auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article suivant

Revue de stress #127

La Gazette de la L1 : 13e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


LOSC 3 - 1 AS Saint-Étienne
Amiens SC 1 - 1 AS Monaco
Paris Saint-Germain 4 - 1 FC Nantes
Dijon FCO 3 - 1 ESTAC Troyes
EA Guingamp 1 - 1 Angers SCO
RC Strasbourg Alsace 2 - 1 Stade Rennais FC
Toulouse FC 0 - 0 FC Metz
SM Caen 1 - 1 OGC Nice
Olympique Lyonnais 0 - 0 Montpellier Hérault SC
Girondins de Bordeaux 1 - 1 Olympique de Marseille

 

 

 

Le Classement en relief

Il est toujours là, disponible pour sept championnats. Et de plus en plus étalé.

  

 

 

 

 

 

Les gestes

La reprise de volée aérienne de Ronny Rodelin, encore une fois héros de d'Ornano.

 

L'ouverture laser à ras de terre de James Lea Siliki pour la réduction de l'écart d'Adrien Hunou.

 

La parade de la tête de Thomas Didillon face à Ola Toivonen.

 

Toujours chez les gardiens, les exploits du Guingampais Kalle Johnsson en fin de match et du Rennais Thomas Koubek en première mi-temps.

 

La frappe enroulée de vingt-cinq mètres de Thiago Mendes, qui ne revient qu'au tout dernier moment dans le cadre.

 

Le contrôle porte-manteau orienté de Frédéric Sammaritano à l'origine de l'égalisation dijonnaise.

 

L'enchainement ultra-rapide contrôle-frappe du Strasbourgeois Jérémy Blayac.

 

Strasbourg toujours: Dimitri Liénard qui se sépare d'un défenseur rennais sur son côté avant de déposer le ballon sur la tête de Stéphane Bahoken.

 

La mine d’Opa Nguette sortie par une superbe claquette d’Alban Lafont.

 

Paul Lasne a une des frappes-au-dessus les plus pures de notre championnat. Journée après journée, le Montpelliérain rend un élégant hommage à Geoffrey Jourdren.

 

 

 

La bite poursuit un cul... pendant ce temps là, les couilles s’ennuient...

 

 

 

 


Les antigestes

La passe en retrait de Pedro Mendes pour Benjamin Lecomte qui figurera dans les frappes non cadrées de l'OL.

 

La déviation malheureuse et fatale de Christophe Kerbrat, qui doit encore se demander ce qu'il cherchait à faire exactement.

 

Le penalty raté d'Ivan Santini, une pièce à conviction de plus en faveur de l'éradication définitive des penalties tirés sans élan.

 

La défense, avec les yeux seulement, de Serge Gakpé, qui laisse Fabinho entrer au ralenti dans la surface amiénoise pour l'égalisation monégasque.

 

Le pétage de plombs de Morgan Amalfitano, qui coupe Dimitri Liénard en deux, ainsi que l'invraisemblable tacle les deux pieds en avant de Fallou Diagne.

 

La cruauté gratuite de Vincent Pajot envers les pauvres pigeons lillois qui ne lui avaient pourtant rien fait.

 

Le beau plongeon de Bryan Dabo après un micro-contact dans la surface lilloise.

 

Le tacle à la Pavlovic de Mateo Pavlovic sur la cheville de Marcus Thuram.

 

Canal+ qui invente un "Coréetico" pour Dijon-Troyes.

 



 

 

Le match qu'il ne fallait pas rater

Ce n’était pas le match de l’année en termes de contenu et de niveau de jeu mais c’est le match de l’année pour beaucoup de joueurs et de supporters tant que cette série impressionnante durera. Un retour in extremis pour faire joli tout de même, il y avait un match à ne pas manquer ce week-end! Petit florilège pour faire parler l’imaginaire avant un résumé vidéo:

 

La balle chipée par Nicolas De Préville, le crochet pour éviter le tacle et la frappe enroulée qui laisse Steve Mandanda dans le béton, désarmé.

