Boutique

boutique

Classement en relief

classement en relief

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)

Surprises sur prise

"Fin de saison électrique au PSG." (lemonde.fr)

Pablo prix cassé ?

"Bordeaux : l’avenir de Pablo en suspens." (footmercato.net)

Syntaxe à Rohr

"Dimitri Payet : 'Bien sûr qu'on a encore plus qu'avant pas le droit à l'erreur'." (lequipe.fr)

Kermit l'aigre nouille

"L'ancien Rennais Kermit Erasmus frappe violemment un adversaire en plein match." (lequipe.fr)

Benny Hill, le gif

"Rudi Garcia : 'On court encore plus derrière les autres'." (lequipe.fr)

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 22h41 - Roger Cénisse : BoblaFlambaujourd'hui à 15h00On pourrait peut-être s'interroger, du haut de notre grande... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 22h40 - Tricky : Ah mais en fait la NASA avait arrêté toute activité ? >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 22h34 - Hierro sauve Plasil : Ah zut faut être désigné Zut zut zut >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 21h37 - Balthazar : Oui, dans les tilfs. >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 20h54 - Delio Onnisoitquimalypense : Ah oui, merci, mais je garde un souvenir bien plus mitigé de celui-ci, bien que tout aussi... >>


La L1, saison 2019/2020

aujourd'hui à 20h24 - JL13 : En fait, tu ne te reposes jamais...... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 20h22 - I want my Mionnet back : Moui, six joueurs nés en France dans le lot, pas sûr que ce soit si bon signe que ça pour le... >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 20h14 - PCarnehan : Étonnant que le score reste bloqué à 5-0. Ce ne sont pourtant pas les occasions qui manquent. >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 17h12 - cocobeloeil : Ouais, c'est fait pour se foutre de la poire de nos dirigeants.Bien vu à priori..Sauf que ces... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 16h22 - Tonton Danijel : Séquence nostalgie: Sébastien Chabal sous le maillot berjallien... qui tente un... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h34 - suppdebastille : Merci les gones >>


Le Calcio, du foot qui te botte

aujourd'hui à 13h40 - 2Bal 2Nainggolan : Joyeux anniversaire Casteddu ! Un siècle aujourd'hui ! >>


Pendant le foot, les affaires continuent

aujourd'hui à 12h38 - JL13 : La suite ?Le Monde - Le coronavirus accélère la mutation du sport spectacleLes grandes... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 11h31 - Lescure : Pour le coup depuis le début du PoS on avait Skinhead Moonstomp des Symarip et Moondance de Van... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 09h44 - Danishos Dynamitos : Je viens de terminer la saison 4 de "This is Us" et j'ai bien aimé. Vraiment.La foirade de la... >>


Observatoire du journalisme sportif

29/05/2020 à 23h42 - balashov22 : Et encore, deux en LDC c'est s'ils se font sortir en quarts (ou en demis si ça se joue sur des... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

29/05/2020 à 23h07 - Milan de solitude : Splendide ! >>


Les CdF : cahiers de doléances

29/05/2020 à 17h15 - Redalert : https://youtu.be/0YAAi-L4c4I >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

Qui a dit que football et littérature étaient incompatibles ? Voici le forum où vous pourrez parler de vos lectures récentes et anciennes, liées ou non avec le ballon rond.

Un conseil de lecture ? Une bonne librairie ? =>> "You'll never read alone", le Gogol Doc: http://bit.ly/11R7xEJ.

Julow

29/03/2020 à 21h41

UN —

Et pourtant, malgré tout, le printemps reviendra.

Le soleil de midi nous réchauffe déjà,

Les oiseaux chantent clair dans la paix du matin,

Les cerisiers flamboient en un incendie rose.



Près d’ici, tu le sais,

Les brancardiers halètent sous le poids de leur charge,

Les médecins choisissent qui survit et qui meurt,

Les cercueils s’entassent à l’ombre des églises.



L'asperge ne se cache plus aux flancs de nos collines,

Les premières abeilles trouvent les premières fleurs,

La nature est en fête de nos confinements.

Y aurait-il quelque chose qu’il nous faudrait apprendre ?

Julow

29/03/2020 à 21h41

DEUX —

D’être autant promenés les chiens n’ont plus d’urine

Nous pisserons pour eux l’hydroxychloroquine !

