Sur le fil

RT @mediapart: PSG : les millions maltais de la star Edinson Cavani https://t.co/Nn4MOU7Ujy #MaltaFiles

RT @Balabouder: L'histoire du Parc des Princes de N. de Staël cc @cahiersdufoot via @LauVeyssiere https://t.co/lWmg1Gc7b1

RT @tleplat: Raynald Denoueix : «Ma lettre à Xabi Alonso» https://t.co/oSJ5Wm51Yi via @francefootball

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Débandade Bazile

"Bazile a rechuté." (lequipe.fr)

Pichichictionary

"L'échec du schéma en losange." (l'équipe.fr)

Zéro socios

"Malek Boutih : ‘Le PS a moins d'adhérents qu'un club de supporteurs de foot’." (Europe 1)

Manchester Cécité

"Blind soutient Blind." (lequipe.fr)

Croco vif… raidi

"Mozambique: un joueur de foot tué par un crocodile." (RMC Sport)

Richard III-0

"Shakespeare : 'Une performance qui restera dans les mémoires'." (football365.fr)

Trois bandes plus du tout

"Adidas et l’OM, c’est fini." (lemonde.fr)

Dinamo Viagrab

"Croatie : Un hooligan entre avec une barre de fer." (lequipe.fr)

Week-end réussi à Amsterdam

"PSG : victoire étriquée face à la lanterne rouge." (lemonde.fr)

1-6 et pari

"Barca-PSG : Un marseillais devine le score et remporte 9 200 €." (laprovence.com)

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 10h55 - OLpeth : Je m'inscris en faux : Macron a dit qu'il était ni de droite, ni de gauche et qu'il piocherait... >>


Latitude corsitude

aujourd'hui à 10h39 - M.Meuble : Dis donc. Un petit drapeau et ça part? Serieux, j'ai du mal a comprendre le 2 poids 2 mesures. On... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 10h33 - Dino Dini : Sans avoir vu le film, je connaissais sa dimension métaphysique et je m'attendais à la retrouver... >>


Le Palet des Glaces

aujourd'hui à 10h24 - theviking : Et Nashville premier à se qualifier pour les finales avec sa victoire 6-3 à domicile (les 2... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 10h01 - Charterhouse11 : S'il y en a bien un qui ne m'a pas épaté que ca lors des deux matchs contre l'Ajax (et encore... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 09h56 - Mama, Rama & Papa Yade : Rêvons plus grosse "PSG : Berta, le flou demeure." >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 09h51 - Rock n Santa Cruz : Vu ce qu'a coûté Armand en salaire pour organiser des barbecues, alors qu'il était libre de... >>


Manger (autre chose que) la feuille

aujourd'hui à 09h45 - Pascal Amateur : Autant de gros mots en une page, bravo les gars, vous êtes murs pour le fil politique. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 09h44 - newuser : EndiveMan coche >>


EAG, les paysans sont de retour

aujourd'hui à 08h10 - Jankulowski Desailly Galasek : Bilan au final mezzo mezzo, je te rejoins Yann, néanmoins je t'avoue quand Gourvennec est parti,... >>


L2, National, CFA... le championnat des petits

aujourd'hui à 07h19 - FPZ : Le NO était même relégable sportivement et a été repêché administrativement "grâce" à la... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 00h08 - Lescure : JauneLierre 22/05/2017 à 15h43 C'est vrai qu'il y a du monde au BFBF mais ça reste vraiment... >>


Et PAF, dans la lucarne !

22/05/2017 à 23h45 - Jean-Huileux de Gluten : coach_mimi aujourd'hui à 22h26 J'avais compris et je voulais juste dire que ce "Certified"... >>


Le Ballon d'eau fraîche

22/05/2017 à 23h13 - Le Meilleur est le Pires : On la donne à Cheikh no limit cette année, à Valère l'an prochain, à Sirieix en 2016,5 parce... >>


Scapulaire conditionné

22/05/2017 à 21h17 - liquido : funkoverload aujourd'hui à 15h49 Bon en tout cas, même sur un jambe Trémoulimace ferai sans... >>


Le Ch'ti forum

22/05/2017 à 20h18 - Parangon : Ah oui mince c'est vrai, je suis un mauvais consommat.. euh supporter. En même temps, entre... >>


L'empire d'essence

22/05/2017 à 20h09 - Run : Nicky Hayden, champion du monde MotoGp en 2006 est decede aujourd'hui. Il avait ete percute par une... >>


Le Peuple de Malherbe

22/05/2017 à 18h41 - Ballantrae : Quelle soirée ! Je n'y croyais pas du tout, mais j'ai d'abord remercié Sankharé. Ensuite, bon,... >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

Omnale

19/05/2017 à 12h57

Classico
18/05/2017 à 18h14

Je comprends, mais je penche du coup fortement pour l'hypothèse des goûts différents, ou qui auraient évolué.

