Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

RLD était pipé

Quel meilleur moyen, pour célébrer le départ de Robert Louis-Dreyfus, qu'une bonne vieille chronique de Jean-Patrick Sacdefiel, à peine vieille d'une année? Extrait du n°22 des Cahiers, janvier 2006.

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 29 Jan 2007

 

 

Certains naïfs s’étonnent qu’un homme comme Robert Louis-Dreyfus, si brillant dans les affaires, ait à ce point échoué dans le football. Tragique fourvoiement: ils s’imaginent qu’il faut être intelligent pour réussir dans le business, alors qu’il convient surtout d’être cynique et avide. Prenez Pierre Blayau, son regard mort derrière des lunettes métalliques plus chaudes que le sang qui coule dans son artère temporale, ce sentiment palpable de supériorité acquise dans les meilleures écoles...

 

Prenez François Pinault, pauvre petit échantillon de self-made man qui croit acquérir une humanité en achetant des conteneurs entiers d’œuvres d’art, mais dont la médiocrité transpire au travers de ses costumes Saint-Laurent... Si ces homoncules avaient un soupçon d’intelligence, s’ils n’étaient pas dupés par les flatteries des demi-mondains médiatiques qui les voient grands tant eux-mêmes sont minuscules, ils seraient foudroyés par l’inanité de leurs existences.



bout_om_rld.jpg

Success-stories pour petits patrons

Dans le football, les échecs de nos capitaines d’industrie (quoique le capitaine, en l’espèce, est celui qui quitte le navire en premier, pour mieux voir l’équipage se noyer) ont le mérite de montrer que les clubs de football ne sont pas des entreprises comme les autres.

 

Ne voyez pas dans ce constat un subit accès de gauchisme frelaté de ma part, mais franchement, quels genres de dirigeants ont réussi dans le football? Des patrons de PME sous-préfectorales tellement à l'étroit dans leurs locaux confinés qu’ils ont mobilisé leurs énergies de Rastignac à la petite semaine pour se donner le sentiment de vivre un peu. Des margoulins affamés qui ont fini par se dévorer eux-mêmes. Des notables dépourvus de libido qui se sont dopés à la sueur des seuls prolétaires que l’on qualifie d’artistes. Des aventuriers aux fortunes douteuses ravis de trouver le terreau idoine pour y faire pousser leurs magouilles. Et même des journalistes infoutus d’avoir l’air plus futé que les actrices écervelées qu’ils interviewaient... Mais ni rejetons du CAC 40, ni énarques, ni majors de promo HEC.

 

Alors, qu’y a-t-il d’étonnant à ce que Louis-Dreyfus, ci-devant empereur des télécoms et de la chaussure en plastique, affublé d’une personnalité qui ferait passer Aimé Jacquet pour un excentrique, ait dépensé des millions pour récolter en tout et pour tout... une misérable coupe Intertoto? S’est-il consolé, ce soir-là, de près de dix ans d’humiliations en dansant la carmagnole avec une brochette de joueurs de seconde zone?

 

À sa place et avec les seuls agios du déficit marseillais, Louis Nicollin aurait fait beaucoup mieux – au moins aurait-il su bien vendre les tocards achetés par paquets de douze à chaque intersaison. Avec son pull sur les épaules et sa dégaine de touriste américain, RLD était aussi déplacé au Vélodrome qu’une andouille de Guémené dans une marmite de bouillabaisse. Il fallait s'attendre à ce que tout le monde finisse par cracher dans la soupe.

 

Réactions

  • tordlaguiche le 01/02/2007 à 15h23
    Quel plus bel hommage que les nombreuses réactions engendrées par cet article

  • Bamogo Cadiz le 01/02/2007 à 17h39
    Arrête, j'ai du mal à suivre !!!

  • litteulced le 06/07/2009 à 06h51
    Le meilleur hommage du week end était ici...