Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Avant-Premier League 2023/24 : la grande présentation

Preview Premier League - Non, tout le monde n'a pas déserté vers l'Arabie saoudite à l'intersaison. Kevin Quigagne présente la 125e saison de l'élite anglaise. 

Auteur : Kevin Quigagne le 17 Août 2023

 

Il nous reste encore quelques bons joueurs et les débats ont pu démarrer comme prévu le 11 août. C'est la première édition "normale" depuis 2019. Ni pandémie, ni restrictions post-Covid, ni Coupe du monde. Et si le retour de la normalité consacrait l'un des deux prétendants les moins dysfonctionnels, Arsenal ou Liverpool et son manager surnommé "The Normal One" ?

Les résultats de la première journée.

(N.B. : Les montants indiqués ci-dessous sont en livres sterling. Infos transferts correctes au 13 août. PL = Premier League).

 

 

(Récap de la saison dernière)

Pour les détails, voir le bilan A à Z et le classement final.

L'ogre Manchester City a graduellement mangé un séduisant Arsenal qui s'est essoufflé, 89 points vs 84. On n'avait plus vu les Londoniens à pareille fête depuis leur dernier titre en 2004. En 1997, Manchester United était titré avec 75 points... Depuis cette époque relativement égalitaire, le fossé entre les "haves" et les "have lots" s'est fortement creusé. Les Citizens ont survolé les débats en 2023 et réalisé le triplé championnat-FA Cup-Ligue des champions.

Encourageante saison de Manchester United (3e) après des débuts compliqués, la patte Erik ten Tag s'est progressivement imposée. Qualification de l'intrus Newcastle en Ligue des champions.

Liverpool s'est réveillé sur la fin et accroche une cinquième place un peu inespérée. Brighton (6e) signe la plus belle saison de son histoire, grâce à un jeu chatoyant et le savoir-faire de Roberto de Zerbi. Aston Villa (7e) a sorti sa meilleure production depuis treize ans. Désormais sous pavillon américano-égyptien, les Villans affichent de solides ambitions. Tottenham se rate en beauté (8e) et se retrouve privé d'Europe, une première depuis 2009.

Dans le ventre mou-costaud, re-superbe saison de Brentford (9e) et belle perf du promu Fulham (10e), qui aurait pu mieux finir sans la longue suspension de son buteur Mitrovic au printemps, due à un spectaculaire coup de sang contre l'arbitre.

Le quoi qu'il en coûte de Chelsea a fait pschitt (12e). Saison foutraque où l'on a surtout évoqué l'effectif grotesquement pléthorique et déséquilibré (aucun vrai buteur). Le cancer de l'assistanat frappe partout et les Blues recycleront sans doute les inactifs dans leurs clubs vassaux, RC Strasbourg en tête.

En bas de tableau, le promu Nottingham Forest (16e) a réussi à faire prendre la mayonnaise (l'effectif de D2, largement composé de prêts et contrats courts, avait été quasi totalement renouvelé). Nouveau gros coup de chaud pour Everton (17e), en proie à sa pire crise sportivo-financière depuis le milieu des années 1990. La charrette des relégués (Leicester, Leeds et Southampton) laisse augurer d'une formidable baston dans un Championship très relevé : 23 des 24 clubs ont été soit champions d'Angleterre, soit au moins finalistes de FA Cup ou League Cup !

 

Ils joueront le titre

 

Cette saison pourrait ressembler à une bataille entre clubs-États : Manchester City, Newcastle et Manchester United, si le Qatar finit par emporter le morceau face à Ineos.

À Man City, deux départs majeurs : Gündogan (remplacé numériquement par Kovacic) et Mahrez, plus ou moins barré par Grealish ou Silva, et qui est de l'exode saoudien. City visera un quadruplé historique : le quatrième sacre de suite parmi l'élite, un exploit jamais réalisé.

Six mois et demi après que l'instance PL a enfin épinglé les Citizens, après quatre ans (!) d'enquête, toujours aucune nouvelle de la commission indépendante chargée d'examiner les faits et prendre d'éventuelles sanctions. Comme dit-on "se foutre royalement de la gueule du monde" en anglais, déjà ?

