auteur
Brice Tollemer

Du même auteur

> déconnerie

L'été des médusés

> article suivant

Anelka, trop bien compris

> article suivant

Revoir Guadalajara

> article précédent

N'est pas Ultimate player qui veut !

With a Little Help From My Friends…

Rock Around The World Cup – Acte V – Le compte à rebours musical vers le Mondial 2010 nous emmène en 1970, année bénie par Woodstock et le Brésil.
Partager
Le Mondial mexicain est assurément le plus beau, le plus enthousiaste et le plus intense de l’histoire. Tout est réuni en cette année 1970 pour offrir à la planète du football un fabuleux spectacle, un formidable chef-d’œuvre d’accomplissement sportif qui fera date. On a tout eu. Certes la France est encore absente du tournoi, errant comme elle peut au milieu de sa longue traversée du désert qui ne s’achèvera qu’à la fin de la décennie. L’Allemagne, elle, est bien présente, avec son bombardier Gerd Müller, qui terminera meilleur buteur de la compétition avec dix réalisations. L’Italie est également de la partie, ainsi que son remplaçant de luxe, Gianni Rivera. Quant au Brésil, il veut faire oublier son échec de 1966 et Pelé va multiplier les coups de génie. Oui, c’est bien la fête du football qui se déroule dans les stades ensoleillés du Mexique.

rockaround_1970.jpg


Onde de choc
Une année plus tôt, une toute autre célébration avait pris place du côté de Bethel, une petite ville située à 160 kilomètres au nord de New York. Du 15 au 18 août 1969, un demi-million de personnes affluent pour assister à ce qui va devenir le festival le plus mythique de l’histoire du rock. Woodstock, dont la tête d’affiche devait originellement être Bob Dylan, voit ainsi défiler tous les plus grands noms de cette époque. Enfin presque tous. Outre Dylan, d’autres artistes vont en effet refuser de participer à cette manifestation, comme les Rolling Stones ou bien encore les Doors, Jim Morrison s’avouant rétif à l’idée de jouer en plein air, pour des raisons de qualité acoustique notamment. Après de difficiles négociations financières, les Who feront quant à eux le déplacement. Grateful Dead également. Jefferson Airplane, Creedence Clearwater Revival, Stills, Nash & Young, Janis Joplin, Canned Heat, Ten Years After, Richie Havens, Santana et Country Joe McDonald se produisent aussi à Woodstock.

C’est Jimi Hendrix qui clôture le festival le lundi au matin. Alors que la plupart des festivaliers, imprégnés de boue, d’herbe et d’amour, ont déjà plié bagage, le Voodoo Child exécute l’hymne américain à la guitare, terminant de la plus légendaire façon qui soit le plus extraordinaire rassemblement musical jamais crée. Entre-temps, le dimanche, un jeune chanteur de vingt-cinq ans a proposé une version endiablée d’un titre des Beatles présent sur l'album Sgt. Pepper’s, With a Little Help From My Friends, qui déferle sur le public telle une onde de choc. Un coup d’essai en forme d’apothéose pour Joe Cocker – qui ne s’en remettra véritablement jamais.


Match du siècle
Apothéose du mouvement hippie, Woodstock l’est assurément. Tout comme l’est la Coupe du monde 1970, gagnée par le Brésil, qui devient du même coup la première équipe à remporter pour la troisième fois le trophée Jules Rimet. Un triplé obtenu de façon stratosphérique. Le roi Pelé a bien mérité sa couronne en réalisant des gestes fabuleux: lors de la demi-finale contre l’Uruguay, il inflige au gardien Mazurkiewicz un grand pont qui deviendra mythique. Toujours contre l’Uruguay, il accomplit une sensationnelle reprise de volée qui fait reculer le portier sud-américain de deux mètres. Enfin, en finale contre l’Italie, il reste une éternité dans les airs pour inscrire le premier but de la victoire brésilienne.

