Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

France-Suisse : l'étoffe des 0-0

Matchbox – L'équipe de France a validé son sans-faute, à défaut d'un 100% de victoires dans sa poule, à l'issue d'un match inégal contre la Suisse. • édito • nalyse • gars • observations • vu du forum…

Auteur : La rédaction le 20 Juin 2016

 

 

On dit souvent de Didier Deschamps qu'il est calculateur, et en général ses calculs tombent assez juste. Ses paris mesurés d'hier soir, avec un remaniement prononcé de l'équipe, ont rapporté ce qu'attendu. La première place du groupe tout d'abord, un atelier tactique réussi pour la défense, des joueurs préservés – aussi bien ceux qui ont débuté (Pogba, pour ce qu'il a démontré) que ceux qui sont restés sur le banc (Giroud), en sont sortis (Matuidi, Payet) ou l'ont rejoint (Griezmann, Coman) –, d'autres maintenus dans la compétition voire relancés (Gignac, Sissoko, Cabaye). On sera plus réservé sur la gestion des cartons jaunes pour la défense centrale, qui peut augurer une charnière rock'n'roll dans quelque temps.

 

Évidemment, le jeu reste en chantier, tant ce match n'a pas marqué de progrès très sensible. Compte tenu des objectifs cités ci-dessus et du caractère expérimental de l'équipe, ce n'était pas l'objet de l'exercice. Mais un retour sur le déroulé de la rencontre rappelle que la Suisse n'aura été vraiment dangereuse que quelques minutes après l'entame, sur deux corners consécutifs, avant d'être bien maîtrisée – notamment sur les coups de pied arrêtés – et de finir sans aucun tir cadré. Les Bleus se sont deux fois heurtés à la barre et quelques autres à Yann Sommer… Leur première demi-heure a même été franchement enthousiasmante, avant que la perspective du partage des points n'incite plus, au fil des minutes, les deux équipes à se mettre mutuellement en danger.

 

Ainsi l'incertitude demeure-t-elle autour de cette équipe de France qui ne veut toujours pas donner d'indications très précises sur son destin: elle l'a efficacement préservé jusque-là, donnant quelques espoirs et semant les doutes. Elle a au moins une semaine pour y travailler.

 

 

 

La nalyse

Julien Momont – En conférence de presse d’avant-match, Hugo Lloris avait annoncé, comme pour se persuader lui aussi, "un match plus plaisant à jouer et plus ouvert" que les deux précédents, face à une équipe de Suisse plus ambitieuse que la Roumanie et l’Albanie. De quoi, donc, estomper les lacunes tricolores dans le jeu de position face à des blocs regroupés, criantes depuis le début du tournoi. Le capitaine avait vu juste, et cette ambition suisse a ouvert des espaces que les Bleus ont su exploiter en première période.

 

Il y a eu la puissance de Moussa Sissoko, impressionnant d'activité, qui a cassé le pressing helvète par ses percées balle au pied. La vitesse et la faculté d’élimination de Coman. Les projections de Paul Pogba, aussi, qui a rappelé sa qualité de frappe de balle, comme libéré dans son axe gauche chéri. "Il a toute ma confiance, affirmait Didier Deschamps sur beIN Sports après le match. Il a fait une très bonne première mi-temps." La pelouse compliquant sérieusement toute expression technique poussée, c’est d’abord physiquement que les Bleus ont exploité les phases de transition. Très esseulé, souvent trop, André-Pierre Gignac a tant bien que mal été un point d’appui utile dos au but lorsqu'il a été sollicité, tandis qu’Antoine Griezmann a été, par séquences, un relais efficace.

 

 

Pour la première fois du tournoi, l’équipe de France s’est donc retrouvée dans la configuration qu’elle disait préférer, et elle a démontré pourquoi en première période. De l’intensité à la récupération, de l’allant, de la verticalité et deux barres, à défaut d’actions collectives très construites. Toujours les mêmes problèmes en phase initiale quand la Suisse était en place, certes. Mais la situation n’a pas été si fréquente.