 

Arsenal a mis 205 millions sur trois joueurs tôt dans l'intersaison pour optimiser la préparation : Declan Rice, milieu défensif qui apportera un gros impact physique après le départ de Granit Xhaka. C'est le leader, dans la lignée de Pat Vieira, qui manquait aux Gunners ; le complet attaquant Kai Havertz, décevant à Chelsea mais pas utilisé dans sa meilleure position, celle de milieu offensif/faux 9 ; Jurriën Timber, défenseur central/latéral en provenance de l'Ajax.

Dans les cages, intéressant duel entre les internationaux Ramsdale et Raya, prêté par Brentford. L'Espagnol, magistral chez les Bees et qui a bossé en 2019 avec l'entraîneur des gardiens d'Arsenal (Iñaki Caña), arrive avec une option d'achat de 27 millions. Il devrait débuter en 1 bis, mais s'il parvient d'ici l'automne à reléguer sur le banc le généralement excellent Ramsdale (mais aux relances parfois douteuses), ce dernier pourrait dès janvier aller quérir ailleurs du temps de jeu, dans la perspective de l'Euro 2024.

Arsenal disputera sa première Ligue des champions depuis sept ans, et combiner PL et C1 présente de sérieux défis. L'effectif étant plus dense cette saison, le top 3 sera l'objectif minimum. Espérons pour eux que leur immonde maillot extérieur ne les désavantage pas...

 

 

Man United devrait être en embuscade. Belle saison de Rashford (17 buts PL, 30 au total), mais il est meilleur sur la gauche, ergo il leur faut un pur attaquant (seulement 58 buts PL l'an dernier). Rasmus Højlund sera-t-il ce tueur ? (pour la réponse, lire "Premier League 2023/24 : nouvelles têtes").

Arrivée, de Chelsea, du milieu Mason Mount, gros abattage et belle technique. Casemiro n'est pas éternel et Ten Hag a identifié Sofyan Amrabat comme possible doublure. Maguire n'entrant plus du tout dans les plans du manager, il leur faut un défenseur axial supplémentaire et Ten Hag privilégierait la piste du polyvalent Pavard (Todibo est aussi dans la short list).

En coulisse, l'interminable feuilleton de la vente continue. Si nouveau proprio il y a d'ici Noël, et s'il investit au mercato hivernal, ça pourrait changer la donne.

 

À Liverpool, le vieillissant entrejeu a été décimé (Fabinho, Henderson, Milner, Keïta, Oxlade-Chamberlain) et Klopp a dû reconstruire. C'est le "Liverpool FC Reloaded", plaisante l'Allemand. Un nouveau cru plus jeune, plus mordant et à l'appétit vorace.

Arrivée de Mac Allister, de Szoboszlai et de la pépite espagnole Bajcetic (convalescent, adducteurs). Petit hic : qui dit jeunesse dit relative inexpérience, surtout si on ajoute Elliott et Jones. Thiago, 32 ans, est lui aussi peut-être en partance pour la Saudi Pro League. Derrière, il faudrait du renfort, en particulier un défenseur axial, un latéral droit et un milieu défensif récupérateur, disons, un joueur de type Caicedo...

LFC étant dans une phase de transition-mutation, il faut s'attendre à quelques tâtonnements de système et des onze expérimentaux. Le podium semble toutefois jouable, notamment si Trent Alexander-Arnold et Mo Salah (s'il reste) continuent sur leur lancée. Un TAA qui a été repositionné avec succès en latéral/ailier inversé début avril. Finira-t-il au milieu comme avec les Three Lions ? Il a d'ailleurs disputé plusieurs matchs amicaux à l'intersaison en numéro 6. Le retour de Luis Díaz est une bénédiction.

