Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

PSG : grandes ambitions et dure réalité

Maintenant son grand écart entre son marasme actuel et ses investissements de prestige, le club de la capitale continue de défrayer la chronique. Il poursuit le rachat des joueurs de son propre centre de formation, et Ronaldinho arrive, mais sait-on où?
Auteur : Pierre Martini le 22 Jan 2001

 

Le prix de la formation
En mai dernier, une brève des Cahiers ironisait sur un fait qui n'a été complété que huit mois plus tard:
le centre de formation le plus cher du monde
Si le PSG rachète Anelka (180MF?) et Domi (40MF) après Distin (18MF), ça fera tout de même un gros budget rattrapage des conneries.
Et un très cher centre de formation… On peut aujourd'hui corriger les montants des transferts, et constater le caractère surréaliste de la politique du PSG en la matière, qui paye donc très cher des erreurs passées, sans pour autant s'empêcher d'en commettre de nouvelles. Le cas de Didier Domi est d'ailleurs exemplaire. Alors que le club avait galéré avec quelques-uns des pires latéraux que ce championnat ait connu (Colleter ou Kenedy, sur des durées très différentes, pour ne citer que deux exemples), alors qu'il tenait un jeune joueur formé au club qui, après un rapide apprentissage de la D1 était arrivé à un niveau très prometteur, le PSG l'avait laissé filer sans trop insister, lors d'un de ses traditionnels marasmes hivernaux.
Bien sûr, on peut aussi se réjouir du retour en France d'Anelka et Domi, deux joueurs qui sont encore de grands espoirs français et qui avec Distin ou Edouard Cissé (revenu un an plus tôt) symbolisent l'image que voudrait se donner le club. Plus gênant est le caractère artificiel de la politique publicitaire du PSG et de sa tentative pour restaurer ses liens avec une "banlieue" un peu fétichisée. Une politique qui souffrira du réalisme de ses gestionnaires quand il leur prendra de faire le ménage, ou si des joueurs peu titularisés demandent à partir.
Un autre motif d'incompréhension provient de la nécessité aujourd'hui proclamée de recruter très vite un défenseur central. Au départ pourtant, la présence dans l'effectif de Déhu et Rabesandratana, joueurs de haut niveau, de Distin, espoir sérieux à ce poste, de El Karkouri, qui avait montré de bonnes choses avant de sombrer totalement cette saison, voire de Luccin, capable de descendre d'un cran, laissait croire que l'axe de la défense était solidement pourvu. Faute de recruter Nesta ou Desailly, faut-il aller chercher en Espagne ou ailleurs un anonyme libero?..

Joueur prodige et club prodigue
Revenons sur le spectaculaire recrutement de Ronaldinho, sur lequel nous ironisions dans la dernière Gazette (sur le transfert, pas sur le joueur). On nous a reproché à cette occasion de râler encore au lieu de nous réjouir de l'arrivée d'un tel footballeur sans penser à remercier le PSG au passage. Il faut effectivement saluer le "coup" réussit devant quelques membres éminents de l'élite européenne, pour un coût relativement faible (celui d'un salaire hors-cadre). Mais si on peut être heureux de voir bientôt évoluer dans nos stades une étoile mondiale, il y a de quoi être très inquiet quant aux conditions dans lesquelles elle va évoluer, si son futur club continue d'aligner les revers avec sa constance actuelle. À moins d'espérer que le prodige brésilien soit capable à lui seul de tirer son équipe vers le haut…
L'actionnaire du club place la barre de plus en plus haut, achetant un standing que l'équipe n'assume pas vraiment. Cette saison aurait ainsi dû voir une montée en puissance pour assurer de grandes ambitions, mais elle n'en prend pas le chemin. Car ainsi équipé, le PSG 2001/2002, qui n'est pas assuré d'obtenir une qualification européenne, ne pourra faire autrement que de briller. Un fiasco ne sera pas permis, car il serait vraiment terrible, et il confirmerait celui d'une partie du foot français, celui qui investit lourdement et échoue tout aussi lourdement. Et c'est bien à cette élite française, incapable de convertir sa puissance financière en véritable crédibilité sportive (et grandement responsable de l'effacement de notre représentation au plan européen), que nos foudres habituelles, et nos regrets, sont adressés.