Des Transalpins qui s’inclineront finalement 4-1, émoussés par une demi-finale épique contre la République fédérale d’Allemagne. Le match du siècle. Cent mille spectateurs ont le privilège d’assister à cette rencontre. L’Italie mène 1-0 depuis la huitième minute de jeu et se dirige tranquillement vers la finale. Sauf que le défenseur Schnellinger en décide autrement et égalise à la 90e. Une prolongation que son coéquipier, Franz Beckenbauer, jouera avec le bras droit en écharpe et une épaule luxée. Au cours de ces trente minutes dantesques, la RFA parvient à mener 2-1 grâce à Gerd Müller à la 95e minute. Mais, trois minutes plus tard, l’Italie égalise par l’intermédiaire de Burgnich avant de prendre l’avantage à la 104e. Le Bombardier n’a cependant pas dit son dernier mot et permet à son équipe de revenir à 3-3. Un bonheur de courte durée puisque à peine soixante secondes après, Rivera assène le coup de grâce à une Mannschaft qui n’en peut plus. Dans la chaleur du stade Aztec, deux des plus grandes nations du football ont livré un combat inoubliable.
-------------
L'auteur de la série Rock Around the World Cup l'est également de deux ouvrages hautement recommandables, parus cette année: Rage Against The Machine - Ennemis Publics, une biographie aux éditions Camion Blanc et Vitalogy - Pearl Jam, un petit essai sur l'album, chez Le Mot Et Le Reste.


Rock Around the Worldcup - 1954 : That's Alright Mama
Rock Around the Worldcup - 1958 : Johnny B. Goode
Rock Around the Worldcup - 1962 : A Hard Rain’s a-Gonna Fall
Rock Around the Worldcup - 1966 : My Generation
Rock Around the Worldcup - 1970 : With A Little Help From My Friend
Rock Around the Worldcup - 1974 : Wish You Were Here

Partager

> déconnerie

Tabloïd, numéro 2

> sur le même thème

Bereta 75

Cultures football


Marion Rousset
2020-07-11

À l'école, le début d'une nouvelle récré

Dans les cours de récréation, le football et les garçons prennent toute la place en reléguant les filles dans les marges. Mais des écoles repensent leurs espaces pour plus d'égalité et de mixité.


2020-07-07

Cacamiseta 2020 : les candidats

Pour sa dixième édition, l'élection du pire maillot de la saison ne déroge pas à sa propre histoire: les dix candidats sont là pour faire mal.


Gilles Juan
2020-07-01

Club ou "institution" ?

En France, c’est à Jean-Michel Aulas qu’on associe spontanément l’emploi du mot "institution" pour parler d’un club de foot: on est donc en droit d’être suspicieux. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Le forum

L'empire d'essence

aujourd'hui à 14h46 - Run : Comment menager la chevre et le chou...Comme McLaren en 2007. Et surtout politiquement finement... >>


Tout en haut du Nou Camp

aujourd'hui à 14h37 - M le Mendy : Christ en Gourcuffaujourd'hui à 13h45Pourquoi Semedo ? Il est titulaire indiscutable à droite non... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 14h35 - balashov22 : Dybala est dans le groupe. Probablement pas sur le terrain au coup d'envoi, mais restons prudents... >>


Lost horizons

aujourd'hui à 14h33 - et alors : ------Et surtout en mettant en valeur la Ligérie sur PoS (et encore, l'édition a été tronquée... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 14h25 - FPZ : Je dois malheureusement vous laisser une petite 1/2 heure (je ne pouvais décemment pas partir au... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 14h25 - gurney : Ca serait intéressant de savoir qu'est-ce qui a vraiment permis la baisse en Mayenne. Quelle... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 14h23 - Mevatlav Ekraspeck : Surtout si ça frotte sur la tête. >>


O TéFéCé

aujourd'hui à 14h07 - Pascal Amateur : Un seul président envisageable : Christophe Boucher. >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 13h49 - casartelli : J'ai écouté ED face à PC, j'au surtout rien comprisElle veut de toute évidence ne se fâcher... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 13h47 - Danishos Dynamitos : « Très client, j'espère que les promesses tiennent sur la suite de la série »Oui c’est le... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)