Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Head of zebi

Autoportrait craché : Jacques-Henri Eyraud – Le président de l'OM est dans la tourmente, mais s'il est critiqué, c'est qu'il est mal compris. 

Auteur : Rémi Belot le 2 Fev 2021

 

 

Extrait du numéro 5 de la revue des Cahiers du football.

 

* * *

 

J'me présente, je m'appelle Jacques-Henri. Chief executive officer at Olympique de Marseille, entrepreneur, investor, business angel: ça, c'est mon "résumé" sur Linkedin. À prononcer avec l'accent. Mais pas celui de l'Estaque ou de Belsunce, non: plutôt celui de Harvard, où j'ai passé mon MBA en 1998.

 

Car j'ai beau surjouer le Marseillais d'adoption, chanter par cœur un couplet d'IAM à un journaliste de Libé ou rappeler que j'ai fait mon service militaire à Carpiagne, à deux pas de Cassis, je dois bien l'admettre: j'ai un parcours plus classique.

 

 


Jacques-Henri Eyraud et un inspirational model.

 

Au turf

Né en plein Paname, Dauphine, Sciences Po… j'ai le parfait profil du Parisien pur jus. Quand même pas du genre Supras Auteuil ou Tigris Mystic: le foot est arrivé un peu par hasard dans ma vie. Ma grande passion sportive, c'était plutôt le taekwondo. Quand j'ai dit que j'avais été membre de l'équipe de France dans ma jeunesse, des petits malins sont allés vérifier. Et j'ai dû produire mes convocations aux stages nationaux: j'ai pas une gueule de winner?

 

Niveau professionnel, j'ai attaqué côté entertainment, à mes débuts dans les années 90. Chez Disney d'abord et au club Med ensuite. Du management, de la com: partout dans la rue, j'voulais qu'on parle de nous. Le grand virage vers le sport, je l'ai entamé ensuite, au début des années 2000. Avec Patrick Chêne, "la voix du Tour", j'ai créé Sporever.

 

Comme j'ai récemment dû le rappeler à la presse, qui semblait me prendre pour un bleu du ballon: "Nous avons été les premiers à diffuser des matches de Ligue 1 en direct sur téléphone mobile". Disruptif avant même l'invention du terme, quoi. Sur ma lancée, j'ai tenté ma chance côté hippique, à l'aube des années 2010. "Le turf, c'est le projet de ma vie", j'ai dit.

 

Logiquement, je suis devenu actionnaire majoritaire de Turf Éditions. Je voulais faire des tubes et que ça tourne bien, mais j'ai eu plus de mal à disrupter chez les canassons: ça fait maintenant des années que j'essaie, en vain, de me désengager. Et la boîte a finalement subi une procédure de redressement judiciaire devant le tribunal de Bobigny. Pas vraiment Champions Project? Ah, vous voulez qu'on parle de l'OM!

 


OM Way

C'est le projet de ma v… oui, bon, je l'ai déjà faite. Alors disons plutôt que c'est mon "OM Way, cette dimension culturelle qu'on apprécie tant, avec Franck McCourt". Attention: pas la dimension culturelle façon Plus belle la vie, embrouilles sur le Vieux-Port et recrutements anigo-courbissiens. Non, plutôt une autre dimension (la quatrième), pour Marseille: agilité, management transversal… la start-up nation adaptée à L'OM. L'OM Nation? Tiens, ça sonne bien.

 

Bref, on est venu pour professionnaliser le club, mettre un peu de PowerPoint dans le Pastis 51. Avec mes étudiants de Sciences Po, à qui je donne des cours d'initiation à l'entrepreneuriat, "je mets en œuvre cet exercice utilisé à Stanford, qui consiste à confier dix euros à huit groupes de dix étudiants chacun, et à leur demander de revenir la semaine suivante avec le maximum d’argent".

