En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

La Gazette, numéro 18

Pinault et Ruello veulent-ils Suaudeau, et celui-ci sera-t-il de meilleure humeur que jadis? Lyon et Paris vont-ils perdre le championnat en Ligue des champions? Où reste-t-il des endroits pour coller de la pub?
Auteur : La chronique défloquée de l'actualité du ballon le 14 Nov 2000

 

Coco chez Pinault?
A en croire certaines informations (Sportal 30/10, France Football 03/11), le nouveau président du Stade Rennais, René Ruello (qui ne s'est jusqu'à présent fait remarquer que pour son stupide appel au lynchage contre Gallardo), aurait été mandaté par François Pinault pour convaincre Coco Suaudeau de reprendre la direction sportive du club breton, Paul Le Guen se voyant offrir une place dans le staff ou un départ aidé. La saison jusque-là médiocre des Rennais, aggravée par de tristes prestations à domicile, doit impatienter l'actionnaire majoritaire qui avait déjà dû s'asseoir la saison passée sur ses ambitions et ses espoirs de retour rapide sur investissement.
Après un recrutement plus spectaculaire sur le plan financier que sportif, Pinault, qui ne fait jamais dans la dentelle (sauf pour échapper au fisc), se fait chasseur de tête et veut se constituer un staff haut de gamme, quitte à remettre au turbin un valeureux retraité. Pour cela, rien de tel que la carotte. Toujours selon l'article de FF, 10MF auraient été promis au futur entraîneur si Rennes termine dans les trois premiers, et 6MF quel que soit son classement... Pinault est moins généreux avec les caissières de Conforama ou de la Fnac. Il faudra bien ça pour décider Suaudeau, surnommé Tergiversator et qui n'a pas forcément envie de retrouver une pression qu'il adore certainement, mais qui lui a déjà beaucoup coûté.
Si cette solution ne marche pas, les dirigeants rennais auront fragilisé leur actuel staff, qui va se penser en sursis, sans disposer de solution de rechange immédiate. Le marché des cadres techniques ne présente pas une offre très fournie, et Marseille y prospecte déjà dans tous les coins...
Ceci dit, le retour du bougon en chef aurait de quoi animer le championnat. On verrait à nouveau des journalistes se faire corriger à la première question stupide (c'est-à-dire à la première question), on entendrait des aphorismes vachards de philosophe énervé et quelques vérités bien senties sur le microcosme. Le plus mauvais caractère du foot français (et pas le plus modeste), voilà qui changerait en tout cas des trop lisses Perrin, Bergeroo ou Santini.

La Ligue des champions au risque de tout perdre
La Ligue des champions a donc pondu sa deuxième série de poules, et chacun aura eu le loisir de commenter le tirage au sort et les chances qu'il laisse à nos deux représentants. En cette saison où de nombreux observateurs guettent les défaillances annoncées de notre football, le passage en quarts de finale de Lyon ou Paris ferait figure de victoire. L'indicateur des parcours européens des engagés français (en LdC et Coupe de l'UEFA) vaut ce qu'il vaut, mais il faut admettre qu'il sanctionne chaque saison continentale par de beaux souvenirs, ou par l'absence de ceux-ci.
A priori, les effectifs de Lyon et Paris semblent suffisamment étoffés et doués pour affronter telle épreuve, à ceci près que les deux formations manquent certainement de l'expérience si précieuse pour éviter les pièges ou pour mieux les tendre. Surtout, dans le championnat, elles n'ont pas montré une nette domination technique ni accumulé un capital points très conséquent. A mi-parcours, le podium qu'elles visent en fin d'exercice est très loin d'être acquis, et nécessitera de toute évidence des efforts considérables. Cette absence de marge dans la compétition nationale risque de démultiplier les conséquences de leur participation au second round européen. On se rappelle ce que la LdC a coûté à Monaco, Bordeaux ou Marseille en termes de rendement dans le championnat.
Certes, l'OL et le PSG 200/01 paraissent mieux armés que leurs prédécesseurs, mais leur position fragile après quinze journée et leurs minces assurances dans la maîtrise du jeu laissent à penser que le championnat leur échappera très vite au moindre relâchement. Or, la LdC est grande consommatrice d'énergie physique et mentale. L'importance qu'elle prend aux yeux des joueurs, l'impossibilité de faire des impasses dans son calendrier, le risque de se faire cartonner devant tout le monde sont autant de raisons légitimes de s'y consacrer à cent pour cent. Le Paris de Bergeroo a déjà montré sa capacité à se déconcentrer totalement après son trop large succès contre Rosenborg, alors que les rendez-vous déjà pris pour la suite seront d'une autre intensité...
Dans ces conditions, le risque est grand de payer en championnat des efforts en Ligue des champions qui ne seront peut-être faiblement récompensés. La gestion des effectifs et des échéances relèvera pour ces deux clubs de la plus haute complexité. On leur souhaite bonne chance dans cet exercice d'équilibrisme, en espérant surtout que ces équipes démentiront les propos pessimistes de leurs dirigeants sur le niveau du foot français, et viendront se mêler à la symphonie (un peu lourdingue) de l'élite européenne.
A ce sujet, Jean-Michel Aulas nous surprend toujours par ses contradictions. Autant il peut être prétentieux quand il parle de son "projet d'entreprise" pour l'OL, autant il se montre timoré pour fixer des objectifs sportifs. Il en rajoute dans l'humilité en commentant le tirage au sort, espérant "créer la surprise" (la surprise ne serait pourtant pas si grande selon nous), "puisque nous ne serons pas favoris au Bayern ni à Arsenal ni même à Moscou". Allons, Jean-Michel, le Spartak est à la portée de Lyon, et le Bayern ne s'est pas montré irrésistible face au rival parisien... Un peu de courage et d'ambition, et tout ira bien (mais il faudra peut-être faire jouer Malbranque et Dhorasso, cette fois).

