Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

CdF Omnisport

Le fil multiprise pour les disciplines orphelines...

  • Di Meco le 04/08/2022 à 10h48
    Après ils ont bien dû voir qu'ils arrivaient seuls, ils auraient au moins pu éviter les gestes de célébration.

  • Gazier le 04/08/2022 à 13h48
    Pour le coup du ralentisseur, on en a déjà vu ailleurs.
    Les équipes sont brieffees, ils doivent s'adapter, sauf qu'il y a le bon et le mauvais ralentisseur..

  • Tonton Danijel le 04/08/2022 à 14h28
    Il me semble surtout que sur les grands Tours, les dispositifs de sécurité proches de la ligne d'arrivée sont "adaptés" (soit on les enlève, soit on les "modifie" - rajout d'un peu de bitume, par exemple) pour qu'un peloton lancé à plus de 60 km/h puisse franchir des obstacles conçus pour ne pas être franchis à plus de 30 km/h...

  • Gazier le 04/08/2022 à 14h30
    J'ai déjà vu des ralentisseurs dans le dernier km sur le Dauphiné.

  • Tonton Danijel le 04/08/2022 à 17h24
    Félicitations à Bastien Tronchon qui a réussi l'exploit de transformer un stage en CDI...

  • lemeu le 04/08/2022 à 17h29
    Point positif : on lui a dit de traverser la rue pour trouver un travail, il l'a fait.
    Point négatif : il fallait traverser la rue dans le sens de la largeur, pas de la longueur.

  • Label Deschamps le 05/08/2022 à 11h30
    Allez, c'est le mois d'août, année particulière avec deux grandes compétitions, les championnats du monde 2021 ayant été décalés par les JO 2020, je me lance dans un état des lieux de l'athlé en profitant de la publication de la sélection pléthorique pour Munich la semaine prochaine.

    Femmes :

    100 m : 1 sélectionnée, Mallory Leconte (11"26)
    4x100 m : Floriane Gnafoua (11"41) Chloe Galet (11"48) Wided Atatou (11"53) Leelou Martial (11"48)
    On ne va pas se raconter d'histoire, c'est une année moche. Le 100 est quasiment dans un creux historique, le championnat de France était d'un niveau minable, pour la première fois depuis longtemps la fédé n'a pas emmené de relais à Eugene et c'était normal. Il y a un aspect conjoncturel, les deux meilleures françaises récentes, Carolle Zahi et Orlann Ombissa Dzangue ayant toutes les deux fait l'impasse pour cause d'heureux événement, mais ce sont de toute façon des sprinteuses médiocres au plan international , une qualification en finale européenne aurait été leur bâton de maréchal. D'autres comme Stella Akakpo ont un peu disparu de la circulation, elle est à trois dixièmes de ses temps en juniors quand son titre européen la posait en relève de Myriam Soumare.
    Du coup on y va avec un relais d'espoirs, dont la plus prometteuse, Mallory Leconte qui a gagné deux dixièmes cette saison fait l'individuel. La finale serait un exploit dans les deux cas, une médaille un univers parallèle. Pas trop de relève en vue,

    200 m : 2 sélectionnées Shana Grebo (22"98) Gemima Joseph (23"05)
    Un peu plus optimiste de ce côté même si le très haut niveau est plutôt autour de 22" que 23". Gemima Joseph est apparue l'an passé en claquant un 22"77 prometteur à 20 ans, une blessure a compliqué son début de saison mais je pense qu'elle devrait revenir dans ces eaux-là à Munich. Shana Grebo a un registre 200/400/400 haies et aurait pu prétendre à la sélection sur ces trois distances, je pense d'ailleurs qu'elle a plus d'avenir sur le tour de piste que sur le 200 mais une bonne base de vitesse est importante. Les deux sont espoir et en progression, si Joseph a pu atteindre son pic de forme une finale est jouable, pour Grebo qui est en fac aux E-U la saison sera peut-être un peu longue mais elle a fait un bon relais 4x4 il y a quinze jours à Eugene.

    400 m : 2 sélectionnées Sokhna Lacoste (51"62) Amandine Brossier (51"76)
    4x400m Shana Grebo (51"71) Diana Iscaye (52"27) Soukhamba Sylla (52"32)
    Contrairement au 100 mètres la discipline ne s'est pas effondrée avec le départ des taulières Floria Guei et Marie Gayot et le passage d'Agnes Raharolahy sur 800. Pas encore de concurrente vraiment compétitive individuellement à l'international, les espoirs Sokhna Lacoste et Shana Grebo ont plus de potentiel qu'Amandine Brossier mais pour le moment les trois sont proches comme le montrent les chronos. Individuellement elles viseront l'accès en finale, le relais a une chance raisonnable de podium, elles ont pris une très bonne 5ème place à Eugene dans un contexte nettement plus relevé, la spécialité étant dominée par les américaines et caribbéennes au plan mondial.

  • Label Deschamps le 05/08/2022 à 12h10
    Là je réalise que ça va faire un pavé, je vais peut-être faire plus succinct pour la suite ...