 

Malcom, lancé idéalement en profondeur à la quatre-vingt-treizième minute qui pousse trop son ballon et le perd. Trente secondes plus tard...

 

…L'égalisation toute britannique de Marseille: dégagement du gardien, trois têtes consécutives, cafouillage, et frappe en plein milieu du but, qui fait gagner plein de parieurs chevronnés… et suer les parieurs moins aguerris aux matches Bordeaux-OM.

 

L’œuvre intégrale de Zambo Anguissa, faite de relance dans les pieds des adversaires et d'air interventions.

 

La joie débordante des Marseillais, fous de joie d'avoir pris un point contre une équipe qui en a pris deux sur dix-huit possibles.

 

Le retour des fins de matches "à la Gillot" à Bordeaux où tu sais, tu es convaincu que tu ne tiendras pas ton maigre avantage quoi qu'il advienne.

 

 

 

  

 

 

 

Les minutes

La minute "ami de la poésie" de Jean-Louis Garcia:
"Je préfère être nul, avoir une équipe de bourrins, mais gagner. Bien jouer et perdre, j'en ai rien à foutre." (conférence de presse)

 

La minute "personne n'a gagné" de Rudi Garcia:
"À chacun son invincibilité." (conférence de presse)

 

 

 

Voici le docteur Moura. Et il est probable que le patient aussi.  

 

 

 

 

Les observations en vrac

Deux Coréens qui marquent lors de Dijon-Troyes, on se demande ce qu'en aurait pensé Thierry Rolland.

 

Il y avait plus de spectacle en tribunes que sur le terrain du match Bordeaux-OM.

 

Un changement d'entraîneur alors que l'équipe restait sur quatre victoires consécutives, immédiatement couronné de succès, qui d'autre que le Stade Rennais pouvait inventer le choc psychologique à l'envers?

 

OL-MHSC: trente-et-un tirs (seize pour l’OL contre quinze pour le MHSC) pour cinq cadrés (trois contre deux). Les attaques aussi, savent tenir un 0-0.

 

Les scores des dix derniers Bordeaux-OM en Ligue 1 se répartissent de la manière suivante: 1-1: 70% / 2-1: 20% / 1-0: 10%.

 

Jeu, niveau débutant: cherchez l'erreur sur ce schéma.

 

Si Dimitri Payet veut aller en Russie cet été, il faut qu'il se rapproche de Havas Voyages.

 

Vous aimez voir des buts au Mondial? Rassurez-vous, Konstantínos Mitroglou sera absent et Adil Rami sera présent.

 

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

Cette fois, ça y est, un tiers du championnat à l'envers est déjà joué. Et un constat s'impose: bien malin qui peut dire avec un degré acceptable de certitude comment sera composé le podium au terme du championnat. Certes, on pourrait au moins se dire "Metz, quand-même"... Metz, auteur du meilleur début de championnat depuis Grenoble 2009/10 (si l'on s'en tient à l'époque contemporaine, après retour de la L1 à vingt clubs), a pris une belle option.

 

C'est vrai, mais même ce Metz-là, malgré son avance sur le reste de la meute, est source d'incertitude. Dès le deuxième match de Frédéric Hantz sur leur banc, les Grenats ont failli et concédé un point en terre toulousaine. Alors, coup de mou temporaire pour le leader ou prémices d'une lente dégringolade? Les Lorrains auront un début de réponse lors de la prochaine journée avec un match au sommet contre Amiens, ancien dauphin auteur d'un match catastrophique à Lille lundi (3-0).

 

Mais passé le (déjà incertain) cas messin, c'est un peu Mr Magoo se promenant dans Hyde Park un soir de smog alors que survient une panne d'électricité générale: il y a sûrement des trucs à voir, mais allez savoir quoi... Neuf équipes se tiennent en effet en trois points et, à l'image de la bonne opération lilloise dans la foulée de deux résultats décevants, tout va très vite dans les deux sens. Difficile dans ces conditions de distinguer ceux qui sont en train de rater leur saison et ceux qui sont engagés sur une voie royale.