 

Sans le ballon, hormis en début de chaque mi-temps, les Bleus ont bien résisté, toujours dans leur optique conservatrice de repli derrière la ligne médiane à la perte. Rami et Koscielny ont surclassé physiquement le jeune Embolo, bien protégés aussi par l’impact de Cabaye (77% de duels gagnés, 8 tacles, 4 dégagements, 3 interceptions et 6 ballons récupérés par ailleurs) devant la défense. Compacte dans l’axe, l’équipe de France a contraint la Suisse à jouer sur les extérieurs, où elle s’est retrouvée enfermée. Unique exception: l'occasion suisse à la 7e minute, seule fois du match où Patrice Evra a suivi le dézonage de Shaqiri vers l’intérieur, ouvrant le couloir à Lichtsteiner. Didier Deschamps a d’ailleurs corrigé le tir dans la foulée en demandant à son latéral de "laisser partir" Shaqiri. Sur ce côté, on retiendra aussi l'implication défensive exemplaire de Kingsley Coman, certainement placé à gauche pour contre-carrer physiquement le très offensif Lichtsteiner.

 

En seconde période, les Bleus ont été moins actifs sans et avec le ballon. Leur bloc a reculé. Les sorties de balle ont été compliquées par un manque disponibilité des relayeurs. L’occasion de constater qu’un pressing haut peut tout autant mettre en difficulté la relance française qu’un bloc regroupé, notamment pour Adil Rami (75% de passes réussies, pire ratio pour un joueur de champ tricolore). Résultat : 29% de possession de balle de la 46e à la 60e minute. "Les Suisses ont eu une maîtrise technique intéressante, mais ils n’ont pas été vraiment dangereux", constatait Didier Deschamps.

 

Et pour cause: la Nati n’a pas tiré après la pause et elle n’a cadré aucune de ses six tentatives au total. Les Bleus, eux, s’en sont remis à Payet pour un peu mieux tenir le ballon. La réussite n’a cette fois pas été de la partie pour le Hammer, mais sa simple présence change tout. Au final, l’équipe de France a géré ses efforts, pleinement satisfaite de ce résultat qui lui assurait la première place du groupe. Tant pis pour le spectacle. Didier Deschamps a des préoccupations bien plus empiriques. "On n’était pas obligé de pousser, on avait le score qui nous convenait pour atteindre notre objectif", justifiait ainsi le sélectionneur. Le résultat avant tout. Le pragmatisme, jusqu’au bout.

 

 

 

 

Les gars

Les Bleus auront donc bouclé la phase de poule sans encaisser de but dans le jeu, et si l’opposition du soir était loin de ressembler même de loin à un épouvantail offensif, le crédit des quatre défenseurs français en ressort intact. Au sein d’un bloc qui sera resté ostensiblement bas et prudent, en partie car la Suisse avait la possession, Sagna et Evra ont peu apporté offensivement s’attachant à couvrir leurs côtés sans prise de risque. La charnière centrale a de la même manière verrouillé l’axe en muselant parfaitement le jeune Embolo sans trop s’aventurer dans le camp adverse hormis sur corner, mais Koscielny et Rami ont chacun récolté un carton jaune ballot, l’ex-Lillois notamment récoltant une sanction administrative en tentant un ciseau acrobatique aussi improbable que dangereux. Quant à Lloris il n’a pas eu le moindre arrêt à effectuer, les rares escarmouches helvètes étant venues sur quelques coups de pieds arrêtés au final inoffensifs.

