Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Etoiles et toiles

Non, ce n’est pas un forum sur le PSG, même si le titre aurait sans doute convenu, mais bien sur le cinéma, pour parler de tout ce qui touche de près ou de loin au septième art.

  • blafafoire le 24/10/2023 à 11h56
    ---- SPOILER ANATOMIE D'UNE CHUTE----
    ---- SPOILER ANATOMIE D'UNE CHUTE----

    Je te rejoins globalement dans ton analyse, mais je trouve tout de même l'idée d'un meurtre assez difficile à défendre. Je dirais que le film est réalisé de manière à rendre cette thèse crédible (notamment du fait des doutes sur les éclaboussures de sang) mais le meurtre en lui-même, soit le coup porté à la tête ayant entraîné une chute mortelle, paraît bien hypothétique. D'autant que ça signifierait que, pour renforcer la thèse du suicide, Sandra a délibérément laissé le corps être découvert par son fils. Certes, les rapports mère-fils ne semblent pas particulièrement chaleureux, mais là on passe tout de même un cap dans la cruauté et le cynisme.
    Avec le recul, plusieurs choses me sont venues qui "éclairent" si l'on veut la proposition du film.

    D'abord le titre, qui fait référence à celui d'un autre grand film, Anatomy of a murder où le fait qu'il s'agisse d'un meurtre est annoncé dans le titre, tout le travail de James Stewart consistant à créer le doute sur la responsabilité de l'accusé ayant commis un meurtre. La référence est là, pour moi : Anatomie d'une chute, crée le doute sur l'origine de la chute.
    Ensuite, une chose importante qui me semble souvent oubliée, c'est que la procédure et le déballage sur la vie du couple qu'elle implique sont certes cruels et humiliants pour Sandra, accusée d'avoir tué son mari et voyant sa vie de couple décortiquée publiquement (et devant son fils), mais elle ne le sont pas moins pour la mémoire de Samuel. Le film le décrit comme un raté, dépressif, passablement égocentrique, voire incapable de la satisfaire sexuellement... Pour le coup, on est moins dans l'Anatomie que dans l'Autopsie. Le témoignage un peu caricatural de l'analyste qui fait de Samuel une victime de l'emprise de Sandra et qui lui fait porter incidemment toute la responsabilité n'est pas vraiment crédible et laisse une trace plutôt négative sur l'image qui reste de Samuel. Par ricochet, en plus de s'être vraisemblablement suicidé de désespoir le jugement porté sur lui est plutôt sévère. Ce qui fait, et pour moi c'est une part de l'ironie du film, que le meurtre est la seule chose qui pourrait en faire un type bien et c'est peut-être pour ça qu'on est tenté d'y croire.
    Enfin, selon moi, la relation mère-fils, loin d'être merveilleuse est une des clés du problème. Au fond, face à l'accident de son fils, Sandra décide de tourner la page et se concentre sur elle-même, ce qui est plus ou moins interprété par Samuel comme de l'égoïsme et le laisse seul face à sa culpabilité. Vis-à-vis de Daniel elle "fait le job" rationnellement mais sa tête est ailleurs, dans ses propres projets, là ou Samuel semble avoir une relation plus affective, plus profonde avec Daniel. Et pour moi c'est de là que naît le doute initial dans l'esprit de Daniel, que sa mère ait tué son père. Il ne se sent pas vraiment proche d'elle, en revanche il ressent la faiblesse de son père, assiste à son écroulement progressif et cherche une raison à sa chute.

    En tous cas, pour revenir à Anatomy of a murder, je trouve intéressant que Justine Triet inverse la proposition du film de Preminger en créant le doute non sur la culpabilité, mais sur l'innocence.

  • rockitrOM le 24/10/2023 à 12h22
    ---- SPOILER ANATOMIE D'UNE CHUTE----
    ---- SPOILER ANATOMIE D'UNE CHUTE----

    ahah comme le dit Tonton, le débat est vraiment passionant. ça fait un bail que je n'ai pas vu un film que je prends plaisir à ausculter à ce point. "Anatomie d'un film". J'aime habituellement rester sur des impressions des films que j'aime, sans chercher à décortiquer le scénario (qui est d'importance secondaire dans le fait que j'aime un film ou non). Mais là ce qui est agréable, c'est qu'on décortique justement des impressions, de l'intangible, du rapport humain, c'est voulu par le scénario (qui est un atout du film, clairement) mais surtout c'est porté à l'écran merveilleusement.

    Sur le fond je suis aussi d'accord avec ce que tu écris, notamment sur la relation de Daniel avec ses parents. Je te trouve sévère par conre sur le jugement que l'on peut avoir de Samuel. S'il se voit probablement comme un raté, je ne le vois pas aussi de façon aussi négative que toi. Mais oui il y a matière à alimenter un état psychologique qui conduirait au suicide.
    En fait initialement, je voulais juste mettre en avant deux mensonges non exploités par le scénario, ce qui donne du crédit à une thèse en particulier (auquel j'ajoute la scène post-verdict). Mais tu as bien rappelé pourquoi l'autre thèse était tout aussi valable. c'est tant mieux

  • Aristofan le 24/10/2023 à 14h58
    Mauvais les effets spéciaux du Règne animal ?
    Je ne sais pas qui t'a dit ça, mais c'est au contraire du très haut niveau, avec peu d'images de synthèse, c'est bien plus fort et crédible que les âneries où des héros en pyjamas gesticulent sur des gratte-ciels.

    Le Règne animal fait partie des plus beaux films qu'il m'ait été donné de voir ces dernières années au cinéma. Même le très beau Trenque Lauquen (et qui étrangement parlait aussi d'hybridité) sorti cette année m'a moins marqué.
    Et même si ce n'est en rien comparable, c'est beaucoup plus fort et audacieux que Anatomie d'une chute.

  • Tricky le 02/11/2023 à 22h03
    Enfin vu Il sol dell'avvenire / Vers un avenir radieux.
    Je ne crois pas qu'il y ait un film que j'ai préféré ces vingt dernières années.

  • L'amour Durix le 02/11/2023 à 23h11
    Je suis allé voir "The Old Oak".
    Loin de moi l'idée de donner mon avis sur le film (Je n'aime pas faire ça), juste une remarque : j'ai eu l'impression de voir un post de Mangeur Vasqué mis en images.

  • Jah fête et aime dorer Anne le 02/11/2023 à 23h52
    Y'a deux heures de film après le générique de fin ?

  • L'amour Durix le 03/11/2023 à 07h30
    J'ai dit un post, pas un article.
    Mais maintenant que tu le dis, toute la salle est restée jusqu'à la fin du générique. Vu la moyenne d'âge, peut-être que les autres spectateurs avaient juste du mal à se relever de leur siège.

  • Di Meco le 03/11/2023 à 08h43
    Ils attendaient peut-être le bêtisier ?

  • Red Tsar le 03/11/2023 à 08h53
    En parlant de moyenne d'âge, en deux semaines, on a eu la sortie d'un film de Scorsese (81 ans), de Miyazaki (82 ans) et de Loach, The Old Woke (85 ans). Le cinéma, ça conserve !

  • et alors le 03/11/2023 à 09h24
    Et d'un jeunot de 78 ans, Wim Wenders, qui est vraiment un exceptionnel documentariste. Son film consacré à Anselm Kiefer est superbe, passionnant, et comme son personnage plus intéressé à montrer qu'à bavarder, ce qui est une excellente chose. Je pense que ça mérite d'être vu qu'on connaisse/apprécie ou non Kiefer, et surtout en dehors des cercles intello-arty (où j'ai l'impression qu'il fait ringard d'ailleurs).