Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La boîte à chants

"Nous entrons dans une ère où les stades, même les plus abandonnés, sonneront toujours plein, sans plus d'égard pour ce qui s'y déroule." 

Auteur : BIG le 1 Dec 2020

 

 

Au début du football à huis clos généralisé – et plus encore à la lointaine époque où le huis clos ne s'inscrivait dans notre imaginaire que comme sanction administrative prononcée à la suite des débordements d'une tribune –, l'environnement sonore des rencontres avait pour lui d'éveiller la curiosité, tant il accouchait d'un spectacle déroutant.

 

S'il n'y avait pas eu autant de moumoute protectrice et filtrante sur les microphones, on aurait peut-être pu entendre les giboulées de mars ou le vent d'avril, ce qui aurait donné au football un surcroît de naturalisme, évoquant ces impressions seulement perceptibles sous les toits des chambres étudiantes, lorsqu'un velux subit les éléments.

 

Ce printemps, aucune magie de nos nuits d'orages à attendre la fin du monde ne sera cependant parvenue jusqu'à nos ensembles Dolby Surround d'adultes désormais salariés. Affaire de réglages, de positionnement des capteurs, d'ingénieurs du son?

 

Un peu comme si le Kevin Shields de Loveless mixait le football en usant d'une pédale d'effets dont les potards oscilleraient uniquement entre le silence et le vide, l'ambiance des stades à huis clos aura été faite, en ces premiers temps déraisonnables, de cris lointains perdus dans le néant des villes confinées, d'impressions étouffées et de frappes toujours trop écrasées, dont l'écho nous parviendrait depuis un aquarium à la vitre duquel elles se cognent en essayant, en vain, de s'échapper.

 

 

 


Quête de normalité

Puis, après l'interruption, est venu le temps de la reprise du football comme divertissement télévisuel. Le sport, dans la torpeur d'un été commençant, n'était plus à prendre: il était à ramasser, pour tenter d'exorciser l'expérience traumatique inédite vécue par les populations en tentant d'émettre enfin sur leurs écrans un semblant de programme évoquant une période banale.

 

Sans doute cette quête – compréhensible – de normalité a-t-elle dérapé dès l'instant où les jours d'après se sont manifestés sous la forme d'une quelconque rencontre de Coupe d'Allemagne au cours de laquelle j'ai pu constater, non sans effarement, qu'une ambiance de stade enrobait la logorrhée habituelle des commentateurs.

 

Hésitations, dissonance cognitive, puis désenchantement: dans ce stade légitimement vidé par la menace pandémique, qui s'époumonait? Qui tambourinait, qui animait l'enceinte, chantant la gloire des joueurs locaux? Qui réagirait aux gestes remarquables, lancerait à l'occasion une bronca cathartique, comme une audience de comparution immédiate rend un jugement expéditif? Et qui exulterait au prochain but?

 

Pas les sièges vides innombrables mais silencieux, pas les staffs bruyants mais trop peu nombreux, pas les pixels supportariaux bientôt audacieusement créés par un diffuseur espagnol facétieux. Qui, alors ? Il fallait se rendre à l'évidence: reprenant gisant au sol le flambeau de la télévision low-cost, laissé là il y a bien longtemps par les têtes pensantes d'AB Productions, les diffuseurs européens avaient conçu leur legs à l'humanité convalescente: la boîte à chants.

 


Raccrocher les wagons de la passion

Comme, semble-t-il, l'adolescent dévoreur de sitcoms des années 1990, le téléspectateur de la chose footballistique exigeait de vivre quelques émotions, fût-ce par procuration. Et voici que, comme en d'autres temps la boîte à rires intervenait pour suppléer à la fois l'absence de public – liée à des conditions de tournage confinant au fordisme – et les dialogues indigents aux traits d'humour hasardeux, la boîte à chants rythmerait désormais des rencontres dont le manque d'intensité deviendrait rapidement la caractéristique la plus palpable.

 

Ainsi apprenait-on, au gré de recherches effectuées à ce sujet, que l'opération pouvait mobiliser plusieurs techniciens, disposant d'une grande variété de pistes son et employés, en temps réel, à tenter de raccrocher artificiellement les wagons de la passion en apportant l'empreinte sonore la plus typique possible aux situations qu'ils étaient chargés d'interpréter, se substituant en cela aux foules peuplant les tribunes, tels des Gustave Le Bon performatifs du divertissement sportif.

 

Entre le football réel et le football diffusé venait donc s'insérer ce nouvel acteur du storytelling, complétant fort bien un réalisateur – ce site s'en est tant de fois fait l'écho – à l'influence toujours plus envahissante.

