Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'Euro, ce dîner de cons

Jean-Patrick Sacdefiel est sorti de sa retraite pour cingler d'un verbe vengeur un Euro boursouflé qui a invité n'importe qui et dans lequel le football est devenu facultatif. 

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 2 Juil 2016

 

 

Résultat d'une politique générale consistant à élargir l'Europe en même temps que le fondement de ses citoyens, l'Euro à 24 aura présenté un spectacle encore plus déplorable que je ne l'avais imaginé. Le fiasco doit beaucoup à son casting, qui dessine une carte de l'Europe des folklores sur laquelle on s'étonne de ne pas voir figurer la Bordurie et la Syldavie. Le tout en l'absence de la seule nation qui devrait bénéficier d’une invitation permanente pour services rendus au ballon rond, celle dont les Cahiers du football usurpent la couleur. Des géniales inspirations de Cruyff, la moindre n'aura pas été de mourir avant de voir des Suisses, des Slovaques ou des Irlandais caresser l’espoir de soulever le trophée.

 

 

 

La compétition a pris soin d'offrir à cette mascarade des scènes adéquates. De "grands" stades, excroissances de l'ego malade d'architectes infantiles, 100% connectées à la vacuité contemporaine. Fruits d'un effort notable pour qu'ils ressemblent à tout (pneu fluorescent, hangar à Zeppelins, forêt de javelots, insecte en plastique, etc.) sauf à des stades, ils ont fait éruption dans des zones suburbaines entre un Kiloutou et un JardiLand. On s'y rend en empruntant des transports qui ont coûté un hôpital et trois lycées, pour y acheter une saucisse molle et insipide au prix d’un bobo-burger bio dans le Marais et y boire des ersatz de bière aux saveurs de désodorisants pour sanitaires. Dans les gradins, des moutons en troupeaux bêlent en chœur des rengaines pop exaspérantes – dont un tube qui n'aurait pas dû plus survivre aux années 90 que les pantalons de treillis.

 

Le spectacle est à la hauteur, avec des sélections émasculées par la fausse science tactique dont se gargarisent ces experts qui trouvent malin de regarder la palette plutôt que le tableau. Résultat, les seules fantaisies à attendre sur le terrain sont celles des faux rebonds. Couronnement logique de cette déchéance des nationalités: les équipes les plus célébrées sont celles qui jouent le moins au football. Après les deux Irlande, réunifiées dans leur médiocrité, c'est au tour d'une bande de pêcheurs de maquereaux d'avoir les honneurs d'une fête qui ressemble de plus en plus à un dîner de cons. Cela parce que cette Islande digne de l’équipe corpo d’une entreprise d’articles de bureau parvient à aligner trois passes consécutives et, ô prodige athlétique, à faire des touches de 25 mètres.

 

Résumant le désastre, cette compétition restera dans l’histoire comme celle qui aura envoyé dans le majestueux Parc des Princes, pour un sinistre huitième de finale, deux sélections insulaires alignant vingt-deux chevaux de trait pour labourer le noble gazon qui, jadis, accueillit les entrechats de Safet Susic. Mais il faut maintenant se pâmer devant le Pays de Galles parce qu'il a terrassé une sélection belge aussi prétentieuse et incohérente qu'une compilation des Inrocks.

 

L'Euro 2016 résume le principe du football d'aujourd'hui, qui se joue à onze contre onze jusqu'à ce que l'équipe qui a le plus empêché l'autre de jouer l'emporte. Je ne trouve consolation que dans la justice poétique qui a fait star de cette compétition un joueur de D3 anglaise n'en ayant pas disputé la moindre seconde.
 

Réactions

  • Vas-y Mako! le 02/07/2016 à 10h53
    Muskar XII a refusé de participer à cette mascarade...

  • magnus le 02/07/2016 à 10h56
    Merci Jean-Patrick, j'espère un billet similaire lorsque le Portugal remportera la compétition.

  • Moravcik dans les prés le 02/07/2016 à 13h26
    JP a raison, d'ailleurs JP a toujours raison.

    C'est vrai qu'il est d'un niveau douteux cet Euro. On s'y amuse quand même, il y a des équipes sympa et des surprises plaisantes, mais globalement, bah les Allemands ont l'air de survoler la compétition en jouant à 50% de leur potentiel. C'est pas brillant.


  • Metzallica le 02/07/2016 à 14h35
    On dit toujours "il n'y a plus de petites équipes".
    J'ai peur qu'en fait il n'y en ait plus de grosse. Ce soir on aura une des 2 seules équipes constantes sur cet euro qui se jouent.

    Galles a plié la Belgique qui a défoncé la Hongrie qui est sortie en tete de la poule du Portugal qui bat la Croatie qui a battu l'Espagne.
    Galles passe en demies en ayant perdu contre l'Angleterre qui a perdu contre l'Islande qui risque d'aller moins loin que le Portugal 3e de son groupe.
    Tres bizarre cet euro.

  • cocobeloeil le 02/07/2016 à 15h26
    Il serait salutaire qu JP sorte un eu plus souvent de sa retraite.
    Un peu feignasse ce JP tout de même! Je parierai qu'il se la dore sous les cocotiers dans son hamac, un cocktail à la pogne en compagnie d'un jolie Amazone.
    Reviens JP stp..

  • José-Mickaël le 02/07/2016 à 18h39
    Jean-Patrîîîîîîîîîîîîîîck !

    Eh bien, il n'est pas sorti de sa retraite pour rien ! Quel talent dans ce bijou de texte rempli de vacheries et en même temps pas si faux que ça...

  • Carlos Alberto Riera Pas le 03/07/2016 à 10h31
    En fait le côté reac de la redac se cache de moins en moins bien derrière les écris de Sacdefiel.

    Il n'y a pas plus d'outrances que d'opinions sur l’élargissement de l'Euro à 24, la construction de nouveaux stades, l'extension des villes etc...

  • Jamel Attal le 03/07/2016 à 11h00
    @Denis Carlos Alberto Riera Pas Balbir
    Tu aurais dû tenter un petit "rouge-brun", tant qu'à aller dans cette direction.

  • Franco Bas résilles le 03/07/2016 à 12h19
    "Eih bennek, eih blavek"! Les meilleures sources ne donnent pas le nombre de licenciés au pays du pélican noir, qui n'exporte que du blé, de l'eau minérale de Klow, du bois de chauffage, des chevaux et des violonistes. On me dira: "Amaïh!", soit, mais qu'est-ce que ça prouve ?

  • Safet le prophète le 03/07/2016 à 15h44
    Quel retour ! Et que d'aigreur, ça fait plaisir !
    Article qui résume bien ce que je pense de cet euro, et plus généralement des phases finales des grandes compétitions.
    Bien aidé par une formule bancale, le fossé entre le football des nations et le football des clubs se creuse.