Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Le fil dont vous êtes le héros

Amoureux des jeux de société & de plateau, qu'ils soient d'aventures, de rôles, de stratégies, de figurines, de cartes : ce fil est pour vous.

  • pavlovitch le 18/06/2022 à 09h23
    Une opération menée par un des deux camps est en cours dans une région de l'échiquier, opération qui, si elle est couronnée de succès, entraînera peut-être la victoire de ce camp. Son adversaire a à sa disposition, selon les circonstances, deux manières de résister. Une défense passive - ou "réactive": à chaque menace adverse, je me protège, à chaque question posée, je donne une réponse. Ou bien, une défense active, qui est aussi ce qu'on appelle le contre-jeu ou la recherche de contre-jeu: si l'adversaire m'attaque à l'aile-roi (à droite de l'échiquier du point de vue blanc), je l'attaque au centre, ou à l'aile-dame (à gauche). S'il me pose une question, je n'y réponds pas mais lui en pose une autre.

    C'est un peu comme si au football, une équipe, acculée par un Barça de la grande époque qui fait la passe à dix autour de sa surface de réparation, avait le droit sous certaines conditions de sortir un deuxième ballon et de partir en contre-attaque en même temps. Ce contre-jeu peut avoir pour mérite d'obliger l'adversaire qui vous martyrisait à adopter une attitude passive, à perdre du temps et à mobiliser une partie de ses forces en défense, ce qui peut soulager vos propres tâches défensives. Il peut aussi l'ignorer complètement. Alors, la bataille se transforme en une course. Il est certain que si lui vise votre roi en g8, et que votre contre-jeu n'a en vue que de gagner un simple pion en a2, même si vous êtes plus rapides, vous risquez quand même d'être mat à la fin. Mais ce n'est pas toujours si simple. L'échiquier étant relativement petit, une fois qu'on en domine complètement une partie, on a la possibilité de prendre à rebours l'adversaire qui attaquait de l'autre côté.

    Un des cas les plus impressionnants est la troisième partie gagnée par Carlsen (actuel champion du monde norvégien) contre Anand (son prédécesseur indien) lors de leur premier match: lien Le jeune Norvégien se prend une attaque monstrueuse sur son roque et tout son contre-jeu se résume à la création d'un pion passé protégé en b3. Ça n'a pas l'air de grand chose, vu que le reste des pièces noires est en défense, sur la première rangée, mais ce pion est suffisant à lui tout seul pour tenir en respect l'attaque blanche. La position est objectivement égale. Anand décide de tenter le tout pour le tout, laisse ce pion se changer en dame, et finit par perdre après une gaffe.

    Le grand champion danois Bent Larsen écrivait avoir un faible tout particulier pour ses parties où son contre-jeu à l'aile-dame finissait par déboucher sur une attaque à l'aile-roi. Il faut ajouter que l'usage de la notion de contre-jeu est parfois abusive, le contre-jeu en question devenant l'essentiel de ce qui se passe sur l'échiquier.

    Dans certaines positions, il n'y a pas de contre-jeu possible. On a alors des chances d'être un simple spectateur de notre défaite. Cela arrive par manque de cibles dans le camp adverse, ou une activité trop restreinte de nos pièces. Mais je dirais que dans une grande majorité des cas, le joueur qui a l'initiative et même l'avantage dans une partie devra à un moment ou à un autre composer avec du contre-jeu adverse - ou son éventualité - et trouver la bonne manière d'y faire face. C'est une des choses qui font la difficulté de ce jeu.

  • Raspou le 18/06/2022 à 09h38
    Une si bruyante solitude:
    lien

  • Pascal Amateur le 18/06/2022 à 10h23
    La main qui tremble à 0'50, c'est quelque chose.

  • Red Tsar le 18/06/2022 à 12h18
    Ah oui, glaçant du début à la fin. La main qui tremble, le moment où Carlsen écarquille les yeux aussi. En fait, les échecs c'est beaucoup plus violent que le MMA.
    Faut mettre des trigger warnings avant de partager des trucs pareils ! Si je regarde ça avant de m'endormir, je fais des cauchemars toute la nuit.

    Je ne me rends pas compte par rapport aux conventions : le fait que Carlsen se lève pour aller faire un tour, ça peut s'interpréter ou c'est anodin ? Et qu'est-ce qu'ils peuvent bien se dire tous les deux après avoir signé les feuilles de match ?

  • Pascal Amateur le 18/06/2022 à 12h22
    Moi j'ai entendu Raspou murmurer : "Et ton cheval, là, c'était pour te remettre en selle ?" Eh bien c'est pas très gentil je trouve. Non, ça se fait pas.

  • Red Tsar le 18/06/2022 à 12h33
    Attends, j'ai pas compris. Il a murmuré à l'oreille de Vishy Anand ou à l'oreille du cheval ?

  • Pascal Amateur le 18/06/2022 à 12h42
    Du cheval, bien sûr. À Anand, il a fredonné : "C'est raté pour le grand prix, Vishy !"

  • pavlovitch le 18/06/2022 à 12h46
    Le fait que Carlsen se lève après avoir joué son dernier coup, ça peut être un signe de confiance, mais aussi une envie pressante. On pourrait aussi supposer qu'il ne s'attendait pas à l'abandon immédiat d'Anand, sinon il aurait attendu quelques secondes devant l'échiquier.

    Pour ta dernière question, tu trouveras des éléments de réponse ici, par Jan Gustafsson, un des secondants de Carlsen: lien

  • Raspou le 18/06/2022 à 12h59
    Là tu vas vraiment pleurer...
    lien
    Mon "préféré", c'est Grandelius à 4:56, mais Nakamura qui reste prostré 5 minutes, c'est pas mal non plus...

  • Breizhilien le 18/06/2022 à 13h37
    Question bête sûrement mais pourquoi les championnats du monde n'ont pas lieu régulièrement (tous les ans, ou tous les deux ans)?