Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de nous y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un de ces quatre matins!

  • Jean-Huileux de Gluten le 23/06/2022 à 16h59
    Oui, la popularité locale joue toujours un grand rôle dans ces élections. Carole Delga a été maire d'un village, puis députée, puis présidente de la Région. Dans sa quête de popularité, elle ne s'est pas privée d'amener des problématiques locales à l'assemblée lorsqu'elle était députée. Elle est certainement loin d'être la seule à faire ça, mais elle l'a fait très habilement, et ça joue pour beaucoup dans l'image qu'elle a en Occitanie, ou au moins en Haute-Garonne. Un député n'est pas élu pour ça, mais il le fait quand même.

    J'imagine que l'idée derrière ça, c'est que les territoires et leurs diversités soient représentés nationalement. Mais après on s'arrange avec les institutions pour leur faire dire ce qui nous arrange quand on en a besoin. Une proportionnelle aurait bien plus de sens à mes yeux. Mais on voterait pour une liste ou pour un parti, comme aux européennes, alors que beaucoup préfèrent voter pour une personne.

  • Tonton Danijel le 23/06/2022 à 17h03
    Sans compter qu'avec un scrutin de liste, on risque de perdre la représentation de la France périphérique...

  • Sens de la dérision le 23/06/2022 à 17h10
    Je rappelle ici que le seul sondage ayant évalué un second tour Mélenchon-Le Pen, en avril 2021, donnait la seconde gagnante 60/40. Soixante/quarante.

  • Pascal Amateur le 23/06/2022 à 17h13
    Le Point donnait même 80/30.

  • Danishos Dynamitos le 23/06/2022 à 17h14
    Le problème majeur c'est que tu te retrouves à devoir choisir entre d'autres candidats que ton voisin du village d'à côté, candidats qui ne vont a priori rien faire au niveau local pour toi (ou de façon très indirecte comme tu l'as expliqué). Au 1er tour, ca va encore car le choix est généralement fourni. Au 2e tour, ca rend les choses plus discutables: ton voisin peut être tout content de voter pour le candidat de ses convictions quand toi, tu te retrouves à faire barrage ou à t'abstenir comme un con, et pas par représentativité nationale mais juste par chance d'habiter au bon endroit.

  • Tonton Danijel le 23/06/2022 à 17h21
    Ça dépend du candidat NUPES, aussi. Jadot ou Hidalgo avaient été également testé face à Le Pen: Jadot perdait à 47/53 et Hidalgo aurait été à 50-50 (mais des sondages qui dataient de mars et avril 2021).

    Mais je connaissais des Insoumis persuadés que leur champion battrait Le Pen sans difficulté, et je pense qu'ils ont dû réviser leur jugement au vue des dernières législatives.

    (En tout cas, la candidate insoumise locale ne s'attendait pas vraiment à être battue par le FN...).

  • Balthazar le 23/06/2022 à 17h32
    Ça peut d'ailleurs pousser des électeurs de gauche à ne pas voter à gauche. Cette année, si Mélenchon s'était retrouvé au second tour, ç'aurait vraisemblablement été au détriment de Le Pen, mais on peut imaginer une situation où c'est Macron qu'il aurait été en mesure de dépasser. Dans cette hypothèse, gros cas de conscience pour l'électeur de gauche (et au bout du compte, à mon avis, à peu près aucune chance pour son candidat d'être au second tour).

  • forezjohn le 23/06/2022 à 17h37
    Les prix d'achat sont trop hauts dans les métropoles attractives, en toute logique ils devraient baisser, si on veut favoriser l'économie et l'intérêt général. Tant pis pour ceux qui auraient acheté "trop cher".
    En pratique ça va quand même continuer à monter un moment vu qu'on a plus de demande que d'offre et des gens qui ont beaucoup d'argent à dépenser(coucou l'épargne COVID).

  • Danishos Dynamitos le 23/06/2022 à 17h41
    Dans ce cas de figure, l'électeur votera à gauche (zéro cas de conscience à avoir)

  • cachaco le 23/06/2022 à 17h43
    On a le système allemand qui fonctionne: chaque électeur a deux voix, l'une pour la liste d'un parti et l'autre pour un candidat de sa circonscription.