Si je prends Interstellar par exemple, ou Premier Contact, j'en retiens une sensation assez exaltante de saut dans l'inconnu. Les 2 films peuvent avoir des défauts par ailleurs (je ne suis par exemple pas du tout fan de tout l'aspect mystique d'Interstellar), mais ce sentiment de voir des humains confrontés à l'étrangeté la plus totale, ça m'a marqué. Quelque chose dans le son, dans l'esthétique, dans ces immenses plans panoramiques.

PCarnehan

21/05/2017 à 12h14

HBO diffusera le 8 juillet prochain un film, produit par ses soins, sur le Tour de France.

Si le casting est assez ébouriffant (Orlando Bloom, Jeff Goldblum, Kevin Bacon, Danny Glover, J. J. Abrams himself, Mike Tyson, John Cena), il semblerait que ce machin soit une comédie à grosses ficelles. Du moins en apparence, quand on jette un œil sur la bande annonce.
Le titre du film, à lui seul, donne d'ailleurs le ton : «Tour de Pharmacy»

Ah oui, j'oubliais. Lance Amrstrong y interprète son propre rôle.

coach_mimi

21/05/2017 à 12h30

Dans le même genre, HBO avait produit il y quelques années 7 days in hell, un mockumentary sur un match de tennis qui dure une semaine à Wimbledon, déjà avec Andie Samberg dans le rôle du faux Agassi.

 

Dino Dini

22/05/2017 à 16h07

25 films lors de la liste de la semaine dernière. On va faire plus modeste si ça ne vous embête pas.


LES TOPS :


*"Un chien andalou": revu mais en poussant l'analyse de cette ovni fondateur du cinéma surréaliste et auquel Alejandro Jodorowsky et David Lynch doivent beaucoup. Inutile de tenter un résumé de ce court objet écrit à quatre mains par Luis Bunuel et Salvatore Dali. S'inspirant de rêves et de délires du peintre espagnol, « Un chien andalou » peut se voir comme la rencontre folle entre Eros (on s'aime, on fantasme sexuellement) et Thanatos (on se découpe, on traîne des cadavres, on se putréfie), histoire de faire de l’analyse de comptoir. Sous cet angle, l'oeuvre devient encore plus fascinante et même si l'on ne comprend pas tout, on se laisse embarquer par la puissance de certaines images et pas seulement les plus connues. Plus je le regarde, plus je plonge, fasciné...



LES BONS :


* "La vie de château" : un très vieux (son premier je crois) Jean-Paul Rappeneau au casting classieux (Deneuve, Noiret, Brasseur père). Une belle jeune femme, en 1944, fait tourner la tête de tous les hommes qui la croise. Mais elle rêve d'une autre vie que celle qui lui est promise. Que l'on ne s'y trompe pas, le film est une comédie (presque) de bout en bout. Le ton y est léger, le rythme frétillant comme Rappeneau sait si bien le faire et les personnages sont plus fins que ce que la première partie du film pourrait nous laisser croire. Une comédie française Môssieur, oui, mais de qualité.



* «Sleepy Hollow : la légende du cavalier sans tête » : le duo Johnny Proffon et Tim Burton fait encore des siennes dans cette enquête qui nous embarque dans la Nouvelle-Angleterre de la fin du XIXème alors qu'un tueur sans tête sème la mort à foison. Je trouve la filmo de Burton plutôt inégale mais ici, il mêle avec brio et fantaisie, le thriller, la comédie de moeurs et le fantastique sans jamais perdre en route le fil d'une intrigue qui s'enrichit au fil d'un scénario rondement mené. Seul bémol, les apparitions de Christopher Walken en méchant charismatique sont trop rares. Mais pas de crainte, le spectacle reste total et réjouissant.


* «Drugstore cowboys » : un Gus Van Sant un peu oublié avec Matt Dillon dans le rôle d'un junkie qui ne vit que par et pour la défonce mais que la mort d'un pote va inciter à reprendre sa vie en main. On pense irrémédiablement à “Requiem for a dream” pour le côte drogue et chute, mais tout est ici à la fois plus sobre (pas compliqué) et moins sombre que dans le film-culte d'Aranofsky. Le ton, parfois léger, et l’interprétation impressionnante de Matt Dillon ainsi que la puissance des scènes de défonce ou de braquage de pharmacies font de ce “Drugstore cowboys” un bon film, guère original mais efficace. Assurément.


