Boutique

boutique

Infos des cahiers


Classement en relief

classement en relief

Sur le fil

RT @_HelinHugo: Plus de clubs pros, plus d'anciens pros, plus de synthétiques, plus de caméras... La présentation de la D1 féminine (plus…

Il manque un point d’interrogation au titre – parce qu’il n’y a pas de fatalité –, mais les points de vue des écono… https://t.co/YWj9kGH5wt

RT @PaladarNegroWeb: #Maradona Looks 👉 https://t.co/YCI6EpppRE https://t.co/MzlY2S1Gfa

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Onanapa

“L'Ajax refuse de laisser partir Onana à l'OM.” (foot01.com)

Monaco 2004

“Ils ont failli rejoindre l'OM.” (lequipe.fr)

Sans-Gênes

"Le PSG offrirait un pont d'or à Ivan Rakitic !" (madeinfoot.com)

José fourrait

"Mourinho, l'amour dure trois ans." (lequipe.fr)

Alcolo décanté

"Wenger en 'cure de désintoxication'." (lequipe.fr)

Drame du naming

"Le Spartak de Gigot a eu chaud à Krasnodar." (lequipe.fr)

Faire cercle autour de lui

"Tite (Brésil) : 'Neymar mérite des éloges pour son comportement'." (lequipe.fr)

Avoir le foot dans le sang

"Caillot : 'Que du bonheur !'" (lequipe.fr)

Dib throat

"Un jeune U17 du Burundi auteur d'un véritable tacle à la gorge." (ledauphine.com)

Antonin Marteau

"Antonin Panenka : 'Il fallait être soit un génie, soit un imbécile'." (lequipe.fr)

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 12h58 - Yapéno : Tu as déjà vu des gens sortir de Nicolas-du-Charonnet se précipiter sur des musulmans pour les... >>


Sport et santé

aujourd'hui à 12h47 - Courtial des Pereires : Mon petit résumé de mon semi marathon d Oslo qui s est finalement très bien passé. Avant le... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 12h19 - arnaldo01 : NKunku à disparu ? Ou alors il bosse deux mois tous les dix mois, c'est dommage. >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 12h11 - le Bleu : Non je ne le suis pas mais là y'a un truc quand même. >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

aujourd'hui à 12h00 - Pascal Amateur : Joli, le SCO ! >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 11h53 - Le Meilleur est le Pires : Alors que c'est de la daube et que pas mal de monde par ailleurs s'en fout... par contre je vois... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 11h50 - et alors : [Toujours le SCO]Cette fois contre Toulouse, on n'a pas vu de buts du tout. Le match a pourtant... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 11h48 - Manx Martin : ParisHilton22/09/2018 à 22h01Je me suis tapé un entretien vidéo de presque une heure, lu... >>


In barry we trust

aujourd'hui à 11h39 - Seven Giggs of Rhye : COTY WEEK 3Saints@Falcons 20-24Packers@Redskins 24-18Colts@Eagles 17-28Bills@Vikings... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 11h14 - Manx Martin : "le big K. continue à défourailler sur l'homme du banc."--> Cf. "Je n'aurai jamais confiance en... >>


Bréviaire

aujourd'hui à 10h53 - Save Our Sport : ravioNoël Levrette"ASM : derrière, c'est toujours dur." (lequipe.fr)--------Jardim intime"ASM :... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 09h51 - McManaman : Son interview dans Libé est très intéressante aussi.Il sera présent aux Rendes-Vous de... >>


Les enfants de la bulle

aujourd'hui à 08h05 - Cush : Oui j'avais beaucoup aimé aussi le City of Glass de Mazzucchelli, qui avait sans doute été... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 07h36 - Jeremie Janette : 4 buts annulés à la maison et la VAR utilisée contre nous et pas pour nous... j'aime beaucoum... >>


Observatoire de la violence dans le football

aujourd'hui à 07h25 - Toni Turek : Encore un cas où un avocat exagère à peine :"Ils ne viennent au stade que pour la violence, nous... >>


Marinette et ses copines

aujourd'hui à 01h03 - Backhim : Portland n'a quasiment pas existé dans cette finale (Foord quasiment jamais atteinte, Sinclair qui... >>


La L1, saison 2018/2019

aujourd'hui à 00h22 - Portnaouac : Le départ date de fin Décembre 2016 ; il est pré-annoncé en page 435 du fil des doléances et... >>


Parties de campagne, bières, et football...