Péniblement qualifié contre Thouars, adversaire que le sort lui désigne avec une étrange régularité en Coupe de France, le PSG de Luis Fernandez, qui a posé ses valises et refait l'organigramme, est placé devant des échéances cruciales, desquelles dépendront les plans tirés un peu prématurément sur la comète. Il lui faudra d'abord retrouver un peu de consistance dans le jeu avant d'entreprendre de sauver sa saison en revenant à hauteur des places européennes, sous peine de se condamner à une énième saison de transition. Ça commence samedi avec la réception de Lens, dans un Parc des Princes qui, lui aussi, s'interroge…

Réactions

  • Isaac le 22/01/2001 à 00h00
    Je ne sais pas si l'arrivée de Ronaldinho est une decision marketing (renouer avec le passé: Valdo, Raï, Leonardo...), un simple geste opportuniste, l'amorce d'un changement de système ou l'anticipation d'un départ. Mais j'espère que Luis Fernandez le sait.

  • apartirdela le 22/01/2001 à 00h00
    Reconnaissons au PSG un handicap de base. La pression rend impossible l'idée de prendre le temps nécesaire pour construire une équipe n'ayant pour seul objectif que justement celui d'être une équipe. Je veux dire pas un tas de joueurs plus ou moins bons jouant ensemble mais bien une équipe. Une fois qu'on la tiens, il devient plus facile d'y incorporer des talents et de revoir les objectifs à la hausse. La saison passée y ressemblait bien.
    Malheureusement, le niveau des clubs français n'étant pas bien superieur à celui de ce PSG de transition, le club s'est retrouvé qualifié pour la champion's league et on connait la suite. Le PSG a encore construit une tour effeil sur un marecage et ce genre de construction, au premier coup de vent, ça tombe!
    A quand des dirigeants compétents au PSG ?

  • pmt le 22/01/2001 à 00h00
    Globalement d'accord sur les errements du PSG entre politique de formation et de starisation, cependant pour une fois on peut saluer l'intelligence stratégique économique. En effet, il me semble qu'ils avaient vendu Domi au prix fort (environ 60 MF) et là, ils le récupèrent "bradé" (25 MF). Ils profitent à bloc des craintes des clubs sur le système des transferts et de la sur-quote puis sous-quote d'un espoir... Pas mal, belle réussite de gestion! Sinon, c'est vrai qu'ils peuvent légitimement s'interroger sur le sens qu'il donne à leur politique sportive. Depuis le départ de Denisot, tous les six mois, ils annoncent une reconstruction sur des bases plus saines... ce qui m'étonne un peu, c'est que je n'avais pas l'impression que Denisot laissait un club dans un tel état et puis, surtout, j'avais l'impression qu'avec Lamarche-Bergeroo ils avaient un ticket gagnant pour une belle reconstruction. Mais il est toujours plus facile de faire porter au prédécesseur ses propres galères... seulement ça ne dure qu'un temps!

  • solo le 22/01/2001 à 00h00
    cher pmt, le psg avait vendu Domi pour environ 32 MF, et ils l'ont racheté au même prix. Donc pour la bonne gestion du PSG, prends un autre exemple STP (Anelka? Distin? Madar?)

  • Il principino le 22/01/2001 à 00h00
    Pour gérer un effectif comme celui du PSG, il faut un entraîneur capable de gérer ce genre de vestiaire et un projet cohérent à long terme. Je ne suis pas certain que Bergeroo et Fernandez soient dans cette catégorie d'entraîneur-manager.

  • leplan le 22/01/2001 à 00h00
    Ca y est, vous vous demasquez enfin, suppots marseillais!


    Plus serieusement, je voulais juste dire tout le mal que je pense de Okocha. Cela fait 3 ans maintenant que le PSG doit subir ce meneur de jeu inexistant. Je sais qu'on ne remplace pas facilement un joueur de la trempe de Rai, mais pourquoi tant de patience envers le tigre de papier qui officie en tant que meneur de lien

    Sinon, je ne suis pas sur que la nouvelle orientation du PSG soit aussi casse nez que vous le pretendez. Cela pour deux raisons:


    - Je ne connais pas les Domi, Mendy, distin etc personnellement, mais je pense que ce sont des jeunes qui bossent pour reussir, de la meme facon qu'Anelka, n'en deplaisent aux mauvaises langues. L'image "banlieue" a laquelle vous faite reference, c'est quoi exactement ? Paris, c'est je crois 5 millions d'habitants, et 14 avec la banlieue. Il est aise de comprendre que la plupart des footballeurs parisiens sont des banlieusards (il est presque impossible de jouer au foot a Paris). Il serait suicidaire que le PSG soit un club avec des joueurs formes dans Paris intra muros, non? Apres, j'ose esperer que par banlieue vous n'entendez pas les eternels cliches brandis par certains politiciens extremistes. Il y a des gens de qualite en banlieue parisienne, autant se donner les moyens d'en profiter! C'est ce que fait le PSG depuis quelques saisons grace aux systeme de clubs filleuls...


