Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

L'exclusion temporaire est-elle une (fausse) bonne idée ?

Minichronique - Le Board autorise l'expérimentation du "carton blanc", avec de bonnes intentions mais des conséquences encore une fois mal mesurées. 

Auteur : Jérôme Latta le 5 Dec 2023

 

La minichronique pose une question, elle n'y répond pas toujours et, à la fin, elle en pose une autre.

* * *

L'adoption à la hussarde de l'arbitrage vidéo, en 2018, a libéré une vague inédite de réécriture des lois du jeu, principalement afin de les adapter à la VAR en espérant (vainement) les "clarifier" ou les "simplifier". Cette vague de réformes a aussi favorisé l'adoption (sans plus de débat) de la refonte du temps additionnel et des cinq remplacements.

Ainsi l'Ifab vient-il de ressortir de ses cartons... le "carton blanc", exclusion temporaire de dix minutes, en autorisant son expérimentation [1]. L'enfer des fausses bonnes idées étant toujours pavé de bonnes intentions, celle-ci en est-elle une ?

 

 

Les intentions sont louables puisqu'il s'agirait de s'attaquer aux "protestations à l'encontre de l'arbitre" et aux "claires fautes tactiques". Cette plaie n'est pas nouvelle, et il faut rappeler que les réformes post-Mondiale 1990, marqué par les actes d'antijeu, avaient inclus la très bénéfique systématisation des cartons jaunes à leur encontre.

S'agissant "d'améliorer le comportement des joueurs", dixit l'Ifab pour justifier sa décision, on ne répétera jamais assez que le problème est culturel dans un sport qui tolère les contestations plus que tout autre et a fait du "réarbitrage" un fonds de commerce. Cet objectif était aussi celui de la VAR, pour le résultat inverse.

L'idée, également promue, de ne permettre qu'au capitaine de s'adresser à l'arbitre ne s'attaque elle aussi qu'aux symptômes. Quant à la sanction de l'antijeu, les avertissements n'y suffiraient plus ?

Les cartons jaunes ne seraient plus assez sévères, et les rouges trop. D'où le retour de cette vieille idée, de bon sens, qu'une sanction intermédiaire introduirait plus de souplesse et de justesse dans l'arbitrage, renforcerait l'autorité de l'homme ou la femme au sifflet.

Problème : avec un troisième niveau de sanction, on introduirait aussi une nouvelle responsabilité pour les arbitres, c'est-à-dire une nouvelle zone d'interprétation et donc un angle supplémentaire pour contester leurs décisions, de les comparer entre elles et d'alimenter leur procès. Non plus "Jaune ou rouge ?", mais "Jaune, blanc ou rouge ?"

Passons sur cette énième inspiration nord-américaine pour souligner que cette mesure s'inscrit encore dans la quête illusoire d'une "justice" absolue de l'arbitrage, ignorant que sa fonction première est que le jeu se poursuive - avec autant d'équité que possible, mais avec son lot d'injustices perçues.

Une exclusion de dix minutes aurait aussi pour effet de perturber les équilibres du jeu et la continuité du match, pas forcément en le rendant plus ouvert ni à l'avantage de l'équipe en supériorité numérique - même si cet ajout de désordre peut relever d'une volonté d'ajouter artificiellement un élément de "spectacle" (à l'instar des interventions de la VAR).

Comme lorsqu'on prône la diffusion des paroles des arbitres, la question se pose : faut-il "ajouter de l'arbitrage" - à la fois dans le jeu et dans son commentaire - pour des bénéfices incertains, sans soigner la maladie : l'obsession contemporaine, devenue pathologique, pour l'arbitrage ?

 

[1] L'UEFA a décliné cette possibilité, mais les instances françaises de l'arbitrage ont manifesté leur intérêt. La disposition est déjà appliquée au niveau amateur depuis 2018.

Réactions

  • dugamaniac le 11/12/2023 à 23h07
    Le fait que ce soit experimenté dans d'autres sports co et surtout dans le monde amateur comme signalé par Romain Sallé ne t'interesse pas?

    lien

    lien

    Avec du bon et du moins bon, mais l'experimentation n'a pas que du mauvais même quand c'est un échec, à mon sens de "yaka essayer "décérébré ;) (et c'est surement pas faux en plus)

  • Jamel Attal le 12/12/2023 à 08h58
    L'argument "Ça marche dans d'autres sports" a été un des mantras des partisans de la VAR. Non seulement c'était faux (cf. le rugby), mais ce n'était même pas un argument tant il ignorait précisément ce que le football a de différent.

    L'argument "Si ça ne marche pas, on arrêtera, comme pour le but en or ou autre" ne tient pas mieux, car hors du but en or, les exemples de retour en arrière – même pour tout une gamme de trucs stupides, bien au-delà des changements de règles d'ailleurs – sont rarissimes. Encore une fois : la VAR, et toutes les réécritures improvisées de règles depuis 2018. Doit-on tester n'importe quelle mesure quand on peut se rendre compte a priori de ses effets indésirables et pervers ?

    L'argument des expérimentations dans le football amateur tient évidemment mieux, mais là il faut jouer au jeu des 7.000 différences avec le football professionnel, son contexte délétère autour de l'arbitrage et ses fameux "«'enjeux'»" (je sais, il y a aussi des problèmes au niveau amateur, et l'on doit d'ailleurs interroger la part énorme de responsabilité du foot pro dans "l'exemple" donné). Mais je renvoie à mon test virtuel : regardez des matches et demandez-vous quand le carton serait indiqué (sans omettre d'imaginer les réactions des joueurs, des bancs, des commentateurs et des spectateurs).

  • Romain Sallé le 13/12/2023 à 11h56
    7000 différences, vraiment? C'est le même sport, les écarts de niveaux entre le monde pro et le monde amateur ne sont pas abyssaux.

    Hormis le pognon et la médiatisation du foot pro, je ne vois pas autant de différence entre le monde pro et foot amateur. D'ailleurs rares sont les scores fleuves en coupe de France...Allez voir un match de R1 et dites moi si vous avez l'impression de voir 2 sports si différents (je parle du terrain, pas de l'environnement).

    "les exemples de retour en arrière – même pour tout une gamme de trucs stupides, bien au-delà des changements de règles d'ailleurs – sont rarissimes => Oui effectivement, mais hormis la VAR quels sont les évolutions ces 20 dernières années des règles que vous estimez stupides?

  • Pierluigi Scollina le 14/12/2023 à 13h18
    Mais c'est justement l'environnement qui fait l'essentiel des 7000 différences entre foot pro et foot amateur. On est dans des mondes qui n'ont quasiment rien en commun et je ne parle pas que d'arbitrage.

    Par ailleurs concernant le carton blanc chez les amateurs, il ne peut en aucun cas être utilisé pour une faute. Les deux seuls motifs sont la conduite inconvenante et la contestation. Donc je dubite fortement sur la comparaison avec le foot amateur.

  • dugamaniac le 17/12/2023 à 23h15
    Parce qu'on ne retrouve pas ces 2 motifs dans le foot pro?

  • Pierluigi Scollina le 18/12/2023 à 22h12
    Si mais le projet est d'utiliser le carton blanc également pour certaines fautes. Ça me paraît dès lors délicat de comparer avec le foot amateur dans lequel ça fonctionnerait bien, ce qui reste par ailleurs largement à prouver, alors que le cadre réglementaire ne sera pas le même.

La revue des Cahiers du football