Du football derrière la pub
Après les maillots des joueurs, pourquoi pas ceux des arbitres? La publicité adhère à n'importe quel support, et les arbitres espagnols vont promener dès janvier sur les terrains le logo d'une chaîne de télévision numérique (Reuters 13/11). Les panneaux lumineux, la peinture en trompe-l'œil sur la pelouse, les écrans virtuels, les spots sur écrans géants hurlés par des sonos brailleuses et les sponsors qui recouvrent l'intégralité des tenues, c'est vrai que ça ne suffisait pas. Quel est le romantique invétéré qui a parlé de la contradiction avec l'impartialité et la neutralité du corps arbitral?

Réactions

  • Isaac Newton le 14/11/2000 à 00h00
    Vous avez des idées de pubs à coller aux arbitres ? Moi je dirais 1°) Pampers 2°) Aspirine Upsa 3°) Afflelou

  • zoltar le 14/11/2000 à 00h00
    Mea culpa Champion's league

    Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Etant un peu égocentrique, je reviens sur un message" à froid" aujourd'hui, que je vous avais adressé sur le déclin des clubs français au lendemain des 3 défaites de nos représenatants. Je continue à penser qu'ils ne sont, n'étaient (ASM) pas plus forts que l'OM ou Bordeaux l'an lien
    Mais le niveau lui me parait égal, et finalement une bonne surprise n'est peut-etre pas à exclure.
    Pourquoi, car comme vous l'avez (pas assez) soulevé le championnat français n'est pas le seul à voir émerger des équipes surprises cette année : Atalanta, Udinese, alaves, Hertha, Leicester, Vitesse...

    Les supporters sedanais peuvent se faire plein de nouveaux amis en se moquant des gros budgets.
    Et puis que penser des échecs de l'Inter et surtout de la Juventus et de lien
    Le football est une alchimie complexe à n'en pas douter ou les succès se forgent dans l'humilité.
    On assiste à la fissure de bons nombres d'idées reçues cette année de façon assez criarde, une rubrique sur ce thème serait sympa je crois.
    Quelques exemples, "sans un effectif de 25 joueurs impossible de jouer sur 2 ou 3 tableaux" où est la preuve en Europe ?
    Les grandes équipes des années 90 jouaient avec 14 à 16 joueurs titulaires pas plus et ont out gagné le Milan AC Ajax Juve lien
    Les nouveaux "entrants" ou compétiteurs comme la Lazio, Barcelone, Inter, Bayern jouent placés mais pas gagants
    Quelle morale en tirer ? Le système tactique qui garantit à lui seul la pérennité des résultats est un mythe. Il est une composante necessaire mais non suffisante, au même titre que le talent pur des leaders, que l'expérience, que l'ambiance au sein de l'équipe...

    Le niveau se resserre en France, c'est vrai, s'affaiblit je le crois un peu aussi, mais que doivent penser les Italiens qui ont encore 2 représentants au second tour cette année pas lien
    Le niveau se ressserre partout :
    entre la D2 et la D1, entre l'Italie et la France, entre L'angleterre et l'Espagne, entre l'Asie et l'Europe entre la Colombie et le Brésil...

    Les grandes équipes actuelles ont le triomphe modeste car leur avance est mince comme une feuille de match:

    France -Italie

    MU Bayern

    Juve Lazio...

