Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de nous y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un de ces quatre matins!

  • Tonton Danijel le 25/01/2023 à 08h45
    C'est toujours le cas pour les professions en lien avec l'agriculture et l'élevage... La nature n'est pas aux 35 heures.

  • L'amour Durix le 25/01/2023 à 08h52
    À quel moment les éleveurs ont du temps libre ? Quand les bêtes prennent leurs semaines de congés payés ?

  • Pascal Amateur le 25/01/2023 à 08h55
    Il me semble pourtant que certaines vaches sont aux traites cinq heures.

  • suppdebastille le 25/01/2023 à 09h02
    De ce coté il y a effectivement une énorme différence entre un éléveur aveyronnais et un céréalier oisien.

  • OMalavialamaure le 25/01/2023 à 09h22
    Je confirme que mes parents éleveurs ont pendant 40 ans de métier culminé à 2 semaines de congés en hiver (et quelques après-midi exceptionnelles au long de l'année…)

    Et encore fallait-il compter (au début) sur une aide familiale pour nourrir les bêtes ou (plus tard) sur les moyens de payer un remplaçant pendant une semaine !

  • Sens de la dérision le 25/01/2023 à 09h27
    Sans compter les paysans multi-casquettes* qui ont une dizaine de bêtes, quelques arbres fruitiers, de la vigne, du maïs, des légumes...

    Mais il y a une évolution de la société importante : les vacances comme on l'entend (on part de chez soi pendant plusieurs jours) sont une invention moderne si je ne m'abuse.

    * Et je ne parle pas de leur look, je trouve terriblement décevant que les agriculteurs ne se baladent plus en casquette.

  • O Gordinho le 25/01/2023 à 09h33
    En ce qui concerne Arendt, je suis mal outillé pour juger la philosophe. Par contre, en tant qu'historien, je l'ai toujours trouvée à côté de la plaque. Donc réactionnaire, pourquoi pas ? (Si elle avait été française, je l'imagine bien sortie du procès Pétain en faisant la publicité de la théorie de l'épée et du bouclier dans Madame le Figaro). Bref.

    Je ne doute pas que la satisfaction des besoins essentiels ait privé l'homme d'une part de sa spiritualité et de sa capacité à, disons, rêver. Je le constate en Australie, où le combo aseptisation / disneylandisation de la société me désole au quotidien.
    En revanche, je ne crois pas envier pour autant un monde englouti ou une société fantasmée dans laquelle les individus toujours liés par un tissu social, vivaient d'eau de source et de la satisfaction du travail bien fait. Cela n'a jamais existé.
    Et pour répondre à rockitrOM, je préfère le Bangladesh (ou plutôt le Dhaka) d'aujourd'hui à la France rurale de 1788.

    Il s'agit bien entendu désormais de donner du sens à la notion de loisir et de temps libre, dont nous avons la chance de bénéficier abondamment.

  • Pascal Amateur le 25/01/2023 à 11h37
    Sur Le Monde, je lis : "Revalorisation salariale des enseignants : des primes entre 0 et 292 euros net mensuels à l'étude". Vu la formule de style, on aurait pu mettre "entre 0 et 16 000 euros", ça aurait eu plus de gueule.

  • Easy Sider le 25/01/2023 à 11h39
    Voilà, merci Red Tsar. Tu as mis le doigt très exactement sur l'objectif qui devrait être le notre en tant que société, et pas forcément nationale mais internationale. Parce qu'on réfléchit souvent à Bernard Arnault, Bezos ou autres multi-milliardaires sur des sujets nationaux, mais ils sont tout aussi comptables de l'état du Bangladesh.

    L'avantage, c'est qu'ils ont les moyens de payer pour la France et le Bangladesh. En l'état actuel de leur patrimoine, ils devraient même pouvoir partir en vacances tous les ans après avoir résolu les problèmes.

  • Maurice Eculé le 25/01/2023 à 14h19
    Tu es concerné par la retraite anticipée si tu as validé 4 trimestres (la somme à dépasser pour valider un trimestre selon l'année est ici lien) avant la fin de l'année de tes 20 ans) et si tu es né à partir d'octobre. Sinon il faut 5 trimestres avant la fin des 20 ans, faute de quoi c'est les critères standard qui s'appliquent. Ceci dit dans ton cas ça fait un an cotisé avant 20 ans, et donc au mieux 43 années de cotisation à 62 ans : il y a continuité.
    Dorénavant ce sera extension à 44 annuités exclusivement pour les carrières longues, donc 63 ans si tu es né à partir d'octobre (carrière longue) et 64 ans sinon. Non seulement c'est injuste de viser les carrières longues, mais ça crée une discontinuité à un jour de naissance près (foutu 30 septembre).

