Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Genghini 1982, la lucarne bleue

[saga Mundial 1982] Un jour, un but - Le 28 juin 1982 à Madrid, Bernard Genghini envoie un coup franc magistral dans la lucarne autrichienne, et fait oublier Platini. 

Auteur : Richard Coudrais le 28 Juin 2022

 

Rocheteau a été lancé sur l'aile droite par Tigana. L'attaquant parisien s'approche de la surface, tente de dribbler un défenseur, puis se ravise. Lorsqu'il se retourne, Hintermaier veut lui chiper le ballon, mais le pied de l'Autrichien heurte le tibia du Français. L'arbitre hongrois Károly Palotai accorde un coup franc.

On approche des cinq dernières minutes avant la mi-temps. Le soleil brille au-dessus du stade Vicente-Calderon à Madrid qui abrite le premier match du second tour du Mundial 1982.

 

 

L'équipe de France affronte l'Autriche sans Michel Platini, qui a dû déclarer forfait en raison d'une béquille subie contre la Tchécoslovaquie. L'habituel capitaine français est numériquement remplacé par Jean Tigana, qui n'était que remplaçant au premier tour.

Les hommes de Michel Hidalgo ont pris le match par le bon bout. Le milieu Tigana-Giresse-Genghini fait preuve d'une complémentarité remarquable. Les Français évoluent souvent à une touche de balle et leurs incessantes permutations font valser les Autrichiens. On est loin du match crispant, quatre jours plus tôt, contre la Tchécoslovaquie.

"Le plus beau coup franc du monde"

La sortie de Bernard Lacombe après un quart d'heure de jeu, remplacé par Dominique Rocheteau, n'a pas brisé la dynamique tricolore. L'homme le plus en vue de la rencontre est Friedl Koncilia, le gardien autrichien. Fréquemment sollicité par Giresse, Rocheteau, Soler et autres Six, il est parfois aidé par un défenseur et même par ses poteaux.

Le ballon est à vingt-cinq mètres du but de Koncilia, sur le côté droit. Une position idéale pour Bernard Genghini, proche de celle du coup franc qu'il avait transformé contre le Koweït une semaine auparavant.

Le Sochalien frappe de l'intérieur du gauche. Le ballon s'envole au-dessus du mur, décrit une légère courbe qui se termine dans le coin supérieur au premier poteau. La lucarne est parfaite. Koncilia s'écrase contre son montant tandis que le ballon, insaisissable, plonge dans ses filets.

 

 

"Le plus beau coup franc du monde", clamera France Football à la une de son numéro publié le surlendemain, avec la frappe du Français en couverture.

Bernard Genghini signe en huit jours son deuxième coup franc pour les Tricolores. Le premier contre le Koweït avait lancé les Bleus vers une victoire rédemptrice. Le coup franc n'est plus seulement une arme platinienne, il devient une spécialité made in France.

Ce but est le point d'orgue d'une performance éblouissante réalisée par les Tricolores cet après-midi-là à Madrid. Après un premier tour poussif dont ils ont su s'extirper malgré un début catastrophique, les hommes de Michel Hidalgo ont enfin retrouvé ce jeu pétillant qui fait leur force.

Meilleurs sans Platini ?

En deuxième période, les Autrichiens chercheront bien à inverser la tendance. Lorsqu'ils parviennent à prendre le ballon, ils le transmettent au remuant Walter Schachner qui inquiète parfois Jean-Luc Ettori, mais sans plus.

L'élégante équipe des Prohaska, Pezzey et Krankl est complètement dépassée, ce qui inspirera à Karl-Heinz Marotzke, un entraîneur allemand membre de la commission technique de la FIFA, ce commentaire grinçant : "Je crois que les Autrichiens ont payé contre la France leur débauche d'énergie face à la RFA." [1]

Le collectif français brille sous le soleil madrilène. Giresse en meneur de jeu distille des ballons aux attaquants, Tigana se lance dans de folles chevauchées, Genghini tente des frappes qui inquiètent Koncilia - il n'est d'ailleurs pas loin d'inscrire un autre coup franc.

Malgré une domination écrasante, les Bleus ne parviennent pas à inscrire un but supplémentaire : Rocheteau, Six et Soler manquent le cadre ou échouent sur Koncilia.