 

Repositionné sur le côté gauche du milieu de terrain, Pogba a illuminé la première mi-temps. Offensif, percutant, il s’est procuré trois franches occasions en vingt minutes, dont une somptueuse frappe du gauche finissant sur la barre. Après un début d’Euro décevant, le Juventino a rappelé qu’il était un joueur majeur capable de tirer vers le haut toute l’équipe. Moins en vue par la suite, notamment lorsqu’il est repassé à droite après l’entrée de Matuidi, il a rassuré Deschamps tout en lui créant un vrai dilemme quant à son positionnement le plus pertinent. Son pendant sur la droite – Sissoko – s’est également rappelé aux bon souvenir de ses détracteurs. Comme souvent lorsqu’il enfile la tunique bleue, même si elle est blanche, il a rendu une copie satisfaisante. Jouant sur ses qualités physiques, il a apporté son impact et plusieurs de ses interventions tranchantes ont permis d’enclencher la marche avant. C’est suite à une magnifique percée de 50m que Payet a failli convertir son centre en but d’anthologie. A son débit, c’est lui qui contre un coup franc de Payet qui semblait bien parti. Dans le rôle de sentinelle que Kanté a vampirisé en quelques semaines, Cabaye a été sobre et efficace. Concentré sur les tâches défensives, il a énormément taclé et on ne l’a quasiment pas vu offensivement.

 

Bien difficile d’évaluer le match de Gignac tant l’attaquant de pointe français a été isolé et peu servi. A son crédit une bonne remise pour Griezmann non convertie par ce dernier, et un coup-franc gagné en bonne position. Pour le reste il a passé son temps à attendre des ballons qui arrivaient rarement, victime d’une tactique frileuse qui l’a en permanence coupé du reste de l’équipe. On en veut pour preuve que ce match aura aussi mis en lumière les qualités… défensives de Coman, qu’on aura souvent vu côté gauche en renfort défensif, afin de bloquer les montées de Lichtsteiner. Moins en vue en attaque, il n’a quasiment jamais déstabilisé la défense helvétique. Remplacé à l’heure de jeu par Payet dont la confiance est à son maximum. Outre sa superbe reprise sur la barre, il a tenté d’accélérer le jeu sans se poser de questions mais sans toutefois réussir à changer la face du match... cette fois. Griezmann enfin aura alterné le moyen et le très moyen. Peu de différences, peu d’impact, il a semblé encore une fois en retrait, même si son remplacement par Matuidi indique bien où se situaient les priorités du soir.

 

 

 

Les observations en vrac

C'est la deuxième fois, après le France-Hongrie de 78, qu'en phase finale les Bleus jouent avec un maillot imprévu.

 

L'Équipe nous a cuisiné un Pogba aux petits oignons.

 

Avec le ciseau et la chandelle de Rami, puis le grand pont de Sissoko, L’Euro est enfin lancé.

 

Le fartage des Suisses était meilleur: en biathlon, ils nous prenaient facile.

 

Nos solutions contre les avanies du football moderne: un ballon en cuir, des maillots en coton, un terrain en herbe.

 

On ne commence pas un stade par le toit (proverbe lillois).

 

Rappelez-vous: Moussa, c’était le nom d’un des géants qui avaient défilé dans Paris avant le premier match de la Coupe du monde 98…

 

 

 

Vu du forum

=>> White Tripes - 21h02
La balle roule pas. On dirait un terrain de district.
=>> Run - 21h02
C'est quoi ce maillot ?
=>> Zamalek - 21h04
J'espère que l'air est en bon état.

 

=>> lyes215 - 21h09
On est pile dans nos temps de passage: on vient de concéder une occasion de dingue dans les dix premières minutes.

 

=>> le Bleu - 21h17
Heureusement qu'il est nul, Sissoko. Qu'est-ce que ce serait s'il était bon!

 

=>> White Tripes - 21h18
On a bien fait de laisser nos trois titulaires du milieu se reposer pendant les premiers matches.

 

=>> Joey Tribbiani - 21h24
Je pense que le vrai problème des Pogba bashers c'est qu'ils n'aiment pas le foot.

 

=>> Aristofan - 21h35
Ce bruit incessant des commentateurs, on dirait le zoo de Vincennes un jour de soleil.

