En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

En OL de boudin

Qui mieux que Jean-Patrick Sacdefiel pouvait rendre "hommage" au sixième titre de l'Olympique lyonnais?

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 23 Avr 2007

 

 

Quelle ambiance, mes aïeux... Quel sacre, quel vent de folie! Je crois que je conserverai longtemps cette une du journal L'Équipe du dimanche 22 avril, qui marque le sixième titre de l'Olympique lyonnais. La photo qui l'orne en dit en effet plus long que le discours que semble s'apprêter à faire, sur l'image, un Gérard Houllier brandissant une flûte de ce que l'on devine être du Champagne – mais qui doit s'être transformé en vinaigre s'il y a déjà trempé les lèvres. En tout cas, cette coupe dorée n'est pas la coupe de la Ligue, les Girondins ayant épargné aux Lyonnais cet excès de fausse gloire.



lequipe_oltitre.jpg
 

La scène se déroule au sous-sol d'un hôtel Mercure de la périphérie auxerroise... C'est donc dans ce décor féerique, protégé des sifflets de son propre public, que l'OL a laborieusement tâché de célébrer son abonnement au championnat de France.

 

Si le "sixième ciel" est de placoplâtre et constellé de néons, c'est à désespérer du nirvana. Sous les sprinklers, dont les détecteurs de chaleur ne risquaient pas de s'affoler (à moins d'être aussi sensibles que les naseaux de Baros), les transports de joie n'ont pas suffi à soulever de leurs chaises trois des cinq joueurs présents dans le cadre, les jambes probablement coupées par l'euphorie.



Gagner sans jouer

Les Lyonnais ont logiquement eu plus de mal à simuler le bonheur qu'ils n'en eurent, le lendemain, à arracher aux ogres ajaïstes un valeureux match 0-0 (leur deuxième de suite, comme pour être encore plus dignes de notre compétition domestique). L'exercice rivalise d'ailleurs de fausseté avec celui des observateurs, qui doivent rendre au champion un hommage tout aussi obligé. "Ils ont gagné sans jouer", remarquent ceux-ci – qui ne croient pas si bien dire.

 

Dans un championnat à deux vitesses (le point mort et la marche arrière), l'OL n'avait que lui-même pour principal adversaire. Redoutable, à en juger à l'équipe des matches retour. Juninho s'est mis à tirer les coups francs comme mon beau frère et Cris à montrer la nervosité de ma sœur, tandis que Gérard Houllier semblait transmettre à son groupe sa légendaire joie de vivre, formant désormais avec Bernard Lacombe et Jean-Michel Aulas le plus formidable trio de joyeux drilles depuis Pierre Messmer, Edgar Faure et Michel Debré dans le gouvernement Pompidou. Avec la même capacité à s'entredéchirer.

 

Alors pour cacher la misère, on se rengorge de soi-disant records, comme cette première "dans les grands championnats" que constituerait ce sextuplé. Piteux ménestrels, navrants chroniqueurs! Que du haut des nuées écossaises s'abatte sur vous la foudre vengeresse des Highlands, vous grillant sur place, pauvres volatiles à plumes courtes qui croyez que nos misérables stades peuvent rivaliser en "grandeur" avec Ibrox ou Celtic Park.

 

Le mot de la fin revient à Tartuffe 1er, roi de céans: "Ce soir, Lyon est entré dans la légende du football français", s'est esbaudi le baudet Thiriez... Qui n'a pas compris que c'était la légende qui était sortie du football français, il y a belle lurette.

 

Réactions

  • Björn Björk le 23/04/2007 à 01h45
    Sixième ciel, c'est tellement révélateur de la sensation du spectateur de s'arrêter juste avant le septième, la frustration pleine et totale de l'absence de jouissance finale.

  • New Zorro le 23/04/2007 à 06h15
    Primo, bravo a Lyon qui devient de plus en plus impopulaire victime de son succes - Est-ce un mal bien français de critiquer nos grands champions? Bah oui comme Mauresmo, Sarkosy etc...

    Et puis sixième, ça rappelle le Sixième sens, le film de Night Shyamalan, avec le petit garçon qui voit des morts partout. C'est mauvais signe.

    Vivement 7 en fait. Comme les 7 mercenaires, les 7 nains, les 7 jours de la semaine, les 7 pechés capitaux, Cantona... Et puis ils auront du pain sur la planche l'année prochaine avec le PSG qui ecrasera tout.

    Tiens, Dieu m'appelle, je dois y aller...

  • OLpeth le 23/04/2007 à 08h11
    C'est pas la faute à Lyon, c'est la faute à cette ligue 1 toute moisie ! Y'a qu'à cloner Aulas et envoyer ses doubles gérer le PSG et l'OM et on aura un championnat intéressant avec un champion qui aura dû lutter plus pour avoir le titre. Plus d'adversité ne pourrait que faire du bien à l'OL...

  • Davy Crocket le 23/04/2007 à 09h17
    OLperth, nous avons la première réaction de Sarkosy à ta théorie du clonage de Monsieur Aulas, je te la livre sans tarder :
    "Devient-on un grand Président ? Ou nait-on grand Président ?
    Je pense pour ma part que la part d'inné est immense !"

    Oui, c'est dégeulasse ! Ça veut dire que Diouf ne sera jamais un grand Président si on le suit. On voit bien que ça tient pas debout.

  • Le_footix le 23/04/2007 à 10h04
    Mr Sacdefiel se trompe lourdement, la Légende est bel et bien là, elle est même de retour en Ligue 1.

  • K14 le 23/04/2007 à 10h49
    C'est très méchant pour Edgar Faure, qui était, à tous les sens du terme, un vrai rigolo. Aulas, il fait plutôt penser à Jean Lecanuet, le Kennedy français. On a les Kennedy qu'on peut...

  • davidoff le 23/04/2007 à 11h38
    d'te façon l'OL c'est fini


    mouarf

  • eskimo le 23/04/2007 à 12h27
    New Zorro
    lundi 23 avril 2007 - 06h15
    Primo, bravo a Lyon qui devient de plus en plus impopulaire victime de son succes - Est-ce un mal bien français de critiquer nos grands champions? Bah oui comme Mauresmo, Sarkosy etc...

    -------------------
    mouarf idefix est un bien français

    Bon sinon sur cette incapacité du public à s'enflammer face à qqun qui gagne tout ca me rappelle un book que je suis en train de relire de Caillos "les jeux et les hommes"

  • Bennis Der Crampes le 23/04/2007 à 12h50
    Marrant de voir que l'envers du championnat a été plus colorées et stimulante que l'insipide parcours de l'OL. (sans remettre en cause leur performance)

  • braz_pitt le 23/04/2007 à 13h07
    ben je dis sincèrement bravo l'Ol.

    Si les 6 années qui viennent le stade rennais pouvait faire pareil, je me moquerait pas mal des gens qui critiquent.

    Mais bravo aussi pour l'article ;)