Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Une Coupe du monde sous VAR

Une Balle dans le pied – Durant ce Mondial russe transformé en laboratoire de l'arbitrage vidéo, la VAR a semblé disparaître des écrans. Sans cesser de poser des problèmes. 

Auteur : Jérôme Latta le 21 Juil 2018

 

 

Finalement, l'arbitrage vidéo, c'est très bien quand on ne l'utilise pas? À l'issue d'une Coupe du monde qui a servi de laboratoire improvisé, cette conclusion vient spontanément à l'esprit. La FIFA avait pris des risques considérables en précipitant son adoption pour une compétition aussi exposée. Elle semble avoir pris en compte ces risques en adoptant une stratégie de plus en plus prudente au cours du tournoi.

 

Plus soucieuse de promouvoir l'arbitrage vidéo que de l'évaluer sérieusement, la FIFA en présente un bilan exclusivement positif. Pour Gianni Infantino, le débat existe encore moins qu'avant la compétition: il brandit un "taux de décisions correctes" passé de 95% à 99,3%. La satisfaction d'avoir rectifié une douzaine d'erreurs manifestes (c'était bien le moins qui en était attendu) ne devrait toutefois pas conduire à occulter les problèmes soulevés, ni les promesses non tenues.(…)

 

 

LIRE L'ARTICLE


Réactions

Aucune réaction