 

Les prétendants aux places d'honneur

 

Saison potentiellement compliquée pour Newcastle, tête de gondole de l'écurie PIF, qui devra confirmer en championnat et assurer en Ligue des champions, retrouvée après dix-neuf ans d'absence. Fair-play financier oblige (FPF), Allan Saint-Maximin a été refourgué à un autre club PIF (Al-Ahli) pour environ 25 millions, montant considéré par beaucoup comme douteux.

Par ailleurs, leur nouveau contrat sponsoring, passé avec une société PIF, paraît surévalué (lire "Premier League 2023/24 : le bon et le truand"). La multipropriété, et son cortège de conflits d'intérêts et de zones grises, comporte de sérieuses implications vis-à-vis de la législation FPF, et on peut s'interroger sur la validité de tels arrangements intrafamiliaux.

 

Brighton & Hove Albion voudra confirmer et briller pour son baptême du feu européen. Roberto de Zerbi prône un jeu offensif de possession avec des transitions éclair, servi par un effectif technique et percutant. Le trou laissé par Caicedo est de taille mais nul doute que la maille (115 millions) sera réinvestie intelligemment. Jolie culbute : Brighton avait acquis l'Équatorien pour 4.5 millions en 2021.

L'Italien a fait venir de Watford l'attaquant brésilien João Pedro (30 millions), du Borussia Dortmund le milieu Mahmoud Dahoud et de la Jupiler League l'ailier pépite Simon Adingra (retour de prêt de l'Union Saint-Gilloise, succursale de BHA). Arrivée de l'increvable James Milner, 37 ans (22e saison dans l'élite), qui fera profiter le jeune groupe de son expérience.

 

Écoulement des stocks à Chelsea  Mauricio Pochettino, le cinquième technicien en un an, placé en charge de l'opération Total Reset, aura à cœur de laver l'humiliation de l'exercice précédent. Exit 29 joueurs (en comptant les prêts), dont Havertz, Kanté, Aubameyang et Azpilicueta.

Allez, plus qu'une huitaine à caser, dont Lukaku et Ziyech. Axel Disasi a été recruté pour pallier la (nouvelle) grave blessure de Wesley Fofana juste avant la tournée aux USA (photo ci-dessous. Si vous en reconnaissez plus de cinq, réclamez votre cadeau à Dame Rédac).

 

 

L'entrejeu est léger, alors on se réjouit de l'arrivée du milieu défensif box to box Moisés Caicedo (pour mieux comprendre la fixette, cet article), avec peut-être Lavia dans son sillage. On en est à presque 900 millions dépensés en un an et le milliard devrait être atteint d'ici début septembre. Visiblement, les contraintes FPF ne perturbent pas trop Chelsea.

 

 

Devant, ça démarre mal : Nkunku s'est esquinté le genou gauche sur une pelouse dégueulasse de Chicago lors d'un match amical et sera indisponible jusqu'en novembre-décembre. Nicolas Jackson, en provenance de Villareal et surnommé "le Neymar sénégalaisau pays, le supplée. Le retour du latéral droit Reece James et l'absence de joutes européennes sont un bonus.

 

Les prétendants aux C3 et C4

 

Aston Villa s'efforcera de consolider les acquis avant de viser plus haut dans un avenir proche, à savoir le top 5. La nouvelle "formule suisse" de la Ligue des champions pourrait permettre au cinquième de PL d'en être et Villa voudra s'incruster.

Unai Emery a transformé le club après la pige désastreuse de Steven Gerrard, et il a enrôlé le directeur sportif et serial winner Monchi, son efficace binôme au FC Séville. Mener de front PL et Europe est casse-gueule et il faudra étoffer l'effectif pour réussir les rotations. Surtout que le Basque, surnommé outre-Manche le "Roi des jeudis soir", a remporté l'EL quatre fois (plus une finale, avec Arsenal) et visera la quinta. L'arrière central Pau Torres, l'ailier droit Moussa Diaby et le milieu Youri Tielemans sont les trois acquisitions du mercato.

