Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Etoiles et toiles

aujourd'hui à 14h00 - Jah fête et aime dorer Anne : Pas faux. >>


CDF sound system

aujourd'hui à 13h55 - Sens de la dérision : La certitude de savoir sur quel artiste tu vas tomber avant même de lire le message. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 13h54 - Pascal Amateur : Dites donc, détendez-vous un peu ! >>


Foot et politique

aujourd'hui à 13h40 - Luis Caroll : Si c'est pas le gouvernement Macron, alors qui est responsable d'avoir ouvert en grand les vannes... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 13h37 - De Gaulle Volant : Car avant c'est Raï >>


Liga, prisma de luz

aujourd'hui à 12h21 - Christ en Gourcuff : -Sergi Roberto >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 12h10 - Sens de la dérision : J'ai failli dire que si la personne a participé à une étude, elle a forcément signé un... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 11h53 - Pascal Amateur : Même pas un petit penalty pour Landreau ? Pardon. >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 11h46 - El Mata Mord : Ne jamais prendre de décision sur un coup de tête... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 11h42 - Jeanroucas : Ah oui tu voulais dire se redistancer avec ton groupe, je comprends mieux. Désolé si j'ai pu... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 11h21 - Mallardeaufraiche : Aux temps héroïques y'avait une piscine au château. Mais pas sur que j'ai envie de voir ça non... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 09h46 - arnaldo01 : Oui mais le Bayern et Leipzig vont bien continuer à s'entrainer pour etre prets pour la LDC, non ? >>


Le fil de butte avec ses potes en croco

aujourd'hui à 09h35 - FPZ : Oui, fin de contrat, non renouvelé (ou proposition de renouvellement en deçà de ses attentes, on... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 09h06 - Özil paradisiaque : Effectivement pas dans le sens du vent sur la partie Novak/Roger notamment où il met le doigt sur... >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 06h33 - Espinas : Plus simple, s'arrêter un mois avant l'euro 2021 et donner le titre directement au Bayern, la C1... >>


Café : "Au petit Marseillais"

08/07/2020 à 22h02 - Gérard Scolaire : Et dans ce cas, parti pour rester ? (pour reprendre un des marroniers du mercato) >>


Aux Niçois qui manigancent

08/07/2020 à 21h15 - Seven Giggs of Rhye : Merci les gars !Effectivement on parle de 5 millions hors bonus. J'ai l'impression que les clubs... >>


Merlus, Tango et Friture

08/07/2020 à 21h03 - Breizhilien : Il nous aurait été proposé Mitroglou si on en croit les rumeurs.Finalement on a fait 200 bornes... >>


Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

J'ai remis tout l'allant

22/10/2019 à 11h40

Au moins dans 2001, on n'avait pas l'impression d'être pris pour des enfants de 12 ans.

JauneLierre

22/10/2019 à 14h24

Festival Lumière (suite et fin)
J'étais donc dimanche à la Halle Tony Garnier pour le "final cut" d'Apocalypse Now.
Arrivé seulement 35 min en avance, j'ai quand même pu avoir une bonne place, en face de l'écran quasiment au milieu. Je ne comprends d'ailleurs pas l'intérêt des gradins perpendiculaires à l'écran.
La séance a débuté par une heure enchaînant accueil de personnalités puis de Coppola et sa femme, des bénévoles, suivi d'une rétrospective de la carrière du maestro pour terminer sur une remise de cadeaux. Un discours minimal de Coppola y compris pour la présentation du film, celle-ci revenant surtout à Aurore Clément, présente également, et qui a lu un texte. A part ça, une petite intervention de Tavernier mais globalement on se serait cru chez Michel Drucker.
Le film enfin. Je n'avais vu que la version de 1979 il y a longtemps. Les presque trois heures passent très bien (malgré le siège en bois) et la séquence de la plantation française au milieu offre une vraie pause entre le déluge du début (trop fort d'ailleurs dans la salle) et la progression finale. Quelques plans peut-être inutiles parfois mais c'est une réussite. Au passage, le film m’a rappelé sinon fait découvrir que Harrison Ford, Lawrence Fishburne et Dennis Hopper étaient au casting.

Puisqu'il est par ailleurs question des films Marvel/Comics, Coppola a soutenu Scorsese qui avait déclaré plus tôt que ces films n'étaient "pas du cinéma" mais des manèges pour "parc d'attractions". Vu qu'ils sont tous issus de Disney, c'est somme toute logique...

blafafoire

23/10/2019 à 19h54

Je tenais à dire un mot sur un (très) grand classique, vu hier et qui était jusqu'ici passé sous mes radars. Il s'agit du Salaire de la Peur de Clouzot qui ma fichu une bien belle claque.
Je m'étais fait une bonne partie de la filmo de Clouzot il y a un certain temps et, alors que j'avais tout aimé, j'avais dû louper celui-là la semaine où il était sorti.
Quelle ambiance les amis, quelle caméra, quels acteurs. On a peine à croire, en regardant le cinéma français actuel qu'il y ait pu avoir de tels prédécesseurs.
Je garderai longtemps en mémoire la scène du "bain de pétrole" ou celle du ponton pourri...
Et surtout cette idée de faire deux parties qui semble tellement différentes mais entrent tellement bien en résonance, laissant les personnages dévoiler des pans opposés de leur caractère.
A voir aussi pour le côté tellement hors du champs actuel du cinéma, le colonialisme larvé, la virilité à la fois exubérante et mise en question, l'épuisement moral...

A voir ou à revoir, donc, selon la formule consacrée.

OLpeth

23/10/2019 à 20h21

Si tu veux voir un des seuls remakes d'un chef d'oeuvre qui est aussi un chef d'oeuvre, essaie Sorcerer de Friedkin.