Julow

29/03/2020 à 21h42

TROIS —

« Sus ! sus ! à ton travail, écrivaillon ! sus, sus ! »

Mal recroquevillé en homo erectus

Le sourcilleux active aussitôt ses rictus,

Suçotant le crayon, grignote à toute glande.

Longtemps il sue, ventripotent, tripote et bande,

Espère en mâchouillant trois noyaux de pechblende

Un millilitre au moins, n’importe quel bibus,

Un gramme de radis ! - Mais en sa plate-bande,

Constate qu’il est mou de l’hypothalamus.

La gastrique amertume allait donner quitus

À sa pure ambition sur cette autre prébende,

Quand il sent poindre en lui, profond, l’or d’Uranus !

« Dilate-toi, ô sphinx d’éther, et que descende,

Aurifère toucher, régale de Crésus,

Dans l’intestine officine ta contrebande ! »

Qu’a pondu l’intestat ? Du coronavirus

Et Macbeth digérés, un tas de détritus.

Il brunit un rouleau qui sent bon la lavande

Et le voilà auteur, qui s’écrie sans lapsus :

« Comme le footballeur en singeant Haaland,

Pourrons nous essuyer sur la fleur de lotus

Pour nous désennuyer d’une gêne trop grande »

Bientôt se découvrit autour de lui la bande

De tous ceux qui jugeaient reluire assez Titus

Pour devenir aussi Camus, Henri Barbusse

Bardamu, Genevoix ou bien l'Alcools du russe.

Onze firent alors sordide sarabande

Ayant bien composté ainsi qu'en l'omnibus

et chacun, secouant le goupillon, qu'on l'entende,

Se nettoyait le cul au son de l'angélus.

Julow

29/03/2020 à 21h43

QUATRE —

Calme,

De nos rues désertes,

De nos moteurs éteints,

De nos vies en attente.



Volupté,

De nos alcools du soir,

De ton corps près du mien,

De nos nuits caressantes.



Luxe,

De nos salaires payés,

De nos frigos remplis,

De nos maisons chauffées.


Aurons-nous la décence d’au moins faire profil bas ?

Julow

29/03/2020 à 21h43

CINQ — (NdE : inachevé, me dit son auteur)

Décortiquons les morts du coronavirus

Courons nus et sans masque avant de manquer d’air

Collaborons bien vite à notre abdication

De personnel en blanc signer l’échec Blanquer

Et crevons en cadence au milieu des couloirs !

Ni lettre, ni adieu, ni pompe funéraire

Tant pis ! La poste soit de ces quêteurs d’étrennes !

Lachuer est triste, hélas, et Jésus, poulet ivre.

Nous serons seul alors alités d’hôpital

Qui se foutra pas mal de toute charité

Et nous partagera l’odeur de la pizza

L’angoissé ce minuit n’a plus de sémaphore

J’étouffe sous ce masque et j’ai le souffle…

Court. Si je pouvais revoir au moins mes…

À quoi bon ! Tout est…

Las.

Et rien n’était fini pourtant, et de nombreux

Soupirs soulevèrent encor l’expirante poitrine

Mourants, ne mourez pas désespérés !

La longue nuit finit pour votre humanité.

Julow

29/03/2020 à 21h45

SIX — (NdE : ici, notre camarade cédéfiste se fait traducteur, d’un autre poète. Qui trouve le poète d’origine sans tricher gagne le manuel de versification de Feuilles de Match, « Métrique dans les confins »)

Ne sors pas de ta chambre, ne fais pas cette erreur.
A quoi bon le soleil, si tu fumes tes clopes.
Le monde est insensé, surtout les cris de joie.
Va donc aux cabinets, mais reviens aussitôt.

Ô ne sors pas d’ta chambre, laiss’ tomber le taxi,
Puisque l’espace est fait d’un couloir qui débouche
sur l’écran d’un compteur. Si ta nana s’incruste,
chasse cette bavarde sans la déshabiller.

Ne sors pas de ta chambre ; dis que tu as la crève.
Quoi de plus fascinant qu’un mur et qu’une chaise ?
Pourquoi sortir d’ici ? Tu reviendrais ce soir
tout à fait inchangé, ou pire, mutilé.

