Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Sans cérémonie

Notre chroniqueur-vedette nous livre ses impressions détergentes sur les trophées UNFP du football mis en scène par Canal+.

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 23 Mai 2005

 

 

M'étant coltiné la lugubre cérémonie des "Oscar" du football sur Canal+, autant dire que je suis partagé entre la déprime et la mauvaise humeur. Il n'a manqué, pour parachever la désolation ambiante, que la séquence sur nos chers disparus, avec musique lacrymogène de circonstance et diaporama en noir et blanc.Un job sur mesure pour Didier Roustan, que personne n'a pensé à lui proposer.

 

C'est bien la peine de faire des couplets sur les entraîneurs au chômage. Enfin, cela reste la seule soirée durant laquelle le football français se donne l'illusion qu'il a le sens de l'humour, avec l'imitateur de service, qui y est allé de son sketch annuel sur Barthez. L'original aurait été au moins aussi drôle. Du genre, "Si je crache, c'est parce que j'en ai entre les jambes". Il faudra qu'il nous explique le lien entre ses gonades et ses glandes salivaires, ça pourrait intéresser les spécialistes des perturbations endocriniennes.

 

Arnaques et minauderies

Ce n'était pas l'Olympia de Marseille en tout cas, même si une vile manipulation a permis à Batlles d'empocher le trophée du plus beau but de l'année. Nos amis ont en effet annoncé l'état des votes en début d'émission, logiquement dominés par la fusée de Pascal Feindouno, un geste d'une pureté qui m'a rappelé Rocheteau en 76, à l'époque où le frappeur traversait la balle et où sa jambe partait bien haut pour croiser son bras opposé. Une attitude splendide d'équilibre, de puissance et de grâce, sans rapport avec celles qu'imposent les ballons de plage téléguidés d'aujourd'hui.

 

Bref, à la fin de l'émission, les supporters marseillais, trop heureux de pouvoir remporter une breloque lors de cette décade, avaient grillé leur forfait Neuf Télécom pour élire leur héros, un des rares membres de l'effectif olympien qui ressemble vaguement à un joueur de football (Zidane, probablement). Passons sur la prestation fugitive mais néanmoins pathétique de Frédéric Thiriez, auquel il suffit de quelques secondes pour nous infliger sa jovialité grossière. Il serait plus à sa place dans un costume de Mickey à l'entrée de Disneyland.

 

On aura pu, en revanche, apprécier la tentative d'expliquer à Marcel Desailly que sa carrière était terminée en lui remettant un trophée d'honneur (de leçons?) pour l'ensemble de son œuvre. À l'autre bout de la pyramide des âges, Jérémy Toulalan pourra toujours tenter d'enchaîner son titre de meilleur espoir avec celui de meilleur joueur de L2 la saison prochaine.

 

Olympique assiette

Le fait de la soirée, c'est que l'Olympique lyonnais a été massivement récompensé, ce qui nous épargnera au moins le spectacle de Jean-Michel Aulas en train de geindre que son club n'a pas la reconnaissance qu'il mérite. J'ai pourtant imaginé un moment que les votes pour le meilleur joueur, se partageant entre Juninho et Essien, allaient porter au pinacle Alexander Frei — autre grande pleureuse caractérielle, mais sympathique chasseur de buts dans son canton de veaux. Il n'en fut rien, et c'est donc le Ghanéen qui remporta la mise, peut-être parce que les myopes le confondent avec Diarra, ce qui double ses statistiques.

 

Vous me permettrez de voir dans cette élection un aboutissement logique pour le foot contemporain: en effet, après les coureurs de fond multi-pulmonaires et les sprinters peroxydés, ce sont désormais les haltérophiles qui soulèvent les masses.

 

Quant au choix de Grégory Coupet comme meilleur gardien de la Ligue 1, on doit s'en amuser, puisque qu'il est le membre de sa corporation qui a eu le moins d'arrêts à effectuer, et qu'il est aussi le seul n'ayant pas eu besoin de s'empaler sur son poteau pour donner l'impression qu'il tentait d'arrêter les coups francs de Juninho. Pour ma part, j'aurais préféré rendre hommage à Vincent Planté, sympathique jeune homme dont j'apprécie les voltes de papillon affolé par la lumière quand il tente une sortie aérienne.

