Boutique

boutique

Infos des cahiers


Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @Minoskovic: Leipzig-Salzbourg : un drôle de match en questions #RedBull #RBLRBS #EuropaLeague https://t.co/iRo5oJpoQA

"What a brilliant night for the Olympique lyonnais." Pas désagréables, les commentaires anglais.

RT @AFPSport: Le foot à la TV en 2018-19: qui diffuse quoi et à quel prix ? Par @AFPgraphics #AFP https://t.co/I3QWQOpHbq

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)

Drame du naming

"Le Spartak de Gigot a eu chaud à Krasnodar." (lequipe.fr)

Faire cercle autour de lui

"Tite (Brésil) : 'Neymar mérite des éloges pour son comportement'." (lequipe.fr)

Avoir le foot dans le sang

"Caillot : 'Que du bonheur !'" (lequipe.fr)

Dib throat

"Un jeune U17 du Burundi auteur d'un véritable tacle à la gorge." (ledauphine.com)

Antonin Marteau

"Antonin Panenka : 'Il fallait être soit un génie, soit un imbécile'." (lequipe.fr)

Le forum

In barry we trust

aujourd'hui à 01h05 - Easy Sider : Et merci Torres pour le coty!Je finis bon dernier un an pile poil après avoir battu le record de... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 00h41 - Westham : J'ai toujours su que Lionel n'était pas tout Blanc... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h07 - Jus de Nino : Blesser Rami et Mandanda avant de nous rencontrer, c’est pas très fair play. Je rappelle que ê... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 00h06 - Josip R.O.G. : VerbatimCette Ligue Europa n'a pas commencé comme la saison dernière... Non... On avait pourtant... >>


Foot et politique

20/09/2018 à 23h47 - Westham : Tiens puisqu'on parlait ici des similitudes entre extrême gauche et extrême droite, on trouve... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

20/09/2018 à 23h39 - Tonton Danijel : roujul01/09/2018 à 23h39Normalement tu n'as pas le droit de délocaliser à l'étranger. Cf l'ETG... >>


CdF Omnisport

20/09/2018 à 23h30 - La Metz Est Dite : En parlant d'abondance de biens, l'équipe des Pays-Bas est pas mal non plus sur le papier : Tom... >>


Scapulaire conditionné

20/09/2018 à 22h54 - Gouffran direct : Faut départ en L1 et C3.Ya encore du temps.On lâche pas. >>


En rouge et noir !

20/09/2018 à 22h31 - TVBreizh : En même temps, la pomméranie n'est pas trop en tchéquie. >>


CDF sound system

20/09/2018 à 22h23 - cachaco : Au fait, en parlant de PoS, est-ce que les concurrents se souvenant des titres qu'ils auraient... >>


Paris est magique

20/09/2018 à 21h39 - KL : khweziaujourd'hui à 16h50***Eden Hazard sauf erreur il n’a pas remporté de C1 avec Chelsea non... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

20/09/2018 à 21h00 - Mama, Rama & Papa Yade : Serge GACP >>


La L1, saison 2018/2019

20/09/2018 à 20h53 - Arthur33 : Pour moi c'est bon, à part que c'est le Nimes Olympique 20eme, pas 0eme :) >>


Festival de CAN

20/09/2018 à 20h29 - Jus de Nino : Bien sûr que non mais il y a quand même des limites au routage de gueule... ou pas. >>


Bréviaire

20/09/2018 à 20h15 - MarcoVanPasteque : ravioConcours d'épluchage d'oignon "Cristiano Ronaldo prend un rouge et sort en larmes." (RMC... >>


Grand écran, bière et mauvaise foi

20/09/2018 à 19h37 - La Metz Est Dite : Avec tous ces points, Bordeaux est donc déjà qualifié en seizièmes et la France est remonté au... >>


La Ligue des champions

20/09/2018 à 19h21 - Citron Merengue : Après la vérité d’une coupe (quand bien même la C1 a hérité du titre de Ligue) est souvent... >>


Toujours Bleus

20/09/2018 à 19h16 - Citron Merengue : Moi c’est l’inverse, syle. Mon dada c’est les Bleus avant tout. Donc à ce titre c’est vrai... >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

Luis Caroll

13/10/2017 à 01h15

Moravcik, si tu es fan, je te conseille chaudement le docu "John Carpenter, l'héritage musical" qui est passé sur TCM et qui est en libre accès sur rockyrama.

http://tinyurl.com/y9xb7klb

Moravcik dans les prés

13/10/2017 à 01h24

Je connais, et je conseille chaudement aussi.

OLpeth

13/10/2017 à 08h29

Moravcik dans les prés

aujourd'hui à 01h11

Et pendant qu'on découvre ces saloperies (sans que ça soit un scoop extraordinaire non plus, c'est sûr), pour se remonter le moral je conseille de lire l'interview que Big John Carpenter a donné au Guardian il y a quelques jours : https://tinyurl.com/y933z7fo
---------

Je trouve ça plutôt triste ce que Carpenter est devenu. Ses déconvenues dans le métier l'ont rendu amer et cynique, et ça s'arrange pas en vieillissant. Il était venu au NIFFF pour un concert et a fait ça comme un empafé (alors que le NIFFF est un festoche assez familial qui dorlote ses invités) : il est venu, il a pris le chèque, il est reparti. Par d'interviews, interdit de parler de sa carrière cinéma... Il a vraiment pas digéré le tournant merdique de Jack Burton (film qui aurait dû le faire rentrer dans la A list et qui finalement le cantonna dans la B list).