    Cette démonstration très discutable est au moins contredite en partie par 2 équipes: l'équipe de France et le Réal (large efectif de grande qualité)
    Mais l'ambiance y semble être excellente en EDF, comme à Sedan ou à Bordeaux, tant qu'au REAL leur expérience est lien
    PS : Roche pour remplacer Blanc en EDF ?
    Je plaisantais il trop vieux comme Angloma à la veille de l'Euro d'aileurs ! je plaisantais encore.

  • snake le 14/11/2000 à 00h00
    Je voudrais parler de la pub sur les maillots des arbitres. Meme si le procédé est discutable, vous avez oublié de dire que l'argent récolté servirait à professionaliser l'arbitrage espagnol, ce qui plutot une bonne lien
    P.S:11 français parmi les 50 meilleurs joueurs evoluant en Europe, on est vraiment les meilleurs. En revanche, je me demande encore ce que fait Deschamps dans ce classement.
    Merci

  • Brouche le 14/11/2000 à 00h00
    Juste en passant,je connais un endroit
    footbalistique encore vièrge de pubs;
    c'est un site internet plutôt pertinent
    qui se nomme les CDF. A quand Pinault comme sponsor les amis? Vous auriez tout plein de brouzoufs pour partir au soleil
    sur un yacht et vous pourriez emmener
    plein de jolies filles,du champagne et,
    au hasard, lien
    Bonne continuation. A+

  • bob le 15/11/2000 à 00h00
    Félicitations pour votre clairvoyance.
    Et juste un petit rappel pour signaler que lors d'une précédente manifestation, je m'étais fait traiter de rebelle et ré lien
    Car, n'en déplaisent à certains, Non, le football n'est pas le centre du monde, Et, qu'est ce qu'un petit club ?
    Il serait plus respectueux de dire un club à petit budget!

    A +

  • robertestvivant le 15/11/2000 à 00h00
    Aulas ne manque pas vraiment de réalisme au moment de démarrer le 2è tour de la LDC. Arsenal et le Bayern à domicile, c'est plutôt solide (même si le PSG aurait pu faire quelque chose là-bas, le Bayern a gagné sans bien jouer ce jour là). Le Spartak à Moscou par -25°, ce n'est pas non plus du gateau. Lyon n'est pas favori lors de ces 3 déplacements, surtout sans Laville et sans n°10.
    En revanche, il est certain qu'à Lyon, les discours d'avant-match et même d'avant-saison ne sont pas bons. Chaque année, l'OL vise une place européenne alors que le budget et l'effectif devraient lui permettre de viser un titre. Il ne faut pas s'étonner que l'OL n'ait plus rien gagné depuis 1973.

    A force de viser des 3èmes places et des demi-finales de coupes, à force de s'enlever une pression nécessaire en souhaitant "créer la surprise", les joueurs sont forcément moins ambitieux et moins confiants lors des matchs décisifs. Les couacs de Bologne, Maribor, Brême, Nantes et Bastia sont à ce propos édifiants. L'an dernier, tout le monde voyait l'OL champion avant le début du Championnat, qui a démarré par une défaite contre Montpellier à domicile et la "blague" de Maribor, pour finir sur une 3ème place arrachée lors du dernier lien
    La culture de la victoire n'est pas toujours innée et n'est pas systématiquement ancrée dans l'histoire du Club, comme à la Juve ou au Real. Elle doit être inculquée par le président, comme l'ont démontré à leur époque Tapie, Bez ou Borelli, ou par l'entraineur, comme l'ont prouvé Jacquet, Hidalgo, Suaudeau, Roux ou lien
    A Lyon, cette année, Santini nous gratifie d'allocutions impressionnantes de maitrise et de clairvoyance, comme lorqu'il a annoncé avant le match contre l'Olympiakos que l'OL avait 1% de chances de passer. C'est trop lourd pour être du bluff. Et je passe sur ses crises ridicules sur le banc de touche qui ne font qu'enerver les arbitres, phénomène amplifié par Aulas qui en rajoute systématiquement une couche dans ses déclarations d'après match. Faut-il s'étonner de voir l'OL finir un match une fois sur deux à 10?

    En résumé, à mon avis, pour les titres, les supporters devront encore s'armer de patience du côté de Gerland. A moins que certaines changements interviennent d'ici à la fin de la saison ...

  • Il principino le 15/11/2000 à 00h00
    A mon humble avis, Lyon et le PSG peuvent se qualifier s'ils ne commettent pas les erreurs de Bordeaux et del'OM l'année dernière: partir perdant et fêter une victoire 1-0 contre MU ou Chelsea comme s'ils avaient remporté l'Intercontinale de 1966 contre le Santos de Pelé. Le Milan AC est prenable tant sa défense est une passoire dans le calcio: évidemment devant et au milieu c'est une autre paire de manche, surtout les couloirs.