 

La stratégie du ridicule

D'ailleurs, n'aurait-il pas mieux valu exclure l'OL de ce palmarès? Il n'a manifestement pas disputé le même championnat que les autres, et ressemble définitivement plus à un club allemand des années 70 qu'à cette équipe dans laquelle Serge Chiesa illumina ces mêmes années de plomb du football rhodanien. À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, disait Corneille (le dramaturge, pas le chanteur mièvre), mais comment le reprocher à des Lyonnais qui commencent d'ailleurs tout juste à savoir perdre avec panache en Ligue des champions?

 

Ceux qui devraient leur tenir la dragée haute ont opté pour le Vaudeville permanent et préfèrent jouer du trombone en coulisse. Résultat: leurs effectifs seraient plus à leur place dans les disciplines handisports et leurs dirigeants pourraient faire les beaux jours des émissions de téléréalité. Cela dit, comme cette stratégie leur assure une couverture médiatique aussi importante que s'ils caracolaient en tête des compétitions, et comme les diffuseurs persistent à nous imposer leurs pitoyables prestations, ils auraient tort d'essayer de se remettre au football. Le ridicule ne les tue pas: il les fait vivre.

 

Mon vrai chagrin, c'est de voir sombrer le FC Nantes, alors que des clubs insulaires sans stades, sans publics et sans entraîneurs ont encore une chance de se sauver. Non, Courbis n'est pas un entraîneur, c'est un amuseur public pour le victimisme duquel les médias ont une complaisance coupable, un cabotin de sous-préfecture qui s'essouffle en s'autoparodiant dans les mêmes pagnolades surjouées. Cette terne émission s'est donc mise au diapason d'une saison sans relief (merci de ne pas voir là une allusion à Nathalie Ianetta, je ne tiens pas à subir mensuellement les foudres d'une hyène de garde cryptée), qui témoigne de la déliquescence du football français.

 

Je ne fais pourtant pas partie des détracteurs patentés de notre brave championnat, à l'instar de ceux qui voient dans le nombre de buts un indice du spectacle ou de la qualité du produit. Il est toutefois vrai qu'à 600 millions annuels, le problème ne relève plus seulement de considérations technico-tactiques, mais directement du marketing de crise.

Réactions

  • Elber Food Beat le 23/05/2005 à 03h28
    Il n'y a bien que la séquence Groland qui valait le coup lors de cette piteuse cérémonie des trophées UNFP, avec notament cet extrait du type qui rate le péno, très drôle.

    Quelques remarques rapidement :

    - Les Lyonnais ont été largement plébiscités, fort justement. Cependant je ne comprends pas pourquoi on devrait dire que Lyon triomphe sans gloire faute de concurrence.
    Lorsque l'OL a gagné ses deux premiers titres sur le fil du rasoir on avait droit aux commentaires que c'était les autres qui s'effondraient ou alors que Monaco développait un plus beau jeu que l'OL (cf titre 2003 et 2004). Cette année on a droit à 'les autres étaient vraiment trops nuls et l'OL n'a pas eu besoin de se forcer pour gagner'. Ajoutons à cela qu'ils sont en route pour battre le record de points de l'an passé.

    - Concernant le gardien, Coupet mérite son titre, mais lorsque l'on voit les arrêts de Barthez devant sa défense en bois, on se dit qu'il le méritait tout autant.

    - C'est moi où j'ai vraiment l'impression qu'ils ont pas osé élire 11 de l'année les 11 titulaires de l'OL ?
    Parce que franchement voir Habib Beye et Gael Givet (!!) dans ce onze, ça fait bizarre.

    - Finalement, la cérémonie aurait été plus drôle si Stéphane Guy, alias l'autiste pour les intimes, avait animé la cérémonie. Ou alors un tandem Jean-Charles Sabattier/Nathalie Ianetta pour faire concurrence à Thomas Hugues/Laurence Ferrari. Le souci c'est qu'ils s'apparenteraient plus à un autre triste couple du PAF : Pierre Sled/Sophie Davant.

  • gimlifilsdegloin le 23/05/2005 à 07h38
    "il est aussi le seul n'ayant pas eu besoin de s'empaler sur son poteau pour donner l'impression qu'il tentait d'arrêter les coups francs de Juninho"

    Il y a du vrai là-dedans :-)

    Pour une fois JP m'a fait mourir de rire. Que c'est bon de commencer la journée avec les CdF !