Si Ollie Watkins est toujours en feu (12 buts PL en phase retour), ça pourrait faire mal. Étant donné la pénurie d'attaquants à Villa, possible qu'on voie du jeune, comme le rapide ailier gauche Kadan Young, 17 ans, ou l'Espoir anglais Cameron Archer (si ce dernier n'est pas prêté ou vendu. Leeds, D2, serait preneur car, guess what, ouaip, Bamford est encore blessé...).

La claque reçue à Newcastle (5-1, J1), où la traditionnelle (et périlleuse) ligne haute d'Emery a sérieusement bugué face aux vifs Magpies, montre que le chemin vers les sommets est encore long. Double coup dur : Mings s'est blessé lors de ce match et pourrait être out pour des mois, et Buendía s'est salement amoché le genou à l'entraînement... Six autres joueurs sont indisponibles. Recruter derrière et devant s'impose.

 

Tottenham. Umberto Eco disait que depuis que les hommes ne croient plus en Dieu, ils sont prêts à croire en tout. Autrement dit, en n'importe qui ou à n'importe quoi. Dans la preview PL 2022/23, prenant l'aphorisme trop au pied de la lettre, j'avais émis l'hypothèse que Tottenham, éventuellement, pouvait peut-être... Bref, vous pigez le délire. Depuis, rassurez-vous, j'ai suivi une thérapie spécifique dans le quartier de l'Emirates et je pense être guéri.

Le nouvel entraîneur est Ange Postecoglou, un novice à ce niveau, qui devra reconstruire. Ça tombe bien, le Gréco-Australien a une réputation de bâtisseur et de résurrecteur, un Red Adair des causes compliquées ou somnolentes.

Sans Kane, la tâche sera ardue, mais avec le racé James Maddison (transfuge de Leicester), le top 7 est envisageable, surtout si Richarlison et Son Heung-min retrouvent leur percussion et le chemin des filets. Mais il faudra colmater les brèches : 63 buts PL encaissés l'an passé ! L'espoir néerlandais Micky van de Ven débarque dans cette optique. L'absence de distraction européenne sera un plus.

 

 

Les ventre-mouistes + 

 

Brentford, 9e l'an dernier, avec la plus faible masse salariale de PL (33 millions). En théorie, les Bees devraient viser l'Europe, ratée d'un cheveu en mai. Mais l'absence de leur buteur Ivan Toney, suspendu jusqu'en janvier pour 232 infractions sur les paris sportifs, pourrait peser lourd, même si Brentford est avant tout un collectif qui a battu plusieurs gros sans lui l'an dernier (avec les Français Mbeumo et Wissa en buteurs).

L'international néerlandais Mark Flekken, l'un des tout meilleurs portiers de la BuLi l'an passé, devient le numéro 1 après le départ surprise (en prêt) de Raya. On apercevra peut-être Romeo Beckham, fils de, qui sera aligné en équipe B (la "development squad").

 

West Ham, le club le plus à droite du foot anglais (ça donne au Parti conservateur, la vice-présidente, "Baroness" Karren Brady, écrit dans le Sun et siège aux Lords sous l'étiquette Tory), a déçu en PL mais a remporté la Ligue Europa Conférence. Rice est parti et Paqueta a une jambe et demie dehors (vers Man City, pour presque 100 millions).

Si les autres satisfactions de 2022-23 confirment - Benrahma, Aguerd, Bowen... -, si les nouveaux performent (les milieux Álvarez et Ward-Prowse), si les 240 millions des transferts sont bien utilisés, et si l'attaque, famélique l'an passé, se réveille, West Ham peut espérer le top 10, voire plus. OK, ça fait beaucoup de si.

 

Crystal Palace essaiera (enfin) d'entrer dans le top 10, avec toujours Roy Hodgson à la baguette. Une certitude : ce bon Roy n'était pas dans les manifs contre la réforme des retraites (76 ans, 48e saison comme manager). Notons l'arrivée, de Bournemouth, du défenseur international colombien Jefferson Lerma. Conserver Eze, Cheick Doucouré et Olise sera la priorité, mais cela semble compromis pour ce dernier, annoncé à Chelsea (il sera indisponible jusqu'à la mi-septembre).