Tonton Danijel

23/10/2019 à 20h23

Et on peut aussi lire le roman de Georges Arnaud, une belle claque là aussi.

blafafoire

24/10/2019 à 01h06

@OLpeth

J'adore Friedkin et je suis assez curieux de voir ce qu'il en a fait (même si je le préfère en milieu urbain).

Classico

24/10/2019 à 09h26

Joker - Spoiler
----------------------------------

Vu le Joker. En phase avec le plupart des critiques lues ici. Enorme déception dès l'entame du film, qui nous impose directement un personnage déjà "fou", misérable et humilié. J'ai beaucoup regretté que le personnage ne fut pas parfaitement normal au départ, et que le film construise de A à Z sa dévotion au chaos. Bien sûr, cela aurait été beaucoup plus difficile et casse-gueule à fabriquer.

En même temps que cette immense déception ouverte en moi dès la première seconde du film, j'ai pourtant été scotché de A à Z par la réalisation et la performance d'acteur. Je ne dois pas être le seul à expérimenter, depuis quelques années, le bon cinéma holywoodien sur le mode du dédoublement de personnalité : deux spectateurs simultanés devant les derniers Nolan, Star Wars, Blade Runner 2 ou ce Joker, l'un catastrophés par des défauts épouvantables et habituellement rédhibitoires, l'autre absolument fasciné par la construction esthétique du truc, par le spectacle visuel et sonore offert. Il y a un vide métaphysique absolu dans ces productions, mais également un savoir-faire technique éblouissant, inégalé.

Voilà où j'en étais de ma première sensation sur le film, lorsque j'ai réfléchi plus soigneusement à cette prétendue "folie" initiale qui gâchait tout. En fait il n'est pas fou. S'il avait été complètement psychotique dès le départ, le film n'aurait eu simplement aucun intérêt, et même l'aspect esthétique ne l'aurait pas sauvé. Il a un gros soucis, matérialisé par son rire irrépressible, mais il n'est pas fou, et fait notamment parfaitement la différence entre le bien et le mal. Au point d'ailleurs qu'il a énormément de mal à assumer prendre du plaisir à tuer, au contraire par exemple d'un Walter White dans Breaking Bad. Moi aussi j'ai trouvé nul que sa relation avec la voisine ne fut qu'un fantasme, mais ça le rend d'un autre côté plus touchant qu'un WW qui rendre de son premier crime et se jette sur sa femme avec une jubilation autoritaire proche du viol. En fait, le Joker n'est pas loin d'être un être profondément bon et doux, et il faut la combinaison de désordres psychiques ET de circonstances existentielles et sociales absolument épouvantables pour finir par le faire basculer. La surenchère de persécutions dont il est l'objet est pénible au premier visionnage est pénible et caricaturale, mais je pense que le propos du film est justement qu'il fallait tout ça, à partir d'un être doux et sensible, pour obtenir le résultat final.

Classico

24/10/2019 à 09h30

Bref, un objet cinématographique boiteux mais loin d'être inintéressant.

Classico

24/10/2019 à 09h42

(Pas vu ad Astra, mais 2001 pas un vrai film de SF ? Il passe en revue les thèmes de l’origine extra-terrestre de l’intelligence humaine, la poésie de la technique, l’IA, la solitude du vide spatial, le big-bang...)

Tonton Danijel

24/10/2019 à 10h01

Classico
aujourd'hui à 09h26

Joker - Spoiler
----------------------------------


Les troubles psychotiques du personnage sont en même temps indispensables, au niveau de la crédibilité de celui-ci.

Dans le Batman de Nolan, on découvre un Joker traumatisé dès la petite enfance (le fameux "Why so serious?" qu'il prétend avoir été balancé par son père à l'origine de ses cicatrices), mêmes si ses souvenirs sont extrêmement flous. Todd Phillips développe cette idée avec un personnage que l'on devine traumatisé, mais dont on ignore l'origine du traumatisme, on le découvre partiellement en même temps que lui, en étant comme lui dans l'incapacité de trancher entre l'hypothèse de sa mère qui serait mythomane, et la version que celle-ci a toujours soutenu, à savoir que Thomas Wayne aurait usé de son influence pour monter un dossier bidon d'adoption (encore que notre Joker bascule dans la folie en même temps qu'il accepte la première hypothèse). Montrer ce basculement initial aurait présenté le risque de détruire une bonne part de mystère autour de ce personnage.

 

Moravcik dans les prés

24/10/2019 à 11h01

Plutôt convaincu par la description de la pathologie psychiatrique pour ma part. 'Fou', je ne sais pas trop ce que c'est, mais ce type existe, avec cette pathologie qu'il trainera toute sa vie, ça j'y crois. Et Joaquin Phoenix est à remercier pour ça.

Convaincu par à peu près rien d'autre dans le film. Le concept est discutable, même s'il est d'une radicalité fascinante. Mais il est surtout très mal exécuté : tout est appuyé, sur-signifié, répété sans fin, et lourd. Le Joker est joyeux, bordel ! On aurait dû mériter une fin jouissive, et un film plus fin et mystérieux. Bref, un autre réalisateur que ce Philips poussif.

Du coup Phoenix fait ce qu'on lui dit de faire, et c'est trop. Chaque scène est ponctuée d'une grimace de douleur signigifiante, marre. Voilà ce qu'on est censé ressentir ici, et puis là, et ainsi de suite. Une seule scène sans ça, avec un visage indéchiffrable, aurait été merveilleuse. On ne l'aura pas.

Ça reste impressionnant qu'un film si noir soit si populaire, comme quoi l'idée touche juste, droit dans le coeur de son époque. Mais je le vois vieillir mal : pas assez de cinéma là-dedans.