auteur
Alex Lagazette

Du même auteur

> article suivant

Drôle de fair-play

> article suivant

Sous la Coupe de Memphis

> article précédent

La VAR la plus longue de l'histoire

La Gazette de la L1 : 33e journée

Partager

  

Les résultats de la journée


Angers SCO 1 - 1 OGC Nice
Olympique Lyonnais 3 - 0 Amiens SC
SM Caen - Toulouse FC Reporté
LOSC 2 - 2 EA Guingamp
FC Nantes 1 - 1 Dijon FCO
Stade Rennais FC 1 - 2 FC Metz
RC Strasbourg Alsace 0 - 1 AS Saint-Étienne
Montpellier Hérault SC 1 - 3 Girondins de Bordeaux
ESTAC Troyes 2 - 3 Olympique de Marseille
Paris Saint-Germain 7
- 1 AS Monaco

 

 

 

 

Le Classement en relief

 

 

 

Les gestes

L'arrêt main opposée de Stéphane Ruffier dans sa lucarne sur un beau tir de Dimitri Liénard.

 

 

La transversale de Lukas Lerager pour le splendide enchaînement amorti de poitrine-reprise du pied droit de François Kamano. Et les deux passes décisives de Diego Contento. Oui, oui.

 

Le crochet de Nicolas Pépé dans la surface guingampaise pour mettre Christophe Kerbrat dans le vent, avant de marquer tranquillement.

 

Le centre précis et décisif de Bertrand Traoré du pied droit, qui ne lui sert donc pas uniquement à monter dans le bus.

 

L'ouverture en première intention de Clément Grenier pour Jimmy Briand dans le dos de la défense lilloise.

 

Le centre en une touche de Matthieu Dossevi au second poteau, dans la course de Nolan Roux.

 

Le dribble de Naïm Sliti qui élimine deux Nantais en se retournant près de la ligne de touche, avant de servir Kwon Chang-hoon à l'entrée de la surface pour l'égalisation de Dijon.

 

L'extraordinaire sauvetage de Luiz Araujo, qui évite une touche toute faite, lui permettant de créer une occasion pour Lille.

 

La conduite de balle de Jean-Michaël Seri, puis sa passe dans la course d'Alassane Pléa.

 

Les lucarnes fort joliment trouvées par Angelo Fulgini et Ellyes Skhiri.

 

Yoann Gourcuff qui s'arrache et offre le but à Benjamin Bourigeaud d'un petit centre impeccable.

 

La parade au ras du sol de Ludovic Butelle, Jean-Michaël Seri n'en croyait pas ses yeux.

 

Celle aussi de Benoit Costil qui va chercher du bout des doigts le penalty certes un peu mou mais bien placé de Souleymane Camara.

 

Les buts du match PSG-Monaco, en vrac: le jeu à trois Giovanni Lo Celso-Edinson Cavani-Dani Alves, la tête smashée d’Edinson Cavani, la louche habituelle d’Angel Di Maria, le centre de l'exter’ de Javier Pastore, le rush d'Almamy Touré, et la merveilleuse passe dans le trou de Dani Alves pour Javier Pastore. Presque tous les buts étaient beaux.

 

Le joli but pailladin... pour rien.

 

 

 

 

"Viens me dire que Strasbourg n'est pas en Allemagne."

 

 

 

 


Les antigestes

Antigeste d'honneur à la poisse qui poursuit le LOSC, pour son rôle doublement décisif entre les 90e et 95e minutes du match face à Guingamp.


Après un corner dégagé, Thiago Maia qui remonte au ralenti et traîne deux mètres derrière sa défense, couvrant deux adversaires, dont Jimmy Briand, qui profitera de l'aubaine pour égaliser.
 

La défense conceptuelle des Guingampais sur le deuxième but lillois.

 

La coiffure de Playmobil d'Idriss Saadi. Le côté "facile à changer et à nettoyer" n'excuse pas tout.

 

Jour de Foot qui décide de nouveau de mettre en avant des pleurnicheries sans intérêt sur l'arbitrage, cette fois venant de Dijon.

 

Autre défenseur tête en l'air, le Stéphanois Assane Dioussé qui traîne lui aussi plusieurs mètres derrière sa défense, permettant à Stéphane Bahoken de partir en duel avec Stéphane Ruffier, et de le gâcher à cause d'une conduite de balle complètement ratée.

 

Et le csc de Falcao, qui trouve toujours le moyen de marquer quand même.

 

 

 

 

Le match qu'il ne fallait pas rater

Un sprint final alléchant, derrière le nouveau champion en titre (à la trente-troisième journée donc…), ne donne pas le droit à l’erreur. Le quatrième de Ligue 1 tente de rester proche du podium, tandis que la menace d’une relégation pèse sur son adversaire. Il y avait un match à ne pas manquer ce week-end! Petit florilège pour faire parler l’imaginaire avant un résumé vidéo:

 

Le centre de Stéphane Darbion repris les yeux fermés par Samuel Grandsir.

 

Le reprise de volée d'école de Florien Thauvin sur un centre de Jordan Amavi.

 

La sortie kung-fu de Yohann Pelé, à l'extrême limite de la surface.

 

La passe latérale n'importe où et n'importe comment de Luiz Gustavo, qui coûte un but à Marseille.

 

Les deux entraîneurs de Troyes-Marseille, exclus pour contestation.

 

 

 

 

 



 

Les observations en vrac

Milieu offensif, puis latéral droit, puis renard des surfaces: Mathieu Debuchy en aura fait, des allers-retours, dans sa carrière.