 

On peut toutefois noter un calendrier légèrement favorable pour deux de ces neuf poursuivants: Rennes et Troyes, qui affronteront un Petit Poucet du championnat à l'envers (Paris, Monaco et Marseille en l'occurrence). Une belle occasion de prendre des points puisqu'aucun des sept autres poursuivants immédiats de Metz n'aura cette chance. Le mieux loti d'entre eux, Lille, ne rencontrera que deux équipes (Lyon et Paris) du dernier carré, le "petit four" comme on l'appelle parfois. Ce n’est pas le genre de la maison mais on en connaît qui, pour bien moins que ça, auraient déjà sortis les gros titres à base de championnat relancé au soir de cette treizième journée...

 

 

 

 

Les mots croisés

 

Horizontalement:
1. Ex-Yougoslave inoffensif au plan international.
2. Supporter national gâté depuis deux ans.
3. Précède pid / Colombien passé par la Corse (à l'envers).
4. Sibierski par exemple.
5. Un déplacement à Astana / Surnom d'Éric.
6. Milieu excentré du Salvador / De Bratilava ou d'Otrava.
7. Attaquant allemand parti au Colorado / Milieu de Wien.
8. La rascasse.

 

Verticalement:
1. International belge meilleur buteur du championnat grec.
2. Milieu croate international passé par Metz et huit autres pays.
3. Champions League / Testament International Au Général Toulalan.
4. Kevin le battra lui et son record / Norvège au tableau de score.
5. Consonnes d'Hazard /Saint amateur copain de Denis.
6. International allemand d’origine ghanéenne avec un L.
7. Supporter de l'Austria ou du Rapid selon selon Franck R (à l'envers).
8. Lamptey / Les débuts de Radja.
9- Pays de soleil, d'immobilier et de dopage.

 

La réponse est ici.

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

 

Merci à Di Meco, Gouffran direct, Mama, Rama & Papa Yade, Marius T, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, Tonton Danijel, Yul rit cramé pour leurs contributions. Le championnat à l'envers est de Portnaouac, les mots croisés de Parkduprince, la compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de Di Meco et Nos meilleures Sané.

  

Partager

Le championnat de France


Alex Lagazette
2017-12-13

La Gazette de la L1 : 17e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alexandre Lagazette
2017-12-06

La Gazette de la L1 : 16e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Le match qu'il ne fallait pas raterLes minutes • Les observations • Les mots croisés • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Christophe Kuchly
2017-12-04

Chroniques bielsiennes : Clap de fin

La direction du LOSC a tranché. Après la barrière lors du premier affrontement entre Amiens et Lille, c'est la tête de l'entraîneur argentin qui est tombée. Dans le Nord, même si le volet judiciaire reste à régler, la page est déjà tournée.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

RT @SachaDahan: Le dessin parfait de Faro, ce matin dans L'Equipe ce matin. https://t.co/YCnXMHhl2l

RT @CKuchly: Si vous êtes dans le coin et que vous voulez acheter "Les entraîneurs révolutionnaires" et/ou vous le faire dédicacer, parler…

RT @MaximeGoldbaum: Matchs truqués en Turquie : le jeu trouble de Gianni Infantino https://t.co/7YDHY9Qm8A

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Adolphe un mec

"Un scandaleux tifo à la gloire d'Hitler." (football.fr)

Fanchone week

"Dupraz : 'Dix mannequins toulousains sur la pelouse'." (lequipe.fr)


Lâche investigation

"Pierre Ménès tacle Elise Lucet." (20 minutes)

Gerrard Majax

"L'excuse magique de Steven Gerrard." (lequipe.fr)

Retour au lycée

"Messi : une première en quatre ans." (sports.fr)