 

Le tableau qui se dessine ainsi esquisse un basculement plus important encore que l'évidente artificialisation du rapport au public, qui fait du jeu vidéo son modèle, comme en témoignent les grossières expérimentations visuelles des tribunes espagnoles développées sur un moteur graphique de MegaDrive.

 


Traces de présence humaine

Car ce qui se joue là ressemble bien plutôt au stade ultime de l'industrialisation, non pas via l'entrée dans l'ère de la marchandisation (laquelle a commencé depuis bien trop longtemps pour être encore soulignée), mais plus sûrement par une évolution définitive de la division scientifique du travail dans le spectacle footballistique, achevant en quelques semaines l'optimisation de son processus de production pour en chasser le réel et ses incongruités, habituellement dispersées par la voix de peuplades naïves, tout en conservant son apparence, et l'affirmation de cette apparence.

 

Il y a peu encore, un stade vivait encore une existence autonome, laquelle nous était répercutée sous la forme de la retransmission télévisuelle.

 

L'acoustique du lieu; le grondement face à la menace d'une relégation ou d'une offre publique d'achat hostile par un fonds de pensions indélicat; la joie simple et sincère exprimée à la vue d'un latéral sans talent découpant un ailier tricoteur d'un viril tacle glissé; le flottement suivant l'occasion de trop manquée par un attaquant déjà décrié; l'omniprésence d'un capo à mégaphone, le dos tourné au terrain et à ses acteurs pour haranguer en embrassant du regard et de son torse nu une tribune debout qui sent le mauvais cannabis et la transpiration.

 

En un mot: l'éructation perpétuellement possible de l'instinctif. À l'échelle de l'économie contemporaine du football: l'irremplaçable trace de la présence humaine, la perruque de l'ouvrier, irrationnelle dans sa prétention à persister au creux d'une production à la chaîne, ses machines-outils ostensiblement technologiques et sa robotisation avancée.

 

Cette masse d'hommes vivants, le football voudrait la soumettre dans la mesure où l'économie, avant lui puis à travers lui, l'a déjà totalement soumise. Et parvenir ainsi au football comme économie se développant pour elle-même, devenue reflet fidèle de la production télévisuelle du football mais objectivation infidèle des participants jugés marginaux dans son élaboration.

 


Le confort de la piste son

Bientôt, de la même manière que nous ne parvenons plus à identifier où sont façonnés nos biens manufacturés de consommation courante, nous perdrons de vue – et d'ouïe – que l'environnement sonore du match a pu être autre chose qu'une grossière archive préfabriquée puis reproductible, manipulée par l'employé précaire d'un sous-traitant de l'audiovisuel.

 

Car après avoir fui si tôt le souffle glaçant du huis clos, qui peut dire si nous supporterons à nouveau les défauts d'un Stadium municipal de Toulouse à 94% vide et 6% apathique au creux de cet éternel hiver que constitue la Ligue 2? Qui peut dire qu'il n'hésitera pas entre le confort de la piste son artificielle peu réactive, mais fatalement cajoleuse, et la léthargie acoustique des jauges réduites pour raisons sanitaires – avec le risque bien réel d'entendre distinctement des cris sinistres un soir de novembre à Sedan?

 

Et quelle autorité administrative hésitera encore à suspendre une tribune populaire turbulente, assurée désormais qu'en exécutant sévèrement sa sentence, le diffuseur ne lui reprochera plus de retirer son essence au produit fini?

 

Nous entrons dans une ère où les stades, même les plus abandonnés, sonneront toujours plein, sans plus d'égard pour ce qui s'y déroule. Une ère où les chants du passé ne s'éteindront jamais dans les enceintes de la passivité moderne, recouvrant la surface sonore du football pour le baigner indéfiniment dans sa propre gloire.

 

Une ère du football où la vérité du terrain sera, à jamais, devenue un moment du faux.

 

 


 

Réactions

  • Sens de la dérision le 01/12/2020 à 10h32
    Un beau texte qui amène une bonne question.

  • osvaldo piazzolla le 02/12/2020 à 03h18
    Il ne pose pas vraiment de question, il prophétise l'ultime phagocytage du football par la télévision et il risque d'être clairvoyant.

    Je n'avais jamais pensé à l'association d'idée avec les rires pré-enregistrés et ça m'est paru comme une horrible révélation.


  • sehwag le 03/12/2020 à 08h50
    Justement ce matin je pensais à ça. J'ai regardé la première mi temps du ManU-PSG hier et je n'ai absolument pas réussi à tenir. Pourtant c'était un beau match, avec de l'enjeu, du suspense et de l'action.

    Rien à faire, je suis allé me coucher à la mi temps. C'est comme si l'absence de public empêchait ce moment de suspension et de déconnexion qui permet d'oublier un instant qu'on regarde des hommes et de se plonger, de s'oublier dans la communion du football.