Un mot sur Wilfried Zaha, exilé à Galatasaray à 30 ans. Après vingt saisons chez les Eagles(458 matches pros, 90 buts et 76 passes décisives), l'attaquant-ailier gauche anglo-ivoirien, qui a grandi à l'ombre de Selhurst Park, a rejeté un lucratif contrat de quatre ans (200.000 livres par semaine) et d'autres offres mirobolantes. À Istanbul, il a enfin réalisé son rêve de disputer la Ligue des champions. Une fresque "Zaha, Oh Yes" vient d'être inaugurée en face du stade.

 

 

Les promus

 

Comme d'hab, les bookmakers donnent les p'tits nouveaux archifavoris pour la descente (Burnley, Sheffield United et Luton Town), même si le trio de 2022-23 s'est maintenu.

Burnley semble le mieux armé pour se maintenir. Brillamment cornaqués par Vincent Kompany, les Clarets ont engrangé 101 points l'an passé en offrant un jeu de possession offensif. Après presque dix ans de régime Sean Dyche, ça leur a fait tout drôle, aux fidèles de Turf Moor, de voir enfin du football.

Fini le recrutement de tiges et autres atteints du syndrome de l'homme raide, on a fait signer du fluide devant, notamment les remuants Nathan Redmond et Zeki Amdouni. Les milieux Sander Berge et Josh Cullen, un paquet de milieux offensifs/d'ailiers frissons (Benson, Guðmundsson, Zaroury, Bruun Larsen, Koleosho, Odobert..., les trois premiers étaient de la montée en PL) et Lyle Foster en pointe, devraient également compter parmi les joueurs clés.

On aimerait aussi savoir ce qu'ils fument à Burnley, ils ont continué à annoncer leurs recrues dans ce style (ça avait démarré en 2022 avec Weghorst) :

 

 

Fun fact pour vos dîners dans la Haute : le roi Charles III, qui s'est récemment gratté une petite augmentation de ses émoluments gracieusement payés par le contribuable (+45%, 125 millions l'année), est un grand fan des Clarets.

 

Sheffield United. Les Blades appartiennent à un prince saoudien mais, pas de bol pour eux, Prince Abdullah bin Musaid Al Saud est fauché, ou radin (ou secrètement supp de Wednesday). Grosse gueule de bois financière depuis la descente de PL en 2021, malgré les généreux parachute payments. Les comptes exsangues, ainsi que des dettes footballistiques non honorées, ont entraîné une interdiction de transfert de janvier à fin avril.

United s'est séparé de ses deux meilleurs éléments, Iliman Ndiaye et l'international norvégien Sander Berge, et le club a été mis en vente, pour environ 170 millions. Un "milliardaire" nigérian, Dozy Mmobuosi, s'est pointé mais les limiers de Hindenburg Research l'ont immédiatement snifé comme d'obédience kachkarienne, résumant sa boîte (Tingo Group Inc.) ainsi : "Une arnaque exceptionnellement flagrante s'appuyant sur des comptes totalement magouillés."

Le manager, l'ex-plombier Paul Heckingbottom, comptera sur une défense chevronnée (Basham, Egan et Baldock étaient de la superbe neuvième place PL en 2019-20), sur les deux nouveaux milieux Vinícius Souza et Gustavo Hamer, ainsi que sur l'attaquant bad boy écossais Oli McBurnie.

Pour Luton Town, lire "Premier League 2023/24 : le bon et le truand".

 

Danger Zone

 

À Everton, c'est morosité à tous les étages. Dans l'élite depuis 1954, mais secoué par les crises successives (leur nouveau stade en construction expliquant aussi les difficultés financières). Vu l'état des finances et la menace de sanctions concernant un possible non-respect des règles du fair-play financier, même un maintien ric-rac serait le bienvenu.

On prie localement pour que l'attaquant Dominic Calvert-Lewin squatte moins l'infirmerie et retrouve son mojo. Notons les signatures du toujours jeune Ashley Young (38 ans, Aston Villa, gratuit) et devant du prospect Youssef Chermiti (Sporting, 13 millions). Va falloir recruter malin d'ici la fin du mercato, à commencer par un buteur. À moins que Neal Maupay, qui en est à 29 matches sans but, explose d'ici là et ferme la bouche de ses nombreux détracteurs. Donc, faut recruter.