 

Le Stade Rennais qui perd à domicile contre la lanterne rouge après avoir ouvert le score: on est bel et bien dans le sprint final.

 

À transmettre à Benjamin Nivet, qui a marqué dimanche à quarante-et-un ans et trois mois: le record du buteur le plus âgé de l'histoire du championnat de France est détenu par Roger Courtois, à quarante-quatre ans et quatre jours. Encore un effort, Highlander: plus que trois ans, tu peux le faire.

 

 

 

 

 

"Veuillez patienter, Windows met à jour votre ordinateur."

 

 

 

 

Le coin fraîcheur

À la suite du report tardif de Caen/Toulouse, le SMC a fait don de la nourriture prévue pour les repas des loges VIP et partenaires à cinq associations normandes. Un joli geste.

 

La sincère tape dans le dos, et le regard compatissant d'Antoine Kombouaré, à l'adresse de Christophe Galtier, effondré.

 

 

 

 

Le championnat à l'envers

"Nous ne quitterons pas cette île de rêve / Sans jeter un dernier regard / À colorier chez soi ou à consumer sur place." "Malédiction" chantait Alain Bashung en 1986. On ne sait pas vraiment si c'est à celle-là qu'il pensait alors mais, au soir de cette trente-troisième journée de championnat à l'envers, c'est bien la malédiction qui frappe le Roazhon Park avec son cimetière indien qui vient immédiatement à l'esprit. Car, n'en déplaise aux sceptiques et aux indécrottables cartésiens, comment pourrait-on expliquer autrement la terrible contre-performance de Metz samedi en terres brito-indiennes? Et, signe supplémentaire de la malédiction, c'est par le plus fragile des Messins depuis le début de la saison, Nolan Roux, que s'est matérialisé le naufrage.

 

Il est vraisemblable que, dans quelques semaines, ce match ne restera que comme une malheureuse péripétie dans l'admirable parcours des Lorrains cette saison. Mais, pour l'heure, il est l'occasion d'un dernier moment de doute: "Et si, finalement, Metz perdait tout?". De quoi peut-être remobiliser les troupes pour un dernier coup de collier en vue du sprint final. Alors d'accord, Metz est dans le dur et doute un peu mais, ici, on penche plutôt pour l'hypothèse du dernier regard avant de quitter cette saison de rêve.

 

Sinon, que vous avait-on dit il y a deux semaines exactement? Oh, ne faites pas semblant de ne plus vous en souvenir, vous savez très bien de quoi il est question. "Pour la place de dauphin (...) c'est l'Estac qui va s'en emparer d'ici une à deux journées": voilà ce qu'il y avait dans la Gazette de la trente-et-unième journée. Et dans celle de la semaine dernière, on soulignait que les Troyens avaient refait leur retard sur les Lillois au niveau de la différence de buts. Aujourd'hui, que constate-t-on? Que les Aubois s'emparent seuls de la deuxième place au détriment des Nordistes, à la faveur d'une meilleure différence de but. Eh oui, question prédictions, Elisabeth Tessier peut direct aller se faire rhabiller chez Paco Rabanne.

 

Pour le reste, Lille a donc perdu sa deuxième place mais a tout de même limité la casse dans un match très mal embarqué pour les Dogues. S'ils ne s'étaient pas ressaisis un peu, ils auraient même pu quitter le podium à la faveur du report pour cause d'intempéries du match qui devait opposer deux équipes en forme en cette fin de championnat, à savoir Toulouse qui pointe à une longueur derrière le podium et Caen, légèrement détaché mais qui pourrait tenter de profiter de la moindre baisse de régime des équipes de tête... La lutte s'annonce féroce d'ici la fin du championnat.

 

 

 

 

 

Le championnat vu par Twitter

 

 

 

 

 

Merci à forezjohn, Gouffran direct, La Metz Est Dite, le Bleu, Mik Mortsllak, Moravcik dans les prés, PCarnehan, poiuyt, Tonton Danijel pour leurs contributions. Le championnat à l'envers est de Portnaouac, la compilation de AKK rends tes sets et les lucarnes sont de Alain Delon? Non Alain Deroin. et de gimlifilsdegloin.

 

Partager

> sur le même thème

La Gazette de la L1 : 32e journée

Le championnat de France


Alex Lagazette
2018-11-14

La Gazette de la L1 : 13e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-11-07

La Gazette de la L1 : 12e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


Alex Lagazette
2018-10-31

La Gazette de la L1 : 11e journée

Le classement en relief • Les gestes • Les antigestes • Les minutes • Les observations • Le championnat à l'enversVu de Twitter 


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Sur le fil

La Revue de stress ne coupe pas les cheveux en quatre. Le meilleur et le pire de la semaine: https://t.co/PlgGHKzL9q https://t.co/GLJa6jdsTf

RT @cahiersdufoot: Pierre Ménès peut-il enfin décider s’il est journaliste ou pas? https://t.co/52hopqCjWx

RT @SeriousCharly: Pierre Ménès, il invoque sa carte de presse quand il faut dénigrer Mediapart, par contre quand il croque des places au P…

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Chapecoense 2

"Foot - L1 : Inattendu sommet." (lequipe.fr)

Futur taulier

"Neymar risque jusqu'à 6 ans de prison." (ouest-france.fr)

Ruddy Bukkake

"Arbitrage : ‘J'en ai pris plein la tronche’." (lequipe.fr)

Droit au mur

“OM : Une attaque sans tête.” (lequipe.fr)

Mou Walk

"Le car de MU encore bloqué, Mourinho finit à pied." (lequipe.fr)