22/09/2018 à 23h08 - contact : Zénon Zadkineaujourd'hui à 22h33Vraiment pas attendu ce désistement >>


Taquetique du tic au tac

Imaginez, tentez, élaborez, surprenez... Décortiquez les schémas d'aujourd'hui et anticipez les plans de jeu de l'avenir!

Alexis

11/07/2018 à 16h28

La Francophonie du foot a intégré u nouveau terme et ça m'agace.

Quelqu'un saurait m'expliquer l'émergence de la notion de "transition" ?

Transition offensive, transition rapide, phase de transition, etc... Le terme doit être employé au moins une douzaine de fois par match, alors qu'il y a 6 mois personne ne l'employait. Personne, hormis quelques technocrates fédéraux dans des éditions spécialisées à destination des troupeaux de futurs diplômés estampillés "formation 3F".

Pourquoi doit-on conjurer désormais la "contre-attaque" ou "l'attaque rapide" ?

Ne serions-nous pas en pleine Bourdieuserie de la distinction ?

Alexis

11/07/2018 à 16h30

(et je vous prie de bien vouloir excuser ma manipulation approximative du clavier qui a provoqué un post inabouti, donc ridicule. En tout cas involontairement ridicule, celui-ci)

Radek Bejbl

11/07/2018 à 16h42

J'ai regardé, on l'a utilisé 20 fois dans Comment regarder un match de foot et mon compère Raphaël avait écrit "D'une phase à l'autre, le football et ses transitions" sur le blog Dé-managers en 2013. Le lien de l'article est ici : https://bit.ly/2KMegwx

Sinon, je trouve qu'attaque rapide et contre-attaque ne veulent rien dire et qu'on utilise enfin un terme pertinent (anecdote inutile, j'ai un collègue qui avait parlé de "contre-attaque" à un coach de Pro A il y a pas mal d'années et qui avait eu en réponse "ici on parle de jeu en transition, contre-attaque c'est au foot et ça n'a aucun sens"). La transition, qu'elle soit offensive ou défensive, est très facile à identifier. Et elle permet d'ajouter un qualificatif autour de toutes les situations de perte ou de récupération du ballon, qui sont devenues l'enjeu majeur du football depuis 5-6 ans.

Alexis

11/07/2018 à 17h37

Merci pour ce retour et le lien vers l'article qui m'avait échappé (ou qui avait au moins échappé à mon souvenir).

Mon point de vue en revanche sur ce phénomène verbal ne varie guère : je concède qu'il s'agit bien là d'un réajustement sémantique (ce à quoi je suis tenté de dire : pourquoi pas ?), mais qui ne repose sur aucune évolution du jeu. Car enfin elle définit une phase de jeu qui, par définition, a toujours existé mais à laquelle les techniciens accordent simplement davantage d'importance désormais (conséquence évidente de l'accélération du jeu, à haut niveau tout du moins).

Les problématiques posées par le jeu demeurent les mêmes depuis longtemps : défense haute -moyenne- basse, attaque rapide ou attaque placée (j'emploie ici mes propres termes, évidemment). Les vrais évolutions se situent essentiellement dans la vitesse de jeu (avec ou sans ballon et lors des fameuses phases dites de transition) et l'intensité.

Pour le reste, je regrette l'utilisation abusive de la notion de transition, car elle semble me mentir. Quand Raphael dans son article parle de "transitions conclues par Cristiano Ronaldo", je déplore la froideur du propos! Parle-t-on ici de finition face au but ? Quand débute et quand s'arrête une transition ? J'ai dans l'idée qu'un but est la conclusion (le plus souvent) d'une attaque. Ou alors nous décidons que nous vivons en perpétuelle transition ?! Et là encore le terme perdra tout sens.