 

=>> emink - 21h41
Les maillots suisses, on dirait des pelouses françaises, c'est dire.

 

=>> animasana - 22h04
Ils ont une équipe féminine les Suisses? Avec le même équipementier?

 

=>> animasana - 22h12
Si l'arbitre perd un bras, je ne serais même plus étonné.

 

=>> Full Metal Caennais - 22h15
À cause de Shaqiri je suis à moitié dans mon lit.

 

=>> Coach Potato - 22h16
Il y a un complot des chti nenfants à un demi-dollar. Ils ont salopé le boulot de couture sur les maillots ET les ballons. Il y a clairement une reprise en main à faire dans cette usine en zone franche.

 

=>> Julow - 22h18
À la prochaine transversale, les cages s'effondrent. C'est plus un match de foot, c'est un happening chrétien sur la vanité du monde. Toutes choses sont friables et proches de l'incertain.

 

=>> Fugazi - 22h34
Quand je changerai de voiture, je prendrai une Sissoko.

 

=>> lyes215 - 22h50
Bon il commence quand cet Euro? Parce que tirer des conclusions sur les matches amicaux, ça mène à rien.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Le roi Sommer
In the Sommertime
On purge Dédé
Djourou la Terre s'arrêta
France-Suisse hideux, mode d'emploi
Les bons comptes font les bons Rami
La banque n'a pas sauté
Avertissement sans Frei

 

Le titre est de Julow, les TAVAE de Pascal Amateur, McManaman, emink, Di Meco, Vador Suker, Mama, Rama & Papa Yade, Gouffran direct, Julow.
Merci à forezjohn et l'homme de la pampa pour leur contribution.

 

Réactions

  • José-Mickaël le 20/06/2016 à 05h04
    J'adore le titre de l'article !

  • Sens de la dérision le 20/06/2016 à 08h50
    "Dans le rôle de sentinelle que Kanté a vampirisé en quelques semaines, Cabaye a été sobre et efficace. Concentré sur les tâches défensives, il a énormément taclé et on ne l’a quasiment pas vu offensivement."
    J'ai l'impression que si Kanté fait le même match que Cabaye, on le qualifie de génial. Franchement je l'ai trouvé très en jambes et très tranchant, le gars Cabaye.
    Sinon j'ai tenté de regarder particulièrement Sagna et Évra et, s'ils étaient présents défensivement, ils n'ont jamais apporté le danger.
    Bien déçu par Griezmann qui est vraiment transparent : j'espère que la semaine de repos lui fera du bien.

    Le point noir de la soirée : les multiples tirages de maillot du côté français. On peut rigoler sur la tenue des maillots suisses mais j'ai trouvé les Français vraiment affreux de ce côté comme, par exemple, avec une action de Sagna dans la surface. Avec les maillots déchirés, ça s'est particulièrement vu donc je me méfierais pour la suite.

    Sinon, pour le Vélodrome, le problème c'était AC/DC. C'est quoi l'excuse du stade de Lille ?

  • Julow le 20/06/2016 à 09h11
    Juger Griezmann sur cette pelouse, ça revient à trouver Katarina Witt pas terrible au hockey sur glace.

  • Richard N le 20/06/2016 à 09h38
    Joli titre ! Bravo... (Le reste aussi est pas mal)

  • Beubeu le 20/06/2016 à 10h54
    Bon j'espère que DD retiendra de ce match qu'il a des alternatives à Matuidi au milieu de terrain. J'espère qu'il laissera Pogba à gauche et tentera quelque chose à droite. Soit Cabaye, avec Kanté en récupérateur, ou l'inverse (les 2 pouvant évoluer à ces 2 postes). Ou pourquoi pas Sissoko qui peut apporter quelque chose avec son physique.

    Sinon les latéraux, encore une fois catastrophiques offensivement sans être rassurant défensivement. Franchement autant tenter Jallet à droite, au moins offensivement il sert à quelque chose.