 

Bournemouth, réénergisé depuis la mise sous pavillon US, qui compte Lorient comme club satellite, à la grande joie des supps Merlus. Arrivée sur le banc du coté Andoni Iraola, adepte d'un pressing haut qui a excellé au Rayo Vallecano où il était connu comme le "maître du chaos organisé". Quelques nouveaux intéressants, dont Justin Kluivert, Hamed Traoré et les pépites Milos Kerkez et Alex Scott (lire "Premier League 2023/24 : nouvelles têtes").

 

À Fulham, malgré la belle dixième place et les ambitions du club, on n'est que moyennement serein. Forcing des Saoudiens pour piller les joyaux du club, à savoir le trio Marco Silva (manager), Willian et Mitrovic - ces deux derniers toujours en ballotage défavorable pour rester. Raúl Jiménez a débarqué (de Wolves), mais depuis son grave traumatisme crânien de fin 2020, l'avant-centre mexicain est loin de son rendement d'antan (aucun but sur les 24 derniers matches PL). Garder le talentueux milieu défensif João Palhinha sera primordial (actuellement indisponible, épaule).

 

À Nottingham Forest, shopping sobre après la fièvre acheteuse de l'été 2022. Arrivée du duo offensif Anthony Elanga et Chris Wood pour 30 millions. La priorité sera de conserver les cracks, dont le convoité milieu Morgan Gibbs-White, récent Champion d'Europe avec les U21 anglais. Démarrage corsé : quatre des six premiers matches sont contre des gros (Arsenal, Man United, Chelsea, Man City), et à l'extérieur.

 

Wolverhampton Wanderers est managé depuis huit jours par Gary O'Neil, le sauveur de Bournemouth la saison dernière. Avec seulement 31 buts l'an passé, le possible retour devant du géant autrichien Sasa Kalajdzic serait le bienvenu. Il faut donc recruter. Problème : on vit (difficilement) la fin de l'abondance à Wolves. Jorge Mendes est dégoûté et Julen Lopetegui a claqué la porte.

Mais les instances approuvent cet élan d'austérité, lesquelles ont rappelé au club les règles du fair-play financier (Wolves est très en retard sur les temps de passage dans l'actuel cycle triennial et devra afficher un bénéfice en fin de saison). Le club paye cash ses dispendieux errements et sa Mendes-dépendance, avec par exemple au moins 80 millions claqués sur des flops ou déceptions rien que sur 2022-23.

Heureusement, les bons ne coûtent pas forcément une blinde : seulement 13 millions lâchés l'hiver dernier sur les belles satisfactions Dawson et Lemina. Les ventes approchant les 100 millions (dont la moitié pour Ruben Neves, Al-Hilal), et le départ de salaires conséquents (Jiménez, Moutinho, Coady, Adama Traoré, Diego Costa), ont assaini les finances et permis de régler sereinement l'obligation d'achat sur l'attaquant Matheus Cunha (44 millions, prêté depuis Noël par l'Atlético Madrid).

 

Mes pronostics

1 : Arsenal

2 : Man City

3 : Liverpool

4 : Man United

5 : Newcastle

6 : Chelsea

7 : Tottenham

8 : Brighton

9 : Aston Villa

10 : West Ham

11 : Brentford

12 : Bournemouth

13 : Crystal Palace

14 : Fulham

15 : Burnley

16 : Nottingham Forest

17 : Everton

18 : Wolves

19 : Luton Town

20 : Sheffield United

 

AVANT-PREMIÈRE LEAGUE

La grande présentation

Nouvelles têtes

Le bon et le truand

 

Réactions

  • Mangeur Vasqué le 21/08/2023 à 13h05
    Perdre Timber contre Forest en tout cas, c’est ballot...

    Gros + 1 pour Trossard.

La revue des Cahiers du football