Toutefois, bien plus que le caractère discutable du sens (dont je comprends l'utilisation par les techniciens pour découper les différentes phases à des fins didactiques), je regrette profondément son utilisation abusive sur les ondes TV et Radio ou dans la presse écrite ces dernières semaines. Car là encore l'usage extrême entraîne le non sens : Raphael écrit encore que les transitions se définissent par leur nécessité d'être effectuées "aussi rapidement que possible", et nous entendons Margotton (je n'ai pas BeIn) nous expliquer régulièrement que la France mise sur des transitions rapides (la bonne vieille contre-attaque, quoi)... alors qu'a priori elle se doit de l'être... ou ne sera tout simplement pas.

Bref, une forme de langage d'initié à destination des initiés et qui ne devrait pas sortir de ce champ d'expression (parce que ça va fleurir gras dans les vestiaires amateurs et ça va encore ajouter au flot d'inepties déjà bien assez fourni)

Roger Cénisse

11/07/2018 à 17h43

Pour moi il y a une vraie différence entre la notion de transition et la notion de contre attaque.

La contre-attaque, c'est ... une contre-attaque, à savoir une transition rapide vers l'avant pour aboutir à une occasion de but ou une frappe.

La transition, c'est amener le ballon dans une autre zone du terrain. Rapidement, de préférence. Mais pas forcément pour avoir une occasion de but, ça peut être aussi pour installer une possession haute suite à une récupération basse.

forezjohn

11/07/2018 à 17h45

L'utilisation à l'époque était sans doute un peu abusive et désignait prioritairement les contre-attaques.
Aujourd'hui c'est clairement utilisé pour désigner les phase lors desquelles le ballon en jeu change de propriétaire.

Radek Bejbl

11/07/2018 à 19h03

Alexis je suis assez d'accord sur le côté soudain de l'intérêt pour l'expression, qui perd en profondeur. Et je suis parfaitement conscient qu'à notre très modeste échelle, nous avons contribué à accélérer certaines dérives (notamment dans l'usage de mots étrangers et le fait de théoriser des réadaptations à la marge de concepts déjà existants), et que je ne suis pas forcément le mieux placé pour défendre la légitimité de termes à la mode.

Ceci étant, l'utilisation abusive n'est finalement, comme l'ont dit les copains au-dessus, pas plus illogique que "contre-attaque" qui était souvent un grand fourre-tout. Et si, comme tu le dis, on a toujours gagné et perdu le ballon, il y a une énorme différence entre le "chacun son tour" façon handball qui a longtemps été en vigueur et le pressing fou appliqué par de plus en plus de clubs, qui change rapidement l'identité du porteur dans des zones très dangereuses. Pour le coup, je trouve vraiment que ce sont les entraîneurs, souvent réfractaires à la novlangue des "tacticiens de télé", qui ont impulsé l'utilisation du mot en identifiant la phase comme essentielle, peu importe leur philosophie de jeu (Klopp pour marquer, Guardiola pour ne pas avoir à défendre, etc).

Yohan Cowboy

11/07/2018 à 19h08

D'ailleurs, ce terme "transition" permet de désigner la moitié des 4 phases de jeu du football (typologie est reprise par les coachs) :
- on a le ballon
- on n'a pas le ballon
- on vient de récupérer le ballon
- on vient de perdre le ballon

khwezi

11/07/2018 à 19h39

Pour ma part, je suis raccord avec Radek sur l'analyse de la pertinence du terme.

Dire que "contre-attaque ne veut rien dire" c'est juste dire que techniquement, le terme devrait être limité à une perte de balle dans le camps adverse qui aboutit à une occasion dans son propre camps. Mais pas, par exemple, à une perte de balle au niveau de la ligne médiane ? Pourtant on est en train d'attaquer... a chaque fois qu'on à le ballon, et donc chaque perte de balle est finalement une "contre-attaque", une attaque contre celui qui était en train d'attaquer. Bref.

Transition. Mon équipe à le ballon. Mon rôle est clair et défini. Un coéquipier se rate. Mon équipe perd le ballon. Mon rôle vient de changer du tout au tout. Je viens de passer de solution de passe / leurre pour défenseur à premier / deuxième rideau chargé de monter sur le milieu / l'attaquant / le latéral adverse etc.