Toto le Zéro

13/10/2017 à 08h53

Il y avait déjà eu l'échec financier de The Thing auparavant, sortit à peu près en même temps que le ET de Spielberg...

C'est ce film, remake d'un classique de la SF des années 50, qui aurait dû marcher du tonnerre et faire de lui l'égal d'un Spielberg ou Ridley Scott.

D'ailleurs il s'agissait pour lui d'une sorte de revanche sur l'Alien de ce dernier; car le film de Scott reprenait peu ou prou le thème de Dark Star, l'intrusion d'un corps extra-terrestre étranger dans un lieu isolé (Dark Star, donc, et Alien). Cette fois, c'est une base scientifique polaire.

Moravcik dans les prés

13/10/2017 à 10h57

Oui le principal tournant c'est The Thing, son échec financier, la manière dont il fut reçu (et rejeté) par la presse américaine, et la réputation que Carpenter reçut en retour. A la suite de ça il travailla encore pour les studios pendant quelques années (avant de se tourner vers les séries B), mais la fête était finie, et il le savait.

Je comprends ta déception OLpeth, mais c'est juste qu'il est à la retraite maintenant. Parler de son cinéma, il l'a déjà fait, se bagarrer, il l'a déjà fait, longtemps (et alors que le combat était perdu d'avance). A un moment il est simplement devenu évident qu'on ne lui proposerait plus rien, alors il s'est retiré, voilà. Il me semble qu'il en a le droit, et à vrai dire, à l'entendre parler aujourd'hui on ne ressent même plus d'amertume : ça ne le concerne plus, c'est tout. Et quand il apparait pour jouer avec son groupe, c'est réellement pour jouer, et rien d'autre. Une fois qu'on le sait et qu'on l'accepte (crois-moi, moi aussi j'ai eu du mal), on ne peut pas lui en vouloir : il a été si mal traité si longtemps, il a bien mérité qu'on lui foute la paix maintenant.


Plus généralement, pour rebondir sur ce que disait Toto, je dois dire que je ne crois pas à ce mythe selon lequel Carpenter aurait pu s'intégrer à Hollywood. Pas dans les années 80. Pour reprendre les deux exemples que tu donnes : il ne pouvait pas être Spielberg, parce qu'il n'était pas naturellement consensuel comme lui (imagine-t-on Spielberg écrire une fin de film comme celle de The Thing ?). Il ne pouvait pas être Ridley Scott, parce que contrairement à Scott il n'était pas un faiseur caméléon mais un véritable auteur, avec ses obsessions et son (sale) caractère.

Carpenter a certainement cru, arrivant dans le milieu dans les années 70, qu'il pouvait faire partie du Nouvel Hollywood, faire des films classiques, grand public, intelligents, comme son idole Howard Hawks. Mais quand il s'est agi de faire ses preuves auprès du système dans les années 80, alors que tout avait changé, il est apparu pour ce qu'il était au fond : un marginal, trop intègre, pas assez malléable, et ce qui lui est arrivé finalement avec The Thing était écrit d'avance.

Alors bien sûr qu'il aurait dû être mieux traité, bien sûr que The Thing aurait dû être vu d'entrée pour ce qu'il était (un grand film), mais il faut être réaliste : Carpenter n'était simplement pas à sa place là-dedans. Une anecdote significative à ce sujet : on lui avait proposé de réaliser Top Gun. Il a lu le script, et a fait remarquer aux producteurs que c'était complètement con. Ils sont passé à quelqu'un d'autre. Doit-on vraiment le regretter ?

C'est comme ça. Il nous reste quand même une poignée de sacrés bons films dont il peut être fier. C'est le principal.


(sinon , un peu surpris par cette idée selon laquelle The Thing aurait été une revanche sur Alien à cause de Dark Star : Alien est écrit par Dan O'Bannon, le co-auteur de Dark Star. Le lien entre les deux était donc évident, connu et légitime, et ça m'étonnerait que Carpenter ait pu en être surpris ou en colère)

Toto le Zéro

13/10/2017 à 11h31

@Moravcik

Pour ce qui est de la genèse de la Saga Alien, je conseille d'écouter l'excellente émission de Mauvais Genres sur France Culture qui y était consacrée en 2012.

Toujours dipo, alors profitez-en!

https://lc.cx/pF5J

A moins que je me trompe, mais ils évoquent réellement Carpenter réalisant The Thing en "réponse" à Alien...

Mais c'est vrai que Carpenter était trop indépendant pour devenir un autre Spielberg ou Scott. S'il était venu plus tôt dans les années 70, il aurait peut-être d'avantage brillé, tandis que Niveau Ciné, les années 80 étaient trop Reagan trop lui.