  • JPDarky le 23/05/2005 à 08h13
    JPS est toujours drole.

    JPS [la Redac], tu te doutes, j'ai beaucoup aime le clin d'oeil du dernier paragraphe [mais ca ne repond toujours pas a ma question sur les raisons de ce revirement]/

    Tiens a propos de JPS, est-ce que c'etait vraiment utile de faire un droit de reponse a une chroniqueuse de chaine cryptee matinalement ainsi que de colophon de programme televisuel pour intelligentsia gauche catho ?

    A un moment, quand on est a ce point impermeable au deuxieme degre, peut-etre qu'il vaut mieux laisser la personne continuer a patauger dans son marigaux.

    A moins que la perspective de perdre des lecteurs crypto-teleramesques ne soit un probleme ?

    Bisous la Redac.

    Blourg.

    JPDarky

    PS : sinon, quelqu'nu a regarde la finale de l'UEFA ? [je sais que y'avait pas Marseille dedans ou un club francais, mais bon]

  • Sacdebile le 23/05/2005 à 08h23
    Mon héros, mon maître...Tout ce que je pense il l'écrit, c'est génial...

  • The-sly le 23/05/2005 à 08h47
    Concernant Nathalie Ianeta, je crois qu'elle va finalement me faire réussir à rendre mon décodeur c+. Le mot pouvant s'appliquer à toute ces prestations c'est "Affligeant".

  • axgtd le 23/05/2005 à 09h03
    "ce sont désormais les haltérophiles qui soulèvent les masses"

    Une mention d'honneur pour celle-là.

  • luckyluke le 23/05/2005 à 09h08
    C'est vrai que cette équipe type sans M.Diarra, c'est léger.

  • suppdebastille le 23/05/2005 à 09h25
    En regardant Nath Ianetta samedi à JDF, je me disais qu'elle aurait pû répondre à JPS par une petite et fine allusion si elle avait un peu d'humour (qualité rare chez les femmes, il est vrai).
    Je t'aime bien quand même Nathalie bien que tu as le mauvais goût d'être supportrice de la Juve.


  • manuFoU le 23/05/2005 à 10h14
    "- C'est moi où j'ai vraiment l'impression qu'ils ont pas osé élire 11 de l'année les 11 titulaires de l'OL ?
    Parce que franchement voir Habib Beye et Gael Givet (!!) dans ce onze, ça fait bizarre."


    j'ai peur de comprendre : tu trouves réveillère meilleur que Beye ? ça, ça ne fait pas bizarre, ça fait plutôt peur !

  • département érotique le 23/05/2005 à 10h29
    "À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, disait Corneille (le dramaturge, pas le chanteur mièvre), mais comment le reprocher à des Lyonnais qui commencent d'ailleurs tout juste à savoir perdre avec panache en Ligue des champions? Ceux qui devraient leur tenir la dragée haute ont opté pour le Vaudeville permanent et préfèrent jouer du trombone en coulisse. Résultat: [...] leurs dirigeants pourraient faire les beaux jours des émissions de téléréalité. Cela dit, comme cette stratégie leur assure une couverture médiatique aussi importante que s'ils caracolaient en tête des compétitions, et comme les diffuseurs persistent à nous imposer leurs pitoyables prestations, ils auraient tort d'essayer de se remettre au football. Le ridicule ne les tue pas: il les fait vivre."

    Tristement vrai.

    Sinon, le principe d'une cérémonie se déroulant avant la fin du championnat est maintenu, malgré le décalage entre le résultat final et celui à 2 journées de la fin, particulièrement patent ces 3 dernières années (moins il est vrai cette saison mais bon) : cela ajoute encore au ridicule de cette cérémonie.

    Enfin, pour l'équipe-type, l'absence de Diarra en étonnera beaucoup, mais à moins de le mettre défenseur central, le choix d'un 4-4-2 excluait d'office l'un des 3 Lyonnais, et vu les nominations individuelles, Diarra était mal parti.

    Pas de commentaires sur la cérémonie en elle-même, faute de l'avoir vue, et bravo à JPS pour ce morceau de bravoure supplémentaire

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.