Comme du t'en douteras, je ne suis pas d'accord sur Macron :) Si tu es honnête, il a aussi dit et répété à plusieurs reprises qu'il allait lutter contre les mécanismes d'optimisation. Cela passe notamment par la définition plus précise juridiquement de l'établissement stable (l'endroit effectif de la prestation de service) et des mécanismes de convergence. Honnêtement, si tu suis les dossiers européens avec le support de l'OCDE, on avance pas mal depuis quelques mois.

Easy Sider

17/04/2018 à 14h59

Henri,

Oui il a dit qu'il va lutter contre l'optimisation, mais en attendant il a déjà facilité la vie de ceux qui en étaient le plus acteurs, et une fois que l'optimisation sera éradiquée (on peut toujours y croire, après tout, même si bon), les obligations de solidarité des optimisateurs seront moins fortes qu'avant.

Donc on aura l'impression d'avoir gagné là où en fait on aura perdu en solidarité.

Metzallica

17/04/2018 à 15h02

Henri Désiré Landreau
aujourd'hui à 14h49
Metzallica
aujourd'hui à 14h36

Comme dit Easy, les prix sont pas beaucoup moins chers, c'est surtout le service qui est bien meilleur.

A Bruxelles c'est pas mal moins cher quand même. De l'ordre de 25% au moins (quand ils ne mettent pas en place le coef bien sur).
Et en effet ils ne refusent pas une course car trop courte/pas le bon quartier, etc...

-----
Maintenant, j'aimerais savoir si tu es beaucoup en contact avec la population des quartiers modestes car tu me sembles un peu angélique dans ton approche. J'ai une proche professeur de Français dans un lycée de Sevran. C'est terrible, elle voit des jeunes qui ont raté leur bac s'engager dans du Uber car "c'est magique, on gagne de l'argent".


Je suis en contact avec les chauffeurs Uber vu que je n'utilise que cela comme taxi.
Je n'en ai jamais vu un seul gueuler de ses conditions. Ils sont presque tous heureux (je bosse quand je veux, j'ai pas de chef...), super serviables, sympa.
Alors c'est terrible a tes yeux, et c'est totalement louable quand tu as une approche globale de société idéale.
Mais dans les faits si les personnes qui font ce boulot s'en accommodent car aujourd'hui ça leur permet de s'en sortir, c'est dur de les convaincre de quitter cela.
Donc il faudra vraiment des bases solides avant de fermer Uber car sinon ils retomberont en bas et c'est au système qu'ils en voudront encore.
AMHA.

 

Easy Sider

17/04/2018 à 15h05

Metzallica,

J'ai l'expérience inverse sur les chauffeurs, ceux qui me transportent sont quasiment tous mécontents, surtout de leur revenu rapporté à leurs horaires de travail, j'imagine que la réalité sur la masse des chauffeurs se trouve au milieu de nos deux expériences!