    - Surtout, il semble que depuis quelques annees, Paris ait appris a vendre et a acheter les joueurs, ou en tous cas a limiter la casse. Auparavant, la plupart des stars etaient bradees a l'etranger. Depuis Leonardo, ce n'est plus vraiment le cas. On en arrive meme a faire quelques 'affaires', comme ronaldinho. Et c'est je crois essentiel. On a le droit de se planter lors d'un recrutement, ou de ceder aux desirs d'un joueur qui veut etre transferer, c'est un des aspects de la glorieuse incertitude du sport. Mais ce qui est embetant, c'est lorsque ces transferts penalisent financierement le club. Je crois qu'heureusement, a Paris, ce n'est plus le lien

    Et cela, malgre les problemes traditionnels du PSG et un flou a court terme effarant, me rend quand meme tres confiant en l'avenir de ce club.

  • niico le 22/01/2001 à 00h00
    Je suis tout à fait, mais alors tout à fait d'accord avec cet article.
    Il faut dire que Paris,c'est vraiment magique!!!!
    Vendre Anelka 5MF à Arsenal puis le récupérer (après une saison au real en demi-teinte) au prix (exorbitant) de 220MF!!!!!!!!
    Et dire que les attaquants francais en pleine bourre partent pour la moitié (cf Trézeguet à la juve et Wiltord à Arsenal pour 130MF).

    Les dirigeants parisiens ,comme ceux de marseille ou monaco,donnent l'impression de jouer au jeu L'Entraîneur3!!!
    Ils pensent que l'équipe la plus chère est toujours la meilleure.
    Ils n'ont toujours pas remarqué le grand Inter de Milan qui,avec une ribambelle de stars,joue le maintien!!!!!!
    Par ailleurs,il faut ajouter que ronaldinho ,du haut de ses 20 ans,n'est encore qu'un espoir et qu'il a encore tout à prouver!!!!
    A lui de supporter la lien
    Quant à une comparaison avec le parcours du véritable ronaldo,je tiens a préciser qu'il est arrivé à Eindoven comme un inconnu et s'est alors forgé cette réputation que l'on connais tous.
    Enfin, il faut aussi savoir que bon nombre de Brésiliens n'ont pu s'acclimater aux championnats européens; le dernier en date est le plus grand attaquant du brésil (d'après un grand connaisseur de foot qu'est Raï) et rennais Lucas mais qui est la plupart du temps médiocre.
    Alors SVP il ne faut pas s'enthousiasmer trop vite sur le cas Ronaldinho.
    Qui vivra verra dit le proverbe!

  • ilsefoot2nou le 22/01/2001 à 00h00
    N'importe quoi! Pour faire une grande équipe, il faut de grands joueurs, et Paris fait tout pour essayer. Le Barça a "gaché" combien de joueurs? et le Réal,et les Milan etc..? Quand on se balade dans les équipes des championnats européens on peut constater un nombre incalculable d'anciens joueurs du PSG. Mais comme tous les grands clubs il y a des risques et du gachi. Il est évident que Troyes, Sedan, Guingamp et autres petits clubs ne prennent pas de risques, ils vont végéter pendant 10, 20 voir 30 ans, jusqu'à trouver une formuile magique où tous les joueurs se tireront en fin de saison pour monnayer leur talent au PSG, Lyon, Marseille, Bordeau... Désolé mais d'autres stars viendront casser leurs ailes au PSG et aucune chez les Sedanais, Troyens... Et je le dis sans mépris, mais c'est la dure réalité du foot business. Quand Distin de Gueugnon vient au PSG on se pose autant de problèmes que lorsque Okocha vient pour 1 MF, voir anelka pour 220MF. Croyez moi mettez une "petite" équipe au Parc avec des bons résultats et vous avez 25000 spectateurs de moyenne et des produits dérivés au bord de la faillite. A l'inverse une équipe de "stars" au millieu du classement c'est 40000 spectateurs assurés avec un CA colossal pour les produits dérivés. Alors?...

  • Isaac le 23/01/2001 à 00h00
    De toute manière ça parait impossible de gagner avec une grosse équipe en ce moment. Plus tu ajoutes des stars (Inter, Monaco :) plus ça foire.

  • Seb le 23/01/2001 à 00h00
    Tout est question de priorités ilsefootdenou. Tu sembles accorder beaucoup plus d'importance aux ventes de maillots qu'au niveau de jeu de ton équipe: de la part d'un dirigeant je trouve déjà ça limite mais de la part d'un supporter je comprends vraiment pas!

    D'autre part, je pense que tu te trompes quand tu dis qu'une "petite" équipe de Paris ne ferait pas venir de monde. Les gens suivent toujours une équipe qui a de bons résultats quelle que soit la renommée des joueurs qui la composent (nous mettrons bien entendu de côté Monaco qui est vraiment un cas à part).

La revue des Cahiers du football