    800 m : 2 sélectionnées Rénelle Lamote 1'58"48 Agnes Raharolahy 1'59"59
    Une épreuve qui va pas mal aussi avec une taulière de haut niveau européen qui revient près de son meilleur niveau, Rénelle Lamote, et une montée du 400 qui se passe pas mal pour Raharolahy dont l'adaptation est prometteuse. Rénelle visera le podium, Agnès la finale. Mondiaux décevants toutefois, ceci dit elle a expliqué avoir improvisé un passage aux nouvelles pointes carbonées juste avant, qui sont plus performantes en principe mais requièrent quand même une adaptation de la foulée.
    Derrière il y a une densité intéressante avec pas mal de coureuses entre 2'01 et 2'03, seul bémol elles ont plutôt entre 25 et 30 ans, pas beaucoup de jeunes dans les bilans. Julia Cherot peut-être comme nom d'avenir mais rien d'exceptionnel, les meilleurs juniors qui concourent actuellement à Cali lui mettent quatre secondes alors qu'elle est espoir.

    1500 m ; 1 sélectionnée Aurore Fleury, 4'04"18
    Aurore Fleury est dans ses meilleures années et probablement la meilleure spécialiste de cette dernière décennie marquée par un gros creux depuis la sulfureuse Hind Dehiba, toujours la seule française passée sous les 4' en 2010 mais gaulée en fin de carrière positive à l'EPO sans que ça ne surprenne grand monde.
    Fleury devrait entrer en finale, ceci dit les Sifan Hassan et autres Laura Muir qui vont se disputer les lauriers paraissent tout à fait inaccessibles, ça va plutôt se gagner en 3'55.
    Globalement la discipline est plutôt en progression avec des jeunes intéressantes mais pas encore compétitives à l'international. Il est vrai que la plus douée de toutes, Cassandre Beaugrand, a délaissé le 1500 pour passer au triathlon avec un certain succès après avoir établi le record de France cadettes qu'elle détient toujours.

  • Françoise Jallet-Maurice le 05/08/2022 à 12h27
    Non non, continue comme ça, c'est très intéressant.

  • Label Deschamps le 05/08/2022 à 14h07
    Merci, je n'avais juste pas prévu d'y consacrer une demi-journée et là c'est à peu près le rythme sur lequel c'est parti !
    J'avais mis un additif qui n'est pas passé sur 1500, en cinq ans on est passé de la 2ème à la 10ème place française en courant 4'14. Et ce sont des coureuses qui ont pour moitié 26-27 ans et pour moitié 22-23, donc une densité intéressante autour de 4'10. Il y a une bonne chance que deux ou trois autres émergent à des niveaux proches de celui de Fleury. Pas de star en vue mais en 4'05 on existe en Europe, au plan mondial la barre est plutôt à 4'. Citons Bérénice Fulchiron, Agathe Guillemot.

    5000 m : une sélectionnée Manon Trapp 15'25"97
    Un peu comme le 1500, une discipline qui ne part pas de très haut mais qui progresse, avec quatre athlètes entre 21 et 24 ans en tête des bilans. Il y a malheureusement un conflit entre la famille Benfares et la fédé (le père, Samir, était un bon demi-fondeur dans les années 90, il a deux filles espoir et junior talentueuses mais l'ainée a choisi pour le moment de courir pour l'Allemagne, patrie de sa mère, alors qu'elle a toujours vécu en France et concouru pour Montreuil) mais plus généralement le niveau progresse.
    Manon Trapp n'a que 21 ans, c'est une crosswoman talentueuse et elle arrive dans des chronos intéressants l'été. Elle ne fait pas encore partie de l'élite continentale, une finale (dans les 8 s'entend) serait déjà une réussite à Munich. Derrière Leila Hadji et Alessia Zarbo progressent aussi donc il y a une émulation.

    10 000 m : 2 sélectionnées Mekdes Woldu 32'11"72 Alessia Zarbo 32'28"57
    Constat à peu près analogue, avec l'apport de Mekdes Woldu en plus sur la distance, venue d' Erythrée il y a une dizaine d'années pour disputer des courses sur route et qui a fait sa vie ici pour finalement prendre la nationalité française l'an passé. Les deux ne font pas partie des ténors européennes mais peuvent entrer en finale sur une bonne course, mais Zarbo qui a 21 ans a montré de belles qualités de train pour le 10 000 et sans doute le marathon, alors qu'elle manque un peu de vitesse de base sur le 5000. Elle dépassera Woldu d'ici un an ou deux sans nul doute, leurs trajectoires se croisent et il n'y a pas tant d'écart.

    marathon : Mélody Julien 2h31'37
    Elle aussi aurait pu prétendre à la sélection sur 10 000 en se consacrant à la distance, mais elle a choisi de monter dès 23 ans sur marathon et les premiers chronos sont prometteurs, en 2h31 elle visera au mieux une place de finaliste mais si elle parvient à gagner quatre-cinq minutes les années qui viennent, ce qui est envisageable à son âge et en maîtrisant la distance, elle sera compétitive en Europe.
    Au plan mondial l'Afrique de l'Est est intouchable, encore plus que chez les hommes peut-être, kenyanes et éthiopiennes se battent en moins de 30' et de 2h20 , niveaux auxquels quasi personne d'autre n'est invité sauf athlète exceptionnelle genre Paula Radcliffe.