Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Utopie et football

L'organisation du football mondial telle qu'elle devrait être selon vous.

  • Lapostat le 21/11/2022 à 19h06
    Dans un opuscule de présentation de l'époque, il est dit que 1969 a été une année difficile pour le Mexique. Lors d'une tournée européenne, sur 7 matchs : 4 défaites, 2 nuls, 1 victoire. Au retour, le sélectionneur est limogé, beaucoup de joueurs sont remplacés (avec difficulté, ce qui engendre quelques ajustements, d'où probablement les approximations de l'album Panini).

  • Delio Onnisoitquimalypense le 21/11/2022 à 19h20
    Merci, cet opuscule est consultable en ligne? En tout cas, juste pour la sélection de Lopez Sagador, cette annus mexicanus horribilis a pu avoir du bon.

  • Lapostat le 21/11/2022 à 19h26
    Il n'est pas consultable en ligne depuis la France, car la justice y a contraint les FAI de bloquer l'accès à Libgen (et Sci-Hub, ce qui est désolant).

  • Red Tsar le 21/11/2022 à 19h45
    Avec un simple changement de DNS, Libgen reste accessible ;)

    Côté musique, mes propositions seront très grand public (Angleterre = Beatles : Belgique = Brel) et je me régale de vos pépites. Ça pourrait être sympa à la fin un document qui compile tous les titres par nations.

  • Lapostat le 21/11/2022 à 20h39
    Il y a deux 1970 World Cup Special. C'est le Shoot's avec Bobby Moore (//spoiler : c'est l'Angleterre qui va gagner).

  • Delio Onnisoitquimalypense le 21/11/2022 à 20h51
    En cherchant 1970 World cup special, on tomde sur ce long article "google arts and culture" titré 'How Mexico embraced Brazil" et c'est bien foutu : lien

  • Red Tsar le 22/11/2022 à 08h00
    Super article, en effet, et merci pour les World Cup Special, so vintage.

    Ce midi, je vous livre Pérou-Bulgarie : un match animé entre deux équipes sympathiques. Demain, le Brésil entre en scène pour laver l'affront de 1966.

    Promis, Meilleur/Pires, j'évite de divulgâcher à l'avenir.

  • Dan Lédan le 22/11/2022 à 08h14
    Hugo "El Cholo" Sotil..
    J'ai longtemps eu un poster "Miroir du Football" de ce joueur fantasque au dessus de mon lit quand j'etais gosse..avec le magnifique maillot peruvien..

  • Red Tsar le 22/11/2022 à 12h13
    Oh oui, magnifique maillot que ce maillot à bande diagonale. Hélas, les Péruviens sont en rouge pour affronter les Bulgares aujourd'hui. Globalement, à part le maillot bulgare et son col en V plongeant jusqu'au nombril, je trouve les tuniques de l'époque très classes. Par contre, les shorts sont quand même très courts et serrés.

  • Red Tsar le 22/11/2022 à 12h17
    MARDI 2 JUIN 1970 – J1 DE LA PHASE DE POULE [3/13]
    Le match du jour : Pérou-Bulgarie (Groupe IV)



    *** LE SON à lancer maintenant : El Condor Pasa, réécrit par Simon et Garfunkel cette année-là :
    lien


    *** EN FRANCE… Une grève du zèle des contrôleurs aériens perturbe le trafic aéroportuaire. Les douaniers aussi sont en grève. Les camions sont bloqués à la frontière et le patronat demande au gouvernement de faire lever ces blocages. À noter : dans 24 Heures sur la Une, le Mondial n'est évoqué que par un commentaire de 30 secondes, sans image, sur la fin. On mentionne notamment les températures attendues pour le match diffusé le soir en France : 36 à 40°C.


    *** DANS LE MONDE… 24 Heures sur la Une ouvre sur le séisme au Pérou, puis la reprise des vols spatiaux par les Soviétiques :
    lien


    *** LE CONTEXTE DU MATCH
    * Le match rassemble 13 000 spectateurs à l'Estadio Nou Camp, à León.

    * Le Pérou a créé la surprise dans le groupe 1 de la zone Amsud lors de la phase préliminaire, groupe dans lequel l'Argentine termine dernière. Le Pérou, qui se qualifie pour sa 2ème Coupe du monde, après celle de 1930, est mené par un jeune sélectionneur, une des légendes brésiliennes de 1958 : Didi (41 ans). Durant la compétition 1970, l'équipe produit un jeu enchanteur qui marque les esprits. Deux joueurs sortent du lot : Cubillas et Chumpitaz. Mais, plus largement, c'est toute une génération dorée de footballeurs qui permet au Pérou de se qualifier à trois reprises (sur quatre possibles) pour des phases finales de Coupe du monde (en 1970, 1978 et 1982) et de gagner la Copa América en 1975. Jusqu'où les Péruviens pourront-ils se hisser dans cette Coupe du Monde au Mexique ?
    - Une vidéo (Fifa..., 7', anglais) sur Teofilo Cubillas, « the Pele of Peru », et ses « iconic free kicks » [attention, la vidéo révèle un peu le parcours péruvien en 1970] :
    lien