 

À l'OM, j'ai fait un peu pareil: j'ai distribué les billets de McCourt dans toute l'Europe et je suis revenu avec Nemanja Radonjic, Valère Germain et Patrice Évra. C'était mon initiation à moi. Depuis, j'ai bu quelques tisanes, et je me suis calmé sur les dépenses. L'argent est même devenu un petit sujet de tension.

 

Avec Bertrand Desplat, le président de Guingamp, on s'est un peu chicanés sur le prêt garanti par l’État au début de la crise sanitaire. Il a menacé de me "casser la gueule". J'ai hésité à lui envoyer mes convocations aux stages de l'équipe de France de Taekwondo, à lui aussi.

 

J'ai parfois peur de ne pas être bien compris, en fait. Je l'ai dit après le Sport Innovation Summit, le colloque sur les innovations dans le sport, où j'avais proposé que les buts marqués à l'extérieur de la surface comptent double: "Le monde du football est très conservateur".

 

Mais si c'était à refaire, je recommencerai. Et puis l'année d'après, je recommencerai. "Keep up the good work", comme j'aime à le répéter sur Linkedin.

 

 

Retrouvez toutes les chroniques du numéro 5 de la revue des Cahiers du footnall.

  

Réactions

  • Henri Désiré Landreau le 03/02/2021 à 12h25
    Je ne porte pas spécialement Eyraud dans mon cœur mais je m'interroge sur ce titre qui signifie littéralement, Eyraud, tête de bite.

  • Sens de la dérision le 03/02/2021 à 14h05
    "Zebi est un mot d’argot qui a connu deux vies, car il a été emprunté deux fois à l’arabe, à des époques différentes.

    Sa première vie, zebi l’a connue quand ce mot est entré dans l’argot français à la fin du XIXe siècle, probablement dans le contexte de la colonisation française au Maghreb. On le retrouve sous la forme zébi avec un accent dans l’expression argotique peau de zébi, qui signifie « rien du tout ». Cet usage a quasiment disparu aujourd’hui."


    Chef de rien du tout, ça paraît pas si déconnant.

  • Tonton Danijel le 03/02/2021 à 14h26
    Je ne suis pas un spécialiste du monde arabo-musulman, mais n'y a-t-il pas du coup une confusion phonétique entre zébi et zob?

    (non, parler de zob sous un article consacré à JHE n'est pas une disgression).

  • OLpeth le 03/02/2021 à 14h40
    Zebi veut en effet dire les deux y compris en arabe. On utilisera volontiers en Algérie zebi pour dire merde (Zebi, j'ai raté mon contrôle), que dalle (- Tu as récupéré l'argent de Mediapro ? - Zebi !), ou tout simplement bite.

  • la rédaction le 03/02/2021 à 14h51
    Ce titre fait référence à la nomination d'un "head of football" par JHE, et en effet, on a pris le terme au sens de "que dalle".

  • cocobeloeil le 03/02/2021 à 15h58
    Ouf!

  • Henri Désiré Landreau le 03/02/2021 à 17h34
    Pour commencer, laissons l'arabe, belle langue, de côté. "Zébi" a une signification dans le sabir parlé par les algériens, marocains et tunisiens.

    Je comprends donc le sens dans lequel il est utilisé par la rédac, pas de souci. Mais son sens originel est bien "bite".

  • Pascal Amateur le 03/02/2021 à 23h31
    En tout cas, c'est ce qui est écrit dans la TŒB (Traduction Œcuménique de la Bible).

  • magnus le 04/02/2021 à 09h43
    Il y a environ un an, Julien Cazarre sur RMC avait lâché "le mercato avec Zubi c’est zebi".
    Il n'est sans doute pas prof d'arabe mais j'avais compris que ça ne voulait pas dire que Zubi recrutait des bites.

  • Le génie se meurt ? Ah mais l'mage rit le 04/02/2021 à 17h57
    et zebib, ça veut dire raisin sec.
    JHE et raisin sec, je trouve que ça va bien ensemble.