Et à cet instant, cette situation est vraie pour les 20 joueurs de champ, simultanément. Or, si aucune coordination n'est mise en place pour gérer collectivement cette situation, on a offensivement une perte de temps et ces secondes en moins pour déstabiliser le bloc adverse, et défensivement, si le repositionnement n'est pas parfaitement coordonné, c'est le risque de laisser des espaces ouverts, de cafouiller un marquage etc.

Le terme "transition" permet de cibler cet instant / ces instants entre l’événement déclencheur (perte ou gain de balle) et la conséquence qu'il doit avoir (replacement défensif du bloc ou mise en position de tir d'un joueur).

Le terme de "jeu de transition", en revanche, m'a semblé moins clair à définir, mais si je l'applique à ce que je connais, le jeu de Klopp à Liverpool, qui est qualifié comme tel, ça m'a en effet semblé frappant que ce qui rend l'équipe parfois, souvent en ce moment, terriblement efficace, c'est en effet sa parfaite (plus que parfaite) gestion de ses phases: lorsqu'elle est dans le camps adverses, le "jeu de transition" consiste à mettre en place un pressing à deux immédiat sur le porteur de balle pour laisser le temps aux centraux et à Henderson de bloquer la ligne médiane et empêcher la sortie du ballon. En phase défensive, c'est un pressing bien plus tactique qui est mis en oeuvre (qui monte sur qui et qui compense comment) qui permet ensuite de mettre une des trois flèches (généralement celle de droite...) de partir en orbite. Mbappé staïle.

Ce n'est pas forcément la valeur intrinsèque des joueurs, que ce soit en phase de possession, ou la qualité des défenseurs (ahem), qui fait qu'au bout y'a plus souvent trois points qu'autre chose. C'est que les transitions sont tellement bien gérées qu'elles offrent, en phase défensive comme en phase offensive, un ascendant momentané sur l'adversaire.

Ces quelques secondes, au haut niveau, dont tout le monde sait maintenant quelle différence elles peuvent faire.

Alexis

12/07/2018 à 09h05

Radek,

je souhaite préciser ceci : je partage la définition faite par Raphael dans l'article cité. Et je trouve que la notion de transition apporte une valeur ajoutée dès lors qu'il en est fait bon usage.

Je retiens donc la définition suivante : il s'agit du passage d'un état à un autre. Dans mon esprit cela signifie que la transition (et je rejoins encore l'article ici) est forcément rapide, presque furtive. Je vois donc dans une contre-attaque, le prolongement d'une transition, sa suite. Comme peut l'être une attaque placée. Mais dans ce dernier cas, même si l'on ne parle plus forcément d'attaque rapide, la transition le demeure. Par nature donc (c'est ici précisément ma seule critique à l'égard de l'article : un but ne conclue pas une transition, il conclue une attaque, rapide, placée ou autre, que la transition a permis de préparer).

Mon seul regret demeure donc dans l'utilisation abusive faite par les journalistes. Ce matin encore, un article de l'Equipe évoque trois fois "les transitions rapides" de l'EdF comme si cela suffisait à en expliquer les principes de jeu offensifs des bleus.

Quant à la notion de contre-attaque, je te rejoins là encore sur le flou qui règne autour d'elle.

Il s'agit ici essentiellement d'un débat sémantique, mais je pense qu'il n'est pas totalement vain dans la mesure où les éducateurs/entraîneurs ont un devoir de justesse dans l'enseignement des principes de jeu si l'on souhaite faire comprendre le jeu et ses ressorts aux (jeunes) joueurs.

 

BoblaFlamb

12/07/2018 à 09h41

La transition en football c'est un peu l'équivalent des situations de turnover en rugby qui sont si importantes dans le jeu à XV aujourd'hui. Ce sont des situations de désorganisation et de déséquilibre que les entraîneurs essaient d'ordonner.
C'est intéressant parce que si on a tendance penser que le football est un sport à "tacticité" faible- comme je l'ai longtemps pensé d'ailleurs - on est au contraire là dans des phases qui demandent une grande capacité d'analyse de la part des joueurs.