    * La Bulgarie s'est qualifiée après une phase préliminaire solide : 4 victoires, un nul, une défaite. Elle finit en tête de son groupe (9 points), devant la Pologne (8) et les Pays-Bas (7). Cruyff, 23 ans, fait ainsi partie des grands absents de la compétition. Deux joueurs sont à signaler dans les rangs bulgares : Hristo Bonev (96 sélections, 48 buts) et Georgi Asparuhov, qui décède dans un accident en 1971. Concernant ce dernier, je vous invite à aller lire ici sa biographie. Anecdote savoureuse et destin tragique au menu :
    lien
    Kostadinov, âgé de trois ans, n'est pas sélectionné pour cette Coupe du Monde. Mais les Bulgares ont une bonne tête d'outsiders. S'ils sortent des poules, jusqu'où peuvent-ils aller ?

    * Par le petit bout de la lorgnette :
    - La remarque sans intérêt : sympa le col en V profond du maillot bulgare, surtout avec certaines pilosités... Un petit côté Borat (regardez vers 72', par exemple).
    - Le petit jeu : saurez-vous trouver à quel moment le commentateur explique aux téléspectateurs à quoi servent les cartons jaunes et rouges ?


    *** LE DÉROULEMENT DU MATCH
    * Les images : le match intégral sur Footballia (qualité de l'image et du son, en anglais, très médiocre, avec quelques écrans noirs) : lien

    * Le résumé du match
    [SPOILERS JUSQU'À LA FIN DU MESSAGE – SPOILERS JUSQU'À LA FIN DU MESSAGE – SPOILERS JUSQU'À LA FIN DU MESSAGE – SPOILERS JUSQU'À LA FIN DU MESSAGE]
    - Une partie agréable, même si elle commence sur un rythme plus modéré que Mexique-URSS. On relève quelques passes en retrait ! La Bulgarie tient bien le ballon, mais le Pérou procède par contres rapides et se crée vite des situations dangereuses, poussé par le public acquis à sa cause. Pour autant, l'équipe sait bien jouer au ballon et sait aussi construire patiemment, par séries de petites passes, avant de déclencher une attaque placée. Bref, la sélection péruvienne dispose d'une palette assez étendue (petite séquence technique à la 24', par exemple). La Bulgarie ouvre le score sur une belle combinaison (16'), « travaillée à l'entraînement ». Admirez au passage, dans la minute qui suit, le Péruvien fauché dans la surface et qui se relève de suite. Après le but, le match se poursuit sur le même rythme. La Bulgarie continue autant à attaquer, le Pérou ne se précipite pas plus. On a pas mal d'occasions des deux côtés et le match est loin d'être stabilisé.
    - La deuxième mi-temps est un festival. La Bulgarie double très vite la marque (54' sur la vidéo), sur coup franc, avec une belle faute de main du gardien. Mais le Pérou ne baisse pas les bras, loin de là. La réduction du score arrive très vite, avec un boulet de canon de Gallardo (« what a fracking goal », si j'ai bien compris). Le Pérou égalise sept minutes plus tard sur coup franc, de manière assez chanceuse : le tireur glisse au moment de frapper le ballon. La Bulgarie continue à jouer et est proche de marquer (72', par exemple). Mais on sent que l'équipe est moins sereine et temporise davantage. Le Pérou prend confiance, réussit des séquences de plus en plus longues, avec une certaine justesse technique (vers 82'/83', par exemple). Bref, ce qui devait arriver arriva : Cubillas crucifie la Bulgarie (79') d'un tir puissant. Les entraîneurs procèdent tout de suite à des changements, mais c'est fini. Le match est plié. D'aucuns mettent en avant le fait que les Bulgares ont décliné en raison de la chaleur et de l'altitude.
    * Les joueurs : autant être honnête : compliqué de distinguer les joueurs sur la vidéo. On va donc se contenter de dire que Cubillas a été au rendez-vous. Impliqué dans de nombreuses occasions, volontaire pour aller au carton, il marque le but décisif.

    *** LES AUTRES MATCHS DE LA JOURNÉE
    - Groupe II : Uruguay 2 – 0 Israël. Buts : Maneiro 23' et Mujica 50'.
    Stade Cuauhtémoc, Puebla, 16h, 20 000 spectateurs.
    - Groupe III : Angleterre 1 – 0 Roumanie. But : Hurst 65'.
    Estadio Jalisco, Guadalajara, 16h, 50 000 spectateurs.