Ne sors pas de ta chambre. Danse un pas de bossa
tout nu sous ton manteau, en souliers sans chaussettes.
Le vestibule sent le chou fleur et la cire.
Tu as tracé des lettres, une autre serait d’trop.

Ne sors pas de ta chambre. Que cette chambre seule
sache à quoi tu ressembles. D’ailleurs, incognito
ergo sum, aurait dit la substance à la forme.
Ne sors pas de ta chambre ! C’est pas Paris dehors.

Ne fais pas l’imbécile ! Sois ce qu’ils ne sont pas.
Ne sors pas de ta chambre ! Laisse faire les meubles,
fonds-toi dans le décor. Barricade-toi bien
de chronos, du cosmos, d’éros et du virus.


[Fin du rab. Cédéfiste, contemple !]

Julow

30/03/2020 à 00h57

Allez, on se détend, on commente.
En fait je ne vais d’abord commenter que le SIX : il déchire, non ? On pourrait dire que c’est le corrigé de nos exercices... C’est pas du jeu, parce que c’est un poète nine to five, et pas du dimanche, et il a probablement pas nos écrasantes responsabilités à nous, alors ça va, hein, oh, ouais, merde, mais quand même :
- le traducteur, notre camarade, y est forcément pour quelque chose ; pour beaucoup si vous vous souvenez des cinquante pages précédentes.
- ça déchire, putain, ça déchire. Quand on pourra en parler sans masque, je vais commander les oeuvres complètes.

A vous.

Tricky

30/03/2020 à 01h14

(Interlude j’ai une question de traduction. Mais pour ça il me faudrait quelqu’un qui lise le mandarin et l’anglais)

Milan de solitude

30/03/2020 à 03h07

Le gruppetto


Le SIX est une traduction d'une chanson américaine, style Bob Dylan ou Leonard Cohen ? (Vous avez peut-être tous reconnus ? désolé de mon inculture.)
Le TROIS est l'œuvre d'un mec qui a les bases et puis pas mal d'étages.
J'aime la sensibilité du UN et ses maladresses jolies. J'aime la soudaineté du DEUX. J'aime le moralisme du QUATRE (c'est du Classico ?). J'aime le "je ne suis pas parvenu à trouver le tour final" du CINQ.
Bravo !



Tentative de contribution à l'ouvrage "Métrique dans les confins"


"Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais"

"Vous demandez des bocks ou de la limonade..."

Ce sont deux vers de Rimbaud. Le premier se trouve dans "Le Bateau ivre", le second dans "Roman" (on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans).
Je soutiens que Rimbaud force exprès à des liaisons dissonantes : hémotzélé ; stromzépais. Ceux qui voudraient les passer sous silence enfreindraient les règles classiques. Rimbaud les méprisait-il lui-même ? Je pense plutôt qu'il s'en joue. Ces liaisons bizarres figurent bien l'étrangeté et le sensationnalisme du "Bateau ivre".
Je dois dire qu'elle me plaît moins dans l'autre poème : bockzou. Le sujet est sentimental, presque romantique. Cette liaison est à la césure (6/6). Dans l'extrait précédent, la première liaison est à la césure aussi mais la seconde en plein hémistiche, ce qui me conforte dans mon avis.

Quel est le vôtre ? Feriez-vous la liaison dans tous les cas ? dans aucun des cas ? seulement dans "Le Bateau ivre" ? seulement dans l'hémistiche et pas à la césure ?

Maniche Nails

30/03/2020 à 10h52

Bravo à tous !
La 4 (oui Milan, moraliste, peut-être) tape si juste, avec une simplicité et une décontraction qui m'ont laissé pantois.

 

Balthazar

30/03/2020 à 12h02

Merci à tous !
L'auteur du trois est fou, donc c'est l'attaquant batave. Mais le chef a dit qu'on jouait pas à ça donc je n'insiste pas et je garde pour moi mes doutes quant à la théorie de Milan sur le quatre.
J'aime moi aussi le six, mais pas au point de commander les oeuvres complètes sans marchander.

Concernant les liaisons rimbaldiennes, je les qualifierais d'insolites plutôt que de dissonnantes. Pour les "bocks", je crois n'avoir jamais entendu personne faire la liaison. De mémoire, Ferré ne la fait pas.