    On a tous conscience ici de la schizophrénie qui consiste à porter un regard critique sur les dérives de notre mode de vie et dans le même temps à se délecter d'un des sports qui en est une des pires caricatures.

    On voit régulièrement sur ces pages des copains virtuels se poser la question de continuer à suivre le foot et on s'étonne de plus parler d'autres sujets.

    Ce foot sans public, c'est comme si on levait le voile, comme si un élément essentiel du décorum qui fait qu'il est plus que la somme de ses parties avait disparu. Il ne reste que la volonté pure de faire de l'argent à tout prix, de proposer un produit coûte que coûte, sans ce qui en fait ce rendez-vous aussi spécial.

    Je travaille dans le commerce international, je connais les contraintes de la folie capitaliste (et ses joies) et plus que jamais depuis que j'évolue dans cet environnement je pense qu'il est fondamental de ne pas perdre de vue le sens des choses, les raisons pour lesquelles on est prêt à donner de son temps et de sa vie sur les autels de la finance, de la productivité, de l'efficacité, de la rentabilité. Pour moi le sens du foot c'est d'être un spectacle populaire, humain, cathartique, un théâtre dans sa forme la plus primaire, qui propose des avatars des sentiments les plus basiques et les plus forts : admiration, dégoût, haine, joie, plaisir, partage, violence etc..

    Un des éléments essentiels de ce spectacle c'est bien sûr la qualité de la performance sportive proposée, mais bien plus encore c'est l'investissement du spectateur qui lui permet d'attendre une forme de transcendance. L'émotion du stade, même à la télé, même avec les dérives et les conneries, c'est une des plus fortes qu'on peut connaître. Je ne suis ni ultra ni abonné nulle part mais j'ai connu des grands soirs à Cologne, Rome, Lens, Paris, Lille, peu de choses peuvent rivaliser.

    Comme beaucoup mon intérêt s'étiole et de plus en plus je suis lecteur des CDF et membre de cette drôle de communauté des supporters de l'OM sans vraiment pour autant suivre les matches.

    Je ne sais pas si l'absence de public est le coup de grâce, peut-être que je reviendrai avec le public, mais en l'état je n'arrive pas à regarder un match entier.

    Il faut ajouter à cela la coupe du Monde à venir au Qatar, dont je pense que personne ne devrait la suivre. Les conditions d'attribution et plus encore le coût humain de la mise en oeuvre du projet sont juste inacceptables.

    Entre un morne présent et un avenir sombre, je ne sais pas si je vais réussir à remonter dans le train.

  • Utaka Souley le 04/12/2020 à 11h23
    Beau texte effectivement; Quand j'étais mioche, on regardait la télé parce qu'on ne pouvait pas aller au stade; la retransmission était une sorte de pis-aller, la télévision le médiateur, celle qui permettait l'accès à tous ceux qui, trop loin, trop jeunes, trop pauvres, ne pouvaient aller au stade.

    Mais le foot a changé. On est passé de sport populaire à spectacle de masse, et les revenus ne sont plus tirés de la billetterie mais des droits de retransmissions. La gestion des spectateurs dans les stades est devenue un problème (hooliganisme d'abord, puis terrorisme, enfin pandémie) et peut-être vivons nous en effet la fin des matches avec spectateurs.

    Il va quand même se poser la question du devenir de ces enceintes sportives, dont certaines (comme celle du club de ma feuille d'impôt -OGC Nice) sont financées à l'aide de partenariats douteux basés sur des prévisions de fréquentation qu'il va être compliqué d'atteindre.

  • MarcoVanPasteque le 04/12/2020 à 13h37
    C'est la boîte à chants de Schrödinger : le public est en même temps absent et présent.

  • Espinas le 04/12/2020 à 14h12
    Je ne suis pas sûr, Utaka Souley que les clubs aient tant envie de se passer de spectateurs, ne serait ce que pour les revenus, les sponsors et le public en loges, sans compter la pression sur l'arbitre.

    Les années 1920 après la grippe espagnole ne semblent pas indiquer qu'une pandémie mondiale empêche les gens de sortir les années suivantes.

  • Utaka Souley le 04/12/2020 à 23h21
    Espinas
    aujourd'hui à 14h12

    Que les clubs aient envie de les garder quand ça leur appartient, probablement. Que les mairies soient prêtes à n'importe quel montage financier pour que le club local ait un "merveilleux outil", je suis moins sûr.

    Il est bon quand même de rappeler que, hors circonstances exceptionnelles actuelles, nos clubs de ligue 1 ne remplissent que rarement leurs stades (à l'exception de deux ou trois clubs).

    Si la télé invente le foot dans des stades vides, et que le foot business y trouve son compte, la question se posera réellement.

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.