* «Equals » : un modeste film de science-fiction mais aussi une belle histoire d'amour. Dans le futur, les sentiments sont bannis et les exprimer entraîne rééducation ou mort. Mais deux jeunes gens ne vont pouvoir cacher leur amour. Avec deux comédiens aussi talentueux que Nicholas Hoult et Kristen Stewart, le film partait d'un bon pied. La suite ne fera que confirmer le bon à priori. Réalisation soignée, contexte anxiogène bien posé et, le plus important ici, une romance crédible et bien écrite. En voilà une surprise qu'elle est bonne même si le film n'est pas au niveau du troublant « Perfect Sens ».


* «Strictly criminal » : un thriller violent et couillu avec encore une fois Johnny Deep en caïd irlandais assassin notoire et qui s'allie à un flic afin d'écraser la Mafia italienne de Boston, Massachusetts. Le beau Johnny s'est fait une tête pas possible pour ressembler au véritable James Bulger et c'est peu dire qu'il livre ici sa meilleure prestation depuis...des lustres. Personnage complètement psychopathe et incontrôlable, Bulger est entouré d'un galerie aussi désespérée et désespérante que les quartiers miteux de Boston, Massachusetts que dépeint le film. On pense évidemment à Scorsese devant “Strictly Criminal” est en effet, Cooper n'a pas à rougir devant le maestro. Redoutable et sanglant.



LES MOYENS :



* «Le Serpent»: un Verneuil au casting assez improbable allant de Yul Brynner à Philippe Noiret en passant par Michel Bouquet et Henry Fonda! Vlassov, un agent du KGB fuit son URSS natale et demande l'asile aux Etats-Unis. Mais tout n'est pas si facile, tout ne tient qu’à un fil. Film d'espionnage paranoïaque très marqué par la guerre froide (nous sommes en 1972), “le Serpent” plaira sans aucun doute aux amateurs d'intrigues d'espionnage complexes voire tarabiscotées, ce que je ne suis pas véritablement. Reste un contexte de qualité et une distribution qui rendent le visionnage agréable mais loin d'être inoubliable.



*”Victoria”: Victoria, c'est l'omniprésente et néanmoins craquante Virginie Elfira, avocate débordée qui connait une mise à pied suite à une erreur professionnelle. Un de ses anciens clients va l'aider à se reconstruire. Oscillant entre comédie (principalement par les dialogues du formidable Vincent Lacoste) et le drame plus classique, Justine Triet, réalisatrice de l'excellent “La bataille de Solférino” peine à rendre passionnante et son intrigue et la romance qu'elle met en place. On a la fâcheuse impression que le film va décoller et puis rien, pas de folie, pas d'envolées, l'ensemble reste trop sage pour nous entrainer dans le tourbillon des sentiments que semblent vivre les protagonistes. Semi-bon.



LES BOF :


*”Bad Moms”: comédie US avec la so sexy Mila Kunis en mère de famille débordé et qui se retrouve jugée par quelques autres mères trop propres sur elles. Pitch pourri dont on peut espérer une heureuse surprise mais, trois fois mais, tout ce que je déteste dans la nouvelle comédie US est au rendez-vous: vulgarité crasse, dialogues honteux, personnages pondus à la truelle et scènes attendues et gênantes qui se succèdent à un rythme effréné. Insipide et pas drôle, oubliez.

*"Nocturama": Bertrand Bonello compte parmi les réalisateurs les plus intéressants à suivre, son “Apollonide” tout comme son “Saint-Laurent” proposant une approche plutôt originale de la prostitution et de l'exercice du biopic. Dans “Nocturama”, une bande de jeunes gens, décident, le temps d'une nuit, de mettre Paris à feu et sang. Film qui scandalisa l'an dernier car faisant écho à une actualité trop brulante, Bonello ne propose pas une lecture politique du terrorisme. Il nous met simplement face à des gamins refusant d'entrer dans le moule ou bien se cherchant. Perspective intéressante mais le traitement, après 15 premières minutes muettes et magnifiques dans le métro parisien, n'est qu'un long pensum. On voit que le film veut dresser un portrait générationnel mais il brasse pendant plus de 2 heures un vent désespérant qui ne suscite rien d'autre que bâillements et somnolence.




Merci, vous pouvez disposer.