    Le Depor me semble plus sérieux et dangereux; ils ne font pas réver mais ils dominent la Liga. Quand à Galatasaray, c'est une équipe largement surestimée capable de se prendre des vestes à l'extérieur. Le groupe de Lyon est un peu plus délicat. Arsenal paraît imprenable encore que... Cette équipe manie très bien le contre mais me semble assez maladroite quand il s'agit de prendre le jeu à son compte se fiant uniquement à des exploits individuels.

    Sans Effemberg -formidable milieu largement sous-estimé-le Bayern semble un cran en dessous par rapport à l'année dernière. Evidemmment, s'il récupère assez tôt son capitaine... Le Spartak me semble très coriace, mais ils souffriront de l'hiver et dumanque de copétition. Pourquoi ne pas prendre exemble sur le FC Porto de l'année dernière qui parvenu en 1/4 et aurait largement mérité de passer le tour avec un budget bien moindre que le PSG et Bordeaux même en tenant compte des charges sociales? Le championnat de France n'est pas inférieur au championnat allemand ou à la premier league excepté MU et Arsenal.

    Dernier truc, à ceux qui parlent espagnol-ou qui ont quelque notions comme moi- et qui ont le câble ou le satellite. A la place de regarder l'équipe du Dimanche et sa succession absurde de buts - Dieu que l'adage plus il y a de but, mieux c'est est con- regardez Estudio estadio sur TVEI, très bonne émission ou j'ai halluciné sur le niveau de la D2 locale.

  • El Peigne le 15/11/2000 à 00h00
    Oui et attention à Kuzbut Footballütz, émission mensuelle sur la D2 turque, le niveau est vraiment dément :))
    Oui le PSG et Lyon ont théoriquement le niveau pour passer mais comment prédire leur état de forme et celle de leurs adversaires en avril quand l'essentiel se déroulera ?
    On peut prévoir que le Spartak sera handicapé par son calendrier mais pour le Depor, Milan, Galatasaray, Bayern, etc...

    Ne sous estime pas Galatasaray, j'ai longtemps été sceptique à leur sujet mais ils ont aujourd'hui atteint un niveau honorable qui leur permet d'éviter systématiquement les défaites à l'extérieur comme c'était le cas il y a encore quelques anné lien
    Et autre chose avec Chevchenko, le Milan AC dispose du meilleur attaquant du monde et pour moi se pose en favori du groupe du PSG.

  • Il principino le 15/11/2000 à 00h00
    Pour El Peigne

    Pour revenir sur la D2 espagnole, j'ai été impressionné par le niveau technique de nombreux joueurs espagnols. Etant habitué a voir de la D2 française et italienne, j'ai été sidéré par la différence de niveau. Il faut dire aussi que traînent en D2 espagnole cette année les deux Seville et l'Athletico Madrid. Ce qui est choquant est de voir ces joueurs "barrés" leur étant préféré des joueurs étrangers peut-être moins cher et pouvant rapporter gros comme Milosevic ou Catanha. Lorsque l'on connaît les efforts qu'a fait l'Espagne sur la formation, on voit aussi les dégats produits par Bosman au sein des pays exportateurs.
    N'exagerons pas sur Sheva, il n'est pas encore au niveau de Batistuta. Ce dernier a marqué 2 ou 3 buts de moins que l'ukrainien tout en ayant été absent deux mois sur blessure. Regardant souvent le Calcio, je t'assure que la défense du Milan AC à part Maldini est consternante. Chamot et Roque Junior se posent en dignes héritiers du grand Bruno N'Gotty. Quand à Costacurta qui faisait un bon début de saison, il est blessé pour lien
    Les hiérachies ont changé. Le Psg, Leeds ou Lyon peuvent éliminer le Milan, la Lazio ou le Bayern. Voilà pourquoi le discours défaitiste sur les clubs français que je ne supporte même pas est horripilant.

  • niluje le 16/11/2000 à 00h00
    D'accord avec Elm Peigne, Sheva est le meilleur attaquant du monde aujourd'hui, technique rapide puissant efficace, il a tout. Le Milan reste un gros morceau, cf leur performance face au Barca au Camp Nou, ils étaient venu pour faire match nul, ils ont eu 2 occases et ont gagné 2-0 . La Corogne est un autre gros morecau, faut savoir que Pauletta considéré comme un des meilleurs attaquants du championnat francais n'était que remplaçant là- lien
    Ca va être dur, mais j'espère que nos deux clubs vont passer. Sinon, la D2 française a elle aussi atteint un bon niveau, il n'y a qu'à voir le niveau de jeu des promus ces dernières saisons.

La revue des Cahiers du football