Ils l'emportent sur un score minimum (1-0), mais leur production a été flamboyante. "Ils n'y ont vu que du bleu", titre L'Équipe du lendemain, qui ne faisait certainement pas référence au Danube.

Après cette brillante production se pose une question : l'équipe de France est-elle meilleure sans Michel Platini ? Le sélectionneur doit-il sacrifier Tigana pour réintégrer son capitaine dans l'entrejeu ? Des questions qui paraissent surréalistes aujourd'hui, mais qui furent bien posées quelques jours avant d'affronter l'Irlande du Nord pour une place en demi-finale.

 

[1] Un match nul suffisant aux deux équipes pour se qualifier, elles livrèrent un non-match qui précipita l'élimination de l'Algérie.

 

 

RÉTRO COUPE DU MONDE 1982

13 juin. España 1982, nos années Naranjito

14 juin. Un jour, un but : Socrates, deux feintes et une mine

15 juin. Un jour, un but : Milla 1982, l'histoire manquée

16 juin. Un jour, un but : Robson 1982, coup de chaud à Bilbao

17 juin. Fennecs plus ultra

21 juin. Un jour, un but : Giresse 1982, la controverse de Valladolid

24 juin. Manu Amoros, forte tête

25 juin. Un jour, un but : Armstrong 1982, de l'Ulster à la lune

28 juin. Un jour, un but : Genghini 1982, la lucarne bleue

2 juillet. Arconada 1982, le moral dans les chaussettes

4 juillet. Guerre froide au poteau de corner

5 juillet. Le saint suaire de Paolo Rossi

8 juillet. Battiston, lendemains de choc

Réactions

  • José-Mickaël le 28/06/2022 à 10h55
    À propos de :
    [1] Un match nul suffisant aux deux équipes pour se qualifier, elles livrèrent un non-match qui précipita l'élimination de l'Algérie.

    C'est plus compliqué : la RFA devait gagner pour se qualifier, et l'Autriche pouvait perdre, mais pas avec plus de 1 but d'écart. Les Allemands ont ouvert le score, puis plus rien...

  • Josip R.O.G. le 28/06/2022 à 11h54
    Oui, et on aurait pu avoir France Autriche ou France Algérie en demies et on aurait échappé à des décennies de digressions sur la nuit Sévillane

  • El Mata Mord le 28/06/2022 à 14h23
    On aurait surtout 3 étoiles sur le maillot (autant que les italiens)...

  • 12 mai 76 le 28/06/2022 à 14h29
    Ils ont pas 4 étoiles les Italiens ?

  • Red tattoo le 28/06/2022 à 16h10
    En tout cas, ils ont gagné quatre fois la CdM.
    Petit quizz, catégorie facile : l'Uruguay a gagné deux fois la CdM et a pourtant quatre étoiles sur son maillot, pourquoi ?

    Pour en revenir à Genghini, il venait de signer à Saint-Etienne, pour remplacer Platini qui partait à la Juve, et je me frottais les mains devant une aussi belle recrue. Et puis l'affaire de la caisse noire a éclaté, et Genghini et les autres sont devenus des fantômes, qui ne pensaient plus qu'à quitter ce navire en perdition :(

  • 12 mai 76 le 28/06/2022 à 16h26
    L’Uruguay aurait été deux fois médaille d’or au JO ?

  • El Mata Mord le 28/06/2022 à 16h51
    Etant donné qu'on aurait gagné la cdm de 1982 en finale contre la squadra azzura, cela en ferait une de moins pour l'Italie...

  • José-Mickaël le 28/06/2022 à 16h51
    Si El Mata Mord avait raison, les Italiens n'auraient pas gagné la coupe du Monde 1982 et n'auraient que 3 titres.

    -----
    Wahou, à quelques secondes près !

  • suppdebastille le 28/06/2022 à 22h03
    Je me souviens que mon paternel faisait partie des hérétiques qui expliquaient que Platini ne devait pas revenir au match suivant.
    Si Internet et tous les talk tele radio avaient existé à l'époque le débat aurait nourri plusieurs jours en continu jusqu'au match contre l'Ulster.

  • Ba Zenga le 29/06/2022 à 08h28
    Platini disait dans la fameuse cassette vidéo "Les années Platini" qu'il avait finalement plus de regrets par rapport à 1986 qu'à 1982. Parce que justement, il ne se voyait pas battre l'Italie en finale, l'équipe n'étant pas encore assez forte selon lui.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.