J'aime le Spielberg des Rencontres du 3e Type, mais il a avoué des années plus tard qu'il n'aurait plus fait le film de la même manière 20 ans plus tard, surtout l'idée que le personnage joué par Dreyfus quitte sa famille et à la fin du film se casse de la Terre avec les Extra-Terrestres...

J'imagine que Carpenter continuerait d'assumer tout ses choix et n'aurait jamais rien changé à ses films, même avec le temps (les fins de The Thing, Los Angeles 2013 ou même Invasion Los Angeles, où on le sent très désabusé du système)

OLpeth

13/10/2017 à 11h46

Querelle (amicale!) d'exégète, mais je crois vraiment me souvenir que sa vraie "chute" date bien de Jack Burton. The Thing c'était un film d'horreur, genre pas vraiment grand public. Avec Jack Burton, la Fox voulait que Big John fasse un divertissement familial grand public, et attendait la pluie de dollars.
J'avais écrit un article sur ce film à l'époque et je m'étais pas mal documenté :
http://tinyurl.com/yaktdna6

Moravcik dans les prés

13/10/2017 à 11h51

Merci, j'écouterai ça. Mais cette idée de 'réponse' (ce qui serait déjà très différent de 'revanche'), c'était sourcé par quelque chose ?

Je ne dis pas que c'est impossible, je n'en avais juste jamais entendu parler (d'ailleurs le script de The Thing ne vient pas de Carpenter, à l'origine). Je voulais surtout dire que ça me semble impossible qu'il ait pu considérer qu'Alien lui avait 'volé' son idée, puisque c'était aussi celle d'O'Bannon (de mémoire O'Bannon racontait ouvertement qu'Alien était né de sa frustration lié au manque de moyens lors du tournage de Dark Star, qui les avait obligé lui et Carpenter à figurer l'alien avec un ballon de plage, tuant évidemment ainsi dans l'oeuf tout effroi possible pour le spectateur -Carpenter, lui, réoudra la question de manière différente, en figurant l'alien de mille manières différentes, grâce à Rob Bottin).

Au bout du compte ce que Carpenter fait de ce prémisse simple (l'invasion d'un corps étranger) rend son film totalement différent d'Alien, puisque l'ennemi finit dans The Thing par être l'humain lui-même, les hommes se détruisant entre eux (y compris des innocents non infectés). Il ne peut donc plus y avoir de happy end avec la simple expulsion du corps étranger, et il va au bout de cette logique qu'il a créée.

Outre cette émission que j'écouterai, à noter pour ceux que ça intéresse que ces deux films ont fait l'objet de making ofs absolument remarquables : un très complet et très long sur Alien (dans lequel feu O'Bannon racontait tout cela), et le fameux Terror takes shape sur The Thing (qu'on trouve en général sur les DVD du film).

Moravcik dans les prés

13/10/2017 à 12h09

OLpeth
aujourd'hui à 11h46
-----

Pardon si je dis des bêtises (tu connais sans doute mieux le sujet que moi), mais je ne crois pas qu'on soit vraiment en désaccord : Jack Burton est effectivement le dernier film de studio de Carpenter avant son retour vers le cinéma indépendant, et celui qui l'a définitivement dégouté d'Hollywood. Mais sauf erreur c'était loin d'être un projet personnel, et il avait d'ailleurs passé son temps à lutter contre les idées de la production, à tous les niveaux (casting, script, etc).

On pourrait distinguer trois phases dans les années 70-80 : jusqu'à The Thing, en gros qu'il fait les films qu'il veut faire. Tout se passe bien pour lui, il est prometteur, et rapporte de l'argent. Après The Thing, il fait ce qu'il peut, ce qu'on lui propose, avec plus ou moins de réussite et plus ou moins de frustrations, jusqu'à l'écoeurement final avec Jack Burton. Après Jack Burton il signe chez Alive Pictures pour retrouver sa liberté créatrice.
Mais donc ses premières difficultés dataient bien de la sortie de The Thing.

Toto le Zéro

13/10/2017 à 13h09

Moravcik et Moravcik

On est d'accord, il perd sa liberté avec l'échec de The Thing et doit accepter des projets imposés par son studio : une adaptation de Stephen King (très en vogue à la fin des 70s et débuts 80s) avec Christine et l'adaptation d'un projet de scénario parallèle à ET, c'est à dire au lieu d'une histoire d'amitié avec un extra-terrestre (le ET de Spielberg, donc), carrément une histoire d'amour avec un Extra-Terrestre avec Starman (joué par un Jeff Bridges jeune, ca aide)

Bien que ce soient des films de studio qui lui sont imposés, il fait 2 excellents produits.

L'échec de Jack Burton (où mine de rien, il anticipe la vague des films d'action asiatiques qui arrivera quelques années plus tard), lui fera perdre ses illusions, bien-sûr

Soit-dit en passant, j'aime beaucoup la "conclusion" de Christine où la dernière phrase prononcée est "God, I hate rock and roll".

 

Toto le Zéro

13/10/2017 à 13h16

@Moravcik et OLpeth, pardon