    Sinon pareil j'espère que Griezmann reviendra à son niveau au fur et à mesure de la compétition, car quand il est en feu il est clairement notre meilleur atout offensif.

    En tout cas, au bout de 3 matchs, l'EDF ne nous a clairement pas rassuré. Espérons qu'elle se réveille en 1/8e comme en 2006 !

  • nihilo le 20/06/2016 à 13h39
    Beubeu
    aujourd'hui à 10h54

    Sinon les latéraux, encore une fois catastrophiques offensivement sans être rassurant défensivement. Franchement autant tenter Jallet à droite, au moins offensivement il sert à quelque chose.

    ---------------------------------

    pour le match d'hier on peut considérer que des consignes strictes de "non-emballement" leur aient été dictées. Mais ça n'a pas pour autant donné une grande différence avec les autres matchs...

    Même dans le cas poussif où on réfute l'idée que les montées de jallet et les centres de digne auraient automatiquement apportés une valeur ajoutée offensive, les coquilles défensives des titulaires questionnent gravement sur leur intérêt par rapport aux deux remplaçants.

    sans un arbitre fort heureusement démuni de courage on finit deuxième (à moins d'un loris-happy-hand). Et la fébrilité ou les imprécisions d'Evra semblent se bonifier avec ses capes...

    Les alternatives à ces postes n'ont que très peu été testées et je trouve le sujet bien plus gravissime que celui sur le milieu de terrain...

    Devant, même s'il faut reconnaitre comme je l'ai lu que potentiellement gignac est capable de sortir une praline des trente mètres, il s'accapare surtout le rôle du guivarch...
    J'ose espérer qu'en cas d'absence de giroud, l'idée de placer griesman en pointe est évidente dans l'esprit de DD... C'est pas comme si on avait pas d'ailier en réserve. En 9 on est moins servi, benz-gate oblige.

  • Jamel Attal le 20/06/2016 à 14h18
    Eh bien moi je vous avoue que je n'en peux plus du dénigrement réflexe des latéraux. Sagna fait un bon match hier (et un bon Euro jusque-là), mais c'est juste inenvisageable de le voir. La vérité, c'est aussi qu'il n'y a pas la moindre alternative crédible à Sagna et Évra, et je ricane à l'évocation de Jallet (vous arrivez à être sérieux en avançant cette éventualité?). De toute façon, les mettre systématiquement dans le même panier témoigne d'une incapacité à évaluer leurs performances sur pièces.

    Au-delà, je pense que le poste est le plus ingrat qui soit, aussi bien sur le terrain que pour les commentaires qu'il suscite. Il se trouve aussi qu'on peut gagner une compétition sans grands latéraux. Et pour apprécier leur taf, autant commencer par savoir ce qu'on leur demande, au lieu d'exiger d'eux tout et son contraire.

  • Espinas le 20/06/2016 à 14h26
    Petit bémol sur le tirage de maillot de Sagna à la "Lichsteiner Roumanie-Suisse"à la 93e qui aurait pu nous valoir un péno, la perte de la 1ère place et un tableau plus difficile, genre l'Espagne en 1/4.
    Le pire, c'est que c'est sur un énième centre mal ajusté des Suisses au 3e poteau.


  • Pascal Amateur le 20/06/2016 à 14h39
    Cool, bientôt sur les Cahiers du foot, "l'étoffe des latéraux zéros".

  • Jamel Attal le 20/06/2016 à 14h47
    Ah, je voulais aussi dire que décrire le match d'hier comme une purge, ça me saoule grave itou. Entre le pseudo purisme des esthètes et celui des tacticiens, on n'arrive plus à savoir ce que c'est qu'un match de foot – et encore moins une équipe.

    Désolé, c'est ma demi-journée pavé dans le jardin / pierre dans la mare.

La revue des Cahiers du football