    Sur les carrières longues toujours, réponse à Edji :
    "si j'en crois Dussopt, il y a déjà actuellement un paquet d'actifs qui cotisent au-delà du nombre de trimestre requis faute d'avoir atteint l'âge légal (cf son itw au JDD ; les Echos évoquent aujourd'hui des actifs qui cotisent jusqu'à 45 ans) => on passerait donc à une situation d'injustice moindre (mais réelle) qu'actuellement, au fond."
    Pour cotiser plus de 44 ans aujourd'hui, il faut avoir commencé à travailler : lien
    - avant 13 ans : cinéma ou e-sport au mieux, c'est anecdotique
    - entre 15 et 16 ans ans : il manque un trimestre pour bénéficier du départ à 58 ans, donc il faut partir à 60 ans, soit jusqu'à 44 annuités et 3 trimestres
    Le projet actuel dit que "ceux qui ont commencé avant 16 ans pourront partir à 58 ans ; entre 16 et 18 ans à partir de 60 ans et entre 18 et 20 ans à partir de 62 ans. Des décrets doivent intervenir".
    J'imagine que par "commencer avant" il faut entendre comme maintenant "avoir cotisé 5 trimestres (ou 4 pour ceux nés à partir d'octobre)".
    Bilan :
    - ceux ayant validé 5 (resp. 4) trimestres avant 16 ans, donc ayant réellement commencé à travailler entre 14 et 15 ans voient leur âge minimal conservé à 58 ans mais la durée de cotisation allongée d'une année : jusqu'à un an de décalage de l'âge sans décote
    - ceux ayant validé 5 (resp. 4) trimestres avant 20 ans, soit ayant réellement commencé à travailler entre 18 et 19 ans voient leur âge minimal repoussé de 2 ans à 60 ans et la durée de cotisation allongée d'une année, ce qui décalera leur départ de 1 à 2 ans (cas suppdebastille)
    - entre 15 et 16 ans : trop court pour avoir 5 (resp. 4) trimestres avant 16 ans, donc départ à 60 ans... et encore jusqu'à 44 annuités et 3 trimestres de cotisation, ça ne change rien par rapport à la situation actuelle effectivement anormale
    - les concernés par le nouveau palier sont ceux qui ont commencé à valider des trimestres entre 16 et 17 ans : avant ils partaient à 60 ans sans décote, donc l'âge minimal de change pas, seulement il pourront devoir cotiser jusqu'à 1 année supplémentaire pour une réforme à taux plein
    - reste les 17-18 ans : trop tard pour bénéficier du palier à 18 ans, donc auparavant départ possible à 60 ans, sans décote après 43 annuités ; désormais départ à 62 ans : 2 ans de plus et surtout un nouveau cas où la durée de cotisation peut dépasser 44 annuités !
    Trois caveat :
    - en cas de carrières discontinues, le critère de la durée de cotisation devient prépondérant et donc ça revient sur le principe à repousser d'un an le départ à taux plein en passant à 44 ans
    - est-ce que "commencer à travailler avant" veut bien dire avoir cotisé 5 (resp. 4) trimestres comme maintenant ? Je suis allé voir directement le projet de loi mais les seuils exacts n'y figurent pas, renvoyés à un futur décret. Dans le cas contraire, ce serait effectivement un réel progrès pour les concernés
    - le plus important : c'est ce que j'ai compris du truc, corrections appréciées !
    En conclusion, on voit donc que les carrières longues sont largement affectées par la réforme, avec des prolongations de jusqu'à 2 ans (là où pour rappel les diplômés au delà de bac+3 pourront partir à taux plein au même âge qu'actuellement). Et par rapport à la remarque de Dussopt sur ceux cotisant plus de 44 annuités, effectivement ils existent actuellement et c'est injuste, mais non seulement le réforme à venir ne les aidera pas, mais en plus elle placera davantage de personnes dans cette situation.