Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Manette football club

Botter le cul des dieux de l'Olympe à coups de glaive ? Trop facile. Repousser une invasion extraterrestre à la sulfateuse ? Sans problème. Vaincre Barcelone en finale de champion's league aux commandes du Stade Brestois 29 ? Pfff, du gâteau. Vous êtes chez vous, enfoncé dans votre fauteuil. Les doigts virevoltant sur les sticks ou dansant sur votre souris. Invectivant votre écran, la mâchoire serrée, sous l'oeil inquiet de vos proches. Les fesses ruisselant de sueur dans votre jogging. Deux yeux rouges brillant au milieu d'un visage blafard. Et assurément, ce fil est fait pour vous. Sans oublier, pour ceux qui en ont marre des plaisirs solitaires, cette excroissance créée par des forumeurs des cahiers pour organiser des événements entre gens de bonne compagnie et dédiée principalement aux jeux de futchebol : ici

  • Danishos Dynamitos le 18/01/2024 à 15h39
    Si t'as pas fait 70h minimum et vidé la carte de tous les "?", ton avis compte pas.

  • lubomir mon reve chic le 18/01/2024 à 15h50
    Je vois ou vous voulez en venir, mais honnêtement pour certains jeux en 15h tu es encore au tout début de l'intrigue, et de ce que peut offrir un jeu (voir au prologue). Par exemple au bout de 15-20h j'ai failli lâcher Ghost of tsushima que je trouvais "meh". Et bien j'aurais un tout autre avis après être allé plus loin dans le jeu.

    Donne-t-on un avis sur un film après en avoir visionné le quart ? oui parfois.

    Est-ce que cet avis est pertinent ? ça se discute.

  • DansonsLaBostella le 18/01/2024 à 16h13
    C'est sans doute subjectif selon l'importance respective que chacun accorde au gameplay et à la narration dans un jeu.

    Je sais que si le gameplay ne me convient pas, en 3 ou 4h max c'est stop ou encore. Parce que malgré tout le taf effectué par les scénaristes gaming ça reste très en deçà de ce que le cinéma produit donc pas de raison pour moi d'aller au bout de l'histoire si la jouabilité ne me satisfait pas.

  • forezjohn le 18/01/2024 à 16h36
    Sauf qu'on ne juge pas des films de 150 heures. mais au pire de 4h.

    Alors oui on ne peut pas juger de l'intégralité du bousin en si peu de temps si le jeu est beaucoup plus long. Mais à l'inverse on peut aussi se dire qu'il y a quand même un gros problème si après 15 heures le gaemplay et l'histoire ne suscitent pas d'intérêt et qu'il faut rajouter X heures au pot avant d'y trouver un intérêt, tout le monde(pour ne pas dire quasi personne) n'a pas autant de temps à perdre avant d'atteindre la partie intéressante.

    C'est d'ailleurs, un grand débat dans le "test" de jeu vidéo, sur les jeux avec beaucoup de contenus, les testeurs "rushent" pour arriver à la fin sans forcément tester tout ce qu'il y a autours et la pertinence de leur avis est alors questionnable.

  • lubomir mon reve chic le 18/01/2024 à 17h26
    Tout à fait d'accord avec ça, encore qu'un gameplay peut rebuter un certain temps avant que l'on y adhère complètement.

    "Parce que malgré tout le taf effectué par les scénaristes gaming ça reste très en deçà de ce que le cinéma produit"

    ça par contre je ne suis pas sûr, certaines productions récentes sont clairement dignes du cinéma en terme de narration (pour moi) et en premier je pense à TLOU.

  • Danishos Dynamitos le 18/01/2024 à 17h35
    The Last of Us, c'est quand même la crème. On est rarement à ce niveau, voire très rarement.

    L'un des écueils auxquels le jeu vidéo se frotte encore trop souvent, c'est la différence de soin apportée entre le début des jeux et leur fin.
    L'effet Waouh des premières heures peut suffire à hyper une grande communauté et pousser les producteurs à énormément investir sur le début du jeu, au détriment de la narration et du rythme endgame.
    L'exemple de Far Cry 3 à ce sujet est assez criant. God Of War est pas mal dans le style également.

    Cette contrainte temporelle n'existe pas dans le monde du cinéma. On pourrait plutôt le rapprocher de celui des séries TV, que les gens ont d'ailleurs plus facilement tendance à abandonner en cours de route.

  • Jah fête et aime dorer Anne le 18/01/2024 à 18h02
    La comparaison n'est pas pertinente, je trouve. Car ce sont des genres avec des narrations différentes. C'est un peu dommageable je pense quand l'un essaie de singer l'autre.
    Last of Us, c'est une narration très cinématographique et, perso, le souci dans ce cas c'est que je compare au medium cinématographique et alors, TLOU, c'est quelconque ; pas mauvais, mais ça reste juste un truc qui applique tous les clichés de films de zombies.
    Par exemple, une narration vidéoludique brillante, supérieure à ce que peuvent faire la plupart des œuvres d'autres media sur un thème similaire, c'est Papers Please.

    (et pour revenir à la remarque qui a lancé la discussion, c'est un peu curieux de citer Last of Us et Witcher 3 pour louer un open-world apocalyptique, le premier se démarquant par sa mise en scène cinématographique, le second par son écriture, deux qualités qui n'ont pas grand chose à voir avec les open-world apocalyptiques)

  • Si vis pacem, para Bellion le 18/01/2024 à 18h36
    Il en faut pour tous les goûts j'imagine, parce que moi j'ai absolument adoré l'acte III.

    Déjà parce que j'adore la ville en elle-même (et qu'il y a énoooooormément de clins d'oeil à BG1 et 2, sans non plus totalement tomber dans le fan service).

    Ensuite et surtout parce qu'il y a un paquet de quêtes annexes incroyables (House of Grief, House of Hope, Dribbles the Clown, Ethel, Baldurian, Iron Throne...). House of Hope notamment, le combat final avec cette musique dantesque, quel pied.

    Après c'est sûr que certaines de ces quêtes se résument parfois à un donjon, d'une certaine manière, mais d'une ce n'est pas le cas pour toutes (Ethel et Baldurian, notamment), et de deux même quand c'est le cas il y a un souffle épique vraiment génial.
    Mon seul problème de mémoire était que plusieurs quêtes était pas mal buggées, ce qui sortait un peu de l'immersion générale.

    Possible aussi que le fait d'avoir fait le jeu en co-op avec ma copine ait aussi aidé à apprécier l'immensité de la ville. On faisait chacun notre truc dans notre coin en appelant l'autre dès qu'on trouvait un truc chouette à faire, un dialogue sympa, une nouvelle quête... L'environnement s'y prêtait beaucoup plus que pour les autres actes où se séparer pouvait représenter un risque un peu inconsidéré.

  • blafafoire le 19/01/2024 à 09h48
    Très intéressante vidéo de Pixel a day, excellente chaîne Youtube (en anglais), sur la diversité dans le JV. C'est un peu long mais ça vaut le coup d'oeil.
    lien

  • lubomir mon reve chic le 19/01/2024 à 12h01
    Je suis d'accord ce sont des genres avec des narrations différentes, chacune avec ses avantages, ses contraintes et ses spécificités. Néanmoins ça reste des moyens de raconter des histoires et les frontières sont forcement poreuses, d'autant plus avec les nombreux JV tirés de films et les films tirés de JV.

    Je pense que le meilleur exemple pour illustrer ce que je veux dire c'est le cas de "scott Pilgrim" qui est d'abord une BD qui empreinte des codes de narration propres aux JV puis a été adapté en film qui lui même empreinte donc des codes de narration propres aux JV ET à la BD. Et en plus c'est (comme rarement) bien intégré.

    Depuis un certains temps maintenant, et ça parait naturel pour tout joueur, les "cinématiques" font partie du JV. On parle de TLOU qui a une narration 'type" cinéma, mais pour rester dans le thème zombies: dès 1996 Résident Evil démarre carrément par un court-métrage. Et je pense qu'on peut trouver tout un tas d'exemple où le JV nourrit le Cinéma et inversement. Que ce soit en terme de narration ou autre d'ailleurs.


    Bref je ne sais même plus pourquoi on disait ça. Ha